Youssef Aït Bennasser, nancéien de l’Atlas
Photo Panoramic

Youssef Aït Bennasser, nancéien de l’Atlas

Le milieu de terrain de vingt ans poursuit sa progression fulgurante qui l’a vu passer en dix-sept mois de l’équipe B de Nancy aux vingt-trois Marocains sélectionnés pour la CAN, lui l’enfant chéri de l’ASNL.

Le 28 novembre 2015, Youssef Aït Bennasser a été l’auteur d’un but exceptionnel en Ligue 2 à l’occasion de la rencontre ayant opposé Nancy et le Havre. Ce qui lui a permis de se révéler aux yeux des français, au-delà des observateurs de la seconde division, mais aussi aux yeux de l’Europe. Dans les dernières secondes de la rencontre, une frappe du dehors de la surface du vétéran Marocain Youssouf Hadji prend la direction de la lucarne. Un autre nancéien suit l’action, voit la balle s’achever sur la barre transversale, cours à la potentielle retombée du ballon et réalise une talonnade magnifique dans un angle plus qu’impossible. Une fois la balle au fond des filets, c’est l’explosion et l’euphorie pour le joueur qui marque son premier but sous les couleurs de son club formateur. Ce nancéien, c’est Youssef Aït Bennasser. Il a rejoint le groupe professionnel nancéien quelques semaines auparavant et se découvre à l’Europe grâce à ce but. Aujourd’hui, il est au Gabon avec la sélection Marocaine d’Hervé Renard pour la CAN à seulement vingt-an. Entre temps, de multiples ont eu lieu. Focus.

 

De la réserve de l’ASNL aux Lions

Né à Toul –commune à l’Ouest de Nancy-, Il a débuté son parcours à l’âge de 6 ans sur les près du club de sa ville natale. Mais, après avoir réussi un essai pour le FC Metz, c’est l’ASNL qui le récupère très jeune, en benjamin. En Lorraine, il gravit les échelons les uns après les autres jusqu’à la CFA2, qu’il intègre en 2012-2013. Déjà à cette époque, il fait l’étalage de sa palette technique. Le frêle milieu de terrain (1,84 m pour 74 kg) emprunte sa puissance à Yaya Touré et sa technique à Andres Iniesta : récupération basse de la balle, beaucoup de vitesse et de percussion dans le cœur du jeu, avant de distiller avec son pied droit ou de frapper. Des qualités remarquées, au-delà des frontières. Puisque en avril 2013, Youssef Aït Bennasser se trouve au Maroc avec les Lions de l’Atlas afin de disputer la Coupe d’Afrique des Nations des U17. Autant de qualités qui lui valent d’être international au sein des catégories de jeunes marocains et de réaliser un beau parcours en Gambardella avec l’ASNL (huitième de finale face au Paris Saint-Germain) en 2015. Le jeune Lion de l’Atlas dont l’objectif serait de s’entraîner « le plus possible avec l’équipe professionnelle, et pourquoi pas apparaître en match. Contractuellement, je suis en fin de contrat, je ne sais pas encore ce que le club veut faire de moi, mais c’est clair que signer pro ici serait un rêve. C’est mon club formateur, j’espère vraiment avoir ce contrat pro ici et je vais tout faire pour »,  parfait sa formation avec la CFA2 et arrive à convaincre Pablo Correa de le prendre avec six autres très jeunes joueurs venus du centre Michel Platini pour disputer quelques matchs avec les pros lors de la pré-saison 2015/2016.

Intégré au groupe depuis la reprise, l’AS Nancy-Lorraine a décidé de faire passer un cap à Youssef Aït Bennasser (encore sous contrat stagiaire pour une saison), qui signe son premier contrat professionnel d’une durée de trois saisons. Un premier rêve réalisé. Quand Nancy entame sa troisième saison en Ligue 2, Youssef Aït Bennasser rejoint l’effectif de l’équipe principale. Un saut brutal qui selon l’intéressé s’est fait en toute simplicité. « Franchement, cela s’est fait très normalement. Il y a eu des départs à l’intersaison qui ont libéré des places. J’ai intégré le groupe professionnel pour la préparation de la saison. J’ai joué, et je ne suis plus jamais ressorti. Pablo Correa a senti quelque chose chez moi. J’ai saisi ma chance. Avec le coach, il y a une relation forte, presque paternelle. » En seconde division, sous l’aile de son père footballistique, le milieu de terrain épate et prend un rôle déterminant dans la montée en Ligue 1 de l’ASNL. Il réalise une saison complète, disputant 34 matchs. Techniquement très fort. Il est agile, dribble beaucoup, court beaucoup et peut passer son adversaire direct sans problème. Il sait également jouer simple et possède une très bonne frappe. Il se montre décisif et prend une place essentielle dans la réussite de l’ASNL, championne d’automne à la mi-saison. Et se montre aux yeux de tous les observateurs du football français, lors de la 16ème journée avec cette talonnade exceptionnel face au Havre. Après 17 matchs de Ligue 2, le jeune Youssef Aït Bennasser a tapé dans l’œil de plusieurs clubs de L1 et certaines écuries étrangères. Annoncé un peu partout (Arsenal, Atlético Madrid, Lille), et considéré comme l’un des meilleurs joueurs de la phase aller du Championnat de Ligue 2, il précise à Téléfoot en janvier 2016, sa volonté de rester à l’ASNL et de participer à la montée du club en première division « Je ne sais pas ce qui va se passer autour de moi lors de ce mercato mais je suis sûr d’une chose : je resterai à l’ASNL jusqu’à la fin de la saison. Ce n’est pas négociable ! J’ai trop envie de continuer l’aventure avec le groupe. Trop envie d’aller chercher la montée en L1 ». Même discours pour le média Foot365 : « C’est ma première année en tant que professionnel et mes agents ne veulent pas que ça aille trop vite, que je m’enflamme… Je suis à l’ASNL, ça se passe très bien et j’espère que ça va continuer. Ensuite, on verra à la fin de l’année par rapport au mercato. J’aimerais vivre une montée avec Nancy en Ligue 1 ». Objectif atteint et complété par le titre de champion de Ligue 2 en fin de saison. À la fin de laquelle, il rejoint Monaco pour un montant autour de 3 millions d’euros, permis par un « partenariat » financier entre les deux clubs, pour que le club princier ait la priorité et l’exclusivité sur 4 joueurs de la formation nancéienne au marché estivale (R.Walter et A.Lusamba actuellement à Nice, C.Lenglet à Seville et Y.A.Bennasser). Lors de son arrivée, le vice-président Vadim Vasilyev affirme que « Youssef a fait une saison remarquée à Nancy et s’inscrit parmi les meilleurs espoirs du championnat de France à son poste. Son arrivée s’inscrit dans le temps, nous plaçons beaucoup d’espoirs en lui pour l’avenir». Car effectivement, le jeune Marocain va poursuivre son apprentissage du côté de son club formateur, son désir. « J’aimerais connaître la L1 avec Nancy. Je suis chez moi ici. Mais je sais aussi que le club aura besoin de vendre lors du prochain mercato. Je ne suis pas contre cette idée mais l’idéal serait de signer ailleurs tout en restant à l’ASNL sous forme de prêt la saison prochaine.» Dans l’objectif d’optimiser au maximum sa quête du maintien pour la saison 2016/2017 dans l’élite, le club obtient le prêt de Bennasser pour une saison. Pour celui qui avait l’ambition de « vivre la montée avec Nancy, et pouvoir m’exprimer en L1 avec ce club », le rêve se prolongeEt forcément, le coach Uruguayen de l’ASNL ne se passe par de son talent maison.

15 matchs de championnat, 3 buts et 1 passe décisive plus tard, Pablo Correa fait de Bennasser, tout comme la saison précédente dans l’antichambre, l’un de ses principaux distilleurs, bien qu’il soit encore en phase d’apprentissage. Aligné comme souvent dans l’entrejeu lorrain, légèrement à gauche, le jeune Marocain (20 ans), aux côtés de Benoît Pedretti et Alou Diarra, deux ex-internationaux français, progresse techniquement mais aussi tactiquement. Youssef Aît Bennasser, co-meilleur réalisateur de l’ASNL (avec Issiar Dia) cette saison, élégant techniquement, présent dans le jeu aérien, disposant d’un gros volume de jeu et d’une grosse frappe de balle, apporte de la fraîcheur et de la folie au cœur du jeu nancéien. Conscient du talent qu’il avait à disposition, Hervé Renard a donc décidé de faire sauter quelques classes au protégé du coach Uruguayen de Nancy et de l’embarquer avec la sélection marocaine qui tente d’aller chercher un titre au Gabon.

 

Marocan Express

Mercredi 4 janvier, la Fédération Royale Marocaine de Football (FRMF) a annoncé la liste des 23 joueurs de l’équipe nationale retenus par le sélectionneur français, Hervé Renard, pour disputer la phase finale de la 31e édition de la CAN. Au milieu de la liste, entre quelques pensionnaires de Ligue 1 comme Mounir Obbadi (LOSC), Nabil Dirar (AS Monaco) ou Fouad Chafik (Dijon FCO) et de joueurs de renommée européenne tel Mehdi Carcela (Granada CF) ou Mehdi Benatia (Juventus FC) entre autre, figure le jeune nancéien Youssef Aït Bennasser. Et ce n’est pas une surprise. En janvier, alors que son nom est associé à de nombreux clubs européens, il est interrogé par Foot365 et le joueur explique attendre dans le futur une sélection dans une équipe nationale pour le faire évoluer. « J’espère intégrer une sélection, que ce soit l’équipe de France ou celle du Maroc. Car je pense que ça devrait me faire gagner en maturité et en expérience. » Mars 2016, alors qui vient de passer pro il y a quelques mois, Youssef Aït Bennasser, qui avait encore le choix entre la France ou le pays d’origine de ces parents, à seulement 19 ans, a opté pour la sélection marocaine. Puisque effectivement, il a été appelé par Hervé Renard pour participer à une double confrontation face au Cap-Vert pour le compte des qualifications pour la CAN 2017. Il ne jouera aucun de ces deux matchs mais assure à l’Est Républicain que cette découverte de l’équipe nationale du Maroc fut bonne. « Tout s’est bien passé, très bien même. J’ai reçu un superbe accueil. J’ai apprécié le comportement du sélectionneur Hervé Renard, des autres membres du staff et de tous les coéquipiers. ». Youssef Aït Bennasser, qui avait déjà été convoqué au printemps dernier sans jouer, à honorer sa première sélection avec les Lions de l’Atlas lors d’un match amical face à l’Albanie en août et fut présent lors de tous les rassemblements de la sélection marocaine au long de l’année 2016, après avoir réalisé la CAN des -17ans en 2013. Tout se passe très vite donc. Lors de cette CAN 2017, sa présence dans un groupe rajeuni qui devra se débrouiller sans la figure tutélaire de Sofiane Boufal semble entièrement justifiée. Grâce à une activité de tous les instants autant dans la récupération qu’au niveau de la construction du jeu, Hervé Renard dispose d’un profil de détonateur. Les doutes sur son talent paraissent définitivement levés, le joueur va devoir faire face à quelques difficultés comme celui de maintenir son club formateur dans l’élite puis celui de s’imposer à Monaco sous Jardim, mais pas de soucis, le jeune lionceau de l’Atlas a déjà les dents longues.

 

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Retrouvez Your Zone sur

Compatible Smartphone & Tablette

Iphone & iPad

Abonnez-vous à la Newsletter