Championnat du monde d’athlétisme 2017 : les athlètes à suivre (hommes)
Photo Panoramic

Championnat du monde d’athlétisme 2017 : les athlètes à suivre (hommes)

Le championnat du monde d'athlétisme se déroule à Londres du 3 août au 13 août. En attendant le coup d'envoi, tour d'horizon des athlètes qui animeront ces dix jours de compétition.

100m : Usain Bolt- Jamaïque : Plus besoin de le présenter, l’homme le plus rapide de tous les temps revient pour un dernier tour de piste à Londres. Avant de tirer sa révérence, le Jamaïquain cherchera un doublé en or sur le 100m et le 4x100m. Moins régulier et performant qu’avant (Bolt a enchaîné deux 100m à plus de 10s, une première pour “l’Eclair”), le recordman du monde n’a plus perdu lors des championnats du monde depuis 2007 à Osaka. Il reste l’un des coureurs les plus expérimentés du circuit, il gère très bien la pression et sa dernière course restera sans aucun doute un moment particulier pour nous tous, car Usain Bolt était la star de l’athlétisme, fort d’un incroyable charisme, une sympathie et une décontraction en toutes circonstances. Il nous manquera.

Andre De Grasse – Canada : A 22 ans, il incarne le renouveau du sprint canadien, la relève de Ben Jonhson et, plus largement, la relève d’Usain Bolt. Découvert aux championnats du monde de Pékin il y a 2 ans, le Canadien a plus que confirmé durant les Jeux Olympiques l’été dernier, avec une médaille de bronze sur 100m et une médaille d’argent sur 200m. Cette année, celui qui a signé chez Puma pour un salaire de 1,2 millions d’euros par an a effectué une rentrée poussive mais il s’est plus que rassuré en réalisant lors du meeting de Stockholm la 3ème meilleure performance de tous les temps sur 100m en 9s69. Malheureusement, ce temps ne sera pas homologué en raison du vent trop favorable sur la piste. Ce temp canon, bien que non-enregistré, est tout de même de bonne augure pour ces championnats du monde. Avec ce sprinteur, le Canada a de beaux jours devant lui et peut devenir une nation importante dans le futur, lorsque Bolt ou Gatlin prendront leur retraite.

Yohan Blake – Jamaïque : Enfin de retour au plus haut niveau, le sprinteur de 27 ans visera une nouvelle couronne sur 100m après celle obtenue à Daegu en 2011 et une autre, inédite, sur 200m.

Justin Gatlin – Etats-Unis : Le vieux loup (35 ans) a encore les dents longues et rêve du sacre sur 100m. Le New-Yorkais est en tout cas celui ayant les capacités pour battre Usain Bolt. D’ailleurs, le Jamaïquain a beaucoup de respect envers l’Américain qui le lui rend bien. La dernière médaille d’or du natif de Brooklyn lors des championnats du monde remonte à 2005. Cependant, depuis son retour de suspension, il a toujours fini sur le podium… derrière Usain Bolt, un véritable os pour l’Américain paradoxalement.

Wayde van Niekerk- Afrique du Sud : La sensation des JO 2016 vient à Londres dans l’optique de réaliser le doublé 200-400 aux championnats du monde. Il est clairement un favori sur les deux épreuves : toujours en progression sur 200m (19s90 puis 19s84), il s’est essayé au 300m à Ostrava où il a battu le record de Michael Johnson avec 30s81. Il a fait son entrée sur 400m au meeting de Lausanne et a battu le record du meeting tout en se permettant de se relâcher lors des 50 derniers mètres. Tout cela confirme son statut de favori à sa propre succession sur le 400m et sur le 200m.

LaShawn Merritt – Etats-Unis : Pas qualifié pour faire les championnats du monde 2017 lors des sélections américaines, il ira tout de même à Londres grâce à sa victoire finale sur 400m durant la Ligue de Diamant 2016, qui lui offre une wild-card. L’Americain reste un cador de la discipline malgré la nouvelle vague du tour de piste (van Niekerk et Kirani James). Avec sa forme actuelle, la médaille d’or s’annonce compliquée mais un podium reste plus qu’accessible pour l’octuple champion du monde.

Nijel Amos – Bostwana : Le Botswanais a connu une longue traversée du désert en 2016. Le jeune prodige du 800m n’a gagné aucun meeting de Diamond League et a été éliminé dès les séries lors des JO, lui qui était promis à une médaille, décevant tout une nation dont il était le porte-drapeau. En 2017, il a retrouvé la forme et s’est rassuré en remportant les meetings de Paris et de Londres, réalisant au passage la meilleure performance mondiale de l’année. Il portera les espoirs du Botswana lors de ces Mondiaux pour lesquels il arrive en tant que favori pour la gagne.

Asbel Kiprop – Kenya : Le longiligne kenyan a un record personnel du 1500m à hauteur de 3min26s69. Un adversaire à ne pas prendre à la légère.

Matthew Centrowitz – Etats-Unis : Champion olympique 2016 du 1500m, l’Américain doit confirmer lors de ces Mondiaux. Le membre de l’Oregon Project a battu son partenaire d’entraînement, Mo Farah, à Los Angeles. Une première pour lui qui annonce peut-être un premier titre de champion du monde ?

Mahiedine Mekhissi – France : Très régulier depuis plusieurs années sur le 3000m steeple, le Français cherchera à faire un podium durant ces Mondiaux.

Conseslus Kipruto – Kenya : Le Kenyan est le favori du 3000m steeple. A Londres, il sera le chef de file de la délégation kenyane sur cette épreuve.

5000m : Mo Farah- Royaume-Uni : Que seraient des Mondiaux sans “un local”, un chouchou du public ? L’Anglais d’origine somalienne est dans la force de l’âge et n’a plus rien à prouver. Il est quadruple médaillé d’or olympique, quintuple champion du monde et quintuple champion d’Europe. Après les JO 2012 chez lui, Mo Farah va de nouveau être à la maison. Une situation qui lui réussit plutôt bien puisqu’en 2012, le membre de l’Oregon Project et disciple d’Alberto Salazar avait fait le doublé sur 5000m et 10000m.

Paul Chelimo – Etats-Unis : Le médaillé d’argent olympique du 5000m l’été dernier a de bonnes chances de réitérer cette performance pendant ce mois d’août. Le Kenyan naturalisé américain qui s’était engagé dans le programme d’athlétisme de l’US Army a un meilleur chrono à 13min3s90.

Edris Muktar – Ethiopie : L’Éthiopien est en grande forme après les meetings de Lausanne et de Paris remportés avec un record personnel à la clé. S’il poursuit sur sa lancée, le coureur de 23 ans est un sérieux prétendant au titre.

Paul Tanui – Kenya : Toujours bien placé sur 10000m, mais jamais vainqueur. C’est cette situation qu’endure Paul Tanui, devancé à chaque fois par un certain Mo Farah. Celui qui s’entraîne une partie de l’année au Kenya et l’autre au Japon vient du cross-country, où il excellait avant de passer sur le 10000m. Sur cette distance, le Kenyan est tout aussi régulier : 2 médailles de bronze et une d’argent toutes compétitions confondues. Il visera un podium à Londres.

Orlando Ortega – Espagne : Naturalisé espagnol en 2015, Orlando Ortega n’a pas tardé pour performer sous ses nouvelles couleurs avec une médaille d’argent à Rio, l’an dernier. Pour ses premiers championnats du monde avec l’Espagne, il aura à cœur de récidiver et de décrocher une médaille pour son pays.

Aries Merritt – Etats-Unis : Le recordman de la discipline commence à prendre de l’âge mais oppose tout de même une belle résistance à la nouvelle vague des talents du 110m haies. A 32 ans, il fait figure de vieux loup sur le circuit. Même s’il ne réalise plus de gros temps, il a le potentiel pour remporter ces Mondiaux.

Omar McLeod – Jamaïque : Tête de gondole de la sélection jamaïquaine avec Bolt et Thompson, le hurdler est devenu le cinquième performeur de l’histoire du 110m haies durant les championnats de Jamaïque avec un chrono de 12s90. Ss adversaires devraient se méfier de lui, d’autant plus qu’il avait gagné les JO 2016.

Serguey Shubenkov – Russie (bannière neutre) : Champion d’Europe, champion du monde, le Russe ne défendra lors de ces Mondiaux aucune couleur ni nation. En effet, suite à la suspension de l’équipe russe d’athlétisme, certains athlètes non-concernés par les affaires de dopage ont pu prendre part aux championnats du monde sous une bannière neutre. Shubenkov en fait partie et il compte bien mettre à profit cette grâce des instances mondiales en récoltant une médaille.

Kyron McMaster – Iles Vierges Britanniques : Attention, pépite ! Le tout jeune hurdler de 20 ans a réalisé la MPM de l’année 2017 en 47s80. Costaud pour un minot qui courait l’année dernière en juniors… Il a un départ explosif qu’il tient de son ancienne spécialisation sur le 200m. L’insulaire des Iles Vierges Britanniques pourrait être le premier médaillé aux championnats du monde de l’histoire de son pays.

Kerron Clement – Etats-Unis : Le natif de Trinidad et Tobago est un sérieux prétendant au titre, lui qui a été champion olympique en 2016.

A surveiller : Christian Coleman, détenteur de la meilleure performance de l’année sur 100m, Ameer Webb (200m), Isaac Makwala (200m – 400m), Steven Gardiner (400m), Emmanuel Korir (800m), Elijah Manangoi, Timothy Cheruiyot, Ronald Kwemoi, Mahiedine Mekhissi (1500m), Evan Jager (3000m steeple), Devon Allen, Ronald Levy, Garfield Darien (110m haies), Karsten Warholm (400m haies).

  1. Pingback: Championnat du monde d’athlétisme 2017: les athlètes à suivre (femmes) - beIN SPORTS Your Zone - Partagez votre passion et votre expertise du sport

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Retrouvez Your Zone sur

Compatible Smartphone & Tablette

Iphone & iPad

Abonnez-vous à la Newsletter