Justine Braisaz, plaisir partagé
Photo Panoramic

Justine Braisaz, plaisir partagé

Elle n’a que 21 ans mais elle est déjà la meilleure chance féminine tricolore en biathlon. Justine Braisaz, c’est la biathlète française en vogue et son ascension est loin d’être terminée…

Qu’elle semble déjà loin l’année 2014 où, en récente majeure civile, Justine Braisaz faisait ses débuts en coupe du monde de biathlon parmi les plus grandes. Aujourd’hui, la Française est simplement parmi les plus hautes… Deuxième du classement général après neuf courses, elle est solidement installée entre deux athlètes chevronnées du circuit : la Slovaque Kuzmina (double championne olympique du sprint) et la Finlandaise Mäkäräinen (deux gros globes de cristal et cinq petits). Rien que ça.

Le Grand-Bornand, une récompense méritée

C’est simple, la native d’Albertville est en avance sur tous ses temps de passage, que ce soit en termes de réussite au tir (+6%), de temps de skis (+2%) ou même au classement. En signant une cinquième place jeudi à Oberhof (Allemagne) sur le sprint, dans une course que l’intéressée juge « correcte, en ayant réussi à mettre en place ce qui a été travaillé », Justine Braisaz compte déjà 336 points au classement général. C’est 36 de moins seulement que sur l’ensemble de la saison 2015/2016 et il reste encore 13 courses…

Au-delà des statistiques, c’est dans l’attitude que Justine Braisaz a changé. Le sérieux, l’humilité et l’application dans son travail l’ont toujours accompagné. Mais la culture de la gagne, potentiellement inspirée du plus grand biathlète tricolore Martin Fourcade, est un phénomène nouveau que la skieuse de 21 ans sait maintenant gérer et grâce à laquelle elle peut viser toujours plus haut : « Je sais ce qui fonctionne en course, les outils dont j’ai besoin pour me faire plaisir sur la piste. Derrière, la performance découlera naturellement » avoue-t-elle à l’AFP.

« Super fière mais pas étonnée »

Voilà la recette du succès, aussi simple que cela puisse paraître : du plaisir, « pas forcément le résultat mais beaucoup d’importance accordée à la manière » confie d’ailleurs sa soeur, Léonie. « Justine aborde les choses plus sereinement. Elle a toujours été déterminée mais là, notamment à Annecy, j’ai senti un contrôle, elle savait où elle allait. On est super fiers mais pas étonnés » reprend la cadette de la nouvelle n°1 des Bleues.

Pas d’étonnement donc au vu de la charge de travail que la biathlète des Saisies s’impose et surtout après de longs mois où le travail n’a pas toujours payé. La juste récompense n’est que plus belle avant peut-être beaucoup plus dans les années à venir voire même dans la deuxième partie de saison…

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Retrouvez Your Zone sur

Compatible Smartphone & Tablette

Iphone & iPad

Abonnez-vous à la Newsletter