Quel sera le prochain club de Thomas Tuchel ?
Photo Panoramic

Quel sera le prochain club de Thomas Tuchel ?

Depuis son départ de Dortmund à la fin de la saison dernière, le jeune technicien allemand est au repos. Quels clubs pourraient être susceptibles de l’accueillir rapidement ou lors de la saison prochaine ?

Thomas Tuchel n’a pas fait une grande carrière de footballeur. C’est en tant qu’entraîneur que le natif de Krumbach a fait ses preuves. Passé par les équipes de jeunes à Stuttgart puis Augsbourg au début des années 2000, il a gravi les échelons pour rejoindre Mayence en 2008, d’abord aux commandes des U19 avant d’être rapidement promu à la tête de l’équipe première en Bundesliga. Sous ses ordres à partir de 2009, le FSV Mayence 05 obtient pendant 5 saisons des résultats honorables, dont une 5e place en 2010/2011, son meilleur classement depuis de longues années. Mais c’est surtout pour son football offensif et moderne que Thomas Tuchel se fait remarquer.

Après une année sabbatique lors de la saison 2014/2015, il rejoint le grand Borussia Dortmund. C’est là-bas qu’il va véritablement exploser. Sous ses ordres à partir du juin 2015, l’équipe joue un football spectaculaire et inscrit de nombreux buts, parfois au détriment de son équilibre défensif (pour une analyse complète et détaillée, voir ici). Lors de la saison 2016/2017, le Borussia établit un record en Ligue des Champions : celui du nombre de buts inscrits en phase de poules. Nommé meilleur entraîneur de Bundesliga lors de la première saison, Thomas Tuchel inscrit lors de la seconde une première ligne à son palmarès : il remporte la Coupe d’Allemagne.

Le jeu de position moderne prôné par l’ancien coach de Dortmund est susceptible d’attiser de nombreuses convoitises en Europe. Guardiola disait de lui en 2016 qu’il était un des meilleurs entraîneurs du monde (voir ici). Où Thomas Tuchel pourrait-il poser ses valises dans les prochains mois ?

Rester à la maison

Même si les entraîneurs et les joueurs ont tendance à voyager de plus en plus, il est tout de même plus facile de diriger des équipes dans son propre pays. C’est une question de communication mais aussi de culture. Lors du limogeage de Carlo Ancelotti, le Bayern a semblé un temps intéressé par le profil de Tuchel avant de se rabattre sur Jupp Heynckes. Les Bavarois ont-il été refroidis par son passé à Dortmund, ou Tuchel a-t-il refusé de prendre le poste en cours de saison ? Ses principes de jeu ressemblent à ceux de Guardiola, qui a laissé une trace positive au Bayern. Voir Tuchel à la tête des rouges et blancs lors de la saison prochaine ne serait pas une grande surprise.

On peut imaginer un autre scénario : le Bayern décide, à la fin de la saison, de débaucher le jeune et très prometteur entraineur d’Hoffenheim, Julian Nagelsmann. Tuchel pourrait alors lui succéder, surtout si Hoffenheim arrive à se qualifier pour la Ligue des Champions.

On sait également que Rälf Rangnick apprécie l’ancien coach de Mayence. Si l’aventure de Hasenhüttl devait se terminer plus rapidement que prévu du côté de Leipzig, le RasenBallSport pourrait être un autre point de chute envisageable.

La Premier League, nouvel eldorado des entraîneurs cotés

Entraîner dans le championnat le plus dense du monde est un rêve pour beaucoup. Tuchel pourrait être séduit par le royaume de Sa Majesté, et l’inverse est vraie également. Après 22 saisons à la tête des Gunners, Arsène Wenger semble de plus en plus fragilisé. Arsenal deviendrait alors une possibilité réelle pour un entraîneur à la cote aussi haute. West Ham semble également s’intéresser au profil du jeune Allemand, et peut-être dès cette saison en cas de limogeage de Slaven Bilic (voir ici) L’information a cependant été démentie par certains journaux anglais.

En ce qui concerne les autres clubs du haut de tableau, Conte, Guardiola et Mourinho semblent bien installés et ce serait une énorme surprise de voir Tuchel succéder à l’un d’entre eux. Par contre, Mauricio Pochettino, à la tête des Spurs, pourrait avoir des envies d’ailleurs. L’Allemand ayant une philosophie de jeu assez proche de l’Argentin, Tottenham pourrait lui faire les yeux doux. Une autre possibilité plus cocasse : même si on sait que Jürgen Klopp aime s’inscrire dans la durée avec ses équipes (7 ans à Mayence et 7 ans à Dortmund), il serait savoureux de voir Tuchel lui succéder puisqu’ils auraient alors un parcours d’entraîneur tout à fait parallèle ! Cependant, la Premier League dispose d’une telle force de frappe que même des clubs plus petits pourraient mettre le grappin sur le meilleur entraîneur allemand de la saison 2015/2016.

L’Espagne ou l’Italie, des destinations moins probables

En Espagne, le jeu de position est une culture à part entière, notamment à Barcelone. Celui mis en place par Tuchel à Dortmund était plutôt à la sauce allemande. Ceci pourrait-il coller avec la culture espagnole ? Tuchel est certainement capable de s’adapter, mais cela pourrait coincer. On sait que Guardiola tient le coach allemand en haute estime et le voir débarquer à Barcelone un jour ne serait pas si surprenant. Valverde vient à peine de s’installer sur le banc blaugrana, il est un peu tôt pour en parler.

Du côté du rival madrilène, Zidane semble indéboulonnable. Florentino Perez a déclaré que Zizou pouvait « rester au club à vie » (voir ici) et ses résultats sont exceptionnels. Cependant, si Deschamps devait quitter les Bleus après la Coupe du Monde, ZZ refuserait-il un éventuel appel de la FFF ? Tuchel deviendrait alors un candidat tout à fait crédible pour le poste.

On ne voit pas bien quel autre club espagnol pourrait avoir assez d’ambition pour embaucher Thomas Tuchel. L’Atletico Madrid n’est pas une destination crédible, Simeone étant l’antithèse du coach allemand. Peut-être le FC Séville pourrait-il l’attirer dans ses filets avec son jeu offensif et sa boulimie d’entraîneurs (7 entraîneurs différents sur les 7 dernières années).

En ce qui concerne la Serie A, le choc des cultures devrait être trop important. Les équipes du technicien allemand encaissent généralement beaucoup de buts. Cela ne correspond pas vraiment à la philosophie italienne, même si la Serie A semble devenir ces derniers temps un championnat beaucoup plus offensif. Qui sait ? Un Milan AC qui essaie de se reconstruire ou Naples lorsqu’il faudra remplacer l’excellent Maurizio Sarri pourraient s’intéresser au profil atypique de Tuchel.

Et pourquoi pas la France ?

Il reste enfin un dernier pays susceptible d’accueillir l’Allemand : le nôtre ! Les techniciens étrangers ont la cote en Ligue 1. En effet, pourquoi ne pas l’imaginer à la tête du Paris Saint-Germain si Unai Emery venait à être remercié ? Un entraîneur à la philosophie très offensive qui dirigerait la MCN (Mbappe-Cavani-Neymar), cela pourrait faire des étincelles.

Si le talentueux Jardim venait à rejoindre un club encore plus ambitieux que Monaco, la Principauté pourrait aussi constituer une belle destination pour le technicien allemand. Enfin, un club comme l’OM et son Champions Project pourrait vouloir frapper un grand coup si Rudi Garcia ne donne pas satisfaction, ou alors l’OGC Nice et l’OL si ces clubs voulaient franchir un cap supplémentaire…

Ce dont on est certain, c’est qu’un entraîneur comme Thomas Tuchel au chômage, c’est du gâchis. Il est souhaitable qu’un club le remette vite en selle. Avec un tel entraîneur, si les résultats et les titres ne peuvent pas être garantis (le football reste un sport très imprévisible), le spectacle sera lui au rendez-vous. La conclusion est d’ailleurs pour Pep Guardiola : « Je le dis à tous ceux qui réduisent le football à des chiffres, encore des chiffres. En quoi un championnat de plus ou de moins, une Ligue des Champions de plus ou de moins, changerait nos vies ? Battons-nous plutôt pour être admirés ! Que le jeu vienne directement de l’âme. Comprenez-moi bien : les chiffres comptent et vous savez bien que je veux toujours gagner. Je n’oblige personne à penser comme moi. Je dis seulement que si ce que je vous propose ne vous fait rien ressentir, […] ne changez pas, restez vous-mêmes. Mais moi, je me battrai toujours pour obtenir le meilleur football dont mes joueurs sont capables, et si possible, pour donner des émotions fortes aux gens qui nous regardent. » Thomas Tuchel n’en pense certainement pas moins.

  1. avatar
    13 octobre 2017 a 11 h 36 min

    N.B. : La dernière citation de Guardiola est issue du livre de Marti Perarnau, “Pep Guardiola : la métamorphose”, page 294.

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Retrouvez Your Zone sur

Compatible Smartphone & Tablette

Iphone & iPad

Abonnez-vous à la Newsletter