Bayern Munich : ce qui a changé avec l’arrivée de Heynckes
Photo Panoramic

Bayern Munich : ce qui a changé avec l’arrivée de Heynckes

Lorsque Jupp Heynckes est nommé entraîneur du Bayern Munich, il reprend en main une équipe qui vient d'enchaîner trois rencontres sans gagner. Aujourd'hui, le club bavarois est leader de Bundesliga avec trois points d'avance sur Dortmund qu'il affronte ce week-end.

En 2013, il avait quitté la Bavière en héros après avoir permis au Bayern Munich de réaliser une saison historique au cours de laquelle les Munichois se sont adjugés le championnat, la coupe d’Allemagne ainsi que la Ligue des Champions. Quatre ans plus tard, Jupp Heynckes revient au Bayern avec l’étiquette de pompier pour prendre la suite de Carlo Ancelotti. L’Italien, limogé à l’issue de la débâcle parisienne, n’aura pas résisté à la grogne de son vestiaire ainsi qu’à des choix tactiques pour le moins surprenants.

Un choix logique mais provisoire

Les dirigeants du club munichois n’ont pas hésité longtemps avant de contacter “Don Jupp” dont l’aura en Bavière est incroyable. Celui qui fut champion du monde en 1974 avec la RFA est un habitué de l’institution puisqu’il effectue aujourd’hui son quatrième passage sur le banc bavarois. Ami proche de Uli Hoeness, co-président du Bayern Munich, Heynckes ne pensait pourtant plus entraîner, mais cela ne l’a pas empêché de se lancer au plus grand plaisir de Karl-Heinz Rummenigge : « Il est l’entraîneur idéal pour cette situation. Il connaît tout du club, il a encore le feu ! Cela nous laisse le temps de bien travailler pour trouver l’entraîneur de notre avenir, dès l’été prochain. »

Ce grand retour a fait des heureux dans le vestiaire, à l’image de Franck Ribéry : « Il donne confiance aux joueurs, il a insufflé une nouvelle vie et a soudé l’équipe. Quand nous nous sommes revus, nous nous sommes tombés dans les bras. Heynckes était responsable de mon excellent niveau en 2013. Je suis très content qu’il soit de retour. » De plus, Heynckes a su obtenir tout de suite l’adhésion totale de son groupe, ce que n’a pas su faire Ancelotti.

Cependant, il sait qu’il ne coachera pas le Bayern au-delà de l’exercice 2017-2018. En effet, le club commence déjà à prospecter pour trouver un nouvel entraîneur. Les noms les plus fréquemment cités sont Thomas Tuchel (libre) ainsi que Julian Nagelsmann, actuel coach du TSG Hoffenheim.

Une nouvelle hiérarchie

Dès sa prise de fonctions, Jupp Heynckes a procédé à des choix forts. Tout d’abord dans son staff puisque le Bayern Munich a consenti un effort de deux millions d’euros pour racheter au Fortuna Düsseldorf le contrat de Peter Hermann, son fidèle adjoint. Ces derniers jours, Willy Sagnol a même été débarqué du club bavarois. L’ex-adjoint de Carlo Ancelotti n’entrait pas dans les plans. Puis ce sont les joueurs qui ont accueilli les décisions de leur nouveau coach.

Pour la réception du SC Fribourg, “Don Jupp” n’a titularisé aucune des recrues estivales (Süle, Rudy, Tolisso, James). Tous ont pris place sur le banc des remplaçants. Certains sont entrés en jeu mais seulement en fin de partie lorsque le succès était acquis. Ces renforts, souhaités par Ancelotti, bénéficiaient d’un temps de jeu plus conséquent sous la direction du “Mister”, à l’image de Corentin Tolisso.

L’ancien Lyonnais, transfert le plus onéreux de l’histoire du club bavarois, pourrait perdre beaucoup au change. L’international français a tout de même prouvé ses qualités lors de la journée suivante. En déplacement à Hambourg, le Bayern Munich s’est imposé 1-0. Tolisso a réalisé une solide prestation, ponctuée par l’unique but de la rencontre. Ce dernier admet tout de même un changement de statut : “Pour moi, personnellement, c’est un peu plus compliqué. J’ai joué un match sur trois depuis l’arrivée de Jupp Heynckes, mais je ne perds pas espoir. Je vais tout donner à l’entraînement pour être titulaire et essayer de montrer au coach que je suis capable de jouer le plus de matchs possibles et qu’il peut compter sur moi. Nous avons une très grosse équipe, c’est difficile de se faire sa place.”

Son coach le lui a d’ailleurs bien rendu : “Coco a réussi des débuts encourageants. Sa capacité à ratisser les ballons est impressionnante. Dans l’entrejeu, la concurrence est féroce, mais chacun aura du temps de jeu.”

Contre Fribourg, Heynckes a opté pour la titularisation de Javi Martinez aux côtés de Thiago Alcantara dans son classique 4-2-3-1. Ce choix illustre le fait que le technicien allemand souhaite principalement s’appuyer sur les joueurs ayant participé au triplé (Neuer, Boateng, Alaba, Ribéry, Martinez, Robben, Müller) en y incorporant les recrues.

Une solidité défensive retrouvée

Comme le décrit le journaliste Lukas Hörster, “pour Heynckes, la stabilité défensive est très importante. Il veut réduire au minimum l’expression offensive adverse.” Depuis le début de la saison, le Bayern Munich a souvent encaissé des buts suite à des erreurs de concentration. Contre Wolfsburg, les Munichois pensaient l’emporter mais ils ont finalement vu les Loups revenir à leur hauteur. Même son de cloche lors du déplacement au Hertha Berlin. Dans les deux cas, les joueurs du Bayern avaient une avance de deux buts. Par ailleurs, Sven Ulreich, le remplaçant de Manuel Neuer dans les cages, a été vivement critiqué pour avoir commis une bourde lors du match de Wolfsburg.

Depuis la nomination de Heynckes, le Bayern a resserré les lignes défensivement puisque la formation bavaroise n’a encaissé que deux buts en cinq matchs toutes compétions confondues, et aucun en Bundesliga. De bonne augure avant les prochaines grandes échéances ?

Des résultats immédiats

Pour sa première sur le banc cette saison, “Don Jupp” a vu ses hommes facilement disposer de Fribourg (5-0) avant de revenir victorieux de Hambourg (0-1). Le Bayern Munich a ensuite défié à deux reprises le RB Leipzig. Au Red Bull Arena en Coupe d’Allemagne, les Munichois l’emportent aux tirs au but lors d’une partie qui a vu des décisions arbitrales contestables. Quelques jours plus tard, c’est avec un esprit de revanche que Die Roten Bullen débarquent à l’Allianz Arena pour le Topspiel de la 9ème journée de Bundesliga. Les hommes de Heynckes remportent logiquement ce choc (2-0) et font d’une pierre deux coups en s’installant sur le fauteuil de leader du championnat d’Allemagne à la suite des faux-pas du Borussia Dortmund. S’en est suivi un succès en Ligue des Champions sur la pelouse du Celtic Glasgow (2-1).

Les deux grands rivaux du football allemand se retrouvent ce week-end au Westfalenstadion pour le Klasiker. En cas de victoire, le Bayern Munich pourrait déjà reléguer son adversaire à six points, alors que trois semaines auparavant le Borussia comptait cinq points d’avance. Un renouveau duquel Jupp Heynckes est le grand artisan. Mais “Don Jupp” pourra-t-il refaire le coup de 2013 ? Affaire à suivre…

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Retrouvez Your Zone sur

Compatible Smartphone & Tablette

Iphone & iPad

Abonnez-vous à la Newsletter