Le Racing 92 s’offre sa première finale européenne !
Photo Panoramic

Le Racing 92 s’offre sa première finale européenne !

Le Racing 92 s'est qualifié pour la première finale européenne de son histoire, venant à bout des Tigers de Leicester 19-16. Inquiétés à seulement quelques secondes de la fin, les franciliens ont parfaitement contenu les quelques assauts des anglais dans un match qui a brillé par le nombre d'en-avants.

L‘entame est francilienne, les turnovers sont à l’avantage des hommes du duo Travers-Labit et sur un ruck aux 40 mètres adverses, Rococoko va s’emparer de la gonfle aux alentours du tas d’hommes restés au sol pour filer dans les 22, l’action rebondira par des séances d’avants et Machenaud dans la position du neuvième gros s’étale de tout son “petit-long” sur la ligne d’en-but. 0-7 4′ après transformation de Dan Carter.

Goosen de plus de 50 mètres et Dan Carter sur drop auront l’occasion de gonfler l’addition à la 9′ et 13′ minutes mais le ballon n’embrassera pas le milieu des perches. Le Racing est pénalisé en mêlées fermées, le duel des internationaux Dan Cole – Eddy Ben Arous tourne à l’avantage du chauve anglais qui fait tomber son adversaire à deux reprises. Les Tigers s’en remettent aux charges de l’ancien agenais-bayonnais Opeti Fonua, mais le puissant troisième ligne est bien muselé par la défense “ciel et blanche” qui lui en fait perdre la possession à plusieurs reprises.

Les Tigers perdent Freddie Burns

Au quart d’heure de jeu, un évènement sur la pelouse de Nottingham avec la première charge de Manu Tuilagi sur Dan Carter qui ne mouftera pas d’un poil. L’ouvreur néo-zélandais quelques minutes plus tard offrira un bol d’air conséquent aux siens avec trois nouveaux points 0-10 21′. Freddie Burns ouvrira lui le compteur des Tigers peu avant la demi-heure de jeu sur pénalité 3-10 avant de céder sa place à Owen Williams quelques minutes plus tard, sa cheville s’étant dérobée sous le poids de Chris Masoe. Les Tigers devront faire sans leur maître à jouer mais qu’importe puisqu’Owen Williams a les épaules et il le prouve 30 secondes seulement après son entrée, à froid, avec une pénalité convertie 6-10 37′.

Le dernier mot du premier acte reviendra à l’ouvreur kiwi champion du monde qui passe sa troisième pénalité en autant de tentatives 6-13 Mi-temps.

La mêlée francilienne se reprend

Le début de seconde mi-temps ne résout pas les problèmes de mêlée des franciliens, pour quelques minutes tout au moins, le temps pour Williams de passer trois nouveaux points 9-13 43′. Car les avants “ciel et blanc” vont rectifier la tenue et la poussée, les Tigers vont être sanctionnés à deux reprises dans le secteur qu’ils dominaient. Dan Carter valide le retour au premier plan de ses avants 9-16 50′.

Essai refusé à Johan Goosen

Les trentes acteurs sont volontaires mais l’envie n’empêchera pas les en-avants. Le match est fermé, la bataille des rucks est disputée, le Racing fait front mais perd Dumoulin blessé à l’épaule. À l’heure de jeu, Goosen pense avoir délivré les siens sur un superbe essai en coin mais Nigel Owens fait appel à la vidéo et surligne l’en-avant – ENCORE – de Chris Masoe au départ de l’action. Faute de marquer 5 points, Goosen en marquera trois à 7 minutes de la fin sur pénalité, les Tigers pointent à deux marques et le banc francilien se frotte déjà les mains. 9-19 73′.

Veainu entretient un fol mais tardif espoir

A une minute de la fin, l’ailier des Tigers Veainu touche la terre promise, il ne reste alors qu’une poignée de secondes quand Williams convertit rapidement la transformation 16-19 79′. Dan Carter doit assurer une remise en jeu qu’il botte loin dans le camp des anglais les contraignant à relancer depuis leur en-but. La ligne parisienne est imperméable et obtient une faute de ses adversaires après la sirène qu’elle ne jouera pas. C’est fini, le Racing 92 décroche là la première finale de son histoire européenne et pour Dan Carter, cette Champions Cup est l’une des principales raisons de sa venue en Hexagone :

“C’est une incroyable récompense. Cette compétition faisait partie des raisons de ma venue en France. Nous savions qu’il fallait être attentifs jusqu’à la fin car Leicester a un effectif de qualité, particulièrement physique.

Remporter la finale serait un rêve devenu réalité. Ce sont pour le moment quatre mois et demi fantastiques. Les Saracens sont une équipe de qualité, l’équipe en forme de la compétition, j’ai hâte d’y être !”

Le Racing 92 fera tout son possible pour garder cette Coupe qui a élu résidence sur le sol français depuis trois ans, en face, les Saracens tenteront de ramener un titre qui fuit la Perfide Albion depuis 2007 et la victoire des Wasps. Rendez-vous le 14 Mai au Stade des Lumières de Lyon.

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Retrouvez Your Zone sur

Compatible Smartphone & Tablette

Iphone & iPad

Abonnez-vous à la Newsletter