Champions Cup : les Saracens s’invitent logiquement en finale !
Photo Panoramic

Champions Cup : les Saracens s’invitent logiquement en finale !

Dans un Madejski Stadium offert habituellement au football et clairsemé, les Saracens ont battu logiquement les Wasps 24-17. Archi-dominateurs en conquête, les hommes de Mark McCall iront défier en finale le vainqueur du match opposant les Tigers de Leicester au Racing 92.

La première séquence offensive des Wasps file à dame au bout de 60 secondes seulement, le ballon arrive sur l’aile de Christian Wade qui met les canes depuis ses 45 mètres le long de la ligne de touche avant de remiser intelligemment à l’intérieur de Dan Robson qui ne se fait pas prier pour crocheter Alex Goode et ainsi ravir la ruche. Gopperth transforme et déjà 0-7 pour les Wasps.

Les “Rouge et Noir” tentent de répondre par leurs avants, une première séquence à deux-trois temps de jeu est avortée par la défense des hommes de Dai Young. Après une pénaltouche infructueuse, les Sarries se résonnent et décident de prendre quelques points par l’intermédiaire du buteur international Owen Farrell, mais le jeune ouvreur manque étrangement la cible. 0-7 14′.

Sur un turnover, les Sarries envoient avants et arrières buter sur la défense des Wasps, un astucieux coup de pied à suivre de Farrell dans l’en-but met aux prises Frank Halaï et Chris Ashton, les deux hommes se gênent à la lutte et Duncan Taylor profite du ballon laissé orphelin pour aplatir. Après arbitrage vidéo, M.Poite décide d’invalider les points, Chris Ashton semble bousculer Frank Halaï à l’épaule. 0-7 17′

Mike Rhodes l’opportuniste

À la demi-heure de jeu, Jimmy Gopperth dégage son camp derrière un ruck mais il est contré par la montée rapide de Mike Rhodes, le ballon roule vers l’en-but, le sud-africain a bien suivi et inscrit les premiers points des “Rouge et Noir” non bonifiés car non transformés par un Farrell peu à son aise sous le soleil du Madejski Stadium. 5-7 30′

Les Wasps voient la ligne des 22 mètres adverses pour la seconde fois du match, on joue la 34ème minute mais l’initiative offensive va de nouveau changer de main pour revenir aux Sarries qui monopolisent le cuir depuis l’essai de Wade. Owen Farrell va enfin passer ses premiers points et ce n’est que très logiquement que les hommes de Mark McCall rejoignent les vestiaires avec un point d’avance. 8-7 Mi-temps. Pour Rory Lawson, l’ancien demi de mêlée écossais, les Saracens devraient mener de 10 points :

Impossible de croire qu’il n’y ait que 8-7 si tu regardes le match sans faire attention au tableau d’affichage. Les Saracens devraient être au moins 10 points devant. Ils ont empêché les Wasps de sortir de leurs 22 et les ont privé de possession. Jimmy Gopperth a été mis sous pression et les Wasps doivent désormais changer de philosophie de jeu et mettre un peu plus la main sur le ballon. La bote d’Elliot Daly peut être une option. S’ils arrivent dans le camp des Saracens, ils doivent traiter le ballon comme s’ils avaient un lingot d’or dans les mains car ils n’auront pas beaucoup d’opportunités pour scorer.

Psychologiquement lancé grâce à sa pénalité réussie de fin de première période, Owen Farrell va enchainer deux pénalités réussies à la 41 et 46ème. 14-7. 

Owen Farrell disjoncte, Dan Robson sort sur civière.

Archi-dominés les Wasps se réveillent enfin et offrent un étal offensif de 14 temps de jeu entre la ligne médiane et la ligne des 22 “Rouge et Noir”, l’action s’achèvera par un plaquage extrêment dangereux d’Owen Farrell sur Dan Robson qui le laissera inconscient sur la pelouse. Le ralenti est insoutenable, M.Poite sort un carton jaune à l’encontre de l’ouvreur international des Saracens qui s’est ouvert la tête sur le choc. Dan Robson sortira sur civière équipé d’un masque à oxygène, Jimmy Gopperth ramènera les siens à 4 points 14-10 51′.

Joe Simpson joue une touche rapide dans ses 22 mètres, Gopperth en profite pour alerter Christian Wade qui fait encore un festival de course sur son aile. Les Wasps profitent de l’infériorité adverse pour s’exhiber en attaque mais la défense des “Rouge et Noir” est impeccable. Les coéquipers de James Haskell n’auront inscrit que trois points durant les dix minutes de frigo d’Owen Farrell.

De retour sur le pré, Farrell a l’occasion de mettre les Wasps à un essai transformé, quelques sifflets descendent du Madejski, l’ouvreur manque la pénalité et est immédiatement moqué par les supporters adverses. 14-10 63′

McIntyre voit jaune

Maro Itoje, encore monumental aujourd’hui, porte à trois le nombre de ballons volés par les Sarries dans l’alignement,  les avants “Rouge et Noir” sont encore en démonstration dans le sillage du jeune seconde ligne international. Sur un de ces temps de jeu, M.Poite demande un ralenti, McIntyre semble adresser un coup de pied dans la tête de Maro Itoje au sol. La question de la couleur du carton est sur toutes les lèvres. Malgré l’indication “coup de pied volontaire” invoqué par M.Poite, McIntyre ne voit que jaune. Toujours sous les sifflets, Owen Farrell sanctionne 17-10 69′.

Les avants récompensés, Ashley Johnston entretient l’espoir

Sur un groupé pénétrant de 30 mètres, Ashton et autres arrières prêtent main forte aux avants, M.Poite n’aura pas d’autre choix de lever le bras sous les perches tant la domination du pack des Saracens fût criarde. À 24-10 à la 75′, on se dit que le sort des Wasps est réglé mais Ashley Johnston rentré plus tôt passe la ligne à son tour et avec la transformation de Gopperth, les supporters “jaune et noir” croient au come-back des leurs comme en quart-de-finale. 24-17 77′.

Une dernière attaque des Wasps se solde par un ballon tombé, sur la mêlée, le ballon est dégagé en tribune, M.Poite siffle la fin, les Saracens accèdent à la finale de Champions Cup deux ans après avoir été battus par Toulon 23-6.

Homme du match, Maro Itoje au micro de la Sky :

La résilience de l’équipe et la qualité intra-personnelle nous ont aidé à contrôler le match et à revenir au score. Nos arrières ont sû imposer un rythme soutenu demandé par les coachs. Peu importe qui on affrontera en finale, on veut juste être récompensés à la fin.

Pour le capitaine des Wasps James Haskell, il faudra rebondir en Premiership :

Quand on a cravaché autant qu’aujourd’hui, alors on ne peut rien demander de plus. Ça c’est joué sur des détails. On doit se resaisir car il y a toujours la Premiership à jouer et on veut bien finir avec cette équipe qui ne sera plus la même l’an prochain.

Source et crédit : bbcrugby.com

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Retrouvez Your Zone sur

Compatible Smartphone & Tablette

Iphone & iPad

Abonnez-vous à la Newsletter