Coupe Davis : Le Top 10 des meilleurs joueurs de l’Histoire du tennis belge
Photo Panoramic

Coupe Davis : Le Top 10 des meilleurs joueurs de l’Histoire du tennis belge

Après la 1ère place des footballeurs au classement FIFA, les Diables Rouges disposent désormais d'une chance unique - par le biais de la finale de la Coupe Davis - de faire de ce cru 2015 une année doublement historique pour le sport national belge. L'occasion de redécouvrir ici les meilleures performances (souvent méconnues, voire même carrément oubliées) des tennismen d'outre-Quiévrain.

Grâce à des championnes de la trempe de Justine Hénin ou Kim Clijsters (11 titres du Grand-Chelem en simple, un titre olympique et une Fed Cup à elles-deux), le tennis féminin belge a connu, dans le courant des années 2000, son âge d’or. En revanche, du côté des hommes, force est de constater qu’on ne peut pas vraiment en dire autant. Les performances « raquettes en main » des Diables Rouges ayant toujours été, disons, plutôt discrètes sur le circuit ATP… Une victoire en Coupe Davis fin-novembre, face à la Grande-Bretagne des frères Murray, constituerait ainsi de facto la plus grande performance de leur Histoire. Mais nous n’y sommes pas encore… Quoi qu’il en soit, cette surprenante affiche de la Coupe du Monde de Tennis par équipes version 2015 nous donne l’opportunité de jeter un petit coup d’oeil dans le rétroviseur sur les quelques coups d’éclats du tennis masculin belge via ses 10 meilleurs représentants. 

10. Steve DARCIS (né le 13/03/1984 à Liège)

Fils d’un prof de tennis, Darcis fait parler de lui en remportant l’Open d’Amersfoort aux Pays-Bas en 2007. Classé 300e mondial avant le tournoi, il sort des qualifs et s’en va chercher le titre en alignant une série de 8 succès en 8 jours ! Cette performance lui permet de gagner 150 places d’un coup. En 2008, nouvel exploit, le Liégeois obtient son 2e titre ATP en battant le futur double-finaliste suédois de Roland-Garros (en 2009 et 2010), Robin Söderling, en finale du tournoi de Memphis. Classé 44e mondial en 2008, il compte à son tableau de chasse des victoires face à des joueurs comme Gasquet, Simon, Monfils, Berdych, Youzhny ou encore le champion olympique de 2004, Nicolas Massu. Mais sa victoire la plus médiatique demeure incontestablement celle obtenue face à Rafael Nadal lors de Wimbledon 2013. Joueur complet mais fragile, c’est lui qui a offert la qualification pour la finale de la Coupe Davis 2015 à son pays, en apportant le 3e point décisif au terme du 5e match de la demi-finale face à l’Argentine, dans une ambiance de folie.

9. Philippe WASHER (né le 06/08/1924 à Bruxelles)

9 fois champion de Belgique entre 1945 et 1954, Philippe était le fils d’un autre grand champion de tennis du Plat-Pays, Jean Washer (voir plus bas), qui fut d’ailleurs, logiquement, son mentor. Triple 1/8e de finaliste à Wimbledon et 1/4 de finaliste à Roland-Garros en 1957 en simple, ainsi que demi-finaliste en double à Wimbledon et en mixte à RG, Washer-Junior était le partenaire idéal de Jacky Brichant. Ensemble, les 2 hommes réalisèrent à 2 reprises l’exploit de remporter la finale européenne de la Coupe Davis, qualifiant ainsi leur sélection nationale pour les confrontations inter-zones de 1953 et 1957 face aux Etats-Unis. Pour l’anecdote, signalons que Philippe Washer a présidé (de 1983 à 1994) à la tête du Royal Léopold Club de tennis de Bruxelles, qui fut le 1er club de son père et que sa famille avait contribué à sauver de la banqueroute au sortir de la Seconde Guerre Mondiale.

8. Olivier ROCHUS (né le 18/01/1981 à Namur)

Malgré son petit gabarit, il ne mesure qu’1,69m (ce qui constitue un sérieux handicap dans le tennis moderne, en particulier au service), Rochus était un joueur vif, extrêmement précis et technique, capable de surprendre des « top-players » comme Norman, Coria, Robredo, Puerta, Ferrer, Philipoussis ou Davydenko, et même d’anciens ou futurs N.1 mondiaux tels que Marat Safin, Carlos Moya ou encore un certain Novak Djokovic !!! En outre, l’ancien 24e mondial a atteint à 10 reprises le stade de la finale en tournois ATP, pour 2 titres remportés. Révélé sur le circuit-espoir par sa victoire en double à Wimbledon junior 1998 en compagnie de Roger Federer, Olivier a aussi obtenu le titre en double à Roland-Garros 2004. Fruit de son association avec son compatriote Xavier Malisse (voir plus bas), ce succès (face au binôme franco-français Santoro-Llodra) constitue la plus belle ligne de son palmarès. Parvenu en 1/8e de finales de 3 des 4 tournois du Grand-Chelem en simple (des résultats plus qu’honorables pour un joueur de sa taille), d’aucuns suggèrent que s’il avait eu la chance de mesurer une quinzaine de centimètres de plus, Olivier Rochus aurait très certainement fait partie du Top 10 mondial, voire mieux. 

7. Willy LE MAIRE DE WARZÉE (né en 1878)

Né au sein d’une famille d’aristocrates, William fut champion de Belgique à 6 reprises entre 1901 et 1911. Célèbre pour la qualité de son jeu de jambes et son excellent coup-droit à plat, il était également un athlète ultra-endurant. A ce sujet, la légende raconte même que lors d’un match disputé à Arnhem aux Pays-Bas et l’opposant au champion de Hollande, Maas Van der Feen, Willy disputa un point long de plus de 150 échanges ! Double quart-de-finaliste en simple à Wimbledon en 1904 et 1908, le Wallon De Warzée formait un redoutable duo avec le Flamand De Borman (voir plus bas) : 2 fois demi-finalistes du double à Wimbledon et finalistes malheureux de la Coupe Davis 1904, déjà face à la Grande-Bretagne (quelle coïncidence) ! Lors du 5e match de la demi-finale face à la France, Willy avait d’ailleurs été le héros de la patrie brabançonne après qu’il eut mystifié en 5 sets le tenant du titre de Roland-Garros, Max Decugis.

6. David GOFFIN (né le 07/12/1990 à Liège)

Initié à la petite balle jaune par son père, lui-aussi entraineur de tennis, on le découvre sur la terre-battue parisienne de Roland-Garros en 2012. A cette occasion, Goffin perd pourtant au dernier tour des qualifications face au Portugais Joao Sousa Repêché suite au forfait de Gaël Monfils, David intègre alors le tableau principal du grand-chelem hexagonal où il créera la surprise en éliminant successivement Stepanek, Clément puis Kubot avant de se permettre le luxe de prendre un set au « maestro » Federer en 1/8e de finale. Depuis, David a fait son petit bonhomme de chemin, glanant 2 titres ATP en 2014 (Kitzbühel et Metz) et atteignant le 14e rang mondial en 2015 – soit le meilleur « ranking » d’un tennisman belge dans l’ère-open – après s’être notamment hissé en 1/4 du Masters 1000 de Rome, puis en 1/8e de finale à Wimbledon. Doté d’un excellent revers à 2 mains ainsi que d’un grand sens tactique, on le compare souvent au Français Gilles Simon. Leader de son équipe, avec 4 victoires (sans perdre le moindre set) en 4 matchs, il est le principal artisan du très bon parcours des Diables Rouges lors de cette édition 2015 de la Coupe Davis.

5. Filip DEWULF (né le 15/03/1972 à Mol)

Bourré de talents, grand (1,93m), puissant et bon serveur, Filip Dewulf a été l’étoile filante du tennis d’outre-Quiévrain des années 1990. Champion de Belgique en 1991, il se signala en décrochant son 1er titre ATP après avoir battu le futur N.1 mondial autrichien, Thomas Muster, devant son public de Vienne en 1995. Deux ans plus tard, suite à ses victoires contre Caratti, Meligeni, Portas, Corretja et Norman, il fit sensation lors de l’édition 1997 de Roland-Garros où il devint le 1er joueur issu des qualifications à atteindre les demi-finales, ne s’inclinant que face au feu-follet carioca, Gustavo Kuerten (futur vainqueur du tournoi parisien cette année-là). Malgré un 2e titre ATP (à Kitzbühel en 1997) et un nouveau 1/4 de finale à l’Open de France 1998, il disparut alors brusquement des écran-radars… Classé 39e joueur mondial à son climax, il a été le 1er Belge à faire partie du Top 40 dans l’ère-open.

4. Paul DE BORMAN (né le 01/12/1879 à Saint-Josse-ten-Noode)

9 fois vainqueur du championnat belge en simple entre 1898 et 1912, De Borman était le pionnier du tennis bruxellois. En 1903, il vainquit l’Américain Clarence Hobart, ancien finaliste à l’US Open, en finale du tournoi d’Ostende. L’année suivante, il s’imposa comme une référence internationale en atteignant les demi-finales à Wimbledon, aussi bien en simple (défaite face au « Major » Josiah Ritchie) qu’en double, et surtout la finale de la Coupe Davis avec son rival et complice Willy De Warzée. En demie, opposé à l’ancien quadruple champion de France, Paul Aymé, il frôla la défaite et dut puiser au fond de lui-même pour s’imposer au terme du 5e set. Le célèbre journaliste anglais Arthur Wallis-Myers le décrivait d’ailleurs comme l’un des joueurs les plus accrocheurs de son époque, et ce, malgré un style de jeu pourtant peu académique… Une fois sa raquette au placard, il occupa de manière éphémère le poste de président de l’ITF (International Tennis Federation) de 1946 à 1947.

3. Jacky BRICHANT (né le 28/03/1930 à Mont-sur-Marchienne)

Figure emblématique du tennis wallon, ce fut son père Fernand (ancien footballeur international) qui incita Jacky à s’engager dans la filière sportive dès son plus jeune âge. Octuple champion de Belgique en simple de 1955 à 1962, Brichant détient le record de rencontres disputées pour le compte des Diables en Coupe Davis. Vice-champion du « All England Plate » (la consolante de Wimbledon) en 1950, demi-finaliste en double, puis triple 1/8e de finaliste du grand-chelem londonien, Jacky s’illustra avec plus de réussite sur l’ocre de Roland-Garros. Lauréat du tournoi junior en 1947, il accéda ensuite par 3 fois aux quarts et une fois aux demies du tournoi de la Porte d’Auteuil. De fait, en 1958, après avoir sorti le futur N.1 mondial australien, Neale Fraser, il ne s’inclina qu’à une marche de la finale face à un autre joueur venu du bout du monde, Mervyn Rose, qui remporta la Coupe des Mousquetaires cette année-là. Considéré comme un membre du Top 20 (à une époque où le classement ATP n’existait pas encore), vainqueur d’une trentaine de titres en simple, dont Monte-Carlo en 1957, cet élégant droitier était le principal fer de lance de la Belgique lors des victoires européennes de 1953 et 1957.

2. Xavier MALISSE (né le 19/07/1980 à Courtrai)

Aussi talentueux qu’impétueux, Xavier Malisse a été l’enfant terrible du sport belge des années 2000. Alors qu’il venait tout juste de faire son entrée dans le Top 100, sa victoire sur Roger Federer propulsa la Belgique dans le dernier carré de la Coupe Davis 1999. En 2002, il réalisa ensuite le plus beau parcours de sa carrière en Grand-Chelem, éliminant le champion olympique en titre, Kafelnikov, puis le local Rusedski et enfin l’ancien vainqueur Richard Krajicek, lors d’un somptueux duel en 5 sets dans le temple de Wimbledon. Défait en 1/2 par Nalbandian, il se hissa alors au 19e rang mondial (le meilleur classement d’un Belge dans l’ère-open jusqu’au récent avènement de David Goffin). Surnommé « X-Man », il enchaina par la suite le bon et le moins bon, comme l’atteste son ratio de seulement 3 victoires pour 9 défaites en 12 finales ATP. Capable de s’offrir le scalp des meilleurs lorsqu’il était dans un bon jour, il peut ainsi s’enorgueillir de quelques succès de prestige contre Nadal, Djokovic, Ferrero, Hewitt, Safin, Ferrer, Tsonga ou Berdych; il pouvait également se rater face à des adversaires présumément bien moins forts que lui… Outre ses nombreuses conquêtes féminines et son goût prononcé pour les soirées arrosées, ses détracteurs lui reprochaient avant-tout un certain laxisme, doublé d’un cruel manque d’assiduité à l’entrainement. Dommage, car avec un peu plus de constance, qui sait jusqu’où le taciturne Flamand aurait pu aller ?

1. Jean WASHER (né le 22/08/1894 à Berchem, Anvers)

Issu d’une dynastie d’industriels du textile, son début de carrière fut gâché par l’éclatement de la Grande Guerre. Engagé dans l’armée royale belge, Jean y obtint le grade de lieutenant. Une fois le conflit terminé, il s’investit à 100% dans le tennis auprès du Royal Léopold Club (le club-phare de la capitale bruxelloise à cette époque). Stakhanoviste, passionné, Washer devint un joueur de classe mondiale dès le début des années 1920, s’adjugeant au passage des victoires de prestige face aux 3 grands espoirs tricolores: Borotra, Cochet et Lacoste. Champion de Belgique à 8 reprises consécutives de 1920 à 1927, quart-de-finaliste de la Coupe Davis en 1921, ce spécialiste de la terre-battue parvint à se hisser à 2 reprises en finale des Championnats du Monde (WHCC) sur sa surface de prédilection ! Logiquement battu par le géant américain « Big » Bill Tilden en 1921, il garda à tout jamais un souvenir amer de sa 2e tentative infructueuse de 1923, ne cédant qu’au bout du suspense (après 5 sets) face à Bill Johnston, l’autre star « made in USA » du tennis des années 1920. En Grand-Chelem, Washer joua également de malchance, croisant malheureusement trop souvent la route des Mousquetaires français. Battu par René Lacoste en 1/4 de Wimbledon 1924, Jean subit le même sort en 1/2 de Roland-Garros 1925 face à son homonyme, « le Basque bondissant », Jean Borotra. En 1/4, Washer était pourtant venu à bout du « magicien » Henri Cochet ! Il prit sa retraite à 33 ans en 1927. N.9 mondial en 1923 – soit le meilleur classement jamais obtenu par un compétiteur belge en simple – cet imprévisible gaucher, au coup-droit lifté et au service puissant, demeure (pour l’heure) le meilleur tennisman que la Belgique ait connu.

Hors-classement, les autres joueurs notables

Puisqu’il est toujours très difficile d’établir ce genre de classement de manière rigoureusement objective, certains sont restés aux portes de ce « top-ten » virtuel. Citons notamment:

Jacques PETEN (né le 08/12/1912 à Anvers)

1/8e de finaliste des Internationaux de France en 1947.

Patrick HOMBERGEN (né le 08/09/1946 à Bruxelles)

Recordman des Championnats de Belgique avec 11 titres en simple.

Bernard MIGNOT (né le 03/12/1948 à Verviers)

1er tennisman belge à avoir remporté un titre en tournoi ATP.

Bernard BOILEAU (né le 25/05/1959 à Liège)

1er belge à avoir intégré le Top 50 dans l’ère-open: 42e en 1983.

Bart WUYTS (né le 15/09/1969 à Louvain)

69e mondial et tombeur de Guy Forget à Roland-Garros en 1992

Dick NORMAN (né le 01/03/1971 à Waregem)

Finaliste en double à Roland-Garros 2009, 10e joueur mondial de double en 2010.

Christophe ROCHUS (né le 15/12/1978 à Namur)

Frère ainé d’Olivier, 38e en 2006, 2 fois finaliste en simple en tournois ATP.

Kristof VLIEGEN (né le 22/06/1982 à Maaseik)

30e mondial en 2006, 2 finales ATP perdues dont une face à Olivier Rochus.

Ruben BEMELMANS (né le 14/01/1988)

3e homme des Diables de 2015, finaliste de la Hopman Cup 2011 avec Justine Hénin.

Kimmer COPPEJANS (né le 07/02/1994 à Ostende)

Grand espoir, actuel 4e homme en Coupe Davis, vainqueur de Roland-Garros junior en 2012.

Hors-catégorie : Joachim GÉRARD (né le 15/10/1988 à Uccle)

L’un des meilleurs joueurs de la planète dans la catégorie handisport (tennis en fauteuil-roulant). 3e mondial en 2013. Vainqueur de près d’une cinquantaine de titres (22 en simple, 24 en double). 1/4 à RG, à l’US Open et 1/2 en Australie en simple. 1/2 en Australie, à Wimbledon, et finaliste à l’US Open en double. Et surtout (avec la complicité de l’ancien N.1 mondial français, Stéphane Houdet) champion en double à Roland-Garros 2014 !

  1. avatar
    11 novembre 2015 a 1 h 17 min
    Par Nicolas

    Article impressionnant avec ces noms sortis de je ne sais ou. On constate que peu de nations ont de solides joueurs à long terme.

    La Belgique est un peu l’égal de la France avec pleins de bons talents, mais pas le palmarès qui va avec ce qui les rend plus humains.

    Guga, je ne sais pas d’où te sort tes inspirations mais il faut le faire.

    • avatar
      11 novembre 2015 a 17 h 26 min
      Par Guga57

      Salut Nico, merci du compliment ! comme je te disais l’autre fois, j’adore parler du tennis d’antant, et ne pas me limiter uniquement a l’ere-open. Et puis pour faire un Top-Ten 100% belge, il fallait vraiment ressortir les archives parce que sur l’ere-open uniquement, ca reste limite…
      Assez d’accord avec ta comparaison avec les Francais, dans une moindre mesure evidemment. Mais oui, proportionellement a la taille du pays, on peut dire que belges et francais se ressemblent tennistiquement parlant.
      Ceci-dit, eux n’ont jamais eu de finalistes en grand-chelem alors que nous oui.
      La, ou la similitude est grande, c’est au niveau mental je dirai…

    • avatar
      12 novembre 2015 a 20 h 08 min

      C’est marrant, à la lecture de l’article j’ai établi exactement le même parallèle entre Belgique et France, toutes proportions gardées naturellement, mais je n’ai pas fait le commentaire.

      Sinon M. Pennarbed, tu nous les brises à force de baver sur Guga. Si t’aimes pas, tu sais où est la sortie.
      Y a pas moyen de signaler les commentaires inappropriés sur ce site ???

      • avatar
        14 novembre 2015 a 18 h 36 min
        Par Guga57

        Salut Fabrice, laissons Pennarbed… il apporte sa touche de rage… il me fait penser aux mecs qui commentent les articles foot-tennis sur le site de lequipe. Et puis bon, il critique tout le monde ici, autre exemple: http://yourzone.beinsports.fr/linter-confirme-la-fio-deuxieme-la-juve-rechute-97354/
        Pour en revenir à l’article, oui, y a une certaine similitude entre belges et français. Je me répète mais à mes yeux c’est surtout un problème mental. Xavier Malisse en est l’exemple-type, aux vues de son potentiel, il aurait pu se faire sa place dans le Top 10 au début des années 2000. Au lieu de ça, son Wimbledon 2002 a eu l’effet inverse de celui qu’on aurait pu attendre. Benoit Paire me rappelle un peu Malisse d’ailleurs. Du talent mais trop de “plaisirs” extra-sportifs pour pouvoir réellement atteindre le top-niveau sur la durée…

  2. avatar
    11 novembre 2015 a 10 h 32 min
    Par Lounealu

    Comme à son habitude, Guga écrit un article en rapport avec l’actualité ce qui est toujours très intéressant.
    Merci pour ces petites anecdotes et merci pour ces articles qui nous apprennent sans être trop long et pompeux ;-)
    quel sera le thème de ton prochain article? Je le lirais avec plaisir.

    • avatar
      11 novembre 2015 a 17 h 34 min
      Par Guga57

      Merci Lou ! prochain theme??? euh je ne sais pas encore… en general j’essaie de relier ca un peu avec l’actualite mais la, a l’instant T, rien ne m’inspire vraiment… L’affaire-Benzema me desole pluss qu elle ne me donne envie d’en parler… Et sinon, niveau tennis, la saison est pratiquement finie. J’aurai bien fait un article pour parler du Masters, du genre “qui va gagner le Masters?” mais la reponse est trop evidente (Djokovic)… Mais en attendant, tu pourras surement tres bientot lire un nouvel article de mon copain Santino57 sur le dopage ;)

  3. avatar
    12 novembre 2015 a 1 h 46 min
    Par Nicolas

    @Guga.
    Disons que les belges sont plus modestes que nous et font un peu moins de bruit quand à leurs résultats.
    Pour ton prochain article il est tout trouvé OU va le tennis de nos jours.

    • avatar
      14 novembre 2015 a 18 h 47 min
      Par Guga57

      Vaste sujet que tu proposes Nico… Ou va le tennis ? Très honnêtement je n’en sais rien, la situation est encore trop floue pour l’instant.
      Va-t-on assister à un nouveau big-bang comme en 1968 avec les nouvelles règles proposées par l’ITF ???
      Petit rappel, pour rendre le tennis plus conforme aux attentes des diffuseurs TV, l’ITF a dans l’idée de diminuer la longueur des sets. Principales mesures suggérées, le gain du set se ferait au bout de 4 jeux remportés (au lieu de 6 ou 7 maintenant) ce qui aurait pour effet de rendre les débuts de set plus intenses dès les premiers points. En contrepartie, pour ne pas écourter la durée générale des rencontres, les matchs en 2 sets gagnants passeraient en 3 sets gagnants et les matchs en 3 sets gagnants passeraient en 4 sets gagnants (donc potentiellement… 7 sets!!!).
      Je suis curieux de voir si cette réforme verra le jour…

  4. avatar
    12 novembre 2015 a 11 h 55 min
    Par Pennarbed

    ca y est v’la son fan club ! vous allez croire que je m’acharne mais vous en faites tellement que ça devient risible… t’as le droit d’écrire si ça te chante mais un peu d’humilité te ferait grand bien… reprendre grosso modo ce qui est écrit sur wiki, tu parles d’investigations ! pareil en f1 le gars reprend betement le palmares pour faire son top 10 alors que les connaisseurs savent justement faire ressortir les pilotes vraiment méritants et qui n’ont pas tous un gros pédigrée… pas plus de finesse non plus dans ses analyses en foot ou en rugby et le mec continue de s’envoyer des tonnes de likes un mois après la parution de ses papiers (torchons)… la palme pour celui-ci : http://yourzone.beinsports.fr/duel-degos-zlatan-vs-cristiano-a-qui-le-melon-dor-98568/ nan mais lol quoi !!!

    • avatar
      12 novembre 2015 a 13 h 16 min
      Par Guga57

      “Remercie la personne qui te critique, car prisonnière de sa propre jalousie, elle ne fait que t’admirer…”

      Bises à toi mon petit Breton rageux ;)

    • avatar
      18 novembre 2015 a 17 h 43 min
      Par Guga57

      Restes zen pennarboude ;)

  5. avatar
    12 novembre 2015 a 12 h 45 min
    Par Guga57

    ce qui est lamentable c’est de se cacher derriere un autre pseudo l’ami ;)

  6. avatar
    12 novembre 2015 a 12 h 45 min
    Par Guga57

    assumes un peu tes opinions au grand jour !!!

  7. avatar
    12 novembre 2015 a 13 h 16 min
    Par Guga57

    “Remercie la personne qui te critique, car prisonnière de sa propre jalousie, elle ne fait que t’admirer…”

    Bises à toi mon petit Breton rageux ;)

  8. avatar
    13 novembre 2015 a 2 h 45 min
    Par Nicolas

    Guga salut.
    Ne perds pas ton temps avec ce gus car tu rentre dans son jeu.

    Dans l’article on aurait pu parler de l’Italie aussi car à part Fognini et les italiennes en Fed Cup cette nation est assez vide tennistiquement

  9. avatar
    14 novembre 2015 a 18 h 22 min
    Par Guga57

    Salut Nico, il est marrant Pennarbed non ???

    Pour l’Italie en tennis, chez les hommes je suis d’accord avec toi. Quoi que si tu regardes bien, avec Fognini et Seppi ils ont quand même 2 joueurs de bon niveau (avec des victoires contre Federer et Nadal en GC cette année notamment). C’est quand meme bien mieux que dans les années 1990-2000 donc meme si ils n’ont pas encore de top-player. Apres, je ne serai pas etonne de voir les italiens faire un petit truc en Coupe Davis l’annee prochaine (pour peu qu ils passent le 1er tour).

    Chez les femmes par contre, avec Schiavone, Pennetta, Vinci, Erani et Gorgi elles ont quand meme un excellent niveau, parmi les meilleures mondiales sur le circuit WTA selon moi.

  10. avatar
    16 novembre 2015 a 0 h 33 min
    Par nicolas

    Salut Guga.

    Je me demande ce que devient Francesca Schiavone car cela doit faire un bail que l’on ne l’a pas vu.
    C’est vrai que Camilla Giorgi est excellente surtout son père qui est assez unique en son genre.

    Pennarbed c’est un peu le Steevy du blog mais en moins drôle.

    • avatar
      18 novembre 2015 a 17 h 42 min
      Par Guga57

      Salut Nico, c vrai que le pere de Camilla Giorgi est un sacre numero !!!

      Plus de nouvelles de Pennarboude… il me manquerait presque ;)

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Retrouvez Your Zone sur

Compatible Smartphone & Tablette

Iphone & iPad

Abonnez-vous à la Newsletter