Benfica et la malédiction de Guttmann
Photo Panoramic

Benfica et la malédiction de Guttmann

Quittant furieux Benfica en 1962 après la deuxième victoire du grand club de Lisbonne en Coupe d'Europe des Clubs Champions, le coach hongrois Bela Guttmann lança un terrible avertissement : "Sans moi, sur les cent années à venir, Benfica ne gagnera plus jamais de Coupe d'Europe". Cinquante ans après, la malédiction fait toujours effet, avec cinq finales de C1 perdues, plus deux autres en C3...

Amsterdam, stade Olympique, 2 mai 1962. Les deux virtuoses du ballon rond que sont Alfredo Di Stefano (36 ans) et Ferenc Puskas (35 ans) ressentent enfin le poids des ans, en deuxième mi-temps. Car en première, le Major Galopant a signé un retentissant triplé.

Deux ans après la démonstration offensive du Real Madrid contre Francfort (7-3), les Merengues s’inclinent 5-3, le jour où Eusebio, la panthère du Mozambique, explose pour faire basculer la partie en faveur du club lisboète. A 3-3, la Perle Noire marque un doublé décisif et Benfica s’impose 5-3 sur le grand Real Madrid, signant son deuxième titre consécutif un an après avoir battu le Barça au stade Wankdorf de Berne.

Si Eusebio est le grand artisan de cette victoire en finale à Amsterdam, Bela Guttmann peut lui se targuer d’avoir été une cheville ouvrière des deux campagnes victorieuses de Benfica, qui a su pérenniser l’exploit.

Fort de deux couronnes de champion d’Europe, le coach hongrois demande une augmentation salariale à l’état-major du club. Se voyant opposer un irrévocable veto par les dirigeants du Benfica quelques jours plus tard, Guttmann avertit les Encarnados avant son départ… “Not in a hundred years from now will Benfica ever be European champion.”

Depuis 1962, Benfica n’a plus jamais gagné de Coupe d’Europe, et se fait globalement dominer depuis 1974 par le FC Porto sur le plan national. Orphelin d’Eusebio et faisant face à un club géré d’une main de fer par Pinto da Costa, le Benfica est devenu le dauphin régulier du grand club du Nord, qui a depuis ouvert son palmarès européen (C1 gagnées en 1987 et 2004, C3 remportées en 2003 et 2011).

Depuis le départ de Guttmann, Benfica a perdu pas moins de 7 finales européennes, dont 5 en C1, tout titre européen est donc devenu utopique :

– 1963, défaite contre le Milan AC en finale de C1 à Londres
– 1965, défaite contre l’Inter Milan en finale de C1 à Milan
– 1968, défaite contre Manchester United en finale de C1 à Londres
– 1983, défaite contre Anderlecht en finale de C3
– 1988, défaite contre le PSV Eindhoven en finale de C1 à Stuttgart
– 1990, défaite contre le Milan AC en finale de C1 à Vienne
– 2013, défaite contre Chelsea en finale de C3 à Amsterdam

Sans compter un nombre pléthorique de quarts de finales perdus, et 4 demi-finales perdues par les Encarnados : 1972 en C1 contre l’Ajax, 1981 en C2 contre Carl Zeiss Iena, 1994 en C2 contre Parme, 2011 en C3 contre Braga.

Si l’on fait une comparaison pertinente, entre Benfica et des clubs de haut niveau européen susceptibles de se qualifier régulièrement en finale européenne, bien peu ont perdu autant de finales, et encore moins avec un ratio si défavorable (2 victoires – 7 défaites)

- Juventus Turin : 6 victoires pour 6 défaites en finales européennes (C1 1973 contre l’Ajax Amsterdam, C1 1983 contre Hambourg SV, C3 1995 contre Parme, C1 1997 contre le Borussia Dortmund, C1 1998 contre le Real Madrid, C1 2003 contre le Milan AC)

- Bayern Münich : 7 victoires pour 5 défaites en finales européennes (C1 1982 contre Aston Villa, C1 1987 contre FC Porto, C1 1999 contre Manchester United, C1 2010 contre Inter Milan, C1 2012 contre Chelsea)

- Milan AC : 9 victoires pour 5 défaites en finales européennes (C1 1958 contre le Real Madrid, C2 1974 contre le FC Magdebourg, C1 1993 contre l’Olympique de Marseille, C1 1995 contre l’Ajax Amsterdam, C1 2005 contre Liverpool)

- Real Madrid : 11 victoires pour 5 défaites en finales européennes (C1 1962 contre le Benfica Lisbonne, C1 1964 contre l’Inter Milan, C2 1971 contre Chelsea, C1 1981 contre Liverpool, C2 1983 contre Aberdeen)

- FC Barcelone : 11 victoires pour 5 défaites en finales européennes (C1 1961 contre le Benfica Lisbonne, C2 1969 contre le Slovan Bratislava, C1 1986 contre le Steaua Bucarest, C2 1991 contre Manchester United, C1 1994 contre le Milan AC)

- Inter Milan : 6 victoires pour 3 défaites en finales européennes (C1 1967 contre Celtic Glasgow, C1 1972 contre l’Ajax Amsterdam, C3 1997 contre Schalke 04)

- Ajax Amsterdam : 6 victoires pour 3 défaites en finales européennes (C1 1969 contre le Milan AC, C2 1988 contre le FC Malines, C1 1996 contre la Juventus Turin)

- Liverpool : 8 victoires pour 2 défaites en finales européennes (C1 1985 contre la Juventus Turin, C1 2007 contre le Milan AC)

L’analyse des finales perdues de Benfica est intéressante…

Blessure de Mario Coluna à Wembley en 1963 contre les Rossoneri, météo défavorable au jeu de passes de Benfica en 1965 contre l’Inter (de surcroît avantagé en jouant à domicile à San Siro), loterie des tirs aux buts en 1988 contre le PSV Eindhoven de Guus Hiddink, défense de fer du grand Milan AC de Sacchi en 1990 (mais Benfica avait mangé son pain blanc avec la main de Vata contre l’OM en demi-finale), effondrement contre Chelsea en 2013…

Ironie du destin, malgré le terrible schisme de 1962 entre Bela Guttmann et le Benfica, le génial coach hongrois, sorte de Mourinho des temps anciens et inventeur du 4-2-4, était revenu entraîner Eusebio et ses coéquipiers en 1965-1966. Mais la malédiction s’était même retournée contre celui qui l’avait prononcée, Benfica étant éliminé cette saison-là en quart de finale de la Coupe des Champions par les Red Devils de Manchester United (3-2 et 5-1).

Avant la finale européenne de 1990 au Prater de Vienne contre le Milan AC, Eusebio en personne vint même prier sur la tombe de Bela Guttmann (mort en 1981 dans la capitale autrichienne) pour que soit brisée la malédiction, qui avait déjà coûté 4 titres européens au Benfica.

En vain…

  1. avatar
    31 janvier 2014 a 18 h 50 min

    Pauvre Benfica, chat noir du Vieux Continent, loin devant la Juventus et le Bayern pourtant si souvent battus en finales européennes.

    Encore 49 ans et Bela Guttmann verra sa prédiction réalisée …

    A Benfica de briser la malédiction, plutôt en C3 qu’en C1 évidemment sur le contexte actuel du foot européen.

  2. avatar
    2 mai 2014 a 10 h 22 min

    A Turin le 14 mai prochain, Benfica aura une 8e occasion de mettre fin à la malédiction Guttmann, en affrontant en finale de C3 le FC Séville.

    Après son petit exploit d’avoir sorti le favori, la Juventus, le club lisboète doit finir le travail face aux Andalous …

  3. avatar
    15 mai 2014 a 8 h 14 min

    Et voilà, la malédiction se prolonge une fois de plus. Elle durera donc au moins 53 ans, puisque la 52e année se termine par une cruelle défaite aux tirs aux buts contre le FC Séville.

    Turin n’a réussi qu’une fois au Benfica, en 1/2 contre la Juventus …

  4. avatar
    5 juin 2015 a 9 h 21 min
    Par busquets

    Guttman quelle légende ce mec

  5. Pingback: Ils n’ont pas gagné la Coupe des Coupes - beIN SPORTS Your Zone - Partagez votre passion et votre expertise du sport

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Retrouvez Your Zone sur

Compatible Smartphone & Tablette

Iphone & iPad

Abonnez-vous à la Newsletter