Ils n’ont pas gagné la Coupe des Coupes
Photo Panoramic

Ils n’ont pas gagné la Coupe des Coupes

Cette compétition a disparu depuis 1999 et ne sera jamais rétablie. Néanmoins, il est bon de citer les clubs qui comptent au moins une Ligue des Champions et une Ligue Europa dans leurs palmarès, mais qui n'ont pas réussi à gagner la Coupe des Coupes.

Inter Milan

Les Nerazzurri ont été sacrés champions d’Europe à trois reprises. Emmenés par le franco-argentin Helieno Herrera depuis le début de la décennie, l’Inter Milan est à son apogée dans les années 1960. Dès sa première saison, il est sacré champion d’Europe en 1964 face au Real de Madrid sur le score de 3-1 grâce à un doublé de Sandro Mazzola, qui termine co-meilleur buteur avec 7 réalisations, faisant de Milan la première ville à compter deux équipes championnes d’Europe. L’Inter devient aussi le premier club italien à conserver son titre face à un adversaire qui a fait cette expérience au début des années 1960 : le Benfica Lisbonne. Les Nerazzurri s’imposent 1-0 avec un but de Jair à la 42ème minute. Le 3ème et dernier sacre européen date de 2010 lorsque l’équipe fut entraînée par José Mourinho. Les Milanais s’imposent à Santiago Bernabeu face au Bayern sur le score de 2-0 avec un doublé de Diego Milito aux 35ème puis 70ème minutes.

L’Inter est redevenu un grand club sur la scène européenne dans les années 1990 avec trois victoires en Coupe de l’UEFA. La première date de 1991 face aux compatriotes de l’AS Rome sur le score total de 2-1. L’Inter obtient une victoire 2-0 à l’aller avec des buts de Lotthar Matthäus sur penalty à la 56ème minute et de Nicola Berti à la 72ème minute. Il s’incline 1-0 au retour sur un but tardif de Ruggerio Rizzitelli à la 83ème minute. La seconde Coupe de l’UEFA fut remportée en 1994 face à l’Austria Salzbourg après un 1-0 à l’aller (but inscrit par Nicola Berti à la 35ème minute de jeu) et au retour (but de Wim Jonk à la 62ème minute portant le score total à 2-0). La troisième et dernière victoire en Coupe de l’UEFA date de 1998 à l’occasion de la première finale sur terrain neutre de l’histoire face à une autre équipe romaine, la Lazio, sur le score de 3-0. Zamorano ouvre le score à la 5ème minute de jeu. A l’heure de jeu, Javier Zanetti aggrave la marque et Ronaldo termine le travail à la 70ème minute.

En Coupe des Coupes, l’Inter de Milan n’a jamais réussi à franchir le cap des quarts de finale. De plus, il n’y a participé qu’à deux reprises dans son histoire. En 1979, il est éliminé par Beveren sur le score total de 1-0 (0-0 à l’aller puis défaite en Belgique sur un but de Bob Stevens à la 85ème minute). En 1983, c’est le Real Madrid qui l’élimine sur le score total de 3-2. A l’aller, les Nerrazzurri avaient ouvert le score au bout d’un quart d’heure de jeu par l’intermédiaire de Gabriele Oriali. Ricardo Gallego a ensuite égalisé peu avant l’heure de jeu. Au retour, les Nerrazzurri se sont inclinés 2-1 malgré l’ouverture du score de Alessandro Altobelli à la 20ème minute. Le Real Madrid égalise à la 51ème minute par Salguero puis Santillana donne l’avantage à la Casa Blanca cinq minutes plus tard, lui permettant de se qualifier pour les demi-finales.

Feyenoord Rotterdam

Le Feyenoord est devenu le premier club néerlandais champion d’Europe. C’était en 1970 en prolongations face au Celtic Glasgow sur le score de 2-1. Tommy Gemmell ouvre le score pour le Celtic à la demi-heure de jeu avant que Rinus Israël égalise pour l’équipe entraînée par l’Autrichien Ernst Happel à la 32ème minute. C’est ensuite à la 116ème que le Suédois Ove Kindvall donne l’avantage au Feyenoord, alors sacré champion d’Europe pour la 1ère et seule fois de son histoire.

Le club de Rotterdam également le premier des Pays-Bas à gagner la Coupe de l’UEFA. C’était en 1974 face à Tottenham sur le score total de 4-2. Au match aller, le Feyenoord obtient le match nul 2-2 sur le terrain londonien. Les Spurs ouvrent le score à la 40ème minute par Mike England mais Willem Van Hanegem égalise trois minutes plus tard. Rinus Israël marque contre son camp à la 63ème minute avant que Théo De Jong n’égalise pour la 2ème fois dans cette finale aller. Au retour, Wim Rijsbergen ouvre le score à la 43me minute et Peter Ressel offre le premier titre néerlandais dans cette compétition à la 84ème minute.

La seconde victoire du Feyenoord en Coupe de l’UEFA était une finale à domicile en 2002 face au Borussia Dortmund sur le score de 3-2. A la demi-heure de jeu, Jürgen Kohler termine sa carrière en commettant une faute dans la surface de réparation en tant que dernier défenseur, ce qui permet à Pierre van Hooijdonk d’ouvrir le score. A la 40ème, l’attaquant double la mise sur coup-franc. Amoroso réduit l’écart sur penalty à la 47ème minute. Jon Dahl Tomasson profite ensuite d’une erreur défensive pour tripler la mise en faveur du Feyenoord. Peu avant l’heure de jeu, le géant tchèque Jan Koller contrôle le ballon puis reprend d’une frappe de l’extérieur du pied droit qui tombe dans la lucarne adverse mais cela ne suffit pas. Score final : 3-2 en faveur du Feyenoord.

En Coupe des Coupes, le Feyenoord a atteint les demi-finales à trois reprises : en 1981 face au futur vainqueur, le Dinamo Tbilissi, sur le score total de 3-2 (défaite à l’aller 3-0 sur un doublé de Tengiz Sulakvelidze aux 23ème et 51ème avant que Vladimir Gutsaev triple la mise à la demi-heure de jeu). Malgré sa victoire 2-0 au retour sur des buts signé Karel Bouwens à la 43ème et René Notten à la 56ème minute, le Dinamo Tbilissi élimine le Feyenoord. En 1992, le club s’incline face à l’AS Monaco d’Arsène Wenger sur le score total de 3-3. Le score était de 1-1 à l’aller après l’ouverture du score de Rob Witschge à la 9ème minute puis l’égalisation monégasque de Patrick Valéry à la 26ème minute. 2-2 ensuite au retour avec l’ouverture du score monégasque par George Weah à la 33ème minute avant que Rui Barros ne double la mise à la 49ème. Witschge réduit l’écart à la 53ème minute et Marian Damaschin égalise à la 87me minute mais cela pas suffit pour rallier la finale. Enfin, en 1996, le club s’incline face au Rapid de Vienne sur le score total de 4-1 avec d’abord un 1-1 à l’aller avec l’ouverture du score de Ronald Koeman sur penalty à la 53ème minute et l’égalisation de Carsten Jancker trois minutes plus tard. Ce dernier inscrit ensuite un doublé aux 2ème puis 34ème minutes du retour. Entre temps, Christian Stumpf a doublé la mise peu après la demi-heure de jeu, les Autrichiens infligeant un 3-0 aux joueurs de Rotterdam lors du match retour.

PSV Eindhoven

Sa première victoire européenne date de 1978 contre le Sporting Club de Bastia. Après un 0-0 en Corse, le PSV s’impose au retour sur le score de 3-0. René Van de Kerkhof ouvre le score peu avant l’heure de jeu. Gerrie Deykers creuse l’écart à la 67ème avant que le meilleur buteur de l’histoire du club, Willy Van der Kuijlen, ajoute un 3ème but et brise le rêve bastiais de gagner la Coupe de l’UEFA.

Le seul titre de champion d’Europe du PSV date de 1988 face au Benfica. Les Boers, entraînés par un certain Guus Hiddink, remporte la C1 aux tirs au but après un autre 0-0 au bout des 120 minutes. Le gardien Hans van Breukelen stoppe le 6ème et dernier tir du Benfica pour porter le score à 6-5 aux tirs et perpétuer encore un peu plus longtemps la triste mais célèbre malédiction de Guttmann.

Le PSV a atteint à deux reprises les demi-finales de la Coupe des Coupes : en 1971 face au Real Madrid, perdant sur le score total de 2-1, qui était d’ailleurs le score du match retour. Ignacio Zoco ouvre le score à la 36ème minute, Wim Van den Dungen égalise peu avant l’heure de jeu mais Pirri redonne l’avantage aux Merengues à la 82ème minute. En 1975, il tombe face au futur vainqueur, le Dynamo Kiev d’Oleg Blokhin, sur le score total de 4-2. A l’aller, le Dynamo est sans pitié (3-0). Viktor Kolotov ouvre le score à la 17ème, Volodymir Onoshchenko double la mise à la 32ème et Oleg Blokhin clôt la marque à la 56ème minute de jeu. Malgré sa victoire 2-1 au retour grâce à un doublé de Ralf Edström (24ème et 86ème), le club néerlandais voit ses espoirs enterrer par Leonid Buryak, entré à la 70ème minute et réduisant la marque sept minutes plus tard.

Real Madrid

Inutile de rappeler que le Real est le club le plus titré au monde avec 12 titres de champions d’Europe, dont 5 gagnés consécutivement entre 1956 et 1960 avec la génération Di Stefano, Puskas et compagnie. Tout a commencé contre le Stade de Reims en 1956 sur le score de 4-3. Les Rémois mènent plusieurs fois au score : Michel Leblond ouvre le score à la 6ème minute puis Jean Templin double la mise à la 10ème. Alfrédo Di Stefano réduit l’écart 4 minutes plus tard et Hector Rial égalise à la demi-heure de jeu. Michel Hidalgo redonne l’avantage au Stade de Reims peu après l’heure de jeu mais Marquitos égalise à la 67ème minute et Rial s’offre un doublé à la 79ème, offrant à la Casa Blanca son premier sacre européen. En 1959, c’est encore Reims qui chute face au Real sur le score de 2-0 pour le 4ème sacre européen consécutif des Madrilènes grâce à des buts signés Di Stefano en début de première mi-temps et peu après le début de la seconde. En 1957, le Real a conservé son premier titre de champion d’Europe face à la Fiorentina sur le score de 2-0 grâce à des buts signés Di Stefano à la 70ème minute puis Francisco Gento 6 minutes plus tard. Le Milan AC est la seconde victime italienne du Real en finale en 1958 sur le score de 3-2 après prolongations. Les Rossoneri ouvrent le score score à la 69ème minute par l’intermédiaire de Juan Alberto Schiaffino. Alberto Di Stefano égalise 5 minute plus tard mais Ernesto Grillo redonne l’avantage au Milan AC à la 78ème minute. Hector Rial égalise quelques secondes plus tard et en prolongations, Francisco Gento donne au Real sa 3ème victoire d’affilée. Le 5ème et dernier sacre consécutif du Real a été décroché face à l’Eintracht de Francfort en 1960 sur le score de 7-3. Les joueurs de Francfort ouvrent pourtant le score à la 18ème minute par Richard Kress, mais Di Stefano inscrit un doublé (27ème, 30ème), puis un triplé à la 73ème. Ferenc Puskas inscrit lui un quadruplé : son 1er but est inscrit à la fin de la première mi-temps avant 3 buts en un quart d’heure (56ème, 60ème, 71ème), qui lui permettent de terminer meilleur buteur de la compétition. Le doublé d’Erwin Stein (72ème, 75ème) n’y change rien. Le sixième sacre date ensuite de 1966 face au Partizan Belgrade sur le score de 2-1. Velibor Vasović ouvre le score pour le Partizan mais Amancio Amaro égalise un quart d’heure plus tard et Fernando Serena donne l’avantage au Real.

Pendant 32 ans, le Real ne gagne pas un seul titre de champion d’Europe jusqu’en 1998 face à la Juventus sur le score de 1-0 grâce à un but de Predrag Mijatović. Avec l’arrivée de Florentino Perez, les Galactiques ajoutent deux ligues des champions supplémentaires : face au FC Valence sur le score de 3-0 au Stade de France, puis en 2002 face au Bayer Leverkusen à Hampden Park sur le score de 2-1 dont un but mémorable de Zinedine Zidane avant la mi-temps. Avec le retour de Florentino Perez en 2009, les Merengues s’imposent par deux fois face au même adversaire, le voisin madrilène de l’Atlético. En 2014, cela donne un 4-1 après prolongations à Lisbonne après avoir encaissé l’ouverture du score à la 36ème minute par l’intermédiaire du défenseur uruguayen Diego Godin. Le Real égalise à la dernière seconde du temps réglementaire sur un corner tiré par Luka Modrić et déposé sur la tête de Sergio Ramos. Le Real assomme l’Atlético durant la 2ème période de la prolongation en prenant l’avantage à la 110ème minute par Gareth Bale. Marcelo creuse l’écart à la 118ème et enfin Cristiano Ronaldo sur penalty clôt le score en faveur du Real Madrid qui gagne ce soir-là la 10ème Ligue des Champions de son histoire. On reprend les mêmes et on recommence à San Siro deux plus tard. Sergio Ramos ouvre le score après un quart d’heure de jeu sur un hors-jeu. Yannick Ferreira Carrasco égalise à la 79ème minute. Cette fois, c’est aux tirs au but que le Real remporte sa 11ème Ligue des Champions par l’intermédiaire de Cristiano Ronaldo, qui inscrit le but victorieux pour le 5-3. Le Real Madrid est depuis devenu le premier club à conserver son titre de champion d’Europe depuis le début de l’ère Ligue des Champions en s’imposant 4-1 face à la Juventus à Cardiff. Cristiano Ronaldo ouvre le score à la 20ème minute, Mario Mandžukić égalise d’une bicyclette à la 27ème mais Casemiro redonne l’avantage au Real à la demi-heure de jeu puis Ronaldo s’offre un doublé trois minutes plus tard. Enfin, Marco Asensio clôt marque à la fin du temps réglementaire.

Le Real devient le premier club espagnol à remporter la Coupe de l’UEFA et ce, deux fois consécutivement, ce qui en fait aussi le premier club à réaliser cette performance. En 1985, les Merengues gagnent le match aller 3-0 face au Videoton en terres hongroises. Michel ouvre le score peu après l’heure de jeu, Ricardo Gallego double la mise à la 76ème minute et l’Argentin Jorge Valdano clôt la marque. Malgré sa défaite au retour 1-0 sur un but de Lajos Majer, le Real remporte la Coupe de l’UEFA pour la première fois de son histoire. Il conserve donc son titre l’année suivante face à Cologne sur le score total de 5-3. Au match aller, Cologne a pourtant ouvert le score peu avant la demi-heure de jeu par Klaus Allofs. Le Mexicain Hugo Sanchez égalise à la 3è8me minute, Rafael Gordillo donne l’avantage aux Merengues à la 42ème minute puis Jorge Valdano s’offre un doublé aux 52ème et 84ème minutes. Santillana, à peine entré, inscrit le 5ème but pour le Real à la 89ème pour porter le score à 5-1. Malgré une défaite 2-0 au match retour (Uwe Bein à la 23ème et Ralf Geilenkirchen à la 71ème), le Real conserve la Coupe de l’UEFA.

Il n’a néanmoins jamais réussi à gagner la Coupe des Coupes malgré deux finales disputées. La première fois, c’était en 1970 face à Chelsea sur une finale à rejouer. Il y a d’abord eu un score nul 1-1 pendant 120 minutes avant un match d’appui toujours dans le même stade du Pirée durant lequel les Blues se sont imposés 2-1. John Dempsey ouvre le score à la 31ème minute puis Peter Osgood double la mise à la 39ème minute ; la réduction du score de Sebastian Fleitas à la 75ème minute n’y change rien. Le Real perd sa première finale de C2. L’autre échec date de 1983 contre l’équipe d’Aberdeen, entraînée par un certain Sir Alex Ferguson. Eric Black ouvre le score pour Aberdeen à la 7ème minute. Juanito égalise sur penalty au quart d’heure de jeu. John Hewitt remplace Black peu avant la fin du temps réglementaire et redonne l’avantage à son équipe à la 112ème minute de la prolongation, Aberdeen devenant à cette occasion le second club écossais à remporter la Coupe des Coupes.

FC Porto

Le club portugais profite d’abord de la malédiction de Guttmann qui touche son rival du Benfica pour s’inscrire au palmarès européen. Les Dragons sont champions d’Europe pour la 1ère fois en 1987 face au Bayern (2-1). Ludwig Kögl ouvre pourtant le score à la 21§me minute mais Rabah Madjer égalise pour les Dragons à la 79ème avant que, deux minutes plus tard, Juary fasse du FC Porto la 2ème équipe portugaise sacrée championne d’Europe. Le 2ème sacre européen fut remporté en 2004 face à l’AS Monaco sur une large victoire 3-0. Carlos Alberto ouvre le score à la 39ème minute, Déco double la mise à la 71ème minute et Dmitri Alenitchev clôt la marque à la 75ème.

La première victoire en Coupe de l’UEFA date elle de 2003 à Séville face au Celtic (3-2 après prolongations). L’équipe, entraînée par un certain José Mourinho, ouvre le score par Derlei en tout fin de première période. Henrik Larsson égalise pour le Celtic à la 47ème mais Dmitri Alenitchev redonne l’avantage aux Dragons sept minutes plus tard. Larsson inscrit un doublé à la 57ème minute mais Derlei lui répond aussi par un doublé à la 115ème minute, faisant du FC Porto la 1ère équipe portugaise à remporter la Coupe de l’UEFA. Sa seconde victoire date de 2011 en Ligue Europa face au Sporting Braga. Radamel Falcao inscrit le seul but de la rencontre à la 44ème minute.

Les Dragons auraient aussi pu gagner leur 1er trophée européen en 1984 mais ils ont échoué en Coupe des Coupes face à la toute puissante Juventus de Giovanni Trapattoni. C’est au Parc Saint-Jacques de Bâle que les Bianconeri s’offrent cette C2 face au FC Porto sur le score de 2-1 avec des buts de Beniamino Vignola à la 12ème, puis Zbigniew Boniek à la 41ème minute alors que les Dragons avaient égalisé à la 29ème minute par l’intermédiaire de Antonio Sousa. Le FC Porto n’a pas réussi à gagner la C2, à l’inverse du Sporting Lisbonne en 1964.

Liverpool FC

Liverpool est le club anglais qui compte le plus de coupes d’Europe dans son palmarès : 8 au total. Son premier trophée européen date de 1973 : une Coupe de l’UEFA face au Borussia Mönchengladbach sur le score total de 3-2. A l’aller, Kevin Keegan inscrit un doublé en première période et Larry Lloyd inscrit un 3ème but peu après l’heure de jeu pour porter la victoire à 3-0. La défaite 2-0 au retour (doublé de Jupp Heynckes en première période) ne change rien. Liverpool succède à Tottenham au palmarès de la Coupe de l’UEFA. Le second titre, c’était face au FC Bruges sur le score total de 4-3 avec, à chaque fois, un come-back. A l’aller, FC Bruges domine la première période et mène 2-0 au bout de 15 minute avec des buts de Raoul Lambert (5ème minute) et Julien Cools. Mais dès l’heure de jeu, les Reds prennent le dessus. Kevin Keegan réduit le score à la 60ème puis Jimmy Case, entré au début de la deuxième mi-temps, égalise deux minutes plus tard avant que Keegan s’offre un doublé trois minutes après. Au retour, le même scénario. Le FC Bruges ouvre le score sur penalty à la 1è1me minute par Raoul Lambert mais Kevin Keegan égalise au quart d’heure de jeu, permettant à Liverpool de s’offrir la 2ème Coupe de l’UEFA de son histoire. La dernière victoire des Reds date de 2001 face au Deportivo Alavès sur le score final de 5-4 après prolongations. Markus Babbel ouvre le score à la 3ème, Steven Gerrard double la mise peu après le quart d’heure de jeu. Ivan Alonso réduit l’écart à la 26ème minute mais Garry McAllister maintient l’avantage en faveur des Reds sur penalty à la 40ème minute. Le Deportivo Alavès fait ensuite deux retours : le premier grâce à un doublé de Javi Moreno aux 47ème et 49ème minutes. Robbie Fowler, à peine entré en jeu, redonne l’avantage aux Reds à la 72ème minute mais Jordi Cruyff égalise pour la 2ème fois pour l’équipe de Vitorià. Problème, le club basque va finir à 9 en prolongations et même inscrire inscrit un but en or contre son camp à la 116ème minute de jeu par l’intermédiaire de Delfi Geli.

Les Reds vont ensuite remporter leur premier sacre européen en 1977, soit un an après leur 2ème Coupe de l’UEFA contre le même adversaire : le Borussia Mönchengladbach sur le score de 3-1. Terry McDermott ouvre la marque à la 2è8me minute. C’est le score à la mi-temps. Allan Simonsen égalise pour le Borussia à la 52ème minute mais Tommy Smith redonne l’avantage aux Reds à la 64ème minute puis Phil Neal, sur penalty, clôt le score à 3-1 à la 82ème minute. Liverpool défend son titre l’année suivante face au FC Bruges et s’impose 1-0 grâce à un but de Kenny Dalglish à la 64ème minute. Le 3ème coupe de l’UEFA date de 1981 face au Real Madrid avec un seul but dans cette rencontre inscrit à la 82ème minute par Alan Kennedy. Le 4ème sacre date de 1984 face à une équipe évoluant à domicile : l’AS Rome. Phil Neal ouvre le score à la 13ème minute, Rome égalise à la 42ème et on en reste là. Les Reds s’imposent aux tirs aux buts 4-2. La 5ème et dernière victoire fut sans doute le plus beau match de l’histoire du club face au Milan AC en 2005 à Istanbul. Après avoir été menés 3-0 à la mi-temps (buts de Maldini et doublé de Hernan Crespo), les Reds reviennent à 3-3 avec des buts de Steven Gerrard, Vladimir Šmicer et Xabi Alonso avant de s’imposer aux tirs au but.

Les Reds disputent leur première finale européenne en Coupe des Coupes contre le Borussia Dortmund et s’inclinent 2-1 après prolongations. Sigfried Held ouvre le score peu après l’heure de jeu mais Roger Hunt égalise six minutes plus tard. Le Borussia s’impose finalement en prolongations par l’intermédiaire de Reinhard Libuda à la 109ème minute.

  1. avatar
    10 octobre 2017 a 14 h 45 min
    Par Cullen

    On pourrait ajouter Benfica (entre autre) à ce beau récap. Pas étonnant d’ailleurs de retrouver autant de clubs prestigieux dans ce cas de figure dans la mesure où cette compétition n’a jamais été un objectif en soi, les clubs visaient souvent davantage le titre en championnat, et même en cas de doublé, ils étaient qualifiés pour la C1.

    Après, les coupes nationales n’ayant jamais eu le même prestige d’un pays à un autre (véritable institution en Angleterre, compétition accessoire en Italie) ni le même format (ouverte à tous les clubs en France, à une élite élargie en Angleterre et réservée exclusivement aux clubs pros en Italie et en Espagne), le palmarès en C2 s’en ressent avec une domination des clubs anglais et des difficultés encore plus marquées pour les clubs français que dans les autres compétitions.

    Car avec cette ouverture (7000 clubs en lice chaque année) qui n’existait et n’existe toujours pas en Italie ou en Espagne, les surprises étaient favorisées/accentuées et il est arrivé très fréquemment que la France soit représentée par un club de moindre valeur quand au sein des grandes nations figuraient toujours les mêmes têtes d’affiche.

    Merci pour la lecture en tout cas.

    • avatar
      10 octobre 2017 a 22 h 22 min

      Merci pour le commentaire. Benfica a fait 3 finales de C3 qu’elle les a toutes perdues, ce qui en fait le triste record en Ligue Europa, voilà pourquoi je n’ai pas mis dans cette catégorie. De toutes façon, d’autres clubs arriveront à compléter cette liste (Borussia Mönchengladbach, Zenit Saint-Petersbourg, CSKA Moscou, Shakhtar Donetsk, Galatasaray, et plein d’autres encore). Je n’ai jamais compris pourquoi en France on dénigre tant cette compétition, encore aujourd’hui!! Si c’était aussi simple de gagner la Coupe des Coupes ça ce saurait depuis longtemps et il y aurait eu 10 dans le foot français, or il n’y a eu qu’une seule victoire française en C2 c’est le PSG en 1992. L’AS Monaco a fait une finale de C2 qu’elle a perdue en 1992 face au Werder de Brême, sans citer les autres clubs qui ont atteint les demi-finales. Peut-être ce n’est pas la plus belle des coupes d’Europe, mais gagner ce titre est une ligne sur le palmarès du club. Je dirai la même chose pour l’actuelle Ligue Europa. Perso j’accorde moins d’importance à suivre les championnats, même si je le fait et pour moi il est trop tôt de dire qui sera champion de France cette saison et je préfère attendre la 28me journée pour pronostiquer. J’accorde beaucoup d’importance aux Coupes d’Europe parce que certains des clubs français n’ont pas toujours l’opportunité de la jouer chaque année. D’où le fait que certains clubs en provenance d’Europe de l’Est (notamment Russie et Ukraine (dont je conseille de suivre plutôt le 1er parce que il y a plein de bonnes équipes en dehors du Zenit qui est en train d’écraser le championnat)) joue cette compétition à fond et n’auront peut-être pas l’occasion de réitérer la performance. C’est aussi le cas des clubs scandinaves dont Östersunds FK qui réaliser une très belle 1re campagne européenne de son histoire.

      • avatar
        11 octobre 2017 a 8 h 43 min
        Par Cullen

        Ce que je regrette le plus aujourd’hui c’est le format de cette coupe des Coupes. Des matchs à éliminations directes dès le 1er tour et sans têtes de séries. Aujourd’hui je déplore comme toi le fait que les clubs de L1 ne jouent pas assez souvent le jeu (le public non plus d’ailleurs, moins de 10 000 spectateurs à Marseille – soit-disant place forte du football français – pour leur premier match quand les fans de Cologne débarquaient à 20 000 à Londres pour y affronter Arsenal…) mais la Ligue Europa n’a pas le charme de l’ancienne coupe de l’UEFA ou de la coupe des Coupes avec ces interminables matchs de poule.

        Encore une fois, ce qui offre des émotions intenses et des scénarios incroyables que le championnat ne peut bien souvent pas donner, ce sont ces matchs couperets et dont nous a privé l’UEFA – jusqu’au mois de février – pour des raisons purement économiques.

      • avatar
        11 octobre 2017 a 12 h 58 min

        Victoire finale du PSG en C2 c’est en 1996 et pas en 1992, pardon pour mon lapsus

  2. avatar
    11 octobre 2017 a 15 h 35 min

    Salut Pantic,

    Bon article ! De toutes ces défaites, c’est celle du Real Madrid face à Aberdeen qui est la plus incroyable, en 1983.

    Avant le match, sur les conseils de Jock Stein, Alex Ferguson flatte Di Stefano et lui offer meme une bouteille de vin !

    Fergie joue à merveille le role du Petit Poucet mais à Goteborg, David Aberdeen croquet GOliath Madrid !

    Deux fois champion d’Ecosse avec le club du petit port de pêche en 1983 et 1984, Fergie s’offrira de nouveau le scalp d’un grand d’Espagne en finale de C2, en 1991 : le Barça de Johan Cruyff.

    Sinon oui quell mépris des Français pour l’actuelle C3, sur C2 + C3 on a 1 seul trophée donc un peu de modestie ne ferait pas de mal.
    Le seul club qui tente de jouer cette competition c’est Lyon, les autres ne pensent qu’à la C1 où ils font de la figuration vu leur niveau.

    Les Russes, Ukrainiens et Portugais, eux, ont compris que cette Ligue Europa était à leur portée justement …

    Bref, dommage que la C2 n’existe plus et que comme le dit Cullen, le format couperet ne soit plus systématique dès le 1er tour, quel ennui ces poules à n’en plus finir.
    But business is business for dear mother UEFA …

    • avatar
      11 octobre 2017 a 19 h 40 min

      Salut et merci pour la belle histoire de la finale de la Coupe des Coupes 1983, que j’ai ignoré. Si le mot “mépris” est un peu fort dans mon commentaire, je m’en excuse. J’aurai tellement aimé de revenir en arrière avec le système des matchs aller retour et je rajouterai même l’interdiction aux clubs d’un seul et même championnat de s’affronter à partir des demi-finales de toutes les compétitions UEFA (à l’exception de la Supercoupe, pour lequel je ferai une petite phase de poules sans aller retour et se jouera sur terrain neutre (ambitieuse idée mais cela ne marchera pas en pratique problème de calendrier)), c’est à dire qu’il doit y avoir 4 clubs issus de 4 championnats différents. Mais ça n’arrivera pas pour des raisons économiques. Pour ce qui concerne l’OL, ce sera très très difficile de gagner la C3 surtout que il peut y avoir de gros morceaux, comme on dit, en 1/16mes de finale. Mais avant il y a les phases de poules pour lequel il n’est pas certains que les Gones y passent. Il reste encore 4 journées et tout est possible.

Répondre à MarkoPantić Annuler la réponse.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Retrouvez Your Zone sur

Compatible Smartphone & Tablette

Iphone & iPad

Abonnez-vous à la Newsletter