Les Bleus verront la Russie
Photo Panoramic

Les Bleus verront la Russie

C’est fait ! Non sans mal, mais on retrouvera bel et bien l’équipe de France l’été prochain lors de la Coupe du Monde en Russie ! Une dernière victoire (2-1) face à la Biélorussie au Stade de France a permis aux Bleus de définitivement valider leur ticket pour le Mondial en terminant en tête de leur groupe. L’essentiel est assuré.

La rencontre

On attendait une réaction après deux derniers matchs de qualification bien ternes, ponctués par un nul à domicile contre le Luxembourg (0-0) et une victoire médiocre en Bulgarie le week-end dernier (1-0). Globalement, l’équipe emmenée par Antoine Griezmann a bien réagi et a su être solide pour sécuriser la première place du groupe face à un adversaire piège. « Grizou » a d’ailleurs été un des principaux acteurs de la 7e victoire française dans ce groupe A. En effet, le buteur de l’Atlético Madrid a d’abord ouvert le score peu avant la demi-heure de jeu (27e) avant de récupérer un ballon cinq minutes plus tard afin d’amener le deuxième but des Bleus par Olivier Giroud. L’attaquant d’Arsenal a inscrit son 28e but en sélection, rejoignant ainsi Youri Djorkaeff et dépassant Karim Benzema au classement des meilleurs buteurs tricolores. Les hommes de Didier Deschamps réalisaient alors une première mi-temps très satisfaisante, jusqu’à ce que Saroka ne vienne réduire la marque peu avant la pause (44e). Dans le même temps, le doublé d’Arjen Robben contre la Suède propulsait plus que jamais la France en Russie et lui permettait de voir venir même en cas de contre-performance durant la deuxième mi-temps.

La seconde période des Français fut bien moins enthousiasmante. Plus fébriles, ils semblaient attendre avec impatience le coup de sifflet final, comme s’ils avaient hâte de finir une campagne qui s’est avérée éprouvante jusqu’au bout. Au final, la France s’impose sans vraiment trembler et se qualifie directement pour le Mondial, totalisant 23 points, soit 4 de plus que son dauphin suédois, qui devra lui passer par les barrages.

Une phase de qualification poussive

Le ticket des Bleus pour la Russie n’aura cependant pas été simple à décrocher. En effet, les hommes de Didier Deschamps ont souffert d’une irrégularité assez récurrente pendant cette campagne de qualification.

Une campagne qui a débuté il y a plus d’un an, le 6 septembre 2016, avec un match nul concédé en Biélorussie (0-0). Si ce premier match est loin d’être convaincant (malgré une large domination française), la suite l’est beaucoup plus. Quatre victoires contre la Bulgarie (4-1) et la Suède (2-1) au Stade de France, aux Pays-Bas (1-0) et au Luxembourg (3-1) mettent les vice-champions d’Europe dans une situation plus que confortable. Tous les voyants sont au vert. Après cinq journées, l’équipe de France est en tête du groupe avec 13 points sur 15 possibles, 3 d’avance sur la Suède et 6 sur la Bulgarie. De plus, l’attaque est très prolifique et une nouvelle génération pétrie de talent, dont les principales têtes de gondoles se nomment Kylian Mbappé, Ousmane Dembélé ou encore Samuel Umtiti, émerge.

Se profile alors ce qui ressemble à une première « balle de match » avec un déplacement à Stockholm pour y affronter la Suède. Après une première demi-heure convaincante, l’ouverture du score d’Olivier Giroud à la 37e minute place quasiment les Bleus dans l’avion pour Moscou. C’est alors que tout dérape. L’équipe de France a failli se souvenir longtemps de ces dernières secondes en terre suédoise. Une bourde monumentale d’un Lloris juste là exemplaire et la vista de Forsberg sont venues soudainement remettre en cause toutes les garanties et la sérénité apportées par les Bleus depuis l’Euro. Une défaite 2-1 qui tombe mal puisqu’elle permet à la Suède de repasser devant au classement.

L’éclatante victoire à domicile face aux Pays-Bas (4-0) estompe quelque peu les doutes… mais pas pour longtemps car quelques jours plus tard intervient l’une des plus grosses contre-performances de l’histoire du foot français avec le match nul et vierge concédé à domicile face à la modeste sélection du Luxembourg. La défaite de la Suède en Bulgarie (3-2) permet néanmoins à la France de reprendre la main.

Enfin, les deux derniers matchs en Bulgarie et face à la Biélorussie avaient tout du traquenard, le spectre de Kostadinov rôdant toujours dans les mémoires françaises et la Biélorussie s’étant imposée au Stade de France lors de sa dernière venue. De plus, le nombre important d’absents (Koscielny, Kurzawa, Mendy, Pogba, Dembélé puis Kanté) n’avait pas de quoi rassurer un Didier Deschamps attendu au tournant. Au final, deux victoires qui, si elles n’ont pas été rassurantes, auront au moins servi à valider la qualification bleue.

Loin d’être emballant donc, mais l’équipe de France termine malgré tout en tête de son groupe et se qualifie directement pour la Coupe du Monde, une première depuis l’édition 2006 et c’est peut-être bien là l’essentiel.

Un groupe prometteur avec de solides bases

Si les Bleus donnent plus ou moins l’impression de stagner en 2017, cette année a tout de même apporté plusieurs garanties à l’équipe en vue du Mondial russe.

En effet, Deschamps, qui va se voir proposer une prolongation de contrat grâce à la qualification acquise, semble avoir trouvé la quasi-totalité de son équipe-type. Dans les buts, on retrouve bien évidemment Hugo Lloris, indétrônable au poste depuis 2010. Le duo Varane-Umtiti semble quant à lui de plus en plus s’imposer en charnière centrale, alors que Djibril Sidibé paraît bien installé dans le couloir droit. Au milieu, la confirmation N’Golo Kanté a fait énormément de bien à l’équipe de France et nul doute que, sauf blessure, il sera aligné à côté de Blaise Matuidi et/ou Paul Pogba lors de la prochaine Coupe du Monde.

En revanche, c’est devant que l’incertitude persiste. Si Antoine Griezmann est un titulaire indiscutable, de nombreuses questions sont en droit d’attirer notre attention, surtout après les piètres performances proposées par l’animation offensive des Bleus ces dernières semaines. Karim Benzema étant probablement hors course pour les raisons qu’on connaît, la place à la pointe de l’attaque devrait se jouer entre Alexandre Lacazette et Olivier Giroud (même si le dernier cité semble avoir une longueur d’avance). Sur les côtés, il y aura bataille, mais le casting est de luxe avec des joueurs tels que Kylian Mbappé ou Ousmane Dembélé. Tout dépendra donc  des performances de chacun d’ici juin, mais aussi du système choisi par le sélectionneur (4-3-3, 4-2-3-1 ou éventuellement 4-4-2) et de la position d’Antoine Griezmann dans celui-ci.

Une chose est sûre, l’équipe de France dispose d’un réservoir de talents énorme et d’une nouvelle génération dorée. Reste à savoir si elle en fera bon usage et si celle-ci arrivera suffisamment mature en Russie afin de continuer à nous faire rêver et, pourquoi pas, d’écrire une nouvelle page d’histoire en ajoutant une deuxième étoile à son maillot le 15 juillet prochain au Stade Loujnikià de Moscou.

Grégoire ALLAIN

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Retrouvez Your Zone sur

Compatible Smartphone & Tablette

Iphone & iPad

Abonnez-vous à la Newsletter