Arnaud Démare, du rêve au cauchemar
Photo Panoramic

Arnaud Démare, du rêve au cauchemar

Le sprinteur de la FDJ, titré champion de France fin juin, avait tout pour réussir sur ce Tour de France 2017. Jusqu'à l'obtention du Maillot Vert, tout roulait pour lui. Mais ce maillot lui a porté la poisse. Sa digestion fut difficile, jusqu'à se retrouver hors-délai hier, dimanche 9 juillet 2017, dans l'étape-reine entre Nantua et Chambéry.

Il y a la journée difficile. La journée galère. La journée calvaire. Le jour sans. Il y a désormais la journée Démare. Et elle dépasse de loin tous les qualificatifs précédents. Dès le départ de Nantua, pour cette 9e étape comptant sept difficultés dont trois classées hors-catégorie, le sprinteur de la FDJ se faisait décramponner. Le début de la fin.

Accompagné par ses « anges-gardiens » comme il les appelle, Ignatas Konovalovas et Mickaël Delage, le champion de France en titre a lutté. Recevant le soutien de son lieutenant italien, Jacopo Guarnieri, les quatre FDJ se sont lancés dans un pari fou : ramener leur leader dans les délais. La mission était impossible. Et même si impossible n’est pas français, les trois équipiers d’Arnaud Démare n’ont pu l’empêcher. Arrivant avec plus de 50 minutes de retard – les délais étaient d’à peine 40 minutes – voilà l’équipe de Marc Madiot amputée de quatre de ses membres, dont son leader. Dur. Très dur.

Un remake de Ghislain Lambert

Dans un remake de Ghislain Lambert, le film où Benoît Poelvoorde incarne un cycliste amateur se retrouvant par miracle sur les routes du Tour en train de lutter pour terminer dans les délais, les supporters, en bord de route, n’ont pas cessé de l’encourager. Arnaud Démare a serré des dents. A lutté. N’a pas voulu abandonner le combat, pourtant perdu d’avance. C’est tout à son honneur. Mais c’est par la petite porte que le Beauvaisien quitte la Grande Boucle.

Pourtant, rien ne prédestinait un tel sort pour celui qui avait raflé le titre de champion de France sur les routes du Nord à son ennemi juré, Nacer Bouhanni (Cofidis). En forme olympique, Arnaud Démare avait montré dès le début du Tour ses bonnes dispositions. Deux fois deuxième à Liège et Troyes, surprenant sixième à Longwy et surtout vainqueur à Vittel, lors de la 4e étape. Moment où il endosse le Maillot Vert. Un Maillot Vert éphémère.

Un week-end indigeste pour Démare

Victime de soucis gastriques dans la nuit du jeudi 6 au vendredi 7 juillet, Arnaud Démare ne peut lutter pour conserver sa tunique aux couleurs de PMU, qu’il doit laisser à l’Allemand Marcel Kittel (Etixx – Quick-Step) à Nuits-Saint-Georges. Une méforme dont il ne se remettra jamais. Entre Dole et la Station des Rousses, il parvient à rentrer dans les délais, grâce à l’aide d’Ignatas Konovalovas et Mickaël Delage. Un premier miracle sans suite, tant le menu de dimanche était gargantuesque.

Le Tour de France perd son champion de France. Plus de maillot tricolore pour les deux semaines à venir. Pour la FDJ, qui n’a pas voulu lâcher son leader, la suite du tour s’effectuera en effectif réduit. Avec Thibaut Pinot. Mais celui qui a lutté avec Tom Dumoulin sur les routes du Giro en mai dernier semble être à court d’essence. Présent dans l’échappée dimanche, et prenant les premiers points de la montagne lors des deux premières difficultés, le Franc-Comtois affichait de belles dispositions. Ce n’était qu’une simple vitrine. Décroché par ses compagnons d’échappée, repris puis distancé par le peloton, il a terminé à… plus de 27 minutes du vainqueur, Rigoberto Uran (Cannondale).

Hécatombe sur la route du Tour

Le Colombien, de retour aux affaires, est la surprise de l’étape. Tenant tête – assez aisément – aux accélérations de Christopher Froome (Sky) ou Fabio Aru (Astana), Rigoberto Uran a eu raison du vaillant Breton – pléonasme !- Warren Barguil (Sunweb) à la photo-finish. Pourtant, à vitesse réelle et sur les ralentis, le nouveau porteur du Maillot à pois, qui a passé la journée aux avants-postes, semblait devant. Comme un doux refrain du duel entre Marcel Kittel et Edvald Boasson Hagen (Dimension Data).

Plusieurs coureurs ont également quitté la route du Tour ce dimanche. Parmi eux, Geraint Thomas (Sky) et Richie Porte (BMC), tous deux sur chute dans des descentes où les chaussées étaient humides. Et Christopher Froome dans tout ça ? Un problème mécanique dans le Mont du Chat. Fabio Aru (Astana) en a profité pour attaquer. Le Britannique, revenu dans le groupe, s’est fâché. Résultat ? Un coup de coude envers l’Italien. C’est aussi ça, l’esprit Sky. Alors que Nairo Quintana (Movistar) a limité la casse, Alberto Contador (Trek) s’est effondré. Il ne lui reste plus qu’à partir de loin dans une prochaine étape de montagne pour tenter un coup d’éclat. Un ultime coup d’éclat.

Qu’espérer pour les cinq survivants de la FDJ ?

Pour Arnaud Démare, le Tour s’arrête au bout d’une semaine, faute de force dans les jambes. Une méforme que même Marc Madiot, emblématique manager de l’équipe FDJ, ne comprend pas. Une équipe décimée, avec cinq coureurs restants dont deux dans… les six derniers ! Davide Cimolai, l’Italien, devance d’un peu plus d’un quart d’heure Olivier Le Gac, la lanterne rouge du Tour. Thibaut Pinot, à près d’une heure et distancé pour le Maillot de meilleur grimpeur, peut encore viser une victoire d’étape si les jambes suivent. Quant à Arthur Vichot et Rudy Molard, tous deux à moins de 45 minutes de Christopher Froome au général, ils auront quartier libre dans les étapes de transition, Arnaud Démare n’étant plus là. Nacer Bouhanni en rit encore dans sa moustache.

Pour les sprinteurs, c’est une véritable malchance qui s’abat sur eux. Mark Cavendish (Dimension Data) mis out par Peter Sagan (Bora-Hansgrohe), finalement disqualifié. Une chute dont a été également victime John Degenkolb (Trek). Le Maillot Vert semble bien accroché sur les épaules de Marcel Kittel, même si Michael Matthews (Sunweb) a décidé de jouer les Peter Sagan en allant chercher les points du sprint intermédiaire dans les étapes de montagne. Le suspense reste présent.

  1. avatar
    11 juillet 2017 a 22 h 19 min
    Par M. birdy

    Choix cornélien , donc certainement pensé, par l’équipe FDJ, que de demander à son maillot bleu blanc rouge d’abandonner pour laisser filer ( rentrer dans les délais ) ces 3 équipiers, ou tenter coûte que coûte le sauvetage de Démare…. C’était sans doute à Démare d’adopter la première solution. Peut être même l’a-t-il demandé ?

  2. avatar
    11 juillet 2017 a 22 h 20 min
    Par M. birdy

    Toujours est-il que Olivier Le Gac s’est requinqué….

  3. avatar
    12 juillet 2017 a 21 h 13 min

    Ses “anges-gardiens” comme il les appellent étaient sur le Tour pour lui. Sans lui, il n’avait plus de mission. Ils ont voulu servir leur leader jusqu’au bout, dans la galère, en plein calvaire.

  4. Pingback: Le Tour en pagaille - beIN SPORTS Your Zone - Partagez votre passion et votre expertise du sport

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Retrouvez Your Zone sur

Compatible Smartphone & Tablette

Iphone & iPad

Abonnez-vous à la Newsletter