Le Tour en pagaille
Photo Panoramic

Le Tour en pagaille

Après neuf étapes, le peloton du Tour de France s'est déjà vu amputé de 17 unités alors que l'an dernier, seuls cinq coureurs avaient posé pied à terre au même stade de la course.

Décidément, cette première semaine du Tour de France 2017 fut très animée. Entre un chrono inaugural sous la pluie, un sprint houleux à Vittel, une victoire d’étape se jouant au dix-millième de seconde ou une étape débridée vers Chambéry, les spectateurs ont pu vibrer au rythme des nombreuses péripéties qui ont émaillé les neuf premières étapes.

A chaque édition, on retrouve les malheureux du peloton, ces coureurs diminués qui luttent sans relâche pour continuer le Tour et qui repoussent leurs limites. Certains y arrivent tandis que d’autres doivent se faire une raison et poser pied à terre. L’un des enseignements de la première semaine de course est le nombre important d’abandons puisque 17 coureurs ont déjà quitté la route du Tour de France.

Un chrono piégeux

Il n’a pas fallu attendre longtemps pour voir les premiers dégâts dans le peloton. Disputé sur une chaussée très glissante, le contre-la-montre de Düsseldorf voit (déjà) certains aller au sol. Deux ne se relèveront pas. En grande forme depuis le début de la saison, Alejandro Valverde (Movistar) part à la faute dans un virage et heurte violemment une barrière. Le lieutenant de Nairo Quintana et deuxième leader de son équipe doit abandonner, souffrant d’une fracture de la rotule. La course est privée de l’un de ses grands animateurs. Idem pour Ion Izagirre (Bahrain-Merida), tombé au même endroit que Valverde. Ayant lui aussi chuté à Düsseldorf, l’Australien Luke Durbridge (Orica-Scott) a posé pied à terre au début de la seconde étape.

Tension à Vittel

Second coup de tonnerre sur le Tour, plus précisément à Vittel. Si l’étape voit le superbe succès d’Arnaud Démare, elle est surtout marquée par le déroulement d’un sprint pour le moins houleux. Derrière le picard, Peter Sagan (Bora-Hansgrohe) veut se frayer un chemin et assène un coup de coude à Mark Cavendish (Dimension Data). Ce dernier s’encastre dans les barrières à près de 60 km/h ; le sprinteur britannique ne pourra pas reprendre la course le lendemain, victime d’une fracture de l’omoplate. D’abord déclassé, Sagan apprend par la suite qu’il est exclu pour comportement dangereux, une décision qui n’a pas manqué de faire débat. Un coup dur pour le Slovaque, son équipe et les spectateurs car il est incontestablement LA star du peloton. Les deux coureurs se sont par la suite parlés et réconciliés.

Carnage de Nantua à Chambéry

Vint ensuite la terrible étape entre Nantua et Chambéry. Annoncée comme l’étape reine de cette édition 2017, elle a fait de nombreux dégâts dans le peloton et ce dès les premiers kilomètres. Dans la côte des Neyrolles vont au sol Manuele Mori (UAE Emirates) et Robert Gesink (Lotto-Jumbo). N’ayant « plus d’énergie après le Giro »Jos Van Emden (Lotto-Jumbo) décide à son tour de renoncer. 

Nouveau coup de tonnerre dans la descente du col de la Biche : Geraint Thomas (Sky), fidèle lieutenant de Chris Froome et deuxième du classement général, goûte au bitume et se fracture la clavicule. L’hécatombe continue : dans la descente du Mont du Chat, Richie Porte (BMC), l’un des favoris du Tour, part à la faute à près de 80 km/hAprès une chute à faire froid dans le dos, l’Australien doit quitter la Grande Boucle.

En difficulté la veille vers la Station des Rousses, Arnaud Démare (FDJ), malade, ne se faisait guère d’illusions : il savait que la journée serait encore une fois bien compliquée et il fut distancé dès les premiers mètres de l’étape. Accompagné de ses “anges gardiens”Mickaël Delage et Ignatas Konovalovas, puis rejoint par Jacopo Guarnieri, le champion de France a tout tenté pour rallier Chambéry dans les délais. Malheureusement, l’opération a rapidement tourné au suicide collectif car les quatre coureurs de la formation FDJ sont arrivés près d’une heure après le vainqueur de l’étape (Rigoberto Uran), soit près de vingt minutes après les délais. L’équipe de Marc Madiot ne compte donc plus que cinq coureurs toujours en lice (Cimolai, Le Gac, Molard, Pinot et Vichot).

Décidément, ce n’était pas l’année des Sagan. En effet, Juraj Sagan (Bora-Hansgrohe), le frère de Peter, est lui aussi arrivé hors-délais. Mark Renshaw (Dimension Data) et Matteo Trentin (Quick-Step) ont connu le même destin et vont eux aussi plier bagage.

181 coureurs s’élanceront donc de Périgueux pour attaquer la suite du Tour de France. On espère que la journée de repos leur sera bénéfique et que peu d’entre eux auront à poser pied à terre lors des prochaines étapes.

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Retrouvez Your Zone sur

Compatible Smartphone & Tablette

Iphone & iPad

Abonnez-vous à la Newsletter