Fallait-il “repêcher” Chris Froome ?
Photo Panoramic

Fallait-il “repêcher” Chris Froome ?

Le Tour de France a vécu hier l'une des scènes les plus rocambolesques de son Histoire. Suite à un accident provoqué par une moto, Chris Froome s'est retrouvé à pieds et aurait même dû perdre son maillot jaune… In fine, il a bénéficié de la complaisance des commissaires de course. Une décision qui fait polémique !

En raison des mauvaises conditions météos, la direction du Tour avait décidé de raboter de 6km l’étape d’hier dont l’arrivée était initialement prévue au sommet du Mont Ventoux. Une sage décision qui a, hélas, également eu pour effet d’amasser un nombre hallucinant de spectateurs sur la route des derniers hectomètres précédant la nouvelle arrivée…

Le maillot jaune piéton ! 

Conséquence : à quelques encablures de la flamme rouge, Chris Froome (qui avait alors distancé ses principaux rivaux, dont le Colombien Quintana) ainsi que ses deux compagnons d’échappée se sont retrouvés piégés dans une chute provoquée par une moto bloquée par des spectateurs ! Le vainqueur du Tour 2015 s’est ainsi retrouvé sans vélo, le sien s’étant cassé dans l’accident. Dans une pagaille monstre, la voiture de l’équipe Sky (elle aussi bloquée) étant dans l’incapacité de lui fournir rapidement une nouvelle monture, Froome (visiblement pris de panique) a alors décidé de poursuivre la course… à pieds ! Résultat, une scène tout aussi lunaire que celle du paysage du Mont Ventoux, où l’on a pu assister pendant quelques minutes à un véritable footing du coureur d’origine kenyane au beau milieu d’une foule aussi interloquée qu’en délire !

A l’arrivée, avec un retard conséquent d’environ 2 minutes sur ses concurrents, “Vroome Vroome” bénéficiera finalement de la clémence des commissaires de course qui annuleront tout simplement les temps finaux pour prendre en compte ceux établis à 3kms du but, c’est à dire avant l’incident dont a été victime le maillot jaune… Dommage pour le suspense, car l’improbable scénario auquel nous venions d’assister aurait au moins eu pour mérite de relancer l’intérêt d’une compétition qui semble d’ores et déjà vouée à couronner à nouveau la mobylette britannique sur les Champs-Elysées.

Un “repêchage” qui fait polémique…

Certes, sur le plan sportif, la décision du jury semble tout à fait juste (voire même honorable) comme le concédaient d’ailleurs nos chroniqueurs nationaux vedettes (et anciens cyclistes pros), Laurent Jalabert et Richard Virenque. Froome n’est pas tombé à cause d’une maladresse de sa part, ou même du fait d’un autre coureur, mais uniquement à cause d’une moto-caméra, soit un élément sportivement extérieur à la course. Oui mais voilà, cette décision arbitrale (arbitraire?) ne s’appuie malheureusement sur aucun règlement en vigueur. Pire, elle pose le problème de l’équité par rapport aux autres participants.

On peut effectivement s’interroger : le choix des commissaires aurait-il été le même si l’incident en question n’avait pas impliqué le maillot jaune mais un ou des coureurs moins en vue du peloton ? Marc Madiot, le directeur sportif de l’équipe La Française des Jeux, avouait ainsi être “mal à l’aise” par rapport au verdict du jury. Et on ne peut pas lui donner tort. D’autres mésaventures du même genre ont déjà eu lieu dans l’Histoire de la Grande Boucle sans que la direction du Tour n’intervienne. L’exemple qui vient alors instinctivement en tête chez les fans de vélo est celui de Philippe Bouvatier qui avait perdu la 14e étape du Tour 1988 des suites d’une erreur de parcours, alors qu’il était en tête à seulement 200 mètres du drapeau à damiers… Lui, n’avait pas été “repêché” !

Vers une “jurisprudence Chris Froome” ?

En outre, ce “repêchage” crée également un précédent, une sorte de “jurisprudence Chris Froome”, puisque (répétons-le) la décision prise hier par le jury ne s’appuie sur aucune règle établie. A l’avenir, on risque donc d’assister à une multiplication de plaintes et recours en tout genre de la part des équipes qui s’estimeront lésées pour tel ou tel motif extra-sportif… Le débat est en tout cas désormais clairement ouvert, et il risque de le rester encore longtemps. Et vous, qu’en pensez-vous?

Lionel Ladenburger

 

 

  1. avatar
    15 juillet 2016 a 18 h 41 min

    À mon humble avis c’est la bonne décision. Mais effectivement à la lumière des cas passés on peut remettre l’équité en cause.

    Mais bon, comme tu soulignes, cet incident est de la faute des organisateurs plus que du vélo ou de la météo (directement du moins). Donc potentiellement perdre le tour à cause de ça entacherait la crédibilité de la compétition selon moi.

    • avatar
      19 juillet 2016 a 14 h 30 min
      Par Guga57

      Salut Fabrice, effectivement (au fond de moi) je pense aussi que c’est la bonne décision.
      Si l’accident en question avait été préjudiciable à un coureur français en bonne position au classement général ou pour gagner l’étape, tout le monde aurait trouvé cette décision juste et normale…
      Maintenant, vu le côté prévisible de ce Tour de France 2016, j’aurai bien aimé voir un peu plus de suspense donc si Froome n’avait pas été repêché ça aurait au moins pu relancer un peu l’intérêt de la course.

  2. avatar
    18 juillet 2016 a 22 h 33 min
    Par mwn44

    Décision Sportivement logique, ils avaient distancé Quintana et les autres, Mollema ayant lui bénéficié du corps de Richie Porte pour amortir sa chute et ne pas casser son vélo, a tiré un avantage de cet événement vis à vis de Porte et Froome etc. Là dessus je pense que tout le monde est d’accord.

    Pour la jurisprudence Froome, je pense qu’elle est systématiquement analysée dans le mauvais sens. C’est une jurisprudence spectateur, pas une jurisprudence Froome. Cette décision permet de prévenir l’inutilité, pour un ou des spectateurs mal intentionnés, de fausser la course en retenant un coureur qu’ils veulent voir perdre, peut importe si l’incident du Ventoux a été provoqué volontairement ou non.

    • avatar
      19 juillet 2016 a 14 h 39 min
      Par Guga57

      Salut MWN, je partage ton point de vue, même si une mauvaise intention d’un spectateur n’est pas tout à fait la même chose (à mon humble avis) qu’un incident (involontaire) lié à une moto faisant partie de l’organisation de la course.
      Les motos font désormais partie du Tour, un peu comme un arbitre sur un terrain de foot je dirai… Ceci-dit, comme je le disais a Fabrice, si l’incident avait impliqué un coureur français, je suis sûr que personne n’aurait trouvé cette décision anormale.
      Une chose est sure néanmoins, qu’elle soit bonne ou mauvaise, juste, scandaleuse, équitable ou non, cette décision ne risque pas d’améliorer la cote de popularité déjà particulièrement basse dont jouit Chris Froome sur le bord des routes de l’hexagone !

  3. avatar
    19 juillet 2016 a 17 h 52 min
    Par Benlarbi

    Article tres interessant,tres bien ecrit.J’ai lu les quelques comentaires qui sont tres bon et pointe tres bien du doigt les differents problemes face a cette decision.J’avoue que je trouve decision des commissaires juste,sans cet incident causes par de stupides personnes,car certains spectateurs sont vraiment bêtes a manger du foin,comme je disais sans cette betise,Froom ne perdais rien au point de vue temps.Apres on peut toujours discuter sur plein d’autres hypotheses,genre si c’etais un francais ou un inconnu,ca montre juste qu’il y a encore du travail a faire de la part des organisateurs,pour eviter ,un ,ce genre d’incident et deux,pour eviter tous types de polemiques,dieu sait qu’il y en a eu beaucoup,et qu’il y en auras encore beaucoup.Encore une fois bravo,Guga pour ton excellent article.

    • avatar
      20 juillet 2016 a 9 h 57 min
      Par Guga57

      Merci Benlarbi ! effectivement, ce n’est certainement pas la dernière polémique à laquelle nous aurons le droit sur la route du Tour…
      Ceci dit, je me répète mais ce « traitement de faveur » de la part des commissaires envers Chris Froome ne risque pas d’améliorer son image aux yeux du public.

  4. avatar
    20 juillet 2016 a 10 h 45 min

    Personnellement je la trouve scandaleuse cette décision..une moto qui s’arrête et qui enchaîne l’évènement comme celui que nous avons vu, j’appelle ça tout simplement un fait de course.
    Imaginons le deuxième du classement général, qui est virtuellement porteur du maillot jaune à 6km de l’arrivée et qui perd tout son avantage pour être resté bloqué à un passage à niveau par exemple…va-t-on arrêter le chrono sous prétexte que la ligne Dijon-Paris était prioritaire ce jour-là.
    Non, il s’agit des aléas de la course, purement et simplement….et peu importe que la course ai été rabotée ce jour-là, peu importe le flot de spectateurs présents, ce genre de phénomène fait partie de la course, au même titre que les conditions météo ou autres.

    • avatar
      22 juillet 2016 a 8 h 57 min
      Par Guga57

      Ciao Santino, e grazie per il commento ;)
      Je comprends ta réaction, et d’une certaine manière je partage aussi ton point de vue…
      C’est d’ailleurs ce sentiment, disons plutôt « mitigé » sur le sujet, qui m’a poussé à écrire l’article.
      En fait, je me demande vraiment quelle aurait pu être la meilleure décision dans ce cas de figure.
      Sincèrement je n’en sais rien. Et je me demande même s’il y en avait une en fin de compte !

  5. avatar
    21 juillet 2016 a 11 h 14 min

    Personnellement, je ne sais pas quoi dire. C’est vrai que les circonstances sont exceptionnelles, mais il y a quoi s’interroger sur l’équité, imaginez si Adam Yates était maillot jaune, par exemple. Pour rendre la course intéressante, l’organisation aurait pu laisser le maillot jaune à Yates. De toute façon, Froome l’aurait repris le lendemain dans le contre la montre, il est au-dessus.

    • avatar
      22 juillet 2016 a 9 h 02 min
      Par Guga57

      Salut le Lensois ;)
      Je me dis la même chose que toi… Froome est au-dessus et vu son avance actuelle, on se rend compte qu’il aurait déjà repris le maillot jaune a l’heure actuelle même si les commissaires avaient validé les « vrais » temps de course du Mont-Ventoux.
      Une chose est sure en tout cas, avec son mythique footing dont les images ont fait le tour du monde, Chris Froome mérite définitivement son surnom de « Kenyan blanc » !!! ;)

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Retrouvez Your Zone sur

Compatible Smartphone & Tablette

Iphone & iPad

Abonnez-vous à la Newsletter