Les 23 bleus de réserve

Ils sont au nombre de 23, ont en commun d’avoir tous été internationaux tricolores entre 2008 et 2012, mais surtout de ne pas avoir encore été appelé par Didier Deschamps. Certains sont encore dans le coup et font figure de postulants crédibles au groupe France, tandis que d’autres, aux CV d’internationaux plus ou moins fournis y pensent encore, avec plus ou moins d’espoir.

Comme indiqué dans le chapeau, cet article est le cinquième d’une série de six. Les quatre premiers sont à retrouver ici : Revue d’effectif : gardiens et défenseurs centraux - Revue d’effectif : joueurs de couloirRevue d’effectif : milieux récupérateurs et relayeursRevue d’effectif : meneurs de jeu et attaquants.

Ils re-frappent à la porte :

Cédric CARRASSO (30 ans, Girondins de Bordeaux, 1 sélection – S), ex-numéro 3 dans la hiérarchie des gardiens bleus (février 2009 – Aout 2012) et gardien ayant effectué le plus de « clean-sheet » cette saison en L1 (10) postule pour reprendre sa place, au vu de sa courbe de performances bien moins sinusoïdale que celle de Landreau, néo-Bastiais. Stéphane RUFFIER (26 ans, AS Saint-Etienne, 1S) n’a rien à leur envier en termes de performances et de régularité, mais possède plus un profil d’un numéro 2 palliant une défaillance que d’un numéro 3, qui requiert plus d’expérience et d’ancienneté.

L’éternel futur successeur de Laurent Blanc, Philippe MEXES (30 ans, Milan AC) peut espérer honorer une 30ème cape après avoir redressé la barre à Milan, où il retrouve peu à peu son niveau de la Roma. Il s’est rappelé au bon souvenir de l’hexagone – et pas que – en marquant d’un superbe enchainement amorti poitrine / retourné acrobatique depuis l’extérieur de la surface adverse en C1, but qui l’a remis sous le feu des projecteurs. Aly CISSOKHO (25 ans, 1S), devenu titulaire à Valence (19 matchs, 2 buts), a également retrouvé le niveau qui avait fait de lui un international en 2010 et peut espérer concurrencer Clichy et Trémoulinas pour une place de doublure.

Ils sont en embuscade :

Marc PLANUS (30 ans, Bordeaux, 1S) a retrouvé son niveau pré-Mondial 2010. Après deux saisons quelques peu gâchées par les blessures, il est aujourd’hui le patron de la 2ème défense de L1 et son profil de libéro, complémentaire d’un pur stoppeur, rare en Bleu, pourrait jouer en sa faveur pour être revu. Bakary SAGNA (29 ans, Arsenal, 32S) privé de l’Euro 2012 à cause d’une fracture du péroné dont il a été victime en mai dernier, a retrouvé son niveau et vient d’enchainer 10 rencontres en intégralité avec son équipe. Après être venu aux nouvelles durant sa convalescence, Deschamps pourrait être tenté de le mettre en concurrence avec Jallet, voire Debuchy.

Samir NASRI (25 ans, Manchester City, 35S) pourrait profiter de la pénurie de numéros 10 en forme pour être rappelé par Deschamps, qui le juge comme « un joueur de qualité […] toujours sélectionnable ». Mais son irrégularité, soulignée par Roberto Mancini et son dernier coup de sang sanctionné de 3 matchs de suspension combinés à son récent passif en bleu, pourraient faire réfléchir le sélectionneur à deux fois avant de le rappeler. Mais son indéniable potentiel technique, sa vista et l’envie de Deschamps d’avoir un numéro 10 dans sa sélection devraient lui donner une opportunité à court terme d’être au moins vu en sélection. Hatem BEN ARFA (25 ans, Newcastle, 13S) s’est étoffé physiquement et est toujours capables de fulgurances remarquables. Mais comme toujours et comme ses camarades offensifs de la promo 87 (Menez, Nasri, Payet), il doit gagner en régularité. Il peut toutefois postuler à une place dans le groupe, aucun ailier n’ayant convaincu à part Ribéry et Ménez.

Utilisé avec parcimonie par Carlo Ancelotti, Kévin GAMEIRO (25 ans, PSG, 1 but en 8S) n’en reste pas moins un redoutable buteur, comme en témoigne son excellent ratio d’un but toutes les 74 minutes. Auteur de 5 buts cette saison, il espère gagner du temps de jeu avec le passage de son équipe à deux attaquants et sera à n’en pas douter vu en 2013. André-Pierre GIGNAC (27 ans, OM, 4 buts en 16S) a quant à lui réalisé un début de saison canon en mettant l’OM sur de bons rails. Freiné dans sa montée en puissance par une blessure à un pied, il reprit en offrant la victoire à l’OM face à Toulouse d’une superbe frappe lucarne opposée. Avec 9 buts en 18 matchs, il est à la tête de son meilleur bilan depuis 2009, et semble sur la bonne voie.

Ils espèrent, mais…

Agés de 25 à 33 ans, ils font tous partie de l’histoire récente des Bleus, mais n’apparaissent pas à ce jour comme des solutions crédibles. Certains pour cause de blessures sérieuses ou à répétition, tels que Younes KABOUL (26 ans, Tottenham, 5S), Loïc REMY (25 ans, OM, 4 buts en 17S) ou Jérémy MATHIEU (29 ans, Valence, 1S). D’autres manquent de temps de jeu ou n’ont simplement pas réussi à inverser une courbe de performances descendante depuis quelques années : Charles N’ZOGBIA (26 ans, Aston Villa, 2S) n’a joué que 8 matchs pour seulement 2 titularisations et Mickaël CIANI (28 ans, Lazio, 1S), qui a surtout joué en coupes, prend essentiellement place sur le banc en Serie A (6 titularisations).

Matthieu FLAMINI (28 ans, Milan AC, 3S), Morgan AMALFITANO (27 ans, OM, 1S), Rod FANNI (31 ans, OM, 5S), François CLERC (29 ans, ASSE, 13S) et Alou DIARRA (31 ans, West Ham, 49S) sont dans le même cas de figure et auront du mal à revenir. Le cas de Jérémy TOULALAN (29 ans, Malaga, 36S) est plus singulier. Redevenu performant à Malaga, quatrième de Liga et futur 1/8ème de finaliste de la C1, le joueur a certes été éloigné 6 semaines des terrains sur blessure mais reste une pièce essentielle dans l’équipe de Manuel Pellegrini depuis 18 mois. Il n’a pourtant jamais été rappelé depuis Knysna.

Deschamps ayant déjà essayé 6 joueurs à son poste, tout porte à croire qu’un retour de Toulalan n’est pas d’actualité, sans que cela soit forcément une question de niveau de jeu. En attaque, si Guillaume HOARAU (28 ans, PSG, 5S) n’espère plus après avoir accepté de quitter la Ligue 1 pour la Chine, Djibril CISSE (31 ans, QPR, 9 buts en 41S), lui, espère toujours. En manque de réussite (18 matchs, 3 buts) avec la lanterne rouge de Premier League, il n’a plus la verve qui était la sienne au Pana ou par intermittence à l’OM et subit une concurrence sévère. Même s’il ne faut jamais dire jamais le concernant, le dernier train semble être passé.

Enfin, revoir Eric ABIDAL (33 ans, FC Barcelone, 61S) sous la tunique bleue relèverait du miracle. Opéré d’une tumeur au foie le 22 mars 2011, il était revenu à temps pour disputer et remporter la finale de la C1, suscitant l’admiration de tous. Greffé du foie le 21 avril suivant, l’heure était alors plus à la crainte pour sa vie que pour sa carrière. Et pourtant, le lendemain de l’annonce du feu vert médical le concernant, Eric Abidal a repris le chemin de l’entrainement avec le Barça au matin du 19 décembre 2012 et est inscrit dans l’effectif de Barcelone auprès de la LFP. Le voir en bonne santé après une telle opération est déjà une bonne nouvelle en soi, mais le voir rejouer au plus haut niveau en club et en sélection serait miraculeux. Pour la deuxième fois. En tout cas une chose est sûre, si une sélection se joue à l’envie et au courage, Eric Abidal en mérite encore un wagon.

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Retrouvez Your Zone sur

Compatible Smartphone & Tablette

Iphone & iPad

Abonnez-vous à la Newsletter