F1 – Essais hivernaux : quel bilan pour les équipes ?
Photo Panoramic

F1 – Essais hivernaux : quel bilan pour les équipes ?

Les essais de pré-saison viennent de s'achever et les enseignements sont déjà nombreux. Et surtout, ils permettent déjà de prédire que la hiérarchie ne risque pas d'être troublée en 2015...

Mercedes encore plus fort ?

Les Flèches d’Argent ont accumulé les tours en pneus medium, avec comme objectif visible de fiabiliser la nouvelle monoplace et de comprendre les nouveaux pneus Pirelli. Du coup, que ce soit à Jerez ou lors de la première session Barcelonaise, on a pu croire que d’autres teams avaient significativement réduit l’écart. Il n’en fut rien, car quand Nico Rosberg et Lewis Hamilton ont cherché le chrono, les dégâts ont été considérables. Là où les meilleurs temps de la concurrence ont été signés en pneus super tendres, les champions du monde ont réglé le sort de leurs confrères en tendres. Impressionnant… Lewis Hamilton et Nico Rosberg sont donc les grandissimes favoris de cette nouvelle saison. Et là concurrence n’a pu que baisser les yeux devant le niveau de la W06 Hybrid.

 

Williams s’installe, Ferrari plafonne

La deuxième force du plateau est sans conteste Williams. Felipe Massa et Valtteri Bottas ont signé de très bons chronos, à distance respectable des deux flèches d’argent. Mais ils ont aussi accumulé les kilomètres, ne faisant aucun mystère de leur compétitivité. Le team de Grove pourrait donc poursuivre son redressement, avec pour objectif de renouer avec la victoire et de se placer comme dauphine de l’intouchable écurie Mercedes. La Scuderia pouvait également laisser penser des performances prometteuses, mais les SF15T sont progressivement rentrées dans le rang, à l’instar des McLaren l’an passé. La nouvelle monoplace italienne semble fiable, tout comme sa devancière, mais la performance ne semble pas forcément au rendez-vous. Il semble clair que Sebastian Vettel et Kimi Raikkonen ont très vite voulu taquiner le chrono pour rassurer les troupes mais la réalité est cruelle : Mercedes et Williams semblent se placer un cran au-dessus du niveau des Rouges. Le team de Maranello s’est fixé comme objectif de ramener deux victoires en 2015, ce qui serait déjà une très grande satisfaction.

 

Red-Bull et McLaren pas vraiment au point

Red-Bull n’a pas vraiment convaincu cet hiver, mais il faut souligner que Daniel Ricciardo et Daniil Kvyat ont signé leur meilleur chrono en pneux tendres… Dès lors, on peut aisément imaginer que les RB11 devrait se situer au niveau des Ferrari, voir des Williams, au mieux. Le principal talon d’achille des monoplaces autrichiennes semble toujours être leur V6 Renault qui présente un déficit de performance et de fiabilité. Reste à savoir, aussi, comment va se comporter la très jeune paire de pilotes alignée par l’écurie. Le problème est un peu le même chez McLaren, en pire. Car incontestablement, la MP4-30 semble bien née. Tournant en tendres dans les mêmes chronos que la RB11 aux mains de Kevin Magnussen et Fernando Alonso, la monoplace de Woking a signé ces temps avec un V6 Honda volontairement “bridé”. Bref, si une surprise peut avoir lieu, elle pourrait bien venir de McLaren. Mais avant celà, il faudra trouver une solution à la cascade de problèmes mécaniques dont est victime la monoplace anglaise. Les premières courses seront difficiles et il conviendra avant tout de finir. Qui plus est, McLaren a perdu Fernando Alonso pour Melbourne, l’Espagnol étant victime d’un accident peu banal à Barcelone. De quoi animer des fantômes dans l’esprit de Ron Dennis, son pilote étant victime du même genre de choc que Mika Hakkinen à Adelaïde en 1995, heureusement à une vitesse bien moins importante.

 

Lotus, Sauber, Force-India et Toro-Rosso en formation

Malgré l’optimisme de ses pilotes, Lotus ne semble pas encore apte à retrouver le niveau qui était le sien en 2013. On ne ressort pas indemne d’une saison catastrophe comme celle de l’an passé. Néanmoins, les monoplaces d’Enstone ont présenté une bonne fiabilité et des performances honnêtes. C’est également le cas pour Sauber, mais on peut se douter que le team suisse a forcé sa performance pour se faire voir. Incontestablement, sa monoplace semble mieux née que sa devancière et pourra renouer avec les points. Toro-Rosso présente plus d’inquiétudes, car son moteur Renault est toujours un handicap et ses pilotes interrogent. Ni vraiment fiables, ni vraiment rapides, les voitures de Faenza devront hausser le niveau. Enfin, Force India s’est présentée sur le tard mais a pu se rassurer. Le duo Hülkenberg-Perez semble assez solide pour exploiter les capacités de la monoplace indienne. Quoiqu’il en soit, pour ces quatre teams, seuls l’accès au top 10 semble envisageable, assorti peut-être d’une place sur le podium en fonction des circonstances.

 

Manor, opération sauvetage

Les Manor seront selon toute vraissemblance alignées à Melbourne, et c’est assez plaisant. On n’en attend aucun miracle mais l’ex-Marussia a connu son lot de drames ces derniers temps. A observer l’attitude de Ferrari et de McLaren vis-à-vis de cette équipe, on observe finalement un peu d’humanité et de valeur dans le monde de la F1. Si Caterham a fait preuve d’ingérance, le courage et l’abnégation de Marussia porte leurs fruits. Et l’équipe va pouvoir profiter de l’excellent résultat en championnat de Jules Bianchi…

  1. avatar
    4 mars 2015 a 22 h 38 min

    Salut Jayce,

    Oui méfions nous des essais hivernaux mais il semble bien que Mercedes
    soit encore un ton au-dessus des autres.

    Williams a bien travaillé, McLaren va perdre Alonso pour Melbourne, quant à Ferrari et Red Bull il ne faut pas en attendre grand chose selon moi, les premiers orphelins d’Alonso les seconds de Newey …

    Cette saison 2015 sera intéressante seulement si Nico Rosberg parvient à lutter contre Lewis Hamilton qui a pris un gros avantage psychologique depuis Spa.

    Sinon, on risque d’avoir un Rosberg cantonné en numéro 2 et un Hamilton façon Kaiser Schumacher ou ogre Vettel, bref presque imbattable …

    Et nous n’aurions plus que les duels Iceman / Vettel et Button / Alonso en milieu de peloton pour nous distraire …

  2. avatar
    5 mars 2015 a 17 h 02 min

    Autre remarque, regardons l’évolution de la hiérarchie lors de la 2e saison suivant un gros changement technique. Seule l’exception 1995 a marqué un changement de hiérarchie chez les constructeurs, et encore en 1994 Benetton l’avait emporté chez les pilotes.
    Bref Mercedes devrait donc se balader en 2015, surtout qu’Alonso ne changera pas tout d’un coup chez McLaren. A supposer que la Williams soit plus forte que prévu, Bottas est encore trop tendre pour inquiéter Hamilton sur la longueur d’un Mondial, et Ferrari reste bien loin de son niveau d’antan, même si Vettel ou Raikkonen renaissent de leurs cendres tels des phénix après une saison 2014 catastrophique pour chacun d’eux. Bref ce sera Hamilton contre Rosberg, et j’ai vraiment peur que Lewis détruise vite Nico, mais bon attention en 2008 on croyait Massa fini après deux courses et ce fut finalement Iceman le perdant chez Ferrari …

    * 1990 (retour aux atmosphériques en 1989)
    Fort d’un Senna revanchard appuyé par Giorgio Ascanelli, McLaren Honda se maintient n°1 tandis que Ferrari dépasse Williams comme n°2, essentiellement grâce au tandem Prost / Nichols. Williams-Renault rate son châssis FW13 et repasse derrière Benetton Ford n°3 grâce à Piquet et Nannini.

    * 1995 (retour des ravitaillements essence en 1994)
    Benetton se rapproche de Williams Renault en performance pure mais grâce au V10 Renault remplaçant le V8 Ford Zetec du côté d’Enstone, au final Didcot s’incline car Damon Hill est mal géré psychologiquement par Patrick Head et Frank Williams, David Coulthard est encore un espoir tandis que Michael Schumacher s’annonce comme l’héritier d’Ayrton Senna et que Benetton joue à fond la carte du champion allemand.

    * 1999 (pneus rainurés et voies étroites en 1998)
    Avec sa F399 et sa nouvelle soufflerie, Ferrari se rapproche légèrement de McLaren Mercedes qui reste peu fiable mais la MP4/14 de Newey était une merveille en performance pure, la démobilisation de Woking après l’accident du Kaiser à Silverstone aura failli coûter la couronne aux Gris.
    Il faut dire cependant que Ferrari repartait de zéro avec Bridgestone puisqu’orpheline de Good Year fin 1998, là où McLaren collaborait déjà depuis 1 an avec le manufacturier japonais.

    * 2011 (retour aux pneus slicks et fin des ravitaillements essence en 2010)
    Red Bull accentue son avance sur McLaren et Ferrari détrônées depuis 2009 par Milton Keynes. Malgré Alonso et Button, Woking et Maranello sont incapables de briser l’hégémonie du tandem Vettel / Newey.

  3. avatar
    5 mars 2015 a 17 h 19 min

    El Pais prétend qu’Alonso ne se souvenait plus qu’il avait débuté en Formule 1 avec Minardi en 2001 ou bien qu’il avait remporté le championnat du monde à deux reprises avec Renault en 2005 et 2006. Toujours selon El Pais, il aurait fallu une bonne semaine pour que l’Espagnol, âgé de 33 ans, retrouve complètement sa mémoire de ces 20 dernières années.

  4. avatar
    6 mars 2015 a 8 h 03 min
    Par moi

    Comment peut on faire un bilan sans connaitre la quantité d’essence embarqué dans les voitures pour ces essais ,après Melbourne ,là on pourra décrire la hiérarchie.

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Retrouvez Your Zone sur

Compatible Smartphone & Tablette

Iphone & iPad

Abonnez-vous à la Newsletter