Le Mans à l’assaut de la Nationale 2
Photo Panoramic

Le Mans à l’assaut de la Nationale 2

Relégué administrativement en DH (sixième division) de la Ligue du Maine en 2013, Le Mans FC – ex-MUC 72 – poursuit sa rééducation vers le haut niveau. Après trois saisons en CFA2, le club de la Sarthe a obtenu son ticket pour la N2, anciennement CFA. La Ligue 2 se rapproche, petit à petit.

Vendredi 20 mai 2011. Stade de la Rabine, Vannes. Face au relégué en National, Le Mans abat l’une de ses dernières cartes pour monter sur le podium de Ligue 2, et ainsi viser la montée en Ligue 1. Une accession nécessaire après la construction du nouveau stade, le MMArena. Menant trois fois au score, grâce à des réalisations de Thorstein Helstad par deux fois et Mickaël Poté, les hommes d’Arnaud Cormier, entraîneur d’alors, sombrent face aux Bretons dans les arrêts de jeu et un bijou de Virgile Reset. L’élite leur file sous le nez au profit de l’AC Ajaccio. Le début de la fin.

Après deux années supplémentaires en deuxième division, Le Mans doit rendre les armes. Sportivement, puis administrativement. D’abord relégué en National, le club est condamné, malgré de multiples tentatives de sauvetages, à recommencer une nouvelle histoire en… DH ! Soit le sixième niveau national et le premier régional. Après des débuts chaotiques dans cette Ligue du Maine à l’été 2013, la qualité de l’effectif manceau fait la différence en fin de saison. Direction la CFA2.

Un recrutement qualitatif et intelligent

Comme en athlétisme, il a fallu un troisième essai aux Sang et Or de la Sarthe pour concrétiser leur objectif : grimper d’un échelon. Avec des anciens de la maison mancelle, comme Emmanuel Thibault, Arnaud Billeaux ou Romain Dupont, Le Mans FC retrouve une âme. Un esprit d’équipe orchestré par Richard Déziré, un homme qui maîtrise la montée de CFA en National puisqu’il l’a déjà fait avec Avranches en 2014. Le Mans a visé juste.

Pour cette première en N2 – nouveau nom du CFA cette saison avec la refonte des championnats – le club de Thierry Gomez ne veut pas faire de la figuration. Pour y parvenir, les dirigeants se sont montrés très actifs sur le marché des transferts, avec pas moins de sept recrues provenant de clubs de National, CFA et CFA2. Un recrutement intelligent, avec Kevin Schurr (Avranches), Rodrigue N’Cho (Saint-Pryvé-Saint-Hilaire), Cédric Tangatchy (Niort B), Nicolas Suchet (Lyon-la-Duchère), Tom Duponchelle (Reims B), Pierre Lemonnier (Granville) et Arnaud Archimbaud (Oissel). Autant d’éléments d’avenir que d’expérience qui doivent permettre au Mans de passer un cap. Le cap de la N2.

Un parcours semé d’embûches jusqu’à la N1

A un pas de la N1, où l’on retrouve des clubs historiques du monde professionnel comme le Stade Lavallois, les Manceaux savent que le parcours sera semé d’embûches jusqu’à mai 2018, fin du championnat. Dans leur groupe D, la bande à Stephen Vincent – passé par Gueugnon, Saint-Etienne, Cannes et Boulogne-sur-Mer – aura fort à faire, avec notamment les réserves professionnelles du Havre, de Lorient et de Rennes. De gros morceaux certes, mais qui ne peuvent jouer l’accession en N1 de par leur statut.

Les adversaires directs du Mans se nomment plutôt Granville, Fontenay-le-Comte, Romorantin, ou encore Saint-Malo. Justement, c’est par ce dernier club que les Sarthois ont débuté leur phase de préparation samedi 15 dernier, dans la petite localité d’Isigny-le-Buat (50). Un premier galon d’essai où les Manceaux ont montré de bonnes, voire de très bonnes choses, notamment dans l’utilisation du ballon en première période. Des joueurs comme Rodrigue N’Cho, Hamza Hafidi ou Alexandre Vardin se sont particulièrement illustrés, malgré l’ouverture du score de Sébastien Persico pour les Malouins.

Un premier amical « encourageant »

En seconde période, avec un nouveau onze de départ où figuraient, pour ne citer qu’eux, Thibault Ferrand, Emmanuel Thibault, Arnaud Billeaux, Yoan Pivaty ou encore Vincent Créhin, les automatismes ont été plus difficiles à trouver. Il faut la patte magique du deuxième nommé pour l’égalisation et assurer le score final à 1-1. Une première prestation jugée « encourageante » par Richard Déziré, l’entraîneur du Mans, qui poursuit : « le but d’un premier match, c’est de donner du temps de jeu à tout le monde. Cela permet aux joueurs de se mettre en valeur individuellement dans un collectif. » Un technicien tout aussi ravi de son équipe que de retrouver des anciens Avranchinais, qu’il a côtoyé pendant plusieurs années.

Matches amicaux : le programme du Mans

La série des matches amicaux se poursuivra dans la Sarthe avec une opposition face à Cholet (N1) – qui sort d’un match nul (1-1) contre le Stade Lavallois – le mercredi 19 juillet 2017 à 19h30 à La Flèche, puis la réception de Quevilly (L2) à la Pincenardière le samedi 22 juillet 2017 à 18h. S’en suivra :

  • mercredi 26 juillet 2017 : Le Mans FC – Voltigeurs de Châteaubriant (N3) à Château-Gontier (53) (horaire à définir).
  • samedi 29 juillet 2017 : Le Mans FC – Paris SG B (N2) à Mondeville (14) (horaire à définir).
  • dimanche 30 juillet 2017 : Le Mans FC – SU Dives-Cabourg (N3) à Dives-sur-Mer (14) (horaire à définir).
  • samedi 5 août 2017 : Le Mans FC – FC Ouest Tourangeau (N3) à Ballan-Miré (37) (horaire à définir

Le championnat reprendra alors ses droits, mi-août. Le Mans entrera dans le vif du sujet avec la ferme intention de bien débuter la saison, et ainsi se placer dans les meilleures dispositions pour jouer le haut, voire le très haut du tableau du groupe D de N2. Car même si les Sarthois sont promus, ils n’en restent pas moins ambitieux. Le recrutement le prouve. Le projet de jeu le prouve. Le fait d’élire, de nouveau, domicile au MMArena le prouve. Élémentaire, Richard Déziré ?

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Retrouvez Your Zone sur

Compatible Smartphone & Tablette

Iphone & iPad

Abonnez-vous à la Newsletter