Lettre perfide à la Perfide Albion !
Photo Panoramic

Lettre perfide à la Perfide Albion !

Qu'on ne ne dise pas ce que je ne m'apprête pas à déclarer. Ma diatribe à venir porte sur l'incapacité chronique du XI aux Trois Lions qui sans cesse se prend les pieds dans le tapis de la mose. Les Anglais et leur île. Depuis 66, ils n'ont jamais rien gagné et pourtant ils continuent d'être persuadés d'avoir un cheptel de malade. Memphis Depay a eu la malencontreuse expérience de s'y casser les dents puis de se refaire une santé sur nos vertes pelouses. Tout comme Falcao. Et au lieu de se remettre en question, de remettre en question leurs méthodes, ils préfèrent souvent la politique de l'autruche. Cet année, leurs sélections U17 et U20 ont scintillé de mille feux. Est-ce annonciateur de lendemains qui chantent pour les sujets de son altesse la reine Elisabeth ? Je continue d'être sceptique.

Ce week-end, près plusieurs mois d’atermoiements, Memphis est enfin parvenu à réaliser, certes face aux Troyens, une performance étincelante sous le maillot lyonnais au prix d’un joli hat-trick. Les cassandres, notamment issues de Royaume-Uni, se sont liguées pour descendre la dite performance, rappelant au passage la très mauvaise image laissée par le Néerlandais sous le maillot des Reds Devils.

Les “anglishes” sont hilarants. Ils n’ont de cesse de critiquer notre football, nous considérant avec beaucoup de condescendance. Il n’y a qu’à lire ça et tous ces commentaires où ils viennent se faire les chantres des joueurs de Perfide Albion.

Chaque année, ils déversent des tonnes de pounds pour récupérer nos meilleurs éléments. J’exhorte donc l’Anglais à sortir un peu de son EPL et à venir humer le bon air de football qui circule hors de son soi-disant magnifique championnat. Par exemple, qu’il vienne regarder ce qu’il se passe de ce coté du tunnel.

Il pourrait, par exemple, se régaler comme nous nous sommes régalés de ce Classique plein de rebondissements. Ils sont toujours là à s’extasier sur leurs soi-disantes vedettes made-in-UK. Pourtant, à chaque fois qu’on joue contre ces dernières, elles se montrent dépourvues de la moindre once de créativité. Il est grand temps que “l’anglishe” prenne un peu de hauteur. Pour rappel, Stan Collymore, Gabriel Agbonlahor, Theo Walcott ou Luke Shaw devaient porter haut les couleurs des trois Lions.

Voir Gary Lineker tomber dans le panneau de voir son Kane plus gros qu’un Benzema qui est en passe de boucler une décennie à la Casa Blanca, c’est clairement refuser de sortir de son insularité. Après tout, toutes proportions gardées, Kane ne joue qu’à Tottenham. Par opposition, on parle du Real Madrid, le plus grand club de football du monde, et d’un joueur qui fait partie de la légende actuelle de ce club et même du football français, malgré ses scories.

C’est ce même Kane que les Anglais veulent monter en épingle et qui à l’Euro s’était montré indigne de la confiance portée en lui par tout un peuple face à de bien modestes Islandais ? Des Islandais que nous avions battus avec la plus grande facilité. Et ce sans Benzema. Soyons un minimum sérieux.

Bref, la moutarde me monte au nez. Attention, ça n’excuse en rien l’incapacité chronique de Memphis à refaire en Angleterre ou en France les performances qu’il a su produire en Eredivisie. Mais en en conclure qu’il n’a pas su les produire en Angleterre du fait de l’âpreté plus importante de la ligue anglaise est un raccourci que je ne ferai pas.

L’été et l’automne étaient pourtant florissants pour la jeune garde anglaise. Entre un Tournoi de Toulon remporté haut la main, un Mondial U20 remporté de main de maître par Dominic Solanke et ses potes et un bon parcours au Mondial U17, l’avenir anglais semble se profiler sous de bons hospices. Malheureusement, la Premier League souffre de ne pouvoir offrir à ces jeunes talents des strapontins qui leur permettraient de se frotter au plus haut niveau rapidement, à l’instar des jeunes talents français. Le serpent se mord la queue.

Néanmoins, shalom quand-même à mes frères d’outre-Manche…

  1. avatar
    25 octobre 2017 a 10 h 12 min
    Par Cullen

    Bonjour,

    J’avoue ne pas trop savoir où tu veux en venir. Alors oui, on peut en effet reprocher aux Anglais d’être fiers et orgueilleux (mais ils ne sont pas les seuls, loin de là) et de faire un certain complexe de supériorité. Le fait d’être isolés sur leur île fait qu’ils ont tendance à se recroqueviller sur eux-mêmes et à ne rien faire comme les autres. Le passé glorieux (bien qu’entaché de violences) de l’Empire Britannique les met parfois également sur un piédestal. En football, ça se traduit par le fait qu’ils ne s’intéressent qu’à leur championnat (pas le moindre encart consacré à la Liga, la Série A ou la Bunsdesliga dans leurs journaux alors imaginez la Ligue 1…) et qu’ils ont longtemps rechigné à faire évoluer leur jeu (le fameux kick n’ rush). Et depuis l’arrêt Bosman, l’équipe nationale souffre à peu près des mêmes maux que notre équipe nationale de Rugby, du fait qu’il n’y a plus suffisamment de jeunes anglais titulaires en clubs pour s’aguerrir aux côtés des meilleurs joueurs de leur championnat.

    Après, je ne sais pas si Benzema est supérieur à Kane, je crois surtout qu’ils ont un profil très différent. L’Anglais est plus un finisseur (y a qu’à comparer leur ratio), bon des deux pieds, de la tête, qui sait aussi bien jouer en pivot qu’en profondeur alors que Benzema, qui est peut-être meilleur techniquement, est plus un appui pour Ronaldo à qui il ne doit surtout pas faire trop d’ombres. Après, je n’ai pas bien compris le couplet concernant les étrangers qui n’arriveraient pas à s’épanouir en Angleterre et qui deviendraient d’un coup très bons dès qu’ils iraient ailleurs. Thierry Henry n’a jamais réussi en Italie, il a été moyen en Espagne et a brillé en Angleterre, et on peut trouver des dizaines de cas de figures semblables. Là encore, tout dépend du profil de chaque joueur.

    Mais au final j’ose espérer que c’est une blague quand tu écris qu’ils devraient envier notre football !??! Le “classique” que tu évoques – totalement artificiel et dont les médias nous ont abreuvé toute la semaine -, tu crois sérieusement qu’ils nous le jalousent, eux qui ont des derbys brûlants toute l’année, aussi bien en Premier League que dans les divisions inférieures… Et pour le reste, ils ont des billards là où on joue sur des champs de patates, des maillots splendides là où on nos joueurs ressemblent à des hommes sandwichs, des stades pleins à craquer là où nos tribunes sont de vrais courants d’air, un palmarès fort d’une trentaine de coupes d’Europe là où on étale depuis 20 ans nos 2 petites coupettes, et par-dessus tout une Histoire, un patrimoine culturel de plus d’un siècle et demi là où le football français a commencé à devenir populaire un soir de 1998… Comme je l’écrivais en conclusion de cet article ( http://yourzone.beinsports.fr/football-histoire-angleterre-8921/ ), j’ai beau avoir grandi dans le milieu du Rugby, un environnement où l’Angleterre est et a toujours été l’ennemi juré, on est bien obligé d’admettre qu’un gouffre culturel nous sépare des Anglais en matière de football.

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Retrouvez Your Zone sur

Compatible Smartphone & Tablette

Iphone & iPad

Abonnez-vous à la Newsletter