Leonardo Jardim, la revanche d’un mal-aimé
Photo Panoramic

Leonardo Jardim, la revanche d’un mal-aimé

Grace à sa victoire face au Borussia Dortmund en ¼ de finale de la Ligue des Champions, Leonardo Jardim assoit un peu plus son autorité face aux grands clubs européens, au point de le placer parmi les meilleurs tacticiens d’Europe. Explications.

Une arrivée délicate sur le Rocher

Lorsque Leonardo Jardim s’est installé sur le banc de l’AS Monaco en 2014, il n’était pour la plupart des observateurs qu’un type venu chiper la place au classe et respecté Claudio Ranieri. Personne ou presque ne comprenait ce choix de faire confiance à un mec toujours habillé jogging/basket pour mener l’équipe de Monte Carlo vers les étoiles. C’était incompatible.

D’autant qu’il avait encore tout à prouver. Unique entraîneur étranger à son arrivée en France avec Marcelo Bielsa, il n’avait à son palmarès qu’un titre de champion de CNS et de LigaPro, respectivement D3 et D2 portugaise. Dès lors, comment diable redonner un élan sportif à un club aux ambitions élevées avec Jardim ? Encore une fois, c’était incompatible.

Pour couronner le tout, dès son arrivée ses principaux atouts offensifs fileront vers d’autres horizons : James au Real Madrid et Falcao à Manchester United, pour ne citer qu’eux. Les dirigeants ont en effet revu leur projet sportif et ont décidé de privilégier la revente de joueurs avec plus-value à la clé.

Par conséquent, l’AS Monaco voit arriver dans ses rangs de jeunes joueurs encore méconnus (Fabinho, Bakayoko et Bernardo Silva notamment) dont l’objectif pour Jardim sera de les faire éclore. Le portugais part donc avec un groupe neuf qu’il doit façonner de A à Z. Un véritable travail de titan, tant l’objectif du club reste de faire plus qu’avant, mais avec moins.

Et pourtant… Malgré sa maîtrise imparfaite du français, les critiques sur son jeu jugé pas assez flamboyant et la perte à chaque mercato de ses meilleurs éléments, force est de constater que Jardim met aujourd’hui tout le monde d’accord. A tel point qu’il peut être considéré comme l’un des meilleurs entraîneurs d’Europe dans sa gestion du groupe, le développement des talents et ses résultats sportifs.

Jardim : éleveur de talents AOP

Sous la patte Jardim sont venus se réfugier plusieurs joueurs méconnus. Il les a couvés, protégés, et fait travailler dur jusqu’à éclosion. Le plus récent en date s’appelle Kylian M’Bappé. Ce gamin de 18 ans affiche jusqu’alors des statistiques tout simplement affolantes pour son âge, à tel point que certains le comparent déjà à Thierry Henry. Son dernier fait d’arme : claquer 2 buts en ¼ de finale aller de la Ligue des Champions, dans l’ambiance électrique du Signal Iduna Park.

Ce jeune gaillard dont ses performances actuelles lui présagent un bel avenir n’est pas le seul à prouver les qualités de formation et de gestion humaine de Jardim. Viennent se rajouter à la liste Thomas Lemar (21 ans), Tiémoué Bakayoko (22 ans), Bernardo Silva (22 ans) ou encore Fabinho (23 ans). Toutes ces jeunes pousses sont devenues sous la houlette de leur entraîneur des joueurs confirmés sur la scène nationale, européenne et internationale.

En somme, le travail de Jardim porte ses fruits sur le plan sportif et financier. Cette année, son équipe a même développé un niveau de jeu que l’AS Monaco n’avait encore jamais atteint dans son Histoire : avec 74 points en 31 journées de L1, le record de 80 points affiché en fin de saison en 2013/2014 est plus qu’abordable ; sans oublier leur possible accession aux ½ finale de la Ligue des Champions ainsi que la moyenne surhumaine de 3 buts par match depuis le début de saison toutes compétitions confondues. Avec ces performances offensives, Jardim et ses hommes suivent le rythme des plus grands clubs européens, mais avec leurs moyens : Monaco dispose en effet de 4 fois moins de budget que le Real ou le FC Barcelone.

Ces entraîneurs qui s’y sont cassé les dents

Depuis son arrivée sur le banc de l’AS Monaco, Jardim a déjà pu affronter un certain nombre d’entraîneurs de renom. Son bilan face à eux demeure très positif et prouve qu’il sait maîtriser les grands rendez-vous, que ce soit sur la scène nationale ou européenne. Dernièrement, c’est le nom de Thomas Tuchel qui est venu s’ajouter à la liste des entraîneurs qui se sont cassé les dents sur son AS Monaco.

On peut aussi penser à Unay Emery, Pep Guardiola, Marcelo Bielsa, Mauricio Pochettino, Leonid Slutski, Roger Schmidt, Arsène Wenger ou encore André-Villas Boas. La liste est longue et remplie de noms dont plus d’un club rêverait de l’avoir à sa tête. Au final, seuls 2 entraîneurs ont résisté aux assauts du Monaco version Léo Jardim : Jorge Jesus et Massimiliano Allegri. Malgré ce petit accroc au tableau, le bilan qu’il affiche reste exceptionnel à tout point de vue.

En 3 saisons avec Monaco, Jardim totalise déjà en Ligue des Champions 26 matchs, 2 accessions en ¼ de finale et un bilan de 58% de victoires. Difficile de faire mieux, encore plus quand le groupe est jeune et constamment remodelé. En Ligue 1, la donne est sensiblement la même avec 107 matchs disputés pour un ratio de 56% de victoires. Dans cet ensemble, il y aura eu plusieurs leçons tactiques infligées au PSG, aux Gunners ou encore à Wembley devant plus de 85 000 spectateurs.

Avec les moyens mis à sa disposition pour réaliser ce qu’il fait depuis tant de temps, on ne peut que se prosterner devant une telle humilité et une telle maîtrise.Du haut de son statut de plus jeune entraîneur de Ligue 1 (42ans), Jardim dispose d’une marge de progression encore importante ; Nul doute que le portugais ira très haut dans sa carrière et qu’il fait déjà incontestablement partie des meilleurs.

 

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Retrouvez Your Zone sur

Compatible Smartphone & Tablette

Iphone & iPad

Abonnez-vous à la Newsletter