L’AC Arles, un club à part
Photo Panoramic

L’AC Arles, un club à part

"La rage de vaincre", telle est la devise du club arlésien, marqué par de belles histoires et une descente aux enfers. Récit.

L‘AC Arles- Avignon est une entente créée en 2009 suite à la montée en Ligue 2 de l’Athlétic Club Arlésien. Ce club fut crée en 1912 suite à la fusion de Arles Sports, Arles Auto-Vélo et la Pédale joyeuse. L’histoire du club est relativement banale jusqu’aux années 1970 où le club accède en seconde division. Le club va faire l’ascenseur avec la troisième division durant cette décennie avant de dégringoler jusqu’à l’échelon régional dans les années 1980 et 1990. En 2005, Michel Estevan devient entraîneur de l’ACA et, en seulement 5 ans, il va réussir l’exploit de faire passer le club de la CFA2 à la Ligue 1. Avec une saison noire en Ligue 1, le club va couler et, le mois dernier, fut rétrogradé en DHR, soit la septième division.

Un club formateur et révélateur

A l’image d’aujourd’hui, l’ACA a toujours formé de bons joueurs. Le club actuellement en DHR possède quand même son centre de formation avec une équipe U17 DHR et une équipe U19 Nationaux. Dès les années 1940, l’ACA prouve qu’il sait former avec l’émergence du gardien de but Marcel Domingo, qui fut notamment double vainqueur du trophée Zamora. Cette formation atteint peut-être son apogée lors des années 1990. La génération 1981 est certainement la plus belle de l’histoire de l’ACA. Deux joueurs, et pas des moindres, partent donc dans des clubs plus compétitifs : Djibril Cissé à Nîmes et Gael Givet à Monaco. Ces deux joueurs ont pu se recroiser plus tard à l’Olympique de Marseille. D’autres ont été formés au club et ont eu une carrière honnête comme Eric Chelle ou Fabien Camus. Plus récemment, Ismael Bennacer a rejoint Arsenal à seulement 17 ans. Le parcours en Coupe Gambardella en 2006 illustre cette réussite, avec une défaite seulement en quarts de finale (pour rappel le club était seulement en CFA2) face à l’OL des Benzema, Ben Arfa, Rémy, Mounier ou encore Pied. Pas de quoi rougir n’est-ce pas ? Si l’ACA arrive à former ces joueurs, c’est car le club fait confiance aux jeunes, comme avec André Ayew, Rémi Cabella, Macedo Novaes et Thomas Ayasse qui ont vu leur carrière décoller grâce à de très bonnes performances avec Arles. Emmanuel Corrèze symbolise tout ceci. L’arlésien a en effet fait partie de l’effectif de la CFA2 jusqu’à la Ligue 1.

2005, tout s’emballe

En 2005, Michel Estevan prend la tête de l’équipe première alors en CFA2 à la place de Jean-Louis Saez, qui prend en charge la réserve. A cette époque, l’ACA remplit le stade Fernand Fournier avec des joueurs peu connus mais attachés au club. Beaucoup d’entre eux sont actuellement entraîneurs. Dès la première saison, le club monte en CFA et continue de grimper avec une autre accession en National grâce à un but de Poirier. La première année en National est très convaincante, le club provençal se classant huitième du championnat et atteignant les huitièmes de finale en Coupe de France. C’est donc une belle saison pour le petit poucet de National… mais la saison suivante est encore plus belle. Dans le sillage de leur serial buteur Eyemen Henaini (20 buts en National), les Arlésiens décrochent la troisième place derrière Istres, rival de l’ACA, et Laval. Cette montée est décrochée grâce à un homme qui aura marqué l’histoire du club, Benjamin Psaume, qui inscrit un but décisif face à Rodez au stade Fournier. L’ACA monte donc en Ligue 2, et le club va vraiment muter à partir de là.

2009, la professionnalisation

La présidence change de main en 2008, Patrick Chauvin, qui aura dirigé d’une main de maître l’ACA, laisse sa place à Jean-Marc Conrad. Le stade Fournier n’étant pas aux normes pour la Ligue 2, Conrad cherche une solution et la trouve en créant l’AC Arles Avignon. L’ACA jouera au Parc des Sports d’Avignon et en contrepartie l’association arléo-avignonaise est créée. Afin de renforcer l’équipe, Conrad prend des risques et fait signer des joueurs expérimentés en quête de revanche. C’est ainsi que des joueurs comme Sébastien Piocelle, Kaba Diawara ou Cyrille Merville rejoignent le désormais ACAA. Une saison exceptionnelle avec des joueurs qui se révèlent comme Ayasse, Dalé, Ayew ou encore Elie et des joueurs se révélant comme des véritables cadres, comme Corrèze, Psaume ou Piocelle. Psaume d’ailleurs est l’homme des grands rendez-vous et son but face à Clermont lors de la dernière journée envoie directement l’ACAA en Ligue 1.

Au bout de cette saison, l’ACAA monte en première division après le feu vert de la DNCG. Marcel Salerno prend la succession de Conrad à la présidence et voit les choses en grand. Il met comme entraîneur adjoint Robert Duverne qui sort de Knysna avec l’équipe de France. Il recrute également Camel Meriem, Francisco Pavon, Alvaro Mejia, Angelos Basinas et Charisteas, Vincent Planté ou encore Fabien Laurenti. Lors de son premier match à Sochaux, l’ACAA marque en premier par l’intermédiaire de Franck Dja Djédjé. Ce n’est que de courte durée et l’ACAA concède sa première défaite qui ne sera pas la dernière. En effet Arles Avignon perdra pas moins de 24 matchs en cette saison et sera limité à 20 points. La descente est rude après une saison aux enfers. Dès septembre, Estevan est viré et est remplacé par Faruk Hadzibegic. Des joueurs comme Basinas ou Mejia résilient leurs contrats, le club ne s’entraîne plus en Arles ce qui crée des tensions vis à vis des supporters. Seul Rémy Cabella se fait voir et il repart de prêt à Montpellier où il brillera par la suite. Le club descend en Ligue 2 et, à partir de là, vit un cauchemar jusqu’à le rétrogradation du club en DHR, le mois dernier.

Un club familial

Le club conserve un beau public même si le déménagement sur Avignon a modifié des choses. Les Suportaïre Arlaten ont même arrêté leurs activités à cause de ça. Le stade Fernand-Fournier est le berceau du club, avec les mêmes habitués prêts à soutenir l’équipe. C’est ce qu’a perdu l’ACA en jouant à Avignon, avec un stade quasiment vide. Les matchs de la réserve étaient donc les seuls moments où les Arlésiens pouvaient soutenir l’ACA. Mais depuis, l’ACA est de retour en DHR avec un retour également à Fournier où il peut à présent reconstruire une histoire à la maison.

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Retrouvez Your Zone sur

Compatible Smartphone & Tablette

Iphone & iPad

Abonnez-vous à la Newsletter