“Vous avez dit football ?”
Photo Panoramic

“Vous avez dit football ?”

Le monde financier est ce qu’il est et il ne semble rien vouloir épargner. Pas même les joyeuses parties de ballon de mon enfance, avec les copains, le samedi après-midi, sur le stade municipal. Je me souviens de l’odeur de l’herbe, de la terre aussi, des tacles assassins et des buts forcément magnifiques. Même si tout cela est passé depuis longtemps, ces souvenirs évoquent une forme de naïveté, d’insouciance, de joie de vivre le moment, bien éloignée des sphères de l’argent et du pouvoir.

Car l’argent a ceci de fourbe qu’il tue dans l’œuf toute tentative de jeu pour le jeu, de naïveté retrouvée, de mon enfance revenue du fin fond des souvenirs. L’argent tue même mes souvenirs… Aujourd’hui, l’herbe sent le plastique, les joueurs sont des potentiels auxquels on adosse une valeur dès leur plus jeune âge et le spectacle offert dans l’arène doit attirer les sponsors, les publicitaires et autres VIP de salons confortables, prêts à tout pour conquérir de nouvelles parts de marché une coupe de champagne à la main.

C’est un fait, le Football n’est plus que du foot, du business, avec quelques éclairs de génie, quelques passes magiques, quelques dribbles enchanteurs. Mais, en rapport au nombre de matches joués et filmés, ces moments tant recherchés sont devenus trop rares et passent de fait en boucle sur nos écrans, jusqu’à l’écœurement du beau geste. Le foot, qu’on se le dise, n’est plus qu’un produit marketing. Et les joueurs en sont les commerciaux, dévoilant leurs charmes et leur savoir-faire sur tous les rectangles plus ou moins verts de la planète construits à leur intention, pour que leur show hebdomadaire puisse vendre et faire vendre.

Le football ? Du marketing ! Les joueurs ? Des commerciaux !

Chaque année d’ailleurs, le monde du ballon, qui tourne à plein régime malgré les chaos récurrents de la route qui doit mener vers la gloire, récompense ses meilleurs commerciaux en organisant une belle fête, comme un séminaire interne dans une grande entreprise. Et chaque année, le meilleur animateur d’équipe est récompensé, ainsi que la meilleure équipe commerciale et, bien sûr, le meilleur commercial du moment. Depuis 9 ans donc, deux protagonistes, en bons commerciaux biens briefés, se battent à grands coups de vestes improbables et de coupes de cheveux lisses et gominées.

Et ce qui est intéressant, c’est que ces deux hommes les plus récompensés du football moderne, les plus distingués par les prix individuels, sont également les deux qui génèrent le plus d’argent dans le foot-business. Si la grande majorité des joueurs sont interchangeables et présents pour permettre au spectacle de se dérouler, ces deux là, et quelques autres, font partie des intouchables, de ceux à qui tout peut être pardonné au regard de ce qu’ils apportent de joie à leurs fans et de dividendes à leurs investisseurs.

Malgré tout, ces stars demeurent avant tout des hommes. Des hommes obnubilés par leur passion, devenue profession. Et des hommes jeunes, voire très jeunes, à qui l’on demande souvent l’impossible. Aviez-vous un mental aussi fort à seulement 21 ans ? Auriez-vous accepté de déménager tous les ans, ou tous les deux ans aussi loin de votre précédent lieu de villégiature ? Auriez-vous été capables de consentir à tous ces sacrifices dans votre jeunesse pour avoir un jour l’espoir de peut-être devenir le meilleur commercial du monde ? Deviez-vous gérer un patrimoine financier et immobilier si conséquent à l’âge de 25 ans, alors que rien ne vous prédisposait à cela, et compte tenu du bagage de connaissance que cela implique ?

Que connait-on des sacrifices et de la solitude du sportif de haut niveau ?

Bien sûr que non. Cela ne justifie pas pour autant les commissions colossales qu’empochent ces commerciaux. Sans doute que si leurs prétentions étaient moins élevés, les places dans les stades seraient plus abordables. Mais après tout, puisque nous leur donnons notre argent, pourquoi nous plaindrions-nous de leur gestion financière pitoyable ? Untel a acheté une voiture super chère. L’autre s’est fait prendre par la patrouille fiscale…. Nous ne faisons que répéter là ce que nous faisons déjà avec nos banques. Nous donnons gentiment notre argent à des banquiers qui nous le demandent, sans jamais faillir, et même quand ces derniers nous volent allègrement et nous accusent de leur forfait…

La vérité, ces que ces footballeurs sont bien souvent dans l’incapacité de gérer leurs propres comptes bancaires. Ne les mettez pas en face d’une banque en ligne, ils ne sauraient sans doute pas s’en servir. Depuis leur plus jeune âge, on leur a appris à déléguer certaines questions à des personnes présentées comme étant de confiance. Quand un joueur de foot se fait prendre pour fraude fiscale, suite à un montage financier douteux, pensez-vous réellement que c’est lui qui en a eu l’idée ? Et qui l’a réalisé ? Seul ?

A votre avis, qui fait ça ? Qui fait des montages financiers, sinon les banques elles-mêmes ? A la finalité, le monde du foot-business n’est qu’une extension du monde bancaire. Les montages proposés aux grandes fortunes sont sensiblement les mêmes partout à travers le monde. Seule l’étiquette du paradis change, mais les résultats sont identiques. Que la grande fortune soit un commercial en avion de chasse, ou un commercial en football n’y change rien. Et il paraît difficile de reprocher à un footballeur son incompétence notoire en fraude fiscale et en placements boursiers.

Le football est-il devenu une simple extension des salles de marché ?

Sans doute est-il possible de reprocher ce mode de fonctionnement aux banques ? Mais quel pouvoir politique en a la réelle volonté ? Après tout, les comportements observés aux abords d’un stade sont les mêmes que ceux observés dans la vie quotidienne nous dit-on. Pourquoi n’en serait-il pas de même en ce qui concerne les stars ? Pourquoi ne devraient ils pas, eux aussi, succomber à toutes les tentations financières qui séduisent les autres fortunes ? D’autant qu’ils possèdent sans doute les mêmes conseillers financiers dans leur entourage, non ?

La fraude fiscale, ou l’optimisation c’est selon, existe partout dans le monde. Et il est toujours amusant de constater que la colère du peuple s’adresse toujours en direction des pauvres devenus riches, de ceux qui ont eu cette chance, un jour, de recevoir des centaines de milliers d’euros, comme ça, en échange d’un talent particulier. Les commerciaux footballeurs se font prendre. Des noms circulent et les joueurs payent leurs redressements respectifs. Bien fait. Sans doute. Peut-être.

Mais où sont tous les autres ? Tous ceux qui s’enrichissent sur l’optimisation fiscale de père en fils depuis Napoléon, les bourgeois de la finance, ceux qui montent ces plans d’évasion du futur argent public ? Pourquoi ces gens-là ne font-ils pas la une des médias pour quelques millions détournés ? Sans doute parce qu’on ne les adule pas le reste du temps ? Peut-être. Et pourtant il existe une grande différence entre ces gens et les commerciaux en short sur le pré vert. Eux, ils savent ce qu’ils font avec l’argent des autres, quand les footballeurs ne savent même pas ce que font les autres avec leur argent…

Mais quoi qu’il en soit, ça ne rend pas le football plus heureux, moins sérieux, plus naïf et plus insouciant…

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Retrouvez Your Zone sur

Compatible Smartphone & Tablette

Iphone & iPad

Abonnez-vous à la Newsletter