Grenoble s’attaque au sommet Ligue 2
Photo Panoramic

Grenoble s’attaque au sommet Ligue 2

C’est une histoire parmi tant d’autres qui se raconte dans une ville fortifiée de ses pics enneigés. Dans cette cité sportivement riche, le Grenoble Foot 38 pointe à nouveau le bout de son nez.

« On y a cru jusqu’au dernier moment… »

On les avait perdu de vue un jour de juillet 2011. Les Grenoblois laissent derrière eux deux pénibles saisons, sanctionnées d’une première relégation en Ligue 2 et d’une seconde en National, l’année suivante. La suite ne se dispute pas sur le rectangle vert, mais entre le glaive et la balance du tribunal. Le départ de l’ex-propriétaire japonais (Index Corporation) est lourd de conséquences administratives et financières. Trois ans après l’inauguration de son Stade des Alpes, synonyme d’ambitions clairement affichées, le GF38 tombe en liquidation judiciaire.

Suite à la perte de son statut professionnel, le club des Alpes est rétrogradé en CFA2. Certains succès acquis, comme ce 4-0 infligé au Paris Saint-Germain, deviennent de profonds souvenirs, restés au sommet de la montagne Ligue 1. Ce retour au football amateur est accompagné d’un terrible sentiment de gâchis comme en témoigne Pierrick.

« On avait vraiment tout pour s’installer durablement dans l’élite. Jusqu’au dernier moment, on a cru en un potentiel repreneur. Puis finalement, […] le dépôt de bilan a été officialisé. Un coup de massue. »

Pierrick

 

Une longue et pénible chute vertigineuse

La tournée des plus grands stades de France s’achève brutalement. Les joueurs tels que Matsui, Ljuboya, Batlles, Feghouli, appartiennent à ce GF38 qui n’existe plus. Le Grenoble qui a fait naître les talents de Florian Thauvin et d’Olivier Giroud repart à zéro. Malgré une promotion à l’échelon supérieur l’année même, il faut attendre 2017 et un titre de champion de France de CFA dignement fêté pour que le National accueille enfin les Grenoblois.

Comme n’importe quel promu, l’objectif premier n’est rien d’autre que le maintien. Mais les Isérois se payent déjà le luxe de regarder plus haut. Étape par étape et désormais leader du championnat (un match d’avance sur Rodez) avec quarante points à neuf rencontres du dénouement final, le nouveau GF envisage son grand retour au niveau professionnel dès la saison prochaine.

 

Le retour de la gagne ?

De son passé, il n’en reste finalement que son stade et ses fidèles supporters. Désormais menés par la baguette d’un breton, les hommes d’Olivier Guégan réalisent une saison quasiment parfaite. Seulement trois défaites et quinze buts encaissés au compteur en vingt-trois rencontres, Grenoble incarne la meilleure défense de National, grandement représentée par Abou Demba, l’expérimenté Selim Bengriba ou encore un certain Fernand Mayembo.

L’international congolais de 22 ans remporte, à l’unanimité, le titre de meilleur joueur du groupe. Fort dans les duels aériens, propre au sol et remarquable dans ses relances, il est l’auteur de nombreuses grandes prestations. Bien sûr, cela n’échappe pas à plusieurs recruteurs déjà venus l’observer, mais encore moins à ses supporters.

« Mayembo, il est phénoménal ! Il a le niveau pour la Ligue 1… Facilement ! »

William

Néanmoins, la perfection n’existe pas et un club sans défaut est une montagne sans crevasse. Ce qui faisait la force des bleus et blancs la saison dernière en est, aujourd’hui, son principal point faible. Ses forces offensives limitées (10ème au classement des attaques) ne totalisent que vingt-cinq buts inscrits. Le meilleur scoreur de l’équipe, Florian Sotoca en est à (seulement) six unités. Il est suivi par Nicolas Belvito (5 buts) et Arsène Elogo (4 buts). Étonnant pour un leader, (provisoire) mais sans représailles. Rappelons que deux étages plus haut, le FC Nantes se retrouve à disputer une place pour l’Europa League avec la 13ème attaque de Ligue 1. Au bout du compte, Grenoble peut simplement regretter de ne pas avoir un meilleur bilan que celui qu’il ne présente déjà (10 victoires, 10 nuls, 3 défaites). Rien d’alarmant d’autant plus que le GF38 ne s’est jamais incliné contre l’actuel top 5 du championnat (4 nuls, 2 victoires). Cependant le moindre faux pas contre Laval (3ème) et Béziers (5ème), prochains adversaires de ce sprint final, est susceptible de fortement changer le programme…

 

Stade des Alpes : partage inévitable ?

Inauguré il y a tout juste 10 ans, le Stade des Alpes offre la particularité d’inviter le paysage à prendre part au match. Sa verrière faisant office de toiture partage une vue unique sur les montagnes et propose un véritable voyage pour ceux qui se déplacent jusque dans ses gradins. Aucun doute possible quant à sa capacité à répondre aux exigences sécuritaires imposées par la Ligue de Football Professionnel; c’est un poids en moins à porter sur les épaules de la direction.

Initialement conçu pour le football et le GF38, cette enceinte de 20 000 sièges a déjà accueilli les deux plus hauts niveaux du football français, ainsi qu’une rencontre internationale entre l’Équipe de France et l’Équateur… match où Bafétimbi Gomis avait inscrit un doublé pour sa première sélection sous le maillot tricolore. Depuis 2014, le stade est partagé avec le FC Grenoble Rugby (D2) et les problèmes d’organisation liés à cette cohabitation ne vont que s’intensifier en cas de montée en Ligue 2 du club de football. Cette probable promotion va offrir davantage de matchs de championnat à la maison (20 équipes en L2 contre 17 en National) en plus d’une nouvelle compétition, la Coupe de la Ligue. Si d’un premier abord, l’image de ce partage semble plutôt louable, notons que le GF sera condamné à disputer ses rencontres sur une pelouse relativement dégradée. Autant dire que la Ligue ne rigole pas avec l’état des pelouses et que les sanctions peuvent êtres conséquentes pour un club au budget limité. De plus, d’un aspect visuel, ce n’est jamais très agréable de regarder un match de football avec des lignes à moitié effacées traversant le rectangle vert. Cependant, cela n’impacte en rien la belle ambiance que proposent les supporters Grenoblois.

 

Les supporters sont les poumons du club

S’il faut mettre en avant les qualités sportives de Grenoble, il est maintenant l’heure de rendre hommage à ses supporters. Il faut s’armer d’un certain courage pour ne pas se laisser désabuser par l’image d’un club sur le déclin. Mais le football est une passion plus forte que tout et qui se transmet aussi de génération en génération.

« L’ambiance est très bonne […], meilleure que dans certains stade de Ligue 2. »

Etienne

C’est le cas de Yanice et William, comme de milliers de supporters en France. Leur premier match au stade, c’était avec leur père. On y apprend une certaine passion, l’amour d’un maillot pour ses valeurs et ses couleurs desquelles on ne se détache plus. Le niveau du championnat disputé devient alors anecdotique. Ainsi, chaque personne présente dans le Stade des Alpes est synonyme d’organe vital pour le GF38. Cette année, le stade est animé par une moyenne de 4000 poumons gonflés à bloc tout au long de l’année.

Effectivement, avec un tel score de billetterie, Grenoble fait mieux que neuf écuries de Ligue 2. A n’en pas douter, il y a une place à se faire dans le classement des tribunes en cas de montée et nombreux sont les spectateurs à reconnaître la formidable ambiance que propagent les Red Kaos 94 (principal groupe de supporters). Même si certains comme Jordanregrettent encore le manque d’engouement, rappelons qu’une affluence comme celle de Grenoble est déjà une belle réussite à ce niveau du football. Oui, ce probable retour au haut niveau est aussi à mettre au crédit des supporters et l’ambiance risque encore de monter d’un cran…

« La saison dernière, on a constaté un réel engouement pour les derniers matchs […]. Le mois prochain, à l’approche de la fin du championnat, l’engouement sera là et il ne fait aucun doute que l’affluence du stade sera assez exceptionnelle ! »

Pierrick

Un retour en Ligue 2 dès la saison prochaine ?

Prétendre que l’objectif de Grenoble n’est pas la montée est un formidable mensonge… Prétendre que la montée est acquise, une formidable bêtise. S’il est bien difficile d’analyser et de pronostiquer cette dernière ligne droite de National (nombreuses sont les équipes à ne pas avoir disputé le même nombre de match), le GF38 doit se préparer à huit finales, pour vingt-quatre points à prendre. Autant de rencontres où les défaites sont interdites et les résultats nuls à éviter afin de retrouver ce statut professionnel.

Avec un budget d’environ 3,6M d’€, Grenoble a les ressources financières et les structures physiques pour s’imposer en Ligue 2. Un effectif de qualité et une ambiance désormais apaisée qui contraste avec ce qu’elle était il y a une dizaine d’années. Le GF est prêt à laisser son passé derrière lui afin d’écrire une nouvelle page, qui, peut-être, sera encore plus belle. Si certains s’empressent de comparer ce parcours à celui de Strasbourg (lire article : la phénix de la Ligue 1), il est important de rappeler que cette histoire est celle de Grenoble, de ses supporters, de ses joueurs et dirigeants et qu’elle n’appartient qu’à eux. Et même s’il n’est pas interdit de s’en inspirer, comme l’exprime Jordan, « ça laisse rêveur, tout est possible »,  William lui, se montre prudent, « monter en ligue 2 serait déjà une belle récompense ! »

Là saison est encore longue, mais cette période marque le début de la dernière ligne droite. Plus que quelques mètres avant de rejoindre le massif du haut niveau. Plus que quelques efforts pour atteindre le sommet du National.

  1. avatar
    19 mars 2018 a 22 h 01 min

    Bel article, franchement :) tu dois continuer

  2. avatar
    22 mars 2018 a 0 h 03 min

    Merci beaucoup :) J’y compte bien ! A bientôt

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Retrouvez Your Zone sur

Compatible Smartphone & Tablette

Iphone & iPad

Abonnez-vous à la Newsletter