Le Bayern aura-t-il un concurrent la saison prochaine ?
Photo Panoramic

Le Bayern aura-t-il un concurrent la saison prochaine ?

Ce printemps a d'ores et déjà couronné le club bavarois pour a 6ème fois consécutive. Un record, encore un. Le Bayern reste tout en haut de la Bundesliga et cela semble parti pour durer. La question revient alors à nouveau : le Rekordmeister aura-t-il un concurrent pour la prochaine saison ?

Sixième titre national consécutif, en finale de coupe le 19 mai prochain face à l’Eintracht Francfort, 33 matches, 27 victoires, 91 buts marqués et 24 buts encaissés à l’heure actuelle. En d’autres mots, on ne fait pas mieux. Une routine pour les joueurs du Bayern dirait-on à première vue. Avec une telle équipe, tout le monde se demande qui pourra bien concurrencer les Bavarois ? Certains observateurs vont encore plus loin, y-a-t’il un concurrent à cette équipe ?

 

Non, car ils sont souverains sur leurs terres

Cette question revient presque toutes les saisons. Lorsque le Bayern fait face à un concurrent au niveau national comme lors des saisons 2010/11 et 2011/12, le club de Munich revient plus fort la saison d’après et de quelle manière en cherchant le record de points en championnat et en inscrivant la bagatelle de 98 buts (du jamais vu depuis 1971/72 et un certain Bayern Munich) et en n’encaissant que 18 buts sur la saison. Depuis, le Bayern ne lâche plus un seul titre et les chiffres donnés plus haut en sont la preuve. Le Bayern écrase tout.

Une des caractéristiques de l’institution bavaroise est de bâtir une équipe de cadors, faite pour dominer outrageusement le championnat et rester parmi les cadors européens dans la course au Graal, la coupe aux grandes oreilles.
Il ne suffit que de parcourir rapidement l’effectif pour se rendre compte de la force que représente cette équipe. Des champions du monde (Neuer, Boateng, Hummels, Müller), des joueurs d’expérience internationale (Martinez, Rafinha, Bernat, James, Ribéry, Robben, Thiago, Vidal, Lewandowski) auxquels on peut ajouter les jeunes qui confirment (Süle, Kimmich, Coman) sans oublier les joueurs confirmés de Bundesliga. Bref, sur le plan de l’effectif et individuel, il n’y a pas photo.
Cela est le résultat d’une politique bien clair, affaiblir les concurrents nationaux année après année en recrutant leurs meilleurs éléments et les jeunes prometteurs. On peut commencer la longue liste avec Emre Can alors à Leverkusen en 2013/14 ou Luiz Gustavo la même année en provenance de Wolfsburg. Ces noms-là sont discutables, entendu. On peut parler alors de Mario Götze en 2013/14 alors à son meilleur niveau à un très jeune âge, vient ensuite Lewandoski la saison suivante en plus de Sebastian Rode en grande forme avec l’Eintracht Francfort. à cette époque-là. La saison 2015/16 sera l’année de la venue d’une jeune pousse prometteuse du nom de Joshua Kimmich avec en plus son camarade de jeu, Sven Ulreich, pour suppléer Manuel Neuer, déjà recruté lors de la saison 2011/12.
Même si ce mode de fonctionnement a connu des échecs parmi lesquels Götze, Rode ou encore Shaqiri en font partie ou encore des recrutements de l’étranger pas très concluants (Renato Sanches, Benatia, Doulgas Costa) et malgré des départs importants et parfois peu compréhensible (Kroos) la force du club est de toujours pouvoir se renouveler pour assurer l’hégémonie nationale.

Cette stratégie est toujours présente au sein du club, les recrutements de Niklas Süle (22 ans et titulaire alors à Hoffenheim), Serge Gnabry l’an passé et Leon Goretzka, le maître à jouer de Schalke 04 pour la saison à venir, en attestent. En plus de ces transferts en Bundesliga, le Bayern fait également quelques paris comme en misant beaucoup d’argent sur Corentin Tolisso en provenance de Lyon (41,5 millions; plus gros transfert dans l’histoire du Bayern). La saison satisfaisante de Tolisso le confirme, le Bayern semble s’être assuré son avenir et une compétitivité au moins à l’échelle nationale.

 

Oui, car on ne peut être certain de rien

En football, tout va très vite. En début de saison, la deuxième d’Ancelotti à la tête du Bayern, il était question de renouer avec la Ligue des Champions et de remporter tous les trophées nationaux. Or, en football, on ne peut prédire l’avenir. Après quelques matches et une défaite au Parc des Princes (3-0) face au PSG, c’en est trop, Ancelotti prend la porte. Le Bayern est alors mal en point au championnat. Même si le classement au championnat ne semble pas si terrible que cela (3ème à trois points du Borussia Dortmund), au Bayern les apparences et les performances sur le terrain sont tout aussi importantes que le résultat final. À ce moment-là de la saison, c’est exactement cela. Des joueurs n’adhérant pas à la méthode Ancelotti, un niveau de jeu ne ressemblant pas à ce que les Bavarois nous ont habitué, une défaite en C1 face à Paris, l’ennemi juré alors en trombe tout en haut de la Bundesliga et même Hoffenheim s’invitant à la deuxième place.
Il a donc fallu le retour du héros Jupp Heynckes pour remettre l’équipe sur les bons rails et sauver une saison bien mal partie, ainsi qu’un retournement de situation improbable du côté de la Ruhr pour que le BVB sabote lui-même sa saison.

En cette fin de saison et après une nouvelle élimination en demi-finale de Ligue des Champions, le Bayern doit à nouveau faire face aux rumeurs de départ de Lewandowski qui semble vouloir voir si l’herbe est plus verte du côté du Real. Ajouté à cela une sortie surprenante de Boateng dans les médias jetant un doute sur son avenir à Munich, et voilà le Bayern envisageant un remplaçant en cas de départ de son champion du monde. Deux départs qui laisseraient un grand vide au sein de l’effectif bavarois. En attaque, les Munichois se retrouveraient avec le seul Wagner en numéro neuf et obligeraient les dirigeants à trouver une nouvelle solution de poids, chose très difficile en ce moment.

La saison prochaine, Niko Kovac va prendre les rênes de l’équipe et devra gérer les égos d’un vestiaires bien plus grands que ceux qu’il a connu à Francfort. De plus, il devra porter son équipe à un niveau de jeu suffisant pour satisfaire les supporters munichois et ses dirigeants, tout en réussissant sa campagne européenne. Il devra sans doute faire face à la comparaison avec Heynckes qui restera encore dans les têtes des fans et enfin, l’entraineur croate devra montrer du caractère si les choses ne tournent pas rond en Ligue des Champions pour ne pas lâcher trop de points en championnat. La gestion à l’échelle nationale et internationale peut s’avérer cruciale pour un entraineur sans expérience dans une équipe de ce calibre et habitué de jouer les premiers rôles en Europe.

Autant d’incertitudes en Bavière dont pourraient profiter tous les aspirants aux places européennes, capables de rivaliser avec le Bayern et de tenir un rythme élevé sur toute une saison.
On le sait, toutes les grandes équipes connaissent des saisons plus difficiles, mais elles savent se relever. Le Borussia Dortmund a connu une saison compliquée mais compte parmi ses rangs des joueurs de qualité. Ils l’ont prouvé en ce début de championnat et même avec les départs d’Aubameyang et de Dembélé, ils s’accrochent toujours à cette troisième place directement qualificative pour la Ligue des Champions. Le BVB aura à cœur de montrer un autre visage, en passant par une performance en championnat.

Cette année, nous avons également vu une très belle équipe de Schalke qui vient de confirmer sa belle saison avec une deuxième place et va renouer avec la Ligue des Champions. Avec une qualification pour la plus grande des compétitions européennes, le club de Gelsenkirchen devrait pouvoir attirer des joueurs capables de faire la différence et de tenir tout un championnat à un niveau élevé capable de mettre en difficulté les Bavarois. Ainsi Schalke devrait disposer d’un effectif complet, capable de jouer les premiers rôles outre-Rhin.

Il faudra aussi compter sur le Bayer Leverkusen pour faire encore mieux la saison à venir. Même silL’équipe a connu quelques moments difficiles cette année, elle reste composée de jeunes joueurs prometteurs (Henrichs, Tah, Wendell, Bailey, Brandt, Havertz) et de joueurs plus expérimentés (Kießling, Volland, les frères Bender, Aranguiz et Leno). Cette saison devrait être enrichissante à tous les points de vues pour les joueurs de Leverkusen et ils devraient revenir plus forts dès la saison à venir.

Au final, le Bayern devra bien gérer son intersaison pour attaquer au mieux la saison. De plus, beaucoup de joueurs de son effectif seront présents à la Coupe du monde. Et nous savons tous que les années post-Coupe du monde sont toujours plus compliquées pour les grands clubs avec beaucoup de joueurs mobilisés avec leur équipe national. Le début de saison pourrait être très importants pour des équipes comme Dortmund, Schalke ou Leverkusen. Bien sûr, il va falloir compter sur un certain facteur chance pour ces équipes et empocher des points cruciaux en début de saison, lorsque les joueurs de Munich ne seront pas encore à leur meilleur forme.
Mais la Bundesliga n’est pas jouer d’avance et s’annonce déjà palpitante. Et il faudra compter sur bon nombre d’équipes avec l’idée en tête de faire tomber l’ogre munichois.

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Retrouvez Your Zone sur

Compatible Smartphone & Tablette

Iphone & iPad

Abonnez-vous à la Newsletter