Ligue 1 : Le détail de la 1ère journée
Photo Panoramic

Ligue 1 : Le détail de la 1ère journée

Metz qui sombre à domicile, le PSG et Monaco qui souffrent mais gagnent, le carton de l'OL, la présentation de Neymar et les hommages à Loulou Nicollin. Tout est dans le récap' de la première journée de Ligue 1.

AS Monaco 3-2 Toulouse FC

Buteurs : Machach 6′ et Delort 52′ pour Toulouse. Jemerson 29′ Falcao 58′ et Glik 70′ pour Monaco.

Tradition oblige, le champion de France en titre ouvre le bal et pour la première fois depuis trois ans, ce n’est pas le Paris Saint-Germain. C’est à Louis ll que la compétition s’est ouverte. Une rentrée difficile pour les monégasques qui subissent rapidement les assauts toulousains. Et les mouvements du duo Jean-Delort permettent aux violets d’obtenir un corner. Tiré par le premier, il trouve le second a l’entrée de la surface, qui envoie sur orbite Zinedine Machach d’une superbe remise de la poitrine. L’ancien marseillais termine le travail, Monaco est mené. L’avertissement qu’il fallait pour que l’ASM se mette en marche. Sur une pelouse difficile, les hommes de Leonardo Jardim lancent la machine. A la demi heure de jeu, Jemerson vient égaliser d’une tête décroisée à la réception d’un corner parfait de Moutinho. Un partout, ce sera la score à la pause. Au retour des vestiaires, l’ASM retombe dans ses travers et comme en première période, encaisse un but d’entrée. Sur un excès de confiance de Sidibé, Jimmy Durmaz récupère le ballon sur la gauche et délivre un centre à ras de terre en direction d’Andy Delort. L’ancien caennais ne se fait pas prier et trompe Subasic au premier poteau, 1-2. Les rouge et blanc, moins incisifs que l’an dernier parviennent tout de même à redresser la barre. Sur un centre de Jorge, Falcao place un coup de tête qui redonne de l’espoir à l’ASM. En fin de match le champion va s’offrir une treizième victoire de suite en Ligue 1. Sur un coup franc de Moutinho, Kamil Glik vient effleurer le ballon de la tête pour tromper Lafont (70′). Une reprise laborieuse mais gagnante pour la bande à Leonardo Jardim emputée de plusieurs cadres de la saison dernière comme Bakayoko, Mendy ou Bernardo Silva.

L’homme du match: Joao Moutinho. Dans tous les bons coups, le Portugais a délivré deux offrandes sur coup de pieds arrêtés. Des passes décisives qui ont été déterminantes pour la victoire monegasque.

 

Paris SG 2-0 Amiens SC

Buteurs : Cavani 42′ et Pastore 80′ pour le PSG

Ambiance festive au Parc des Princes samedi après-midi. La reprise du championnat combinée à la présentation de Neymar donnait une atmosphère positive dans l’antre du PSG. Comme tout événement exceptionnel, le coup d’envoi a été décalé d’un quart d’heure afin d’offrir un accueil royal à sa majesté Neymar Jr. Confettis, ovations, jongles et tour de terrain, la nouvelle coqueluche de la capitale a apprécié que le club mette les petits plats dans les grands pour présenter sa star. Place au terrain où les deux équipes ont hâte d’en découdre. Le PSG domine très largement mais le promu tient bon et repousse les attaques répétées de Cavani et Di Maria. Malheureusement pour les picards, les parisiens trouvent la faille juste avant la pause. Sur un centre de Dani Alves, Cavani réalise un enchainement parfait pour tromper le portier amiénois. Paris gère et ne subit pas d’offensive adverse et en toute fin de match, Pastore vient sceller le sort de la rencontre après une bonne transmission d’Edinson Cavani. Victoire difficile pour Paris en attendant sa star brésilienne.

Homme du match: Edinson Cavani. Comme à son habitude, le meilleur buteur de la saison dernière a été très remuant sur le front de l’attaque parisienne. Ses efforts ont été récompensés par un but et une passe décisive pour Javier Pastore

 

Montpellier 1-0 Caen

Buteur : Camara 58′ pour Montpellier

La fête à Paris, l’émotion à Montpellier. L’avant-match à la Mosson n’était pas vraiment le même qu’au Parc. Un minute de silence pleine d’émotion est venue envahir l’enceinte héraultaise. Un hommage poignant à l’emblématique président du club, Louis Nicollin décédé il y a quelques semaines.

Le football reprend ses droits et le coup d’envoi est donné. Le rythme n’est pas impressionnant en première période. Les deux équipes s’observent, se jaugent et finissent par se neutraliser au terme des quarante-cinq premières minutes. C’est un peu avant l’heure de jeu que le match s’anime et sur un caviar de Kévin Berigaud, Souleymane Camara ouvre le score, ce qui lui permet de devenir le meilleur buteur de l’histoire du club en Ligue 1. Sa célébration est bien entendu un hommage à Loulou. Le public de la Mosson aussi dit Adieu une dernière fois à son éternel président à la 74eme minute. 74, comme l’âge auquel Louis Nicollin nous a quitté. De quoi faire apparaître l’émotion dans les yeux de son fils Laurent sur le banc de touche. Montpellier s’impose et malgré la tristesse, La Mosson termine la soirée avec le sourire.

Homme du match: Paul Lasne. Le milieu montpelliérain était dans tous les bons coups face à Caen. Il a remporté énormément de duels, est à deux doigts de marquer en toute fin de match et est à la récupération sur le but de Camara.

 

Lyon 4-0 Strasbourg

Buteurs : Diaz 23′, 61′ et Fekir 59′sp 90′ pour Lyon

C’est le carton de la soirée. L’Olympique Lyonnais rassure ses supporters avec cette large victoire face au promu. Ils ont très rapidement planté le décor. A peine une minute de jeu et Bertrand Traoré s’engouffre déjà dans la défense alsacienne. Le burkinabais butte sur Kamara et Memphis a suivi mais sa frappe ne trouve pas le cadre. Les gones poussent et vont être récompensés de leurs efforts après 23 minutes de jeu lorsque Mariano Diaz décoche une frappe des vingt mètres, dans le petit filet du portier strasbourgeois. Un match haché. Enormément de fautes de part et d’autres et Marçal, très remuant sur son couloir, reçoit énormément de coups.  À la MT Lyon mène 1-0 et Strasbourg ne montre rien ou presque. Le réveil sonne dès la reprise pour les alsaciens qui campent dans la partie de terrain lyonnaise et Idriss Saadi est tout proche d’égaliser à l’heure de jeu. Mais Bertrand Traoré est là et ses dribbles affolent la défense strasbourgeoise. Penalty pour l’OL que se charge de transformer Nabil Fekir. Lyon fait le break. Deux minutes plus tard Mariano s’offre un doublé après une mésentente entre Deux défenseurs strasbourgeois. 3-0, la messe est dite. L’OL gère sa fin de match et file vers une treizième victoire de suite lors d’une première journée de Ligue 1. En revanche, Strasbourg a vécu des débuts cauchemardesques pour son retour dans l’élite.

Homme du match : Bertrand Traoré . L’homme de cette soirée aurait pu être Mariano Diaz, auteur d’un très bon match et d’un doublé. Mais Bertrand Traoré a été performant de la première à la dernière minute. Ses dribbles ont mis a mal la défense strasbourgeoise, ont usé certains joueurs les poussant à la faute, comme Pablo Martinez qui concède un penalty à l’heure de jeu.

 

Saint-Etienne 1-0 Nice

Buteur : Bamba 4′ pour Saint-Etienne

L’OGC Nice auréolé d’une qualification en barrages de Ligue des Champions cette semaine aura à cœur de confirmer sur une pelouse qui lui réussit. Invaincus depuis 2015 dans le Forez les Niçois devront faire sans Balotelli blessé ni Seri suspendu. Dans un chaudron à huis clos partiel, Saint-Etienne est très agressif et le pressing haut mis en place par le nouveau coach Oscar Garcia va payer. Après quatre minutes de jeu Hamouma décale Tannane sur le côté droit qui centre au second poteau. Jonathan Bamba est à la récepton et conclut de près. Nice est cueilli à froid et s’impatiente. Les mouvements répétés de Srarfi et Pléa n’inquiètent pas la défense verte qui fait le dos rond. Les verts rentrent aux vestiaires avec cet avantage d’un but. Une deuxième mi temps fade avec des niçois qui monopolisent le ballon sans se montrer tranchant tandis que les stéphanois attendent et procèdent en contre. On en restera là. Les hommes d’Oscar Garcia s’imposent face à des niçois pour qui la belle semaine se termine mal.

Homme du match: Assane Diousse (Saint-Etienne). Le milieu de terrain sénégalais a réalisé une grande première à Geoffroy-Guichard. Au four et au moulin il n’a rien raté ou presque. Un gros abattage qui aurait même pu être récompensé d’un pénalty après une obstruction d’Arnaud Souquet. Acheté 5 millions d’euros à Empoli, le joueur de 19 ans semble être la bonne pioche d’Oscar Garcia.

 

Metz 1-3 Guingamp

Buteurs : Roux 14′ pour Metz. Briand 39′, Blas 70′ et Diallo 84′ pour Guingamp

Maintenu après 36 journées la saison passée, le FC Metz se présente comme un solide candidat au maintien. Solide à Saint-Symphorien, Guingamp qui se présente pour cette première journée est prévenu. Les bretons sont le premiers à se mettre en action. Après trois minutes de jeu, Rebocho centre et trouve Abdoul Camara dont la reprise passe au dessus. Guingamp insiste et à plusieurs reprises, Falette est dépassé. Le défenseur messin accroche Briand dans la surface, pas de penalty pour monsieur Miguelgorry. Au quart d’heure de jeu, Metz parvient à marquer contre le cours du jeu. Balliu contrôle magnifiquement une transversale de Jouffre et trouve Cohade dans la surface. L’ancien stéphanois centre pour le nouveau venu Nolan Roux, qui d’une tête plongeante trompe Johnson. Metz tente de faire le break mais l’accélération de Marcus Coco sur le côté gauche pousse Milan Bisevac à la faute. Pénalty pour Guingamp que va transformer Jimmy Briand. Au retour des vestiaires, FC Metz subit et sur un modèle de contre, les bretons double la mise grâce à Ludovic Blas seul au second poteau. Le buteur va se retrouver passeur quelques minutes plus tard grâce à un amour de ballon transmis à Diallo dans le dos de la défense messine. Guingamp fait le break et c’est logique. Les bretons s’imposent 3-1 et sont bien partis pour connaître un début de championnat canon. Comme la saison dernière.

Homme du match : Ludovic Blas (Guingamp). Le jeune Guingampais est entré à l’heure de jeu et a changé le cours du match. Buteur dix minutes seulement après avoir remplacé Abdoul Camara, il a offert une passe décisive à Diallo en toute fin de match pour sceller la victoire bretonne.

 

Troyes 1-1 Rennes

Buteurs : Grandsir 46′ pour Troyes, Tell 69′ pour Rennes

Troyes retrouve l’élite deux ans après l’avoir quittée. Et Troyes retrouve encore une équipe bretonne sur sa route. Après Lorient en barrages d’accession à la Ligue 1, c’est de Rennes qu’il faut se défaire pour espérer prendre ses premiers points. Mais c’est un Stade rennais new look qui se montre le plus dangereux. La patte Gourcuff semble fonctionner sur ces jeunes recrues. Les bretons monopolisent le ballon lors du premier quart d’heure et la vitesse d’Ismaila Sarr pose des problèmes à la défense auboise. Mais Rennes ne trouve pas le cadre et Troyes se réveille. Les champenois auraient pu marquer sans l’excès d’individualisme de Niane à la demi heure de jeu qui oublie complètement Azamoum dans l’axe. Ce même Niane qui trouve le poteau après un superbe ballon de Darbion juste avant la mi-temps. Pas de but à la pause mais dès la reprise, l’ESTAC ouvre le score grâce à une récupération de Niane encore lui qui sert Grandsir à l’entrée de la surface. L’aubois réalise un contrôle remarquable qui lui permet d’éliminer son vis-à-vis et trompe Diallo. Rennes tente de revenir et vingt minutes plus tard l’entrant Jordan Tell vient égaliser. Sur un centre de Firmin Mubele au deuxième poteau, Jordan, tel un renard, pousse le ballon au fond. Les troyens ont pris un vrai coup sur la tête et n’arrivent plus à sortir de leur camp. L’énorme raté d’Ismaila Sarr seul face au but, leur permet d’y croire encore. Mais Rennes défend bien et les deux équipes vont devoir se contenter de score de parité.

Homme du match: Firmin Mubele (Rennes). Le breton a été très remuant durant toute la partie. Il aurait pu marquer à plusieurs reprises sans les interventions du portier troyen. Il délivre une superbe passe décisive à Jordan Tell et a été très généreux sur le plan physique.

 

Lille 3-0 FC Nantes

Buteurs : Alonso 48′, De Préville sp 67′ et El Ghazi 70′ pour Lille

Lille contre Nantes, un classique de notre championnat. Mais cette année, le choc est plus que jamais attendu. Un choc qui oppose deux grands entraîneurs. Marcelo Bielsa du côté lillois, face à Claudio Ranieri du côté nantais. Un match extraordinaire pour les amoureux de football et de beau jeu. Grosse pression d’entrée des dogues. El Ghazi fait mal sur son couloir droit et c’est lui qui allume la première mèche mais sa frappe est trop écrasée. Lille domine mais tombe sur un très bon Dupé. Mais Nantes se procure la plus grosse occasion de cette première demi heure. Suite à un mauvais renvoi de la défense lilloise, Touré décoche une frappe puissante des 20 mètres, Maignan dévie sur sa barre, Nakoulma suit et sa tête piquée est hors cadre. Lille est nettement au dessus techniquement et Alonso élimine un joueur d’une roulette avant de lancer Araujo dans la profondeur. Le jeune brésilien trompe Dupé mais il est signalé hors jeu à juste titre. Lille ne baisse pas les bras et Kevin Malcuit toujours aussi présent dans les offensives nordistes, trouve De Preville au deuxième poteau. La tête de l’ancien rémois frôle le cadre, mais Lille se rapproche de la cible. Au retour des vestiaires, Lille continue à pousser et est récompensé à la 48ème minute. Pour la première fois, le danger ne vient pas de la droite mais de la gauche et le centre de Kouamé est mal repoussé par Léo Dubois. Le ballon revient sur Junior Alonso. Le défenseur paraguayen contrôle pied droit et enchaîne une frappe croisée pied gauche. Maxime Dupe ne peut que constater les dégâts, Lille mène 1-0. Rapidement, Nantes réagit mais timidement. Le coup franc de Kacaniclic est claqué au dessus de la barre par Maignan. Les lillois abusent de combinaisons dans des petits périmètres et les Nantais sont dépassés. Exemple à la 66ème minute ou les successions de passes arrivent jusqu’à Malcuit. L’ancien Stéphanois crochète Pallois et est stoppé irrégulièrement par son ancien coéquipier à Niort. Penalty pour Lille. De Preville se charge de le tirer, c’est dedans, Lille fait le break. Trois minutes plus tard, le LOSC va définitivement se mettre à l’abri. Kouamé centre en première intention au sol, El Ghazi est là pour conclure. Kouamé et Malcuit, latéraux très offensifs et décisifs. Pas de doute, Lille porte la griffe de son entraîneur. Pierre Mauroy bien garni, chante et scandent le nom de ses recrues. Nantes tente une dernière offensive. La frappe de Sala est déviée en corner. À la réception du coup de pied de coin, Pallois marque mais le but est refusé après une faute sur Maignan. Le LOSC s’impose avec la manière et montre qu’il faudra compter sur lui cette saison.

Homme du match : Kévin Malcuit. Les latéraux, éléments indispensables du style de jeu de Marcelo Bielsa. Kévin Malcuit a très bien compris les consignes de son coach. Solide défensivement, très présent offensivement il obtient un pénalty et a délivré de nombreux centres qui ont semé la panique dans la défense nantaise.

 

Angers 2-2 Bordeaux

Buteurs : Fulgini 11′ et Guillaume 88′ pour Angers. Sankharé 27′ Mendy 52′ pour Bordeaux.

Bordeaux doit se rattraper après son élimination en Europa League. Ca part mal puisque la première offensive angevine est la bonne. Capelle centre depuis le côté gauche, Baptiste Guillaume laisse intelligemment passer le ballon qu’attendait Fulgini au second poteau, pour s’offrir un premier but en Ligue 1. Bordeaux doit déjà réagir après seulement 11 minutes de jeu. Les girondins gardent le ballon et cherche des solutions. Première alerte sur un corner de Vada au quart d’heure de jeu. Peu avant la demi heure, François Kamano trouve Younousse Sankhare dans les 6 mètres. Le milieu bordelais conclut d’un plat du pied. Bordeaux continue et obtient rapidement un corner qui sème le trouble dans la défense angevine. Alexandre Mendy est devancé in extremis par Mangani. Bordeaux fait bien tourner le ballon et obtient beaucoup de coup franc. Younousse Sankharé se débarrasse de trois joueurs et écarte côté droit sur Vada. Manceau se troue mais Kamano est trop court pour reprendre. Score de parité à la pause. Au retour des vestiaires, Bordeaux rentre mieux et la domination se concrétise. Ballon par au dessus de la défense vers Malcom qui centre en première intention. Alexandre Mendy s’arrache et prolonge le ballon au fond. Bordeaux passe devant. Angers peine à revenir et la frappe de Mangani trouve les gants de Benoît Costil. Sur l’action suivante, Toko Ekambi s’engouffre dans la surface bordelaise et décoche une frappe, repoussée par Costil dans les pieds de Guillaume qui n’a plus qu’à finir le travail. Angers revient dans le match à deux minutes de la fin. Malgré une dernière offensive angevine, les deux équipes vont partager les points au terme d’un match spectaculaire.

Homme du match: Younousse Sankharé. L’ancien Parisien état très précieux dans un milieu de terrain girondins assez timide. En plus de son but, il a récupéré un nombre incalculable de ballons même s’il n’a pu empêcher l’égalisation angevine.

 

Marseille 3-0 Dijon

Buteurs : Njié 51′ 72′ et Thauvin 54′

L’OM retrouve le Vélodrome pour boucler cette première journée de Ligue 1 Conforama. Les Dijonnais sont biens entrés dans le match. Première alerte sur le but olympien avec un centre tir de Haddadi que Mandanda met en corner. À la 10ème minute, Wesley Lautoa se retourne la cheville après un duel avec Thauvin. Les images sont horribles et l’ancien lorientais sort sur civière et sera remplacé par Varrault. Le match reprend et Wesley Said se bat pour récupérer le ballon sur la gauche, élimine Rami dans la surface et frappe dans un angle fermé. Le ballon échoue dans le petit filet alors que deux partenaires étaient seuls au centre. L’OM est en difficulté dans ce premier quart d’heure, même si Morgan Sanson aurait pu ouvrir le score après une superbe frappe pied gauche, déviée en corner par Reynet. Les Marseillais peinent à dominer et les chiffres montrent cette difficulté. Après trente minutes, Dijon a tiré 6 fois, l’OM seulement 3. Les bourguignons se créent les meilleures situations et récupèrent le ballon très haut. La mi temps intervient et va permettre à l’OM de souffler. Les coéquipiers de Steve Mandanda rentrent bien dans cette deuxième période et ouvrent le score rapidement. Valère Germain excentré sur le côté droit centre au deuxième poteau. Clinton Njie qui vient d’entrer à la place de Payet touché à la cuisse, propulse le ballon au fond des filets. Difficile pour des dijonnais très impliqués qui ne sont pas au bout de leurs peines puisque deux minutes plus tard, Germain encore lui trouve Thauvin qui trompe Reynet d’un plat du pied gauche. La réussite semble avoir changé de camp et Clinton Njie va s’offrir son premier doublé en L1. Entre trois joueurs, le Camerounais résiste et décoche une frappe déviée par Rozier qui lobe Reynet et termine sa course au fond des filets. 3-0 ça ne suffit pas pour les hommes de Rudi Garcia qui continuent à attaquer. Germain dans tous les bons coups ce soir centre sur la tête de Thauvin qui passe à côté. Dijon semble résigné et Germain est tout proche d’ouvrir son compteur mais trouve la transversale de Reynet. L’OM s’impose largement malgré une première période compliquée et prend la deuxième place de Ligue 1 juste derrière l’OL.

Homme du match : Valère Germain. L’ancien monégasque n’a pas marquer mais c’est justement sa force. Il sait aussi faire marquer. Et ses deux passes décisives en sont la preuve. Il aurait tout de même pu trouver le chemin des filets sans la barre transversale de Reynet.

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Retrouvez Your Zone sur

Compatible Smartphone & Tablette

Iphone & iPad

Abonnez-vous à la Newsletter