“Tu es grand, mon Madrid !”
Photo Panoramic

“Tu es grand, mon Madrid !”

L'Europe, ancienne et moderne, reluit de faisceaux immaculés. À travers les ères et les périodes, le Real Madrid aura toujours eu son mot à dire, son succès à tracer. On reprochait aux Madrilènes d'avoir remporté 6 coupes alors que les télévisions retranscrivaient encore les matchs en noir et blanc. Pour faire taire leurs détracteurs, ils en ont remporté 6 autres dans l'ère des couleurs et de la HD.

Le Real est une équipe qui fait rêver. Comme le Barcelone de Cruyff ou de Guardiola, la France de 98, le Brésil des années 2000, l’AC Milan des Van Basten et Rijkaard ou la Juve de Platini… Le Real a ses légendes, ses icônes, ses joueurs phares, ses valeurs sûres et ses stars en devenir.

Il ne manque que quelques détails pour que l’hymne de la Ligue des Champions soit modifiée, qu’elle devienne une sérénade racontant l’amour passionnel tissé et se tissant entre Merengues et la Coupe aux grandes oreilles.

”Historia que tu hiciste, historia por hacer”
Histoire que tu fis, histoire qu’il reste à faire.

Parce que Madrid rime avec Histoire. Alors que certaines cylindrées sont éphémères, le Real est protagoniste dans chaque épisode du passé, présent et sûrement du futur.

Entre les deux, ils auraient pu ajouter un Historia haces. Histoire que tu fais. Parce que l’Histoire, le Real l’écrit constamment, en lettres d’or.

”Por qué nadie resiste, tus ganas de vencer”
Parce que personne ne résiste, à ton envie de gagner.

Pas la meilleure Juventus de ces deux dernières décennies, ni les Colchoneros durant quatre années d’affilée en C1…

L’envie madrilène de gagner est telle que l’on ne pense plus enterrer cette équipe. Avec des remontées après avoir été menés d’un but (Deportivo, de 1-2 à 3-2) ou de deux (Villarreal, de 0-2 à 2-3), le Real est une équipe qui refuse de rendre les armes. Au terme des 90 minutes, vous verrez chaque joueur à bout de force, après avoir tout donné pour triompher, pour créer la sensation.

Ya salen la estrellas, mi viejo Chamartín”
Les étoiles apparaissent, mon vieux Chamartín (le quartier du Stade Bernabeu)

Ces étoiles, elles peuvent avoir 20, 30 ou 40 ans.

Asensio. 20 ans. Le bonhomme marque, passe mais avant tout régale. Son pied gauche est magistral et n’est pas sans rappeler un certain Zidane. Son pied gauche est précoce, et on le voit brûler les étapes de l’excellence de flammes aussi ardentes que son talent.

Ronaldo. 32 ans. Je n’ai rien à ajouter. Son talent, son palmarès parlent d’eux-mêmes. Mieux encore, il suffit de voir l’attitude avec laquelle il s’est vêtu lors de la finale. Ca en dit long sur la personne, la légende.

Zidane. 45 ans. Encore une fois, rien à ajouter. Quand un joueur marque 3 générations, quand il hausse à tout jamais l’excellence footballistique, avant de s’acharner à hausser les grandeurs au poste d’entraineur, il n’y a rien à dire. Même lui, avec son visage serein et son ton convivial, en parle comme si c’était le plus normal des faits. Oui, d’une normalité splendide.

”De lejos y de cerca, nos traen hasta aquí”
qui de près ou de loin, nous amènent ici

Parce que ces étoiles, ces Galactiques, ne laissent personne indifférent. Que l’on soit fervent supporter des Madrilènes, ou tout simplement amoureux du football, on ne peut que vibrer devant leurs prouesses. Les parades de Casillas ou Navas, la grinta de Ramos ou Hierro, la vista de Modric ou Zidane, l’élégance de Kroos ou d’Alonso, la létalité des deux Ronaldo et Raùl… Les générations se suivent et diffèrent, mais la magie, elle est intacte.

‘Llevo tu camiseta, pegada al corazón,”
Je porte ton maillot, tout près du coeur

Parce que le cœur bat juste en-dessous de l’écusson. Et, à mesure que les sensations augmentent, le coeur palpite et s’enflamme, les joueurs émerveillent et les supporters exultent, dans un amas de sentiments que l’on ne peut ressentir que si l’on respire football… et plus encore si le Real Madrid est notre oxygène.

“Los días que tu juegas, son todo lo que soy”
Les jours où tu joues, sont tout ce que je suis

Les jours de matchs ont toujours une saveur spéciale. Cette douce anticipation de la joute à venir. Et au moment du match, on met nos vies personnelles de côté pour vivre à l’unisson au rythme du football de notre club de coeur. Et quel club, et quel cœur…

“Ya corre la Saeta, ya marca mi Madrid,”
“La Flèche” (Di Stefano) court déjà, et mon Madrid marque,

Parce que Di Stefano a montré la marche à suivre, et la relève a été prise de fort belle manière.

Mon Madrid marque toujours, Di Stefano peut être tranquille dans sa tombe, son Madrid est aussi resplendissant que lorsqu’il l’a laissé. Son héritage est intact.

”Soy lucha, soy belleza, el grito que aprendí”
je suis combat, je suis beauté, le cri que j’ai appris

Derrière chaque succès, il y a de l’effort, de la souffrance. Des esprits haletants qui se donnent corps et âme pour faire de chaque soirée, chaque saison, un épisode mémorable.

On crie de joie après un but d’anthologie, une victoire précieuse, un énième sacre.

Madrid, Madrid, Madrid, ¡Hala Madrid!
y nada más, y nada más,
¡Hala Madrid! et rien d’autre.

Comment ne pas aimer un club de cette envergure ? Comment résister à leur magie ? Ils envoûtent le monde du football. Jeu, stars, titres, histoire, succès. Rien ne leur manque et pourtant, leur ambition est telle qu’ils en veulent toujours plus !

A Por la Decimotercera bien sûr !

  1. avatar
    6 juin 2017 a 13 h 01 min
    Par racati

    Ce n’est pas un défaut d’être amoureux du Real Madrid. Mais il faudrait savoir rester objectif. Je ne rate jamais aucun match de ton club préféré et je dois dire qu’en Liga, cette année, ils ne m’ont jamais fair rêver. Et ils ont gagné beaucoup de matches grâce aux faveurs des arbitres merengues (avec notamment des cartons rouges pardonnés à RAMOS et CASEMIRO et des buts accordés sur hors jeu). D’ailleurs, en milieu de saison, la BBC était très critiquée par les supporters du Real.
    En revanche, en Champions League, le Real était largement au-dessus du lot que, pour ma part, j’ai trouvé plutôt moyen.
    Que sigas soñando!

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Retrouvez Your Zone sur

Compatible Smartphone & Tablette

Iphone & iPad

Abonnez-vous à la Newsletter