Un PSG puissance 4 mais brouillon
Photo Panoramic

Un PSG puissance 4 mais brouillon

Le PSG a réussi la parfaite clean-sheet ce mercredi en Belgique, avec un large score de 4 buts à 0 contre Anderlecht, ne reflétant pas pour autant totalement la rencontre du soir. Mais elle permet surtout au club de conclure la phase aller de sa poule B avec 9 points et aucun but encaissé.

Un PSG opportuniste, voilà comment résumer la première période de l’équipe contre Anderlecht. Les parisiens ont démarré fort : sur une belle passe de Verratti, Mbappé s’en va tromper Sels dès la 3ème minute, permettant de prendre l’avantage dès le début du match. La suite est moins flamboyante, le PSG s’est relâché, Anderlecht a joué, et cela a renvoyé à une drôle impression de domination belge par moment dans un match qui s’annonçait pourtant comme une formalité pour les français.

Le PSG arrivera à assommer son adversaire grâce à un but d’Edinson Cavani sur une action regroupant la MCN (44ème) et profitera d’une grossière erreur du mur belge sur un coup-franc de Neymar (66ème). Suite à ça, Anderlecht aura du mal à continuer dans son rythme poussé et ne pressera plus, permettant à Paris de s’exprimer plus facilement sur le terrain et à Angel Di Maria de participer à la fête (88ème).

Ce match a confirmé que Paris arrivait à résister quand l’adversaire dominait. Mieux, le club de la capitale réussi même des coups de maître comme lors du premier match contre le Bayern Munich (3-0) malgré une domination allemande dans le jeu. Si cette tactique (désirée ou non par Unai Emery) semble marcher pour le moment, elle comporte un énorme risque lorsque le PSG entrera dans la période décisive de sa saison en 2018 face à des adversaires plus efficaces et profitant des lacunes parisiennes.

Car côté lacunes, on a pu observer sur les côtés un Dani Alves dépassé défensivement et inoffensif en contre. En manque de jus ? Peut-être une occasion perdue de voir Thomas Meunier sur ses terres, à moins qu’il soit ménager avant le classique contre l’OM ce dimanche. Et encore une fois, Layvin Kurzawa apparaît comme le maillon faible de l’équipe, pour son retour de blessure.

Au milieu, le trio n’a pas convaincu, ayant du mal à servir de transition entre le bloc défensif et la MCN. Seul Verratti a été décisif et a montré un visage différent de celui affiché en début de saison. Tout l’inverse de Rabiot qui n’arrive pas (plus) à peser dans le jeu. Quant à Motta, il montre que l’achat d’un 6 est quasiment obligatoire pour tenir le rythme soutenu de la saison.

Dans ce genre de match, ce qui est important, c’est d’améliorer les détails” a confié Unai Emery en conférence de presse d’après-match, ce qui est certain, c’est qu’il y aura beaucoup de détails à améliorer !

 

Aréola : La valeur sûre du moment

Au final, malgré ce 4-0, la valeur sûre du PSG ce mercredi est paradoxalement son portier, Alphonse Aréola, toujours sur sa lancé du début de saison. Il a su rassurer le club parisien en 1ère période lorsque celui-ci subissait les attaques belges, en arrêtant les 6 tirs cadrés.

Le jeune gardien, titulaire depuis le début de saison, a subi pour le moment 18 tirs en Ligue des Champions pour 0 but encaissé. Ces statistiques et ses 2 mois et demi en tant que titulaire indiscutable auront suffit, pour le moment, à faire taire les critiques.

Meilleure attaque, meilleure défense de la Ligue des Champions, et pourtant une certaine faiblesse remarquée dans le jeu. Faut-il voir le verre à moitié plein ou à moitié vide ? Faut-il se satisfaire d’une efficacité totale sur le plan comptable, en oubliant le terrain ? Pas sûr.

 

Suivez moi sur Twitter : @BCls75

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Retrouvez Your Zone sur

Compatible Smartphone & Tablette

Iphone & iPad

Abonnez-vous à la Newsletter