MLS : On vous explique tout
Photo Panoramic

MLS : On vous explique tout

La Major League Soccer est un championnat à part, qu'il faut bien comprendre pour l'apprécier.

Le championnat nord-américain de football, la Major League Soccer est un championnat au fonctionnement bien particulier, bien loin des standards du reste du monde et de l’Europe. Il s’agit d’un championnat qui prône une valeur essentielle, l’égalité des chances, afin que toutes les équipes soient sur un pied d’égalité. Tout cela vous semble confus, pas de panique, Sébastien Vidal vous explique tout ça afin que vous ayez tous les tenants et aboutissants de cette compétition.

Sébastien, pourquoi parle-t-on de franchises et non d’équipes en MLS ?

Il faut bien comprendre que le système est bien différent. En France ou ailleurs, on parle d’équipes car pour accéder à la première division, les clubs obtiennent des résultats sportifs, des qualifications… Ici en MLS, les équipes payent pour intégrer le championnat. La place ne s’obtient pas en gravissant les divisions mais en payant. Par exemple, Montréal en 2012 a déboursé environ 45 M€ pour intégrer la MLS.

Le format du championnat du championnat est lui aussi bien différent ?

En effet, il n’est pas comparable aux championnats dit « classiques ». En Europe, chaque équipe rencontre deux fois chaque adversaire, avec une phase aller et une phase retour. Tout le monde joue le même nombre de matchs contre chaque adversaire. En MLS, les équipes sont divisées en deux conférences (est/ouest). Actuellement, chaque équipe dispute 34 matchs de championnat. Elle joue plusieurs fois contre chaque équipe de sa conférence (2 ou 3 fois) et une seule fois contre les équipes de la conférence opposée. A la fin de ces 34 matchs débutent les play-offs qui sont, à mon sens, le vrai modèle d’égalité des chances d’un championnat de football moderne.

Expliquez-nous le système des play-offs ?

Il est très similaire à celui de la NBA. En fin de saison, les meilleures équipes de chaque conférence s’affrontent dans un système de matchs aller-retour à élimination directe, jusqu’à la finale qui désigne le champion de MLS. Une équipe ayant terminé 4e de sa conférence, peut par exemple, remporter la finale et donc le championnat. Cela permet également de maintenir un suspense constant tout au long de la saison. La saison s’étale sur l’année civile (mars à novembre) et non sur deux années comme partout ailleurs.

Autre particularité, le système de draft ?

Oui, là aussi, c’est une particularité qui favorise l’équilibre du championnat. La draft, c’est simple. Il faut bien comprendre qu’ici, il n’y a pas de centre de formation comme en Europe. Le sport passe par le système universitaire.Chaque année, les meilleurs joueurs universitaires de soccer sont proposés aux franchises de MLS. Pendant quatre tours , les joueurs sont reversés dans les divers clubs. Mais ce système n’est pas anarchique. Il n’y a pas de notion d’argent. Les joueurs ne sont pas vendus au plus offrant. L’équipe qui finit dernière du championnat décide en premier, celle qui a fini avant-dernière en second… Le champion choisit en dernier. Tout cela permet aux équipes plus faibles de recruter les meilleurs joueurs. L’exemple du PSG, qui écrase tout en France avec sa surface financière, ne pourrait s’appliquer ici… et c’est tant mieux.

D’ailleurs, le système de propriétés de joueurs est différent lui aussi ?

Oui, et il empêche toute forme d’excès et de spéculation entre franchises. En Europe, un joueur appartient au club qui le paie, il est sa propriété. Ici les joueurs appartiennent à la MLS. Ils ne sont pas payés par les franchises mais par la league. Un joueur aura le même salaire, qu’il joue à New York, Los Angeles ou Toronto. Les salaires sont encadrés, c’est le principe du salary-cap. Chaque année, la ligue verse à chaque équipe environ 3M€ pour payer les salaires de ses joueurs qui sont limités à un peu plus de 30 000 € mensuel. Chaque équipe a le même budget, et chaque joueur a un salaire équivalent, évitant les mercenaires comme ailleurs. Ici changer de franchise n’est pas un choix d’argent facile mais un challenge sportif.

… à la nuance près qu’il existe une exception ?

Bien sûr. Il s’agit de la règle du joueur désigné, souvent appelée règle Beckham.

Comment cela se traduit-il ?

Quand la franchise de Los Angeles a voulu faire venir David Beckham en MLS, la limitation du salaire s’est avérée être un frein. La MLS a donc décidé de créer ce système de joueurs désignés qui permet à chaque franchise de payer librement trois joueurs sans limitation. Cela permet d’attirer des stars sans nuire au principe d’égalité des salaires et des franchises.

# Pour conclure, comment définiriez-vous la MLS ?

Comme un championnat du futur, visionnaire et passionnant.

  1. avatar
    20 février 2016 a 15 h 59 min
    Par Farid K.

    Super interview… On comprend et on apprécie

  2. avatar
    5 mars 2016 a 19 h 00 min

    cool

  3. avatar
    5 mars 2016 a 19 h 00 min

    merci

  4. avatar
    19 février 2017 a 1 h 26 min
    Par Ugo piccoli

    Salut moi je suis dans un lycée section foot en second et depuis la 4eme
    je suis passionnée par la mls tous est equilibré ,c’est pour ca que je veux obtenir une bourse pouur aller en université et peut etre aller joué en pro en mls(les Français sont tres bien réputé dans les université americaine)
    En tous cas merci pour ce texte tres bien expliquer

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Retrouvez Your Zone sur

Compatible Smartphone & Tablette

Iphone & iPad

Abonnez-vous à la Newsletter