Mamadou Sakho, éternel poissard
Photo Panoramic

Mamadou Sakho, éternel poissard

C’est l’histoire d’un mec qui tombe d'un immeuble. Au fur et à mesure de sa chute, il se répète sans cesse pour se rassurer : « Jusqu’ici tout va bien … jusqu’ici tout va bien … jusqu’ici tout va bien. ». Retour sur l’année galère vécue par Mamadou Sakho.

Episode 1 : Le brûleur de rêve

Le 17 mars 2016, au soir d’un match de Ligue Europa opposant son club de Liverpool à Manchester United, Mamadou Sakho est soumis à un contrôle antidopage. Sans le savoir, l’international français met là un pied dans ce qui sera pour lui une longue série de mésaventures. Un mois passe, le temps d’analyser l’échantillon et le verdict tombe : le joueur aurait consommé un brûleur de graisse dont la molécule « higénamine » se trouve sur la liste des produits interdits. L’UEFA décide alors de suspendre le joueur jusqu’au 28 mai à titre conservatoire, en attendant une décision finale de sa commission.

La conséquence de cette décision, c’est d’abord que Sakho ne pourra plus rejouer avec son club jusqu’à la fin de saison ; l’autre conséquence, c’est qu’il doit tirer un trait sur son rêve de participer à l’Euro en France. En effet, Didier Deschamps doit annoncer la liste de joueurs qui participent à l’Euro en France le 12 mai, soit plus de 2 semaines avant la fin de sa suspension. Et même si le sélectionneur peut remodeler sa liste jusqu’au 31 mai, il explique : « Au moment où j’ai pris la décision, il n’y avait pas d’éléments montrant que son issue serait positive ». Résultat, le joueur est écarté et se contente de supporter sa sélection derrière la TV.

L’issue arrive finalement 2 jours avant France-Portugal. Le 8 juillet, la commission de discipline de l’UEFA blanchit Sakho. C’est la fin d’un épisode long de plus de 3 mois dans lequel Sakho aura été trainé dans la boue. Une erreur que le joueur a du mal à accepter, comme il l’a expliqué au Guardian : « J’ai travaillé si dur pour (…) porter le maillot bleu dans une compétition à domicile. Maintenant, ce ne sera plus possible. Quoi qu’ils disent ou fassent, ils ne pourront remplacer ce qu’ils m’ont pris. ».

Episode 2 : Une mise à l’écart pour un écart de conduite

Quelques jours après son blanchiment, Sakho part avec son club participer à l’édition 2016 de l’International Champions Cup,aux Etats-Unis. La tournée semble se dérouler dans la bonne humeur, le club en profitant par ailleurs pour faire une escale touristique à la prison d’Alcatraz. Sakho se la joue alors caméraman d’un jour et vient perturber son coach alors que celui-ci répond à une interview. Si le ton est souriant, Klopp ne peut s’empêcher de rappeler qu’un seul joueur était arrivé en retard à l’aéroport de Liverpool au moment d’embarquer pour les Etats-Unis : lui.

Quelques jours plus tard, le club renvoie le joueur en Angleterre. A première vue, ce départ peut s’apparenter au fait que Sakho était de toute façon indisponible à cause d’une blessure au tendon d’Achille et qu’il était préférable pour lui de se soigner correctement à Melwood. En réalité, son départ évoque un mal-être bien plus profond. Il est le résultat d’un pic de tension entre les 2 hommes qui va jusqu’à remettre en question l’avenir de Sakho chez les Reds. En cause, Klopp juge le comportement de son joueur pas assez professionnel.

Un clivage entre son coach et lui confirmé par la première partie de saison du club dont son nom n’apparaitra jamais sur une feuille de match du groupe pro. Pour obtenir du temps de jeu avec l’équipe réserve, il devra même attendre fin septembre et un coup de gueule sur les réseaux sociaux. Malgré de belles performances avec l’équipe réserve, son sort semble scellé avec Klopp : « Il ne fait pas partie des plans en ce qui concerne l’équipe première. Vous pensiez que j’allais vous dire que Sakho n’était pas à vendre cet hiver ? Rien n’a changé. ». Mamadou n’a donc pas d’autres choix que de trouver un autre endroit pour s’épanouir sportivement.

Episode 3 : Stoppé en plein vol avec les Eagles

Attendu depuis plusieurs mois, la porte de sortie s’ouvre enfin pour Sakho au dernier jour du mercato hivernal. Il renoue le fil de sa carrière à Crystal Palace, club pour lequel il s’engage en prêt jusqu’à la fin de saison. Si ses ambitions initiales ne prévoyaient pas de l’envoyer dans un club luttant pour le maintien, Palace étant le premier club relégué lorsqu’il y signe, son arrivée est toutefois vécue comme une libération. Sakho peut enfin s’exprimer, glaner du temps de jeu et prendre sa revanche sur le temps perdu.

Cette libération se fera ressentir presque immédiatement sur ses performances individuelles. A peine 2 mois après son arrivée, Sakho était déjà en lice pour le titre de joueur du mois de mars de Premier League. S’il n’a finalement pas été sacré, sa nomination reste évocatrice de ses belles performances et de son bon comportement sur et en dehors des terrains. A tel point que Klopp évoquait en conférence d’avant match face à Palace un possible remariage entre les 2 parties : « Est-ce qu’on le suit ? Oui, on y pense. C’est ainsi que l’on fonctionne. Tout spécialement lorsque nos joueurs sont impliqués. ».

Alors que tout semble enfin se passer comme prévu pour Sakho après une année cauchemardesque ; Alors qu’un retour à Liverpool et qu’une réconciliation avec son coach est envisageable, l’international français a rechuté. Une troisième fois pour un troisième motif. Presque un an jour pour jour après sa suspension. Suite à un contact avec Harry Kane à la 52ème minute de jeu, son genou se tord pendant que sa jambe reste plantée dans la pelouse de Selhurst Park. Sakho ne s’en relèvera pas, forcé de quitter ses coéquipiers sur civière. Le diagnostic est donné : « Les ligaments sont touchés, mais nous ne savons pas lesquels. Nous espérons que ce ne sont pas les croisés. ».

L’important n’est pas la chute, c’est l’atterrissage. A lui de tirer le bénéfice de ces mauvais épisodes et repartir encore plus fort.

 

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Retrouvez Your Zone sur

Compatible Smartphone & Tablette

Iphone & iPad

Abonnez-vous à la Newsletter