PSG : une gestion du club qui pose problème
Photo Panoramic

PSG : une gestion du club qui pose problème

Depuis l’arrivée de son propriétaire Qatar Sports Investments, le PSG est entré dans une ère de conquête. Depuis leur arrivée, il est en effet le club à avoir soulevé le plus de trophées (13) parmi ceux des 5 grands championnats européens. Une réussite qui cache des problèmes perturbant constamment sa progression.

Savoir prendre du recul

C’est un fait : le PSG est entré dans la cour des grands d’Europe depuis son passage sous la bannière qatarie, en démontre sa 6ème place au classement des clubs UEFA. Pourtant, le PSG reste le seul club du top 10 actuel à n’avoir disputé aucune finale européenne sur les 4 dernières années. Or, quand on sait qu’il s’agit de l’objectif prioritaire du club et de ses dirigeants, cela peut poser un certain problème. C’est d’ailleurs pour cette raison que Laurent Blanc a été limogé en fin de saison dernière, le club jugeant qu’il n’arrivait pas à lui faire passer un palier sur la scène européenne.

Là vient un problème de timing. En effet, Laurent Blanc a quitté son poste d’entraîneur du PSG à l’été 2016, alors qu’il venait quelques temps plus tôt d’être conforté à travers une prolongation de contrat de 2 ans. Une prolongation qui faisait suite à la qualification en 1/8ème de finale de la Ligue des Champions aux dépens de Chelsea. Le Cévénol touchera finalement 22M€ d’indemnité de licenciement, 3ème plus grosse chèque de remerciement de l’histoire du football. Si la somme peut paraître désuète à la vue de la manne financière du PSG, il n’en reste pas moins qu’elle laisse transparaître une mauvaise gestion du club qui est allé dans la précipitation et à réagit dans l’instant de la l’euphorie plutôt que de prendre du recul et attendre.

Revoir la gestion des émotions

Pour répondre aux rêves européens du club, les dirigeants parisiens ont alors décidé de miser sur Unai Emery, triple tenant du titre de la Ligue Europa avec le FC Séville. Un choix logique à première vue. Sauf que les joueurs ont visiblement eu beaucoup de mal à s’adapter aux consignes de leur nouveau coach. Le « conseil des sages » du PSG (Verratti, Motta, Silva, Maxwell) lui a alors demandé de ralentir sa révolution qui tranchait radicalement avec l’ère Laurent Blanc. Premier coup de chaud pour l’entraîneur, obligé de revoir ses plans et d’ajuster son coaching.

Et s’il est venu pour répondre à des objectifs européens, tout ne se passera pas comme prévu : alors que le club était voué à terminer 1er de sa poule après un résultat positif obtenu face à Arsenal, il ne se contentera finalement que d’une 2nde place et d’un tirage face au Barca. La faute à un nul au Parc contre les hongrois de Razgrad, club au budget inférieur au salaire de Thiago Silva. La suite, tout le monde la connaît : après un match aller hyper maîtrisé, les parisiens volent en éclat au Camp Nou. Un scénario digne d’un film de science-fiction, mais qui met en avant des failles dans la gestion psychologique des joueurs, alors même qu’Emery est loué pour ses qualités de meneur d’homme.

Corriger les comportements de chacun

Quatre jours après la débâcle historique du PSG et 1 an environ après son passage remarqué sur Periscope, Serge Aurier fera encore des siennes. Alors que Thomas Meunier se blesse, l’Ivoirien mettra 8 minutes chrono pour s’habiller et rétablir une égalité numérique entre chaque équipe. Une situation que son coach a jugé « normale » en conférence de presse d’après match. Vraiment ? Et qu’en est-il des sorties nocturnes de Marco Verratti ou des problèmes récurrents de chicha d’Adrien Rabiot ? Ou de la sortie vidéo d’Hatem Ben Arfa demandant à son coach de lui « donner sa chance », une semaine avant une finale de coupe nationale ? Ou de Patrick Kluyvert, dont le nom est cité dans une affaire de matchs truqués aux Pays-Bas ?

Bref, tout un tas de casseroles qu’accumule le club de la capitale et qui est incompatible avec son envie de se développer sur la scène européenne. Si le Paris Saint Germain se donne les moyens de ses ambitions, ce genre d’événements ne devrait pas arriver. Si tel est le cas, que des sanctions soient prises, à minima que le club s’exprime correctement. Car, c’est bien ça le problème : quand les choses vont bien, tout le monde cherche à être sur la photo ; Dès lors que les choses ne se passent pas comme prévu, personne ne prend la responsabilité de cet échec. Plutôt que de demander des excuses à un journal sportif de la PQN pour des informations infondées, le PSG devrait d’abord penser à balayer devant sa porte.

 

  1. avatar
    3 avril 2017 a 5 h 17 min
    Par Nicolas

    Je tiens à souligner que ces 13 trophées gagnés ne concerne nullement le PSG puisque seul le Qatar en a profité, en général les clubs tenus par des investisseurs étrangers ne sert pas vraiment à la France.

    Le PSG est décédé en 2011 à la palace on a un club qui rapporte du fric pour fabriquer des armes qui font des attentats partout en Europe.

    Je serais ravi que CE psg la crève pour toujours.

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Retrouvez Your Zone sur

Compatible Smartphone & Tablette

Iphone & iPad

Abonnez-vous à la Newsletter