Equipe de France : “Coquin de sort”
Photo Panoramic

Equipe de France : “Coquin de sort”

Au sortir d'une promenade de santé rennaise face à de biens pleutres paraguayens, le moral était au beau fixe. Nul ne pouvait imaginer le traquenard dans lequel les Bleus se retrouveraient au soir du match suédois. Fin août, ils devront terrasser les Oranje, sous peine de voir un embouteillage se créer à la tête de la poule de qualification. Il ne manquerait plus que les Suédois relancent les Bulgares pour donner au Bulgarie-France à venir un tout autre cachet...

Ce match en Suède, on l’a abordé comme France-Israël 93. Après avoir explosé les Paraguayens, on était plein de certitudes. Et ce France-Pays Bas à venir, il pue la Bulgarie… avec Robben, Sneijder ou Depay dans le rôle de Kostadinov. Ils vont arriver à Paris le mors aux dents. Et je suis pas certain que nous ayons le groupe pour faire le dos rond face à des Néerlandais revanchards. À vrai dire, je serais plus en sécurité si Sakho, Kanté voire même Benzema étaient sur le terrain. Malheureusement, le sélectionner est borné…

Cerise sur le gâteau. Notre seule rencontre à venir à l’extérieur aura pour théâtre le stade de Sofia. L’Histoire est parfois sournoise. Les Bulgares ont beau être dans la nasse, j’ai la bassesse de penser que les Bleus sont parfois tellement imbus d’eux-mêmes qu’ils sont capables d’aller offrir le match aux héritiers de Hristo Stoichkov.

Comme souvent, nos gars ne connaissent pas l’histoire de leur sport. De fait, l’équipe de France actuelle est pétrie de certitudes comme sa devancière de 93, celle des Boli, Deschamps, Blanc qui, lorsqu’ils​ sont allés affronter les Bulgares étaient à des années-lumières de s’imaginer leur offrir la qualification pour le mondial “étasunien”.

Aujourd’hui, c’est pareil. Nos gars semblent convaincus que cette poule ne peut pas leur échapper et ce, même après la contre-performance de Solna. Et quand je parle des​ Bleus, j’inclus également le sélectionneur qui semble incapable de renouveler son discours. Cette défaite à Solna est un désastre marqué du sceau du sélectionneur. Il a cru, à tort, que sa dynamique de groupe suffirait à porter Moussa Sissoko lequel n’avait pas les jambes mais plus encore aucune légitimité à être dans le groupe.

Souvent, on fait le parallèle malheureux entre lui et Giroud. Sauf que le Grenoblois, même en sortant souvent du banc avec Arsenul, a participé à la saison des Gunners. Sissoko, lui, n’a pas joué de la saison avec les Spurs. Et Deschamps a l’outrecuidance de lui offrir non seulement un strapontin dans l’effectif, mais plus encore une place de titulaire, instaurant l’idée selon laquelle il y aurait des sénateurs en équipe de France. Les dés sont pipés.

Si le sélectionneur n’évolue pas, la désillusion sera grande au soir du 31 août. Pire, nous n’aurons plus notre destin en mains. Tout ça à cause de ce sentiment bien franchouillard de supériorité que nous trimballons parfois, de cette impression qu’il suffirait de porter le maillot pour performer.

J’ai vraiment l’impression que les gens ne se rendent pas compte du péril oranje qui pourrait bientôt déferler sur la cage de Lloris, finissant par nous bouter loin de nos certitudes de qualification directe… et davantage vautrés dans nos canapés à nous demander comment a-t-on pu faire pour trébucher au point de nous retrouver si loin de l’Oural ? Après la finale du championnat d’Europe, quel camouflet !

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Retrouvez Your Zone sur

Compatible Smartphone & Tablette

Iphone & iPad

Abonnez-vous à la Newsletter