Souvenir de Coupe du Monde : Ronaldo et l’amour du Mondial
Photo Panoramic

Souvenir de Coupe du Monde : Ronaldo et l’amour du Mondial

Afin de patienter jusqu’à l’ouverture de la 21ème Coupe du Monde de la FIFA, il est temps de revenir sur plusieurs moments marquants de la plus grande compétition sportive. Pour cela il était impératif de commencer par le meilleur numéro 9 de l’histoire de ce sport, Ronaldo.

On parle là d’un joueur que les moins de vingt ans n’ont jamais vu sur le pré. Ronaldo Luis Nazario de Lima de son vrai nom a marqué l’histoire du foot, et c’est peu de le dire. En 1994, le Brésil emmené par Bebeto et Romario fait office de favori pour le mondial se disputant aux Etats-Unis. Dans ses rangs se trouve un gamin de 17 ans, appareil dentaire visible, qui fait parler de lui. Ronaldo est alors un grand espoir de Gremio, et ne compte que 2 sélections avec les auriverde. Les Brésiliens survolent la compétition, et remportent le titre, en battant l’Italie aux tirs au but. Le gamin de Gremio ne jouera pas une seule minute dans la compétition, mais cela ne l’empêchera pas de soulever le plus prestigieux des trophées en n’étant même pas majeur, comme un certain Pelé, en 1958.

 

1998, la confirmation 

Lorsqu’il arrive en France, Ronaldo a mûri, et même vu pour la première fois de sa vie la neige lorsqu’il joue à Eindhoven aux Pays-Bas. Il s’est adapté au football européen, et se voit même remettre le Ballon d’Or FIFA en 1997, après une saison barcelonaise époustouflante avec 47 buts en 49 matchs. Il est alors le chef de file d’un Brésil tenant du titre, et plus que jamais sûr de sa force. Emmené par Dunga, Romario et Claudio Taffarel, les Brésiliens ne sont pas gênés dans ce tournoi. R9 en profite pour inscrire ses premiers buts en Coupe du Monde face au Maroc lors du deuxième match de la phase de poules, en lisant parfaitement la remise de Rivaldo.

Lors des phases finales, il se montre plus que jamais à son avantage. Il prend le jeu à son compte du haut de ses 21 ans, et cause d’énormes problèmes aux équipes adverses. Il inscrit un doublé en huitièmes de finale face au Chili, avant de faire le boulot en quart de finale face au Danemark. Reste alors la demi-finale. Se dresse face à lui une équipe des Pays-Bas très expérimentée, qui compte faire un plan anti-Ronaldo pour revenir en finale, 20 ans après 1978.

 

Une crise d’épilepsie douteuse

Seulement ce soir-là, R9 est trop fort. Décalage, contrôle orienté, jeu de corps, il a tout fait. Il se permet même de marquer entre les jambes de Van der Sar après un enchaînement contrôle frappe du pied gauche de très haut niveau.

Le Brésil enchaîne donc une deuxième finale consécutive, et va chercher à défendre son titre face à la France. Seulement rien ne se passe comme prévu. Ses douleurs au genou se réveillent, l’obligeant à ne pas s’entraîner les deux jours avant la finale. Pire, le jour du match, dans sa chambre d’hôtel, il fait une crise d’épilepsie (selon les versions officielles, même si les rumeurs persistent sur la véracité des propos). Il est emmené à la clinique des Lilas, pour se faire ausculter. Son nom est retiré dans un premier temps de la feuille de match. Puis remis au dernier moment. L’attaquant brésilien se retrouve titulaire à côté de Bebeto, après avoir rallié le Stade de France, directement depuis la clinique. La finale est un calvaire pour lui. Sa collision avec Barthez est le point d’orgue d’une soirée ratée. Ronaldo perd la finale, mais reçoit tout de même le trophée du meilleur joueur du tournoi.

 

2002, l’apogée

Il n’a plus joué sous le maillot brésilien depuis 1999, la faute à des blessures récurrentes. Pourtant lorsque la compétition approche, Luiz Felipe Scolari lui fait confiance, et décide de construire l’équipe autour de lui. Le Brésil s’avance au mondial nippo sud-coréen sans aucune certitude, et une campagne de qualification plus que décevante.

Pourtant, la phase de poules est convaincante, avec trois victoires sur la Turquie, la Chine et le Costa-Rica. Ronaldo met 4 buts sur ses trois matchs, et annonce sa forme physique étincelante. Comme en 1998, les phases finales vont le transcender. Face à une Belgique accrocheuse en huitième de finale, il marque. En quart de finale face à l’Angleterre, il laissera la vedette à Ronaldinho, auteur d’un coup franc de plus de 40 mètres.

Enfin, dans le dernier carré, il marque le but vainqueur face à la Turquie, puis met un doublé face à Oliver Kahn en finale. Il soulève alors sa deuxième coupe du monde, la cinquième de l’histoire de son pays. Sur ce tournoi, il aura inscrit 8 buts, faisant de lui le meilleur buteur de la compétition. Cela lui permet également d’égaler Pelé au classement des meilleurs buteurs brésiliens en coupe du Monde. Cette année-là, Ronaldo remportera son deuxième Ballon d’Or France Football devant Roberto Carlos et Oliver Kahn. Son second après celui de 1997.

 

La France le prive de titre une deuxième fois

Avec deux coupes du monde dans la poche, dont une à 17 ans, Ronaldo se rapproche de plus en plus de Pelé. La compétition organisée en Allemagne fait alors office de juge de paix. Avec une équipe brésilienne sûre de sa force, il peut rejoindre le Roi.

Avec un poids de 90,5 kilos, R9 est déclaré en surpoids, pourtant il est titulaire. Kaka et Ronaldinho, alors au sommet de leur forme, auront la tâche de le servir sur un plateau. Les deux premiers matchs sont convaincants. Victoire face à la Croatie, et face à l’Australie. Ronaldo ne marque pas, mais se rattrape lors du troisième match face au Japon avec un doublé. Deux réalisations qui lui permettent de rejoindre Gerd Muller au classement des meilleurs buteurs de l’histoire de la Coupe du Monde.

Un record battu au tour d’après face au Ghana après un duel remporté face au gardien. Le Brésil monte alors en puissance, son rôle de favori est confirmé. Pourtant en quart de finale, Ronaldo et ses compatriotes ne pourront rien faire. En face Zinédine Zidane a mis son costume de gala. Un match titanesque qu’il ponctue par une passe décisive pour Thierry Henry, sur le seul but de la partie.

Ronaldo est éliminé. En quatre coupes du Monde, seule la France l’aura battu, le privant d’égaler le record du Roi Pelé avec trois victoires au Mondial.

 

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Retrouvez Your Zone sur

Compatible Smartphone & Tablette

Iphone & iPad

Abonnez-vous à la Newsletter