Comment expliquer le très bon week-end de Vettel ?
Photo Panoramic

Comment expliquer le très bon week-end de Vettel ?

L'Allemand, quadruple champion du monde, s'est imposé ce dimanche à Melbourne.

Des essais libres en demi-teinte

Après deux semaines convaincantes d’essais hivernaux à Barcelone, Sebastian Vettel arrivait du coté de Melbourne avec des ambitions plein la tête. La Scuderia, favorite selon le monde de la Formule 1, se devait donc d’avoir les épaules solides pour y défier le monopole de Mercedes.

La journée d’essais libres, vendredi, débutait à 2h du matin heure française, 12h en Australie. Lors de cette première séance, Vettel est classé à une petite 6e place (1’25″454) avec 10 tours bouclés, devancé par les Mercedes et Red Bull et même derrière son coéquipier Raikkonen. De nombreux réglages techniques étaient nécessaires pour espérer mieux en Australie.

L’après-midi, lors de la deuxième séance d’essais, c’est un tout autre Vettel que nous avons découvert. Avec 35 tours réalisés, il signe un chrono de 1’24″167 et prend ainsi la 2e place au classement. Il terminera en beauté, lors de la troisième séance samedi matin, en tête du classement. L’Allemand signe le record du week-end en piste avec un temps de 1’23″380, devançant Bottas et Hamilton. Tout ceci laissait donc penser à une grande séance de qualification.

Une première ligne jamais vue depuis 2015

A 7h du matin en France débutait la tant attendue séance de qualifications à Melbourne. Un temps incertain pour les écuries car les nuages étaient menaçants avec un risque de pluie. Sebastian Vettel, lui, comptait bien reproduire sa prestation du matin en piste pour espérer décrocher la pole position.

Lors de la Q1, l’Allemand n’a pas montré une grande détermination pour atteindre la tête du classement ; il s’agissait plutôt de préserver les pneus (il est un des rares à avoir utilisé des super-tendres) et assurer sa place en Q2. L’Allemand a signé la 8e position avec un chrono de 1’25’210, juste derrière Felipe Massa, l’ex néo-retraité.

Lors de la deuxième phase, Vettel monte en puissance et s’installe en 4e position du classement, avec un chrono de 1’23″401, derrière son coéquipier et les deux Mercedes, qui semblent être promises à la pole. Mais, lors de la Q3, le quadruple champion du monde va montrer tout son talent. Lors d’un dernier tour de piste, en bataille avec Hamilton, il échoue à seulement deux dixièmes du Bbritannique, qui prend la pole position. Le temps de 1’22″456 n’a pas suffi à Vettel mais il avait tout de même de quoi être très satisfait, d’autant plus que Ferrari n’avait jamais été sur la première ligne en 2016.

Une course parfaitement maîtrisée

Hamilton était donc en pole pour ce départ du premier Grand Prix de la saison. A l’extinction des feux, le Britannique maîtrise son avance, Vettel le suit de près. Voyant Hamilton qui commence à creuser l’écart en tête, Vettel ne relâche pas son rythme et suit celui du triple champion du monde.

Hamilton décide de passer en pneus tendres un peu trop tôt dans la course, tandis que les ultras tendres de Vettel n’étaient pas forcement très usés. Dès lors, il a continué en tête pour prendre de l’avance avant de décider de passer aux tendres six tours plus tard. A la sortie de la voie des stands, il ressort juste devant Verstappen et Hamilton. Ce dernier n’arrive pas à dépasser le Néerlandais qui avait un rythme bien plus faible que les autres. Vettel en profite pour saisir l’occasion et creuse l’écart avec le Britannique pour avoir près de dix secondes d’avance et ainsi s’imposer brillamment.

Stratégie donc payante pour Ferrari qui signe sa première victoire depuis le Grand Prix de Singapour en 2015. Mercedes s’en voudra très certainement d’avoir opté pour une moins bonne stratégie.

Il faut aussi dire que les flèches d’argent ne sont pas des monoplaces qui aiment suivre ; elles préfèrent dominer et instaurer un rythme d’enfer. L’an passé, l’équipe de Toto Wolff dominait tellement le championnat de la tête et des épaules qu’elle n’est plus forcement habituée à adopter des stratégies lorsque des adversaires lui tiennent tête. Cette année, avec ce premier GP, les cartes sont donc redistribuées, et Vettel en profite pour se saisir de la première place mondiale.

Quentin Jacquet

  1. avatar
    27 mars 2017 a 16 h 00 min

    Merci Quentin, Ferrari confirme les lueurs aperçues en pré-saison. Vettel a été solide. Mais les Mercedes sont proches, et la saison est longue. Espérons qu’il y ait un duel entre le quadruple et le triple champion du monde!

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Retrouvez Your Zone sur

Compatible Smartphone & Tablette

Iphone & iPad

Abonnez-vous à la Newsletter