Grand Prix d’Espagne 2016 : L’Histoire réécrite par un jeunot néerlandais de dix-huit ans !
Photo Panoramic

Grand Prix d’Espagne 2016 : L’Histoire réécrite par un jeunot néerlandais de dix-huit ans !

Le cinquième rendez-vous de la saison a tenu toute ses promesses. Le Grand Prix d’Espagne de Formule 1 de cette saison restera marqué par l’abandon des deux Mercedes dès le début de la course. Mais surtout, de la toute première victoire de Max Verstappen, qui devient le plus jeune vainqueur d’un Grand Prix.

Quelques heures après l’arrivée du Grand Prix de Russie, l’écurie Red Bull décide de procéder à un remaniement chez les pilotes. Après avoir commis une erreur grossière en percutant Sebastian Vettel à deux reprises dans le premier tour du circuit de Sochi, Daniil Kvyat est « rétrogradé » chez l’écurie sœur, Toro Rosso. Pour le remplacer, Helmut Marko, responsable de la filière des jeunes pilotes Red Bull, décide de confier la monoplace à Max Verstappen. Auteur d’un bon début de saison chez Toro Rosso, devançant son coéquipier Carlos Sainz Jr, le Néerlandais de dix-huit ans se voit offrir une excellente opportunité pour aller chercher, au minimum, un podium.

En arrivant à Barcelone, on se demandait si la domination de Nico Rosberg prendrait fin ce week-end ? Le pilote allemand a remporté les quatre premières courses de la saison, et possède quarante-deux points d’avance sur son dauphin et coéquipier, Lewis Hamilton. Le Britannique justement espère bien stopper la folle avancée de Rosberg. Et pour cela, il se met dans de bonnes conditions, en signant la pole position, devançant de deux dixièmes le leader du championnat du monde. La deuxième ligne est composée des deux Red Bull (Ricciardo est troisième devant Verstappen), qui se placent devant les deux Ferrari, seulement en troisième ligne, avec Kimi Raïkkonen devant Sebastian Vettel.

Chaos chez Mercedes !

Malgré un bon départ dans ce Grand Prix de soixante-six tours, Lewis Hamilton voit Nico Rosberg se précipiter à ses côtés au premier virage. L’Allemand prend le dessus sur le triple champion du monde, qui tente de répondre à son coéquipier. Juste après le virage numéro trois, Hamilton se décale vers la droite, ce que fait également Rosberg. Mais la Mercedes du Britannique se retrouve dans l’herbe barcelonaise. Puis après avoir perdu le contrôle, il ne peut éviter son coéquipier allemand.

Le leader du championnat et son dauphin sont contraints à l’abandon. C’est la première image forte de cette course, les deux Mercedes immobiles dans les graviers du quatrième virage. Aucune « Flèche d’argent » dans les points, cela n’est plus arrivé depuis 2012 où Michael Schumacher et Nico Rosberg avait terminé respectivement seizième et treizième du Grand Prix des États-Unis. La course pour la victoire est relancée.

Les deux Red Bull devant les Ferrari

Au moment de la présence de la Safety Car, Daniel Ricciardo occupe la tête de la course après ce coup de théâtre, suivi par son coéquipier. Auteur d’un excellent départ, Carlos Sainz Jr est troisième devant les Ferrari de Vettel et Raïkkonen. Une fois la voiture de sécurité de retour dans les stands, Vettel reste bloqué derrière Sainz pendant plusieurs tours, avant que ce dernier ne lui cède la troisième place au huitième tour. L’Allemand perd du terrain sur les Red Bull à ce moment de la course. L’Espagnol de Toro Rosso perd la quatrième position deux tours plus tard, au profit de Raïkkonen. Après les premiers ravitaillements, Daniel Ricciardo occupe toujours la tête de la course, suivi de deux secondes par Max Verstappen, et de cinq secondes par Sebastian Vettel.

Mais l’Australien voit son avance fondre durant ce deuxième relais en gomme medium. La faute à la Manor de Rio Haryanto qui ne laisse passer Ricciardo, alors qu’il a un tour de retard. Dès lors, Verstappen et Vettel en profitent pour se placer derrière l’Australien. Puis c’est au tour de Kimi Raïkkonen de refaire son retard et de revenir à trois secondes de son coéquipier au vingt-huitième tour. Au tour suivant, Ricciardo entre dans les stands pour chausser les pneus tendres. Tout comme Vettel un tour plus tard. Verstappen et Raïkkonen, respectivement premier et deuxième, restent en piste avec une stratégie décalée et des pneus usés.

Mauvaise stratégie pour Vettel

Le Néerlandais et le Finlandais s’arrêtent finalement au trente-cinquième et au trente-sixième tour pour mettre des pneus médiums. Prévoirait-on de les emmener jusqu’à l’arrivée avec ces pneus ? Les deux pilotes ressortent derrière Ricciardo et Vettel. L’Allemand justement, à la surprise générale, retourne dans les stands. Il aura utilisé finalement son deuxième train de pneus tendres pendant huit tours seulement. Cet arrêt rétrograde le pilote Ferrari à la quatrième place.

Cette stratégie effectuée par les hommes de la Scuderia a-t-elle coûté la victoire à Vettel ? C’est fort probable puisqu’on ne pense pas que Verstappen et Raïkkonen retourneront dans les stands avant la fin de la course. Enorme erreur de stratégie de la part de Ferrari. En tête de la course, Daniel Ricciardo, en gomme tendre, doit effectuer un dernier arrêt. C’est chose faite au quarante-quatrième tour où l’Australien chausse les pneus médium, et il ressort derrière Sebastian Vettel.

Verstappen vs Raïkkonen et Vettel vs Ricciardo : les dernières batailles peuvent commencer !

Max Verstappen est en tête de la course avec une seconde d’avance sur Kimi Raïkkonen. C’est le début de la bataille pour la victoire. Le Finlandais parvient à réduire son écart avec la Red Bull. Mais même en utilisant le DRS, il ne parvient à revenir à la hauteur du Néerlandais. Alors qu’entre temps, le héros local, Fernando Alonso, abandonne pour un problème moteur sur sa McLaren Honda, Daniel Ricciardo rattrape petit-à-petit la Ferrari de Vettel qui, même avec des pneus moins usés que ceux qui le précèdent, effectue les mêmes chronos qu’eux.

Finalement, Ricciardo revient à moins d’une seconde de Vettel, et tente un dépassement forcé au premier virage du cinquante-neuvième tour. Un accrochage est évité de justesse, et l’Australien ne parvient pas à dépasser l’Allemand. Ricciardo exécute une nouvelle tentative quelques tours plus tard, en vain. Dans l’avant-dernier tour, les espoirs de poduim de Ricciardo s’envolent en fumée. Alors que Daniil Kvyat le dépasse, bien qu’il ait un tour de retard avec sa Toro Rosso, une crevaison sur le pneu arrière-gauche de la monoplace fait son apparition. Il doit rentrer au stand et espérer terminer à la quatrième place devant Bottas pour sauver sa course.

Verstappen résiste et entre dans l’Histoire !

Devant, Verstappen résiste devant Raïkkonen. Le Finlandais se rapproche de la Red Bull, mais cela n’est pas suffisant pour enlever au Néerlandais la toute première victoire de sa carrière en Formule 1. Max Verstappen ne pouvait pas rêver mieux pour sa première course chez Red Bull. Il a saisi l’opportunité de conduire cette monoplace, grâce à l’erreur de Daniil Kvyat lors de la course précédente, et il a montré que malgré son jeune âge, piloter dans une grande écurie ne le déstabilise pas. Son pilotage agressif qu’il déployait chez Toro Rosso ressort également chez l’écurie autrichienne.

À dix-huit ans et sept mois, Max Verstappen devient à ce jour le plus jeune vainqueur de l’histoire de la Formule 1 en pulvérisant le record qui était détenu par Sebastian Vettel depuis 2008, où il avait remporté le Grand Prix d’Italie à vingt-et-un ans et sept mois. De plus, c’est la première fois qu’un Néerlandais remporte un Grand Prix de Formule 1. Le meilleur résultat qui avait été réalisé jusque-là est une troisième place d’un certain Jos Verstappen. Le père de Max a terminé troisième aux Grand Prix de Hongrie et de Belgique en 1994. Maintenant, reste à savoir si Max Verstappen parvient à confirmer cette saison puis dans les années à venir. Et pourquoi pas, devenir le premier Néerlandais à être sacré champion du monde.

  1. avatar
    17 mai 2016 a 21 h 32 min

    Bon compte rendu, merci.

    Clairement ce Verstappen Jr est taillé dans l’étoffe des champions. Comme on le sait, il a obtenu sa superlicence à 17½ ans, et son permis de conduire normal seulement 6 mois après.

    D’ailleurs il devrait rester le plus jeune pilote de F1 pour longtemps vu que la FIA a établi l’âge minimum à 18 ans récemment (pas très utile à mon avis, mais bon).

    Axel, Jayce et les autres, votre avis sur ce nouveau phénomène ? Projections pour les prochaines saisons ?

    Selon moi, à ce jour j’estime qu’il a le potentiel pour devnir champion du monde à court terme, pourvu qu’il ait une monoplace compétitive.

  2. avatar
    19 mai 2016 a 11 h 33 min
    Par killranger

    C est pas lui qui a récupéré le baquet de KYvat ??ou alors je confonds avec un autre pilote…

    • avatar
      19 mai 2016 a 13 h 15 min

      C’est bien lui qui a pris la place de Kvyat (c’est énoncé dans le premier paragraphe de l’article).

  3. avatar
    19 mai 2016 a 15 h 02 min

    Oui c’est bien lui. Apparamment Kyvat a fait une bourde au GP précédent, et Red Bulll en a profité pour faire monter Verstappen dans l’écurie principale avec la suite qu’on connait.

  4. avatar
    19 mai 2016 a 19 h 14 min
    Par Bangs

    Quelle course et quel vainqueur, c’était fantastique. Ce jeune néerlandais est un futur champion de monde c’est quasi-sûr. Première course chez RB et tout de suite il éteint la polémique dès sa première course, c’est fantastique.

    Depuis Vettel et Hamilton on avait pas vu de jeune prodige débarqué en F1 (bcp de jeune prometteur mais au niveau des premiers cités), on tient notre nouveau phénomène. On risque peut être d’être lassé de ces victoires dans un futur proche…

  5. avatar
    19 mai 2016 a 22 h 33 min

    Effectivement, Daniil Kvyat a fait une grosse bourde.

    Au départ du Grand Prix de Russie, il avait percuté une première fois Sebastian Vettel au deuxième virage, sans trop de conséquences. Puis au virage numéro quatre, il le percute de nouveau, mais cette fois-ci, la Ferrari part dans le mur.

    D’ailleurs, il y avait eu un petit incident entre les deux pilotes au départ du Grand Prix de Chine cette saison (au premier virage, Kvyat s’était infiltré à l’intérieur pour prendre le dessus sur Vettel. Mais du coup, l’Allemand ne pouvait éviter son coéquipier qui était juste devant lui).

    Pendant la course à Sochi, Sebastian Vettel est allé voir Christian Horner dans le muret des stands Red Bull pour lui exprimer son ras-le-bol. Et donc une sanction a été prise, et on connaît la suite.

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Retrouvez Your Zone sur

Compatible Smartphone & Tablette

Iphone & iPad

Abonnez-vous à la Newsletter