Sergio Garcia s’offre le Masters
Photo Panoramic

Sergio Garcia s’offre le Masters

C’était son jour ! A 37 ans, le joueur ibère a rejoint ses illustres aînés, José-Maria Olazabal et Seve Ballesteros, dans le club fermé des golfeurs espagnols titrés en Grand Chelem. Un titre providentiel ?

Après 74 tentatives, dont bon nombre de déceptions, Sergio Garcia-Fernandez s’est enfin offert, dimanche, le 1er succès de sa carrière lors d’un tournoi du Grand Chelem. Au terme d’un superbe mano-a-mano final face au Britannique Justin Rose, le Valencien s’est ainsi adjugé le plus beau trophée de sa vie, devenant par la même le troisième golfeur originaire de la péninsule ibérique à graver son nom au palmarès d’un Majeur.

Le lièvre Garcia et la tortue Rose

Suite à un départ-canon (deux birdies sur les trois premiers trous), l’offensif Sergio Garcia prenait rapidement les commandes avec deux coups d’avance. Pas décontenancé pour autant, son principal adversaire, l’Anglais Justin Rose, réussissait alors trois birdies de rang (aux trous 6, 7 et 8) pour revenir à égalité après les neuf premières difficultés. Le champion olympique en titre semblait même prendre un ascendant certain lorsque son rival du jour butait dans le terrible Amen Corner de l’Augusta National, Garcia laissant à son tour filer un break (deux coups de retard) au sujet de sa majesté. Mais au trou numéro 14, Sergio, le poing serré, réagissait en recollant de nouveau au score via un énième birdie.

Au coude à coude, loin devant les autres, les deux européens se sont ensuite livrés à un superbe bras de fer, le reste du parcours devenant alors le théâtre d’un véritable thriller. Néanmoins, les dieux de la petite balle blanche étaient apparemment du côté du « Niño » lors de cette 81e édition du Masters : alors qu’il aurait pu définitivement se faire distancer suite à une frappe partie se perdre dans la forêt, sa balle injouable (reposant sur des épines de pin) lui permit finalement un recentrage. Dans la foulée, l’Espagnol réalisa alors un par splendide, d’un joli putt, qui lui permettait de rester dans la course.

L’esprit de Seve Ballesteros ? 

Au coup suivant, le second coup de fer de l’Espagnol fut même divinement ralenti par le drapeau pour s’immobiliser à quelques mètres du but, avant que son ultime putt, qui semblait un peu court, ne finisse au fond via une dernière rotation tout simplement insoupçonnable. Ainsi remis à parité, incapables de se départager, c’est finalement aux play-offs que les deux leaders ont dû se disputer la victoire. Et après un drive de Rose envoyé sous les arbres, le Latino prit un avantage décisif. Au pied du mur, Rose tenta alors un ultime par qui manqua la cible, laissant ainsi Garcia, visiblement béni du ciel, triompher au terme du premier trou de la prolongation.

Pour expliquer pareille fortune, les plus superstitieux n’ont alors pas hésité à invoquer l’esprit du regretté Seve Ballesteros. Ce dernier aurait en effet célébré son 60e anniversaire le jour-même à Augusta… Une chose est sûre, qu’il s’agisse d’une intervention mystique ou pas, que l’ancien champion et double vainqueur du Masters (décédé en 2011) en soit la cause ou non, c’est bel et bien la providence qui a offert son plus grand succès à son compatriote Sergio Garcia dimanche dernier.

Lionel Ladenburger

  1. avatar
    18 avril 2017 a 9 h 33 min
    Par Guga57

    Pas des masses de fans de golf par ici apparemment… ;)

  2. avatar
    18 avril 2017 a 18 h 30 min

    Je ne suis le golf que de loin. J’ai pris les bâtons une seule fois dans ma vie :)

    Il y a quelques années, L’Équipe avait publié un reportage en ligne sur les difficultés du golf.

    L’autre aspect fascinant du golf est la diversité des vainqueurs (hors dominance de Woods), ainsi que la longévité des athlètes au plus haut niveau, Garcia à 37 ans vainqueur de son premier majeur est tout simplement inimaginable au tennis par exemple !

    Je n’ai pas cherché, mais il doit être parmi les premiers vainqueurs les plus âgés, non ?

    • avatar
      20 avril 2017 a 12 h 57 min
      Par Guga57

      Salut Fabrice, moi non plus, je t’avoue que je ne fais que commencer a m’interesser au golf et je n’y ai jamais joue pour ma part… Sinon pour repondre a ta question, evidemment les parametres physiques (bien que non-negligeables, notamment au niveau des muscles dorsaux) ne sont pas les memes qu’au tennis. En termes musculaires, je comparerai plus le golf au billard. Enfin pour repondre a ta question, c’est Jack Niclaus (le Federer du golf) qui detient le record du plus vieux vainqueur en GC a l’age de 46 ans (Masters 1986). En somme, avec ses 37 balais au compteur, le sergent Garcia peut encore compter sur une dizaine d’annees au plus haut-niveau devant lui ;)

  3. avatar
    20 avril 2017 a 15 h 12 min

    Salut Guga, je faisais référence à l’âge lors du *premier* majeur.

    Nicklaus n’avait que 22 ans lors de son premier majeur.
    Mickelson avait 34 ans lors de son premier.

    • avatar
      25 avril 2017 a 17 h 01 min
      Par Guga57

      Salut Fabrice, ah j’avais mal compris effectivement. Mais c’est vrai que 37 ans pour un 1er Majeur c’est tard quand meme !

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Retrouvez Your Zone sur

Compatible Smartphone & Tablette

Iphone & iPad

Abonnez-vous à la Newsletter