GP de Malaisie 2015 : Vettel profite du péché d’orgueil des Mercedes
Photo Panoramic

GP de Malaisie 2015 : Vettel profite du péché d’orgueil des Mercedes

Sebastian Vettel ne pouvait pas débuter plus idéalement sa première saison chez Ferrari. Déjà adopté par les tifosi, il a su exploiter à merveille l'incroyable loupé des Mercedes.

Cette victoire est la sienne

Que les commentaires semblent surfaits ! En entendant Maurizio Arrivabene, on pourrait presque croire que Ferrari a battu Mercedes. Biensûr, une SF15T compétitive est essentielle pour ce type de prestation, mais la première place es tavant tout l’oeuvre d’un Sebastian Vettel retrouvé. Magnifique deuxième sur la grille (là où Kimi Raikkonen s’est contenté du 11ème rang), le champion allemand a conduit l’une des plus belles courses de sa carrière. Et a saisi au passage l’offrande de Mercedes, presque dédaigneuse et bien trop orgueilleuse. Car rien ne justifiait l’arrêt commun des W06 Hybrid sous safety car… Il n’a fallu que cela pour que Vettel ne déroule sa course avec une implacable autorité. Rapide, régulier, gestionnaire, on n’a pas souvent vu l’Allemand aussi convaincant, y compris chez Red-Bull. Tous les superlatifs employés se rapportent à Michael Schumacher, et le non-initié pourrait même croire que la Scuderia semble promise à une belle lutte pour la couronne mondiale. On va peut-être se calmer. D’abord, parce que la victoire de Vettel est un exploit, un exploit du pilote car sa monoplace ne vaut pas un tel résultat. Il est trop facile pour Ferrari de s’attribuer ce succès. Il ne faut pas oublier toutefois que Raikkonen pointe à plus de cinquante secondes… Une crevaison en début de course? OK, mais la safety car a permis au Finlandais de refaire son retard. Septième meilleur tour en course, Iceman accuse sur Vettel la même demi-seconde qu’il cherchait après Alonso. Vettel a donc été grand sur ce circuit de pilotes qu’est Sepang. Et même si cette victoire n’en appelle pas forcément d’autres, elle a fait plaisir à voir.

 

La panique de Mercedes

Deuxième et troisième, c’est pas si mal… Pour n’importe quelle équipe, d’accord, mais pour Mercedes, et vu le contexte, c’est un désastre. Comment cette équipe si dominatrice, détenant deux pilotes si talentueux et une monoplace si aboutie, peut se prendre ainsi les pieds dans le tapis? Comment peut-elle faire preuve d’autant de suffisance en course, indiquant simplement à ses pilotes, qu’il faudra se donner la peine de doubler la Ferrari de Vettel sur la piste? Toto Wolf parle de signal d’alarme… La W06 Hybrid n’est pourtant pas en cause, Nico Rosberg signant son meilleur tour avec plus de 1″5 d’avance sur le vainqueur du jour. Pareil pour Lewis Hamilton, qui signa son meilleur chrono avec 0″5 d’avance sur Vettel… chaussé de pneus durs ! L’écart est abyssal, donc, entre la Mercedes et toutes les autres monoplaces. Et pourtant, les Flèches d’Argent ont perdu sur la piste. La stratégie fut si mauvaise que le stand s’est rendu compte ne plus avoir assez de pneus tendres pour le dernier arrêt de Hamilton !!! Du coup, on peut assurément croire que Rosberg a raté une belle opportunité de se refaire, tandis que Hamilton va devoir très vite se retrouver. A force de clamer haut et fort que les Mercedes sont intouchables et qu’il est dommage de n’avoir personne avec qui se battre, le Britannique s’en est peut-être convaincu. Réaction attendue à Shanghaï, car Niki Lauda n’a vraiment pas apprécié la prestation livrée en Malaisie.

 

Red-Bull plonge, McLaren avance

Williams a semblé plafonner ce week-end, et semble visiblement en retrait de Ferrari. Pourtant, une course sage de Felipe Massa et opportuniste de Valtteri Bottas permet au team de Grove d’engranger de précieux points, ce qu’elle a eu du mal à faire en début de saison dernière. Et puis, après le feu de paille de Melbourne, Sauber est rentré dans le rang où elle tient compagnie à Force India et Lotus. Ces trois teams semblent avoir un niveau assez similaire et ne pourront jouer que les points du top 10, bien que les gens de Lotus croient encore qu’il font partie du haut de tableau… Mais l’information de Sepang, c’est la dégringolade de Red-Bull. Et cette fois, Renault n’y est pour rien puisque les RB11 ont été devancées par les Toro-Rosso. Daniel Ricciardo n’a pour le moment pas réussi à endosser le costume de leader d’écurie et Daniil Kvyat fait ce qu’il peut. En manque de solutions techniques, Christian Horner regrette déjà le retour qu’apportait Vettel. Et on ne peut pas se passer sans conséquence d’Adrian Newey et de Peter Prodromou… Ce dernier semble avoir réussi son coup car la McLaren MP4-30 continue d’afficher de belles dispositions de son châssis. Fernando Alonso était de retour et a fait la une durant tout le week-end. Mais c’est surtout la réduction de l’écart qui semblait visible depuis Melbourne. Alonso a abandonné peu avant la mi-course et Jenson Button à quelques encablures de l’arrivée. L’Espagnol était huitième au moment de son abandon et se battait joyeusement avec les Red-Bull et Toro-Rosso. Bref, alors que les MP4-30 étaient au moins à deux tours des Mercedes en Australie, elles réduisent l’écart… bien que cette fois, elles n’aient pas fini. L’ascension du team de Woking sera donc à surveiller car le potentiel semble réel.

  1. avatar
    31 mars 2015 a 21 h 13 min

    Salut Jayce, merci pour l’éclairage !
    Vettel semble en voie de montrer que sa défaite cuisante face à Ricciardo l’année dernière n’était qu’un concours de circonstances défavorables.

  2. avatar
    31 mars 2015 a 21 h 27 min

    Salut Jayce,

    McLaren à surveiller même si beaucoup de travail et les premières secondes de retard sont plus faciles à gagner sur les dernières.

    Cruel WE en tout cas pour Alonso qui voit Vettel gagner avec Ferrari … Chapeau bas à l’Allemand qui continue de dominer Raikkonen et venge les démons de 2014.

    Mercedes suffisante en effet mais je ne m’en fais pas, Hamilton va se reprendre, quant à Rosberg, occasion ratée et cela va le maintenir dans son costume de numéro 2.

    Et si le vrai challenger d’Hamilton pour le titre était justement Vettel ? Rosberg semble incapable de hisser au niveau de Lewis en qualif comme en course …

    • avatar
      1 avril 2015 a 12 h 13 min
      Par Jayce

      Bonjour Axel. J’avoue que je suis un peu agacé par l’attitude de la Scuderia qui mesure la performance de Sebastian Vettel en encensant la SF15T. Après son podium inaugural, le quadruple champion du monde démarre la saison en trombe et prend une dimension intéressante. Malheureusement pour le championnat, la Ferrari est loin de valoir la Mercedes et le team allemand ne se prendra pas les pieds dans le tapis tous les week-end.

      Les McLaren m’ont surpris par leur rythme même si ce n’est pas encore ça question fiabilité. Si d’aventure le team de Woking pouvait également troubler la marche triomphale des Mercedes d’ici quelques mois, nous aurons plus d’intérêt dans les GP.

      Pour le titre, je suis assez d’accord sur le niveau de Rosberg, mais contrairement à toi, je suis très pessimiste quant à la faculté de Ferrari de fournir une monoplace permettant à Vettel d’y croire.

  3. avatar
    31 mars 2015 a 23 h 24 min
    Par bird18

    Dans l’article il faut expliquer pourquoi Raikkonen était 11ème sur la ligne

  4. avatar
    1 avril 2015 a 0 h 01 min
    Par ferrariman

    “Il ne faut pas oublier toutefois que Raikkonen pointe à plus de cinquante secondes… Une crevaison en début de course? OK, mais la safety car a permis au Finlandais de refaire son retard. Septième meilleur tour en course, Iceman accuse sur Vettel la même demi-seconde qu’il cherchait après Alonso”

    Une mauvaise foi absolue et un sérieux manque de compréhension (pas étonnant après de l’auteur de l’article qui souhaiter le départ du Finlandais l’an dernier). Déjà le coup des meilleurs temps en course c’est un peu de la connerie, en Australie Raikkonen claque le 3e meilleur temps en course un peu plus vite que son coéquipier donc il n’a pas une demi-seconde de différence comme avec Alonso..

    1) Raikko possède 50 secondes de retard déjà parce que Vettel a fait un arrêt en moins et surtout parce que l’équipe Ferrari a demander a son pilote pendant la course de plus attaquer lorsque Rosberg la doubler car il été largement plus rapide que le reste du plateau et ne pouvait pas lutté pour la podium avec c’est pneu en moins bon état sur stratégie différence, voilà pourquoi Rosberg a pu lui mettre 20 secondes mais le Finlandais est largement dans le rythme de son coéquipier, suffit de jeter un oeil à l’Australie et les simulations de course en Malaisie lors des essais, comment on peu dire que Vettel explose déjà Raikkonen comme Alonso (ou le Finlandais été totalement pas lui dans une caisse à l’opposé de son pilotage) alors qu’en plus d’avoir eu son fond plat abimé a du remonter comme un malade dans le trafic en étant 18e et bon dernier après même un tour ? La performance de Raikkonen est exceptionnelle en course, il a eu un rythme de malade pour foutre plus de 20 secondes sur le 5e en étant bon dernier, sans sa crevaison, sans nul doute qu’il été dans la course au podium comme l’ont dit Alesi, Villeneuve, David C et l’ensemble de la presse F1, cette manie de méprisé Raikkonen me gonfle énormément sur ce site que j’ai tous simplement arrêter de lire.

  5. avatar
    1 avril 2015 a 0 h 38 min
    Par ferrariman

    2) Vettel a fait un excellent tour en qualification sous la pluie, Raikkonen n’a pas eu de bol qu’Ericsson ce rate dans son dernier secteur et ralentie fortement le Finlandais qui été en train de claquer un gros temps, contrairement a ce qu’à pu dire son patron sous le coup de la colère, il n’a nullement laisser passé la Sauber et Hamilton dans son tour de chauffe, lors du replay de la qualification, j’ai constaté que Raikko alors 5e des pilotes a attendre le feux vert ce trouve derrière la Sauber d’Ericsson. Perplexe, j’suis donc aller vérifier en cherchant son tour en Q2 et effectivement, il laisse même de l’espace entre les deux pour faire son tour tranquille, mais malheureusement le pilote Sauber en plus de raté son freinage dans le dernier virage a vu Iceman remonter sur lui tellement il rouler sur une autre allure, exactement la même chose qu’Hamilton qui a presque faillit raté la Q3 également (seulement 8e pour une Mercedes…) donc déjà le 11e temps du Finlandais est a relativisé car reflète pas réellement sa réel vitesse, je rappelle qu’il y a moins de 0’100 entre lui et Vettel en Q2 et Q3 en Australie et que le Finlandais été plus rapide en simulation de course en Malaisie lors des EL comme déjà dit au point d’intriguer Mercedes et d’être devant l’Allemand lors de chaque séance.

    3) Je cherche pas a dire que Iceman est plus fort que Vettel car je pense pas qu’il l’aurait battu en Malaisie mais commencer a dire que Vettel est une demi-seconde plus vite au tour par différence de talent, qu’il lui a foutu 50 secondes à la régulière dans des conditions identiques et sous-estimés son retard lors de sa crevaison a cause du SC qui au passage, Raikko n’a pas recoller le SC vu qu’il a fait partie du petit groupe Maldonado-Button-Raikko, à savoir les pilotes bloquer par le rythme faiblard de la Manor sous régime de sécurité et comme il est interdit de doubler sous SC, le trio a eu 10 secondes de retard sur les autres.

    La seul façon de comparer Vettel et Raikkonen seront le jour ou les deux n’auront aucun soucis technique, de malchance ou autre, si Vettel 3e colle 50s a Raikko 4e sur la grille, alors oui il sera plus rapide, mais j’en doute franchement, Raikkonen roule dans une caisse qu’il apprécie contrairement à l’an dernier, ou sa vitesse naturel rassure enfin les détracteurs de l’an dernier

    comment expliquer que par exemple Thibault Larue donne 19/20 pour la course du Finlandais et souligne son fantastique rythme de course ? Que Moncet l’ovationne dans son debriefing? que Villeneuve pourtant peu avare en compliment le concernant déclare qu’il a fait une excellente course et rate sans doute un podium sans sa crevaison ? Et que son patron l’ovationne et déclare qu’il imagine pas d’autre pilote qu’eux deux pour l’instant ?

    Donc dire dès la seconde course, qu’il possède toujours le même retard sur son génie de coéquipier qui l’humilie, l’explose ou autre juste parce qu’il claque un moins bon temps chronos vers la fin de la course (40e pour Kimi, 46e pour Vettel) alors qu’il y a eu des différents pneumatiques et de stratégie et essayer de faire croire que sa crevaison n’excuse pas les 50s de retard c’est un peu exagérer. Si Kimi termine avec 40 secondes d’avance sur Vettel en Chine car ce dernier c’est fait percuter ou autre, on dira quoi ?

    Désolé de mon coup de gueule mais c’est la 1ère fois que j’ai lu une tel chose dans la trentaine de compte rendu concernant la victoire (mérité) de Vettel, je suis pas fan de Kimi, je supporte les pilotes Ferrari mais votre point de vu hyper pro-Vettel est assez désagréable à lire surtout vu les deux excellentes courses du Finlandais après autant de problème et de malchance et de sa précédente saison assez épouvantable, moi je constate juste qu’il faisait partie des pilotes les plus rapide en rythme de course ce qui explique sans doute l’avalanche d’encouragement et de salutations de la part des gens qui l’ont critiquer il y a encore quelque mois. On parle d’un champion du monde, pas de Grosjean ou Guitterez. SURTOUT que Vettel a été également explosé par son coéquipier la précédente année…

  6. avatar
    1 avril 2015 a 3 h 08 min
    Par ferrariman

    Finalement j’ai pris mon temps pour lire vos précédents article et j’ai ma petite idée sur votre vision de la F1 de manière assez partial comme un peu le journaliste Stéphane Vrignaud. J’ai assez rigoler en lisant la preview 2015 concernant le duo de Ferrari, ou le duo figure assez bas sur le rapport de force par rapport a celui de Mclaren, ou vous semblez définir le niveau d’un pilote uniquement sur la différence de point sans recul et sembler avoir la vérité absolue. Rigoler car les 2 pilotes que vous flinguez revive tous les deux cette année, obtienne d’excellente notation et de louage après une année de critique. Quand même drôle de lire ici un article qui louage Vettel alors qu’il y a quelque mois il été limite la plus grosse escroquerie de l’histoire de la F1. Manque plus le retournement de veste concernant le Finlandais de Ferrari pour avoir la total. Il est rapide de passé de héros à zéro mais aussi le contraire. Même si vous avez encore un soucis pour bien prendre en compte le virtuose de Raikkonen du GP de Malaisie j’espère que l’un des spécialistes F1 de Canal+ vous fera changer de vision :

    “Kimi Räikkönen – Ferrari – 19/20

    Terminer 4e malgré une mauvaise qualification, une crevaison et un tour au ralenti (+ 45 secondes) est un exploit. Comme vendredi aux essais, Kimi a eu un rythme de course exceptionnel, devant finalement faire trois arrêts. Mais Räikkönen a paru un peu ‘’endormi’’ en Q2. Superbe course toutefois.”

    Sans rancune mais SVP PAS DE RÉPONSE, je compte pas revenir ici vu l’énorme différence de vision entre les auteurs des articles et la vision pas très réaliste des courses et des pilotes.

    Source : http://news.sportauto.fr/news/1492481/GP-F1-Malaisie-2015-notes-pilotes-Ferrari-SF15-T

  7. avatar
    1 avril 2015 a 10 h 36 min
    Par Jayce

    C’est assez amusant tout de même, de me taxer d’être un pro-Vettel!!! Je pense que ceux qui me lisent depuis un moment doivent en sourire…

    Donc si je comprend bien, Raikkonen a été battu tout au long de la saison dernière parce que la voiture ne lui convenait pas… Donc, pas sa faute… Et cette saison, il rate sa qualif à cause de Sauber, rate sa course à cause de ses pneus, rate son retour sous safety car à cause de Manor… Le sort s’acharnerait-il sur le malheureux Finlandais?

    Et concernant le rythme de course constaté le vendredi, malheureusement, en F1, seul le résultat du dimanche compte. Donc pour le moment, le bilan est simple. Vettel a par deux fois devancer Raikkonen en qualifs et en courses sur les deux premiers week-end. Ce même Vettel incapable de la moindre réaction l’année passée face à Daniel Ricciardo.

    L’histoire retient les points et le palmarès. C’est comme ça. Sinon, on pourra relever qu’en d’autres temps, Nico Rosberg fut champion du monde des essais libres chez Williams.

    Donc je maintiens. Vettel a conclut l’une des plus belles courses de sa carrière à Sepang. Il domine Raikkonen comme l’avait fait Alonso avant lui. Il a été très décevant en 2014, presque indigne de son passé. Est-ce un retournement de veste ou une analyse plus ou moins objective des faits?

    • avatar
      2 avril 2015 a 4 h 10 min
      Par FerrariMan

      Je te demande pas de répondre mais tu répond quand même…Mon dieu.

      Si pour toi Vettel “domine” Raikkonen en Malaisie alors que ce dernier a eu une roue crever LOL…

      Si Vettel ce fait percuter en Chine et que Kimi termine largement devant lui, on parlera de domination dans ce cas ?

      L’an dernier, c’est un fait, la bagnole n’était pas du tout adapté à son pilotage. Ne pas l’admettre, faut être juste aveugle. C’est normal que Raikkonen termine hors d’un top 10 mondial alors qu’il a toujours briller même sur des charrettes (2001, 2004, 2009) ?

      Que son patron déclare haut et fort qu’il sera de retour en 2015 et que, oh par magie, le Finlandais retrouve sa vitesse et laisse une excellente image après les deux premières courses au point de recevoir une pluie de bonne critique, d’avoir d’excellent rythme de course qui ira même faire douter les pilotes Mercedes quand ils ont examinés son relais en tendre et faire l’une des plus grosse remontée de sa carrière. Vrai que c’est exactement comme l’an dernier.

      Puis, qui te dit que Fernando domine toujours autant Kimi si il été rester chez Ferrari en 2015 ?

      On n’a déjà vu des pilotes faire des saisons sans intérêt avant d’être plus fort l’année suivante comme l’excellent première partie de saison de Mark Webber en 2012 après une année 2011 assez médiocre voir Michael Schumacher qui égalise presque Nico Rosberg après avoir inscrit moins de la moitié de ses points en 2010, et j’imagine que Schumacher fut la plus grosse escroquerie du siècle d’ailleurs pour perdre 3 fois de suite contre le petit Nico ?

      Et mon argument va de même pour Ricciardo vs Vettel.

      Le niveau d’un pilote change en bien comme un mal. Mais je me demande encore pourquoi je perd mon temps avec un type qui espérer que Ferrari dégage son dernier champion du monde pour prendre Bianchi sans même lui laisser le bénéfice du doute, comme si ce dernier été forcément largement meilleur…Bianchi n’a jamais briller autant que Grosjean (que tu méprise visiblement) avant la F1, pourtant ce dernier termine la majorité derrière le Finlandais, m’enfin…,

      12 mois plus tard, les hautes têtes de Ferrari sous-entend qu’il compte préserver le même duo pour l’an prochain car il imagine pas d’autre pilote en terme de résultats et de relation amical…Change vite la situation d’un pilote quand même…

      Votre manie de cracher sur des champions du monde au palmarès impressionnant pour UNE saison de raté me fait doucement rigoler. Comment on peu être sérieux quand on déclare que Vettel est une escroquerie car un autre pilote termine devant au championnat ? C’est le seul champion qui a fait une saison raté ? Je rappelle (encore) Hakkinen en 2001 ? Kéké Rosberg ? Même Niki Lauda dans sa dernière année ? Et je parle pas de l’humiliation d’Alonso qui termine derrière son rookie de coéquipier championnat…Oui Kimi et Seb ont fait des saisons raté l’an dernier, mais cette année, ils marches du feux de dieu pour l’instant. Et c’est uniquement sur ça qu’ils vont les juger. A t’entendre, c’est uniquement de la faute de Raikkonen qu’il abandonne en Australie et qu’un abruti de pilote payant lui rentre dedans pour la 2e fois de suite en course..Il y a 2-0 pour Vettel, et je pense que même sans malchance, il y a 2-0 (quoique, en Australie…), mais il t’il été larguer en rythme de course ? Selon les données post-race, non. En Australie il rouler même plus vite.

      Vettel termine avec 50 secondes d’avance sur Raikkonen, mais a croire que Vettel lui a mis une seconde par tour dans la tronche du premier au dernier tour.

      Déjà sur les 50 secondes, il y a déjà la moitié a mettre au compte de son arrêt en moins qu’il a effectuer par rapport a son coéquipier.

      Et qu’on me sort pas l’excuse du SC car Raikko été déjà a pratiquement 20 secondes de Vettel dès que le SC c’est retirer…

      il y a une bonne ligne droite entre le premier et le dernier, donc généralement c’est 8-10s déjà de différence, et comme Raikko été déjà a 10s du 15e quand le SC a relancer la course….

      sans la crevaison, il aurait pu avoir une autre course pour lui. Mais bon, ta raison, le pauvre petit Finlandais n’a pas le droit d’avoir de la malchance, faut pas en prendre en compte dans sa course.

      Quand il a réussi son travail, à savoir prendre le meilleur résultat possible (4e), son équipe lui a demander de ce mettre sur un rythme moins rapide qu’avant pour pas taper dans le moteur inutilement…même Jacques Villeneuve a fait la remarque…Rosberg sur des pneus plus frais été hors d’atteinte et comme les Williams sont pas menaçante sur sa 4e place, c’est uniquement à partir de là, en dernier partie de course, sur les 15 derniers tours, que le Finlandais roule volontairement entre 0’800 et 1 seconde moins vite que le trio de tête car mieux vaut économisé du moteur que de forcer dessus pour rien et faire le même résultat.

      Puis la partie la plus marrante…

      L’argument de la demi-seconde d’écart dans les “meilleurs temps” c’est aussi à mourir de rire :

      1. Nico Rosberg – Mercedes – 1’42”062 – 43
      2. Lewis Hamilton – Mercedes – 1’43”125 – 1”063 – 45
      3. Sebastian Vettel – Ferrari – 1’43”648 – 1”586 – 46
      4. Felipe Nasr – Sauber-Ferrari – 1’43”902 – 1”840 – 45
      5. Felipe Massa – Williams-Mercedes – 1’43”990 – 1”928 – 40
      6. Valtteri Bottas – Williams-Mercedes – 1’44”088 – 2”026 – 42
      7. Kimi Räikkönen – Ferrari – 1’44”124 – 2”062 – 40

      Comment tu m’explique que Raikkonen roule 0’150 moins vite qu’une Sauber ou que Bottas claque un meilleur temps que lui alors que Raikko termine devant lui claquant 20 secondes dans la mouille alors qu’il été bon dernier en début de course ? Pourquoi Bottas n’a pas été dans son rythme de course dans ce cas si il rouler plus vite?

      Comment t’explique que Nico claque quasiment une 1,5s de plus que Vettel également alors qu’il rouler globalement moins vite tous le long de la course ?

      Que Hamilton c’est pris 0’900 par son coéquipier, à savoir 0’400 de plus que l’écart entre les pilotes Ferrari, très étrange hein, mais tu dit rien ici pourtant, donc pourquoi dire de la merde que Raikkonen possède une demi-seconde de moins au tour ?

      Les meilleurs temps de la course c’est juste du VENT. Pas parce que un pilote claque UNE fois un gros chronos qu’il a eu ce chronos tous le long de la course, Nico claque le meilleur temps uniquement parce qu’il a eu les pneus en meilleur état sur les derniers tours, Nasr la même chose, tu trouve normal que Raikkonen roule 2 SECONDES moins vite que Rosberg et que Vettel roule 1,5 secondes moins vite ?

      J’ai rarement vu un papier aussi médiocre, j’espère sincèrement qu’on te paye pas pour écrire des conneries pareil. Déjà pas la première fois que tu raconte n’importe quoi (sur Grosjean et Boullier) j’ai même fait passé ton article à des journalistes F1 de site très connu que tu doit connaitre pour voir d’autre avis, et j’ai eu des moqueries en réponse concernant le degré abyssale de ton article.

      • avatar
        3 avril 2015 a 13 h 08 min
        Par Jayce

        Bonjour Ferrariman. D’abord, je m’octroie en conscience un droit de réponse puisque c’est la base même d’un débat. Si l’idée est de vomir sur ce que j’ai écrit pour ensuite m’interdire de répondre, ça démontre déjà une certaine vision du dialogue…

        Je vais reprendre ce que tu avances dans l’ordre. Sur le cas Kimi Raikkonen, je commence à me demander si quelque part, quelqu’un ne s’amuserait pas avec une poupée vaudou à son éfigie… En 2014, alors que l’on attendait beaucoup du duel Raikkonen-Alonso, il a mordu la poussière. Mais c’est pas de sa faute hein, c’est la voiture qui voulait ça… Puis en 2015, sur les deux premières épreuves, il est DERRIERE Vettel par deux fois. Et c’est sûr qu’en s’élançant sur la 6ème ligne, les risques de contacts avec d’autres augmentent nettement. Tout cela ne veut pas dire qu’Iceman va subir la même loi sous Vettel que sous Alonso. Mais c’est mal parti, il faut le reconnaître. Après, qu’un pilote brille avec des monoplaces anémiques, il y en a eu beaucoup. Ce fut le cas de Raikkonen en 2003, 2004, ou encore en 2009. Pas d’accord en revanche sur 2001 où Nick Heidfeld fait mieux que lui.

        Etre aveugle, c’est de considérer que Raikkonen est à son meilleur niveau, et que seule la malchance ou tout autre excuse bidon justifie ses défaites. Après, que la Scuderia le soutienne, c’est bien logique. Il en a été de même avec Felipe Massa pendant plusieurs saisons. En revanche, je n’ai jamais affirmé que Fernando Alonso aurait poursuivi sa domination en 2015. C’est de la pure spéculation.

        Concernant les saisons “sans” de pilotes champions du monde, alors faisons la liste. Niki Lauda en 1985, effectivement, a subi la loi d’Alain Prost. Il se retira en fin d’année, non sans avoir signé une victoire pleine d’orgueil à Zandvoort. Même conséquence pour Keke Rosberg l’année suivante, sèchement battu par Prost. Mika Hakkinen en 2001 a lui aussi été vitime d’une démobilisation assez brutale, renforcée par son abandon lors du GP d’Espagne dans le dernier tour (alors qu’il avait course gagnée). Conséquence? Retraite en fin de saison. On peut ajouter à celà Jody Schekter en 1980. Une voiture ratée après un titre et le Sud-Africain annonça sa retraite. Même conséquence pour Nelson Piquet en 1991, véxé d’avoir été battu à Monza par le tout jeune Michael Scumacher. Au passage, concernant Mark Webber (que j’aimais beaucoup), on n’a pas du voir la même saison 2012… Enfin, pour Michael Schumacher, je persiste à croire, à regrets, qu’il n’a jamais retouvé son niveau sur les trois saisons constituant son come-back. Au passage, Alonso-Hamilton en 2007 : 109 points chacun…

        Pour ce qui concerne Sebastian Vettel, j’ai été très surpris par son échec sans précédent de 2014. L’usure du pouvoir est certainement une cause, et l’Allemand a évoqué avoir songé à une retraite avant de s’intéresser à Ferrari. Champion mésestimé car sur une voiture dominatrice, il a une occasion en or de donner à son palmarès une dimension plus importante. Je l’ai écrit avant la saison, voir même en fin de saison dernière, Vettel a face à lui un défi à la hauteur de son ambition. J’avoue tout de même que son manque de réaction d’orgueil l’an passé m’a laissé songeur. Car ça, pour un champion du monde, c’est unique dans l’histoire.

        A te lire, j’ai l’impression que Raikkonen fait un début de saison parfait. J’ai du mal à adhérer à cela, excuse-moi. Et franchement, je n’ai pas envie de m’attarder à relever chiffres à l’appui que Raikkonen a détruit ses pneus plus vite que son équipier (je suis sûr que tu as déjà une parade là-dessus) et j’ai même peine à croire, en analysant bien les choses, qu’il aurait pu ne faire que deux arrêts dans ces conditions. Mais bon, c’est inutile je crois.

        Tu as raison, donc, les meilleurs temps au tour ne veulent rien dire… D’ailleurs, il n’y a jamais corrélation entre temps au tour et vainqueur. JAMAIS. On peut gagner une course en signant le 12ème temps au tour, si je te suis. L’analyse des temps était juste là pour souligner que Vettel a été magistral car la Mercedes vaut 1″5 de mieux. Et au passage, comble de la malchance, Raikkonen est une fois encore à 0’5 de son équipier (encore cette maudite poupée vaudou!).

        Pour finir su bien des choses que tu balances en vrac : Luca Di Montezemolo a confirmé que la titularistation de Jules Bianchi était à l’ordre du jour pour la saison 2015. Ensuite, je te suis très reconnaissant de passer du temps à me lire et à faire partager mes écrits alors que tu n’y trouves que des affirmations infâmes et des mensonges. D’ailleurs, à ce propos, j’aime bien les moqueries et n’hésites surtout pas à me faire partager ce qui se dit sur moi par des professionnels (c’est un honneur d’être ainsi évalué d’ailleurs!). Je sens que tu devrais rapidement réagir car je prépare un article sur Romain Grosjean… que je ne méprise pas d’ailleurs, comme personne. J’ai bien une foule de défaut, mais le mépris ne m’anime pas. On ne peux pas tout avoir, n’est-ce pas?

  8. avatar
    1 avril 2015 a 12 h 07 min

    Kimi Raikkonen a fait une course superbe en Malaisie mais pour l’instant le rapport de force est du côté de Vettel, 2-0 en qualif pour l’Allemand.

    A Iceman de réagir pour ne pas subir une 2e fois la loi d’un autre champion du monde en deux ans.

    • avatar
      2 avril 2015 a 4 h 36 min
      Par FerrariMan

      Salut Axel,

      Je suis d’accord avec toi. Il y a eu 2-0 qualif’ comme course. Mais être derrière son coéquipier est forcément signe d’humiliation ?

      Australie : 1-0 pour Vettel en qualification. Vettel plus rapide sur tous le long des essais aussi.

      Mais Vettel bat Kimi pour 0’033 ! J’ai pas souvenir que l’écart était de 0’033 entre Fernando et Kimi dans sa F14T pas a son goût en Australie l’an dernier, mais d’une seconde de retard, Alonso est donc 1s plus rapide que Vettel ?

      Déjà la Q2 c’est très chaud : 0’065 !i

      Donc oui, avantage Vettel mais de trèèèès peu !

      Pour la course, encore 1-0…mais Vettel remporte son duel…qui n’a jamais eu lieu non ? Raikkonen perd une grosse dizaine de seconde lors de son premier arrêt, et perd toute chance de rattraper Vettel-Massa alors seulement à quelque seconde devant. Après qu’il sort de son stand, il a réussi l’exploit de rattraper plus de 20 secondes sur Vettel-Massa lors de son gros relais en tendre, donc imagine sans les 10s de perdu au stand…Lors de son ultime ravitaillement, malheureusement il y a eu un soucis qui le force a abandonner. Mais en étant relativement pas très distancer par le petit Brésilien, et vu son rythme infernal saluée par Mercedes et Ferrari, on peu ce dire qu’il perd au moins 10 points voir même les points de la 4e place. Mine de rien c’est 15-10 ou 15-12 par rapport à son coéquipier…et non 15-0.

      Malaisie : Vettel fait largement une meilleur qualification, mais Kimi (après avoir été plus rapide sur tous le long des essais) n’a pas eu de bol, il été clairement très rapide en Q2 mais une erreur de Ericsson le gène dans le dernier secteur et détruit son tour. C’est également de la faute de Kimi d’avoir pas suffisamment mis d’espace entre eux. Mais Vettel a été beaucoup plus rapide pour des circonstances et non par différence de rapidité naturel.

      En course, les deux font une course sublime, Vettel gagne de façon magistrale et Raikkonen pardonne largement sa qualif raté après une course croustillante, Vettel aurait battu Kimi qu’il crève son pneu ou pas, pas moi qui risque de dire le contraire, mais sans la crevaison dès le 1er tour et sachant qu’il y a eu un SC quelque tour après, on peu dire que Raikkonen est passé sans doute a coté d’un possible podium sans l’erreur du débutant Nasr vu son rythme très très rapide en course, sauf sur la fin, lorsque son équipe lui demande d’économisé son moteur en roulant de façon pépère au même rythme que les Williams vu que la 3e place été hors jeux et qu’il été pas menacer par d’autre pilote, sur la grosse quinzaine de tour que l’écart ce fait entre lui et le trio de tête, sur le papier c’est certe très gros, mais sachant le contexte, c’est NORMAL qu’aucun journaliste s’inquiète d’avantage à la différence d’un petit bonhomme ici.

      Donc oué, 2-0 pour Vettel mais c’est a relativisé comme le 2-0 de Vettel après les 2 premières courses l’an dernier quoi. Certain souligne que Kimi n’avait qu’à mieux ce qualifier, moi je répond que la seconde place d’Hamilton en Belgique l’an dernier ne la pas empêcher de subir la même chose! :)

  9. avatar
    2 avril 2015 a 12 h 12 min

    Salut Ferrariman,

    Crois moi Jayce n’est pas un pro Vettel je le connais suffisamment pour t’affirmer qu’il est objectif.

    Il est encore trop tôt pour faire un bilan même si Vettel a pris un léger avantage psychologique sur Iceman, tout comme Alonso sur Button chez McLaren.

    Les deux vont tout faire pour s’imposer comme les patrons à Maranello et Woking.

    Mais je serais plus qu’heureux de voir Raikkonen battre Vettel, et Iceman en a le potentiel !

    Ce serait triste pour le Finlandais de n’avoir battu que Montoya ou Massa et de perdre face à Alonso et Vettel.
    Iceman aurait pu être champion du monde en 2003 et 2005 sans que cela ne choque personne.

    Je crains qu’en cas de défaite contre Vettel les vieilles polémiques sur le manque de mérite de Raikkonen pour la couronne 2007 ressurgissent.
    Or ce n’est aps de sa faute si Ron Dennis a mal géré Hamilton vs Alonso chez McLaren, et c’est oublier le super money time du Finlandais à partir de Silverstone (tout le temps sur le podium entre Magny Cours et Interlagos sauf au Nurburgring casse mécanique)

  10. avatar
    3 avril 2015 a 17 h 52 min

    @Ferrariman,

    Entre 2009 et 2013, Vettel a profité du talent exceptionnel de Newey et de la destruction psychologique de Webber par Marko. Il a évidemment du talent, sinon il n’aurait jamais fait Monza 2008, Interlagos 2010, Spa 2011, Singapour 2011, Sepang 2015 par exemple pour citer quelques une de ses plus belles courses.

    Certes Ricciardo (comme Hamilton en 2007 chez McLaren avec les pneus Bridgestone qu’Alonso découvrait aussi) a profité d’un contexte technique particulier mais Vettel a déçu en 2014 et ses 4 titres sonnent creux surtout si on se rappelle que ceux de 2010 et 2012 devaient plus justement revenir à Alonso.

    Quant à Schumacher en effet je plussoie Jayce, le Kaiser ne fut jamais vraiment lui meme chez Mercedes entre 2010 et 2012, ce qui n’enlève rien au talent de Nico Rosberg, qui n’est pas ridicule contre Lewis Hamilton depuis 2013.

    @Jayce, le cas de Hakkinen 2001 est bien différent de Scheckter 1980 ou Rosberg 1986 pour moi. Mika était démotivé depuis Monaco 2000 et les abandons de 2001 n’ont fait que confirmer so ndésir d’année sabbatique qui devint retraite.

    Pour Jody et Keke, ce fut surtout leurs défaites cuisantes contre Gilles Villeneuve et Prost qui les contraignit à la retraite fin 198à et 1986 respectivement.

    • avatar
      4 avril 2015 a 9 h 46 min
      Par Jayce

      Axel, je suis d’accord avec toi sur l’avantage technique dont a profité Vettel, d’autant que Mark Webber a été sabordé en interne. C’est d’autant plus dommage que je reste persuadé que l’Allemand n’avait pas besoin de ça pour gagner. Evidemment, ses couronnes 2010 et 2012 semblent usurpées, et il y a fort à parier qu’il serait paradoxalement plus estimé s’il avait perdu l’un de ces deux titres (voir les deux).

      Je trouve qu’il existe des similitudes entre le retrait de Mika Hakkinen et celui de Jody Scheckter. Le Sud-Africain avait atteint son objectif en 1979, celui d’être champion du monde. Comme d’autres pilotes de l’époque, Jody a été marqué par les disparition de François Cevert, Ronnie Peterson, Peter Revson ou encore Tom Pryce. Qui plus est, après avoir porté l’équipe Tyrell à bout de bras, il a perdu un temps considérable dans l’aventure Wolf. La perspective de se retrouver de nouveau en fond de grille avec Ferrari a eu raison de sa motivation. Qui plus est, l’atmosphère politique de la F1 était à l’époque irrespirable, ce qui le rendait franchement nostalgique. Moins véloce mais bien plus intelligent en course que Gilles Villeneuve, Scheckter n’était plus intéressé par la bataille en peloton. D’où l’avantage pris par Villeneuve en 1980, et la retraite quasi-naturelle du champion du monde 1979.

      Mika Hakkinen a lui aussi connu ce genre de décompression. Des années difficiles chez McLaren, témoin de la mort de Roland Ratzenberger et Ayrton Senna, victime d’un effroyable accident à Adélaïde en 1995, le Finlandais avait réussi à s’imposer sur la tard en 1998 et 1999. Après une saison 2000 où il a pu constater la montée en puissance de la Scuderia, il fut résigné en 2001, malgré deux dernières victoires. Marié et jeune papa, il avait désormais des envies de famille, et en fit l’aveu. Scheckter et Hakkinen s’inclinèrent face à leur équipier respectif lors de leur ultime saison pour des raisons assez similaires, notamment une démotivation criante. Ce cas est également applicable à Damon Hill en 1999, qu’on n’a pas reconnu tout au long de cette saison qui fut celle de trop pour lui.

      Ce fut différent pour Keke Rosberg, en effet, qui se fit battre à plate couture par Alain Prost alors qu’il espérait rebondir chez McLaren. De même, Nelson Piquet ne supporta pas d’être dominé par un néophyte à Monza. A leur image, Nigel Mansell fut à deux doigt de se retirer en 1990, constatant l’écart qui le séparait de Prost. Il annonça sa retraite après le GP de Grande-Bretagne avant de se raviser.

      Pour en revenir au duo Kimi Raikkonen/Sebastian Vettel, il est assez unqiue dans l’histoire la F1 que des champions du monde subissent autant qu’ils l’ont fait en 2014 sans agir de façon abrupte. Il existe le cas de Graham Hill en 1969, dominé par Jochen Rindt alors que l’Autrichien avait manqué une partie de la saison. En partance du team Lotus, il poursuivit sa carrière dans le but de monter sa propre écurie. On peut évoquer aussi Mario Andretti, terriblement marqué par l’accident mortel de Ronnie Peterson le jour de son sâcre, qui se résigna en 1982, non sans avoir signé un coup d’éclat lors du GP d’Italie. L’Italo-Américain avait subit la baisse de forme des Lotus et insista sans succès suite à l’obtention de sa couronne. Enfin, faut-il considéré le retour de Michael Schumacher, qui, même s’il signa quelques belles performances, fut loin de son niveau d’antan. Le septuple champion du monde avoua même que la raison de son retour était la limitation des essais privés, le Kaiser ne voulant plus consacrer autant de temps à la F1 que par le passé. Vettel a indiqué avoir songer fortement à une retraite, avant que ne se présente le défi présenté par Ferrari. Pour Raikkonen en revanche, c’est plus difficile. S’inclinant face à Felipe Massa en 2008 (malchanceux parfois mais aussi directement fautif à Spa et à Singapour), il a subi un camouflet assez violent en 2014. J’avais émis des doutes à une époque, mais je me demande vraiment si le Finlandais a véritablement retrouvé on niveau depuis son retour en 2012.

  11. avatar
    10 avril 2015 a 8 h 51 min

    @Jayce,

    Oui mais contrairement à Scheckter qui sombre complètement en 1980 face à Gilles Villeneuve, Mika Hakkinen en 2001 signe quand meme 2 victoires éblouissantes à Silverstone & Indianapolis sans oublier Barcelone où il aurait du gagner également.

    Scheckter qui avait en effet arrêté car couronne mondiale acquise et par peur de l’accident, disant que s’il avait été tennisman pro, il aurait peut e^tre fait 2 ou 3 ans de plus.

    Pour Vettel, triplement d’accord avec toi, il n’avait pas besoin de Marko pour battre Webber primo, une retraite fin 2014 aurait été catastrophique car vrai renoncement à son premier échec en F1, et enfin ne pas être champion en 2010 ou 2012 l’aurait mieux servi en 2014 vu sa déconfiture contre Ricciardo.
    Mais dans un tel scénario, Alonso serait-il parti de Ferrari s’il avait 3 ou 4 titres mondiaux en poche ? Vettel aurait peut-être été celui qui aurait du rejoindre McLaren Honda …

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Retrouvez Your Zone sur

Compatible Smartphone & Tablette

Iphone & iPad

Abonnez-vous à la Newsletter