HBC Nantes, le rêve européen
Photo Panoramic

HBC Nantes, le rêve européen

Véritable sensation de cette 57e édition de la Ligue des Champions, le HBC Nantes continue son ascension fulgurante sur la scène européenne. Ce samedi, le club ligérien, jouera probablement le match le plus important de son histoire, en huitième de finale contre Paris. Une rencontre au sommet, pour le vice-champion de France, invaincu depuis 20 rencontres, qui rêve de créer l’exploit, contre l’un des grands favori de la compétition. Une occasion unique pour les hommes de Thierry Anti, d’assoir leur domination sur le hand français.

Contexte

Finaliste mal chanceux de la Coupe EHF l’an passée, Nantes s’est qualifié pour la première fois de son histoire, ce 11 mars, pour le tour principal de la Ligue des Champions. Au terme d’une rencontre couperet contre les espagnols de Naturhouse La Rioja, les partenaires Nicolas Claire (15 buts) se qualifient sur un score fleuve de 66 à 58. « Ce jour est historique pour l’histoire du club ! Il n’y a rien d’autre qui compte. Nous allons continuer à travailler jusqu’à la fin de saison pour espérer allez le plus loin possible dans la compétition », confie avec panache le coach nantais, Thierry Anti. Avec huit victoires en autant de rencontre possibles, Nantes domine les débats dans le groupe C de la compétition. Solide en attaque, le collectif conduit par le capitaine Rock Feliho, bouscule sur cette phase de poule, les vieilles cylindrées du championnat comme Bucarest (28-26) ou  Holstebro (35-25). Le « H » valide ainsi sa première place du groupe A, avec 17 points glanés, et la 6e meilleure attaque d’Europe (312 buts inscrits). Une dynamique qu’il faudra entretenir, en vue du huitième de finale très engagé contre le PSG Handball, d’un certain Nikola Karabatic.

 

Revue d’effectif

Grand habitué de la Coupe d’Europe, le technicien ligérien, Thierry Anti, s’est construit à l’inter-saison 2016, une armada de 13 internationaux, français, espagnols et croates, rompus aux joutes européennes. L’ancien coach de Créteil et de Paris, compte bien « retenter le coup avec Nantes », comme précédemment fait avec ses deux formation en 1997 puis 2006. «Le “H” a maintenant son propre modèle, à la nantaise un peu, qui concurrence facilement le modèle montpelliérain », confieArnaud Siffert, au club depuis 2011. Fort de ses internationaux français Nicolas Claire (10 sélections) Cyril Dumoulin (57 sélections) et Théo Derot (10 sélections), le club peut également compter sur l’expérience et la force de ses joueurs étrangers, à l’image du barcelonais Eduardo Gurbindo et de l’ex « Kieler » Dominik Klein. La pépite de l’équipe, Olivier Nyokas, champion du monde en janvier dernier avec les Experts, peut également se targuer d’être le métronome de l’attaque nantaise, avec 20 buts en 6 matchs. Nantes dispose d’un collectif soudé, avec un solide esprit d’équipe, qui intègre aussi bien les minots tels Tournat et Nyateu, que les joueurs confirmés comme Matulic ou Buric. Une équipe référence sur la scène continentale, qui continue de se consolider, en accueillant dès la saison prochaine, le macédonien Kiril Lazarov (Barcelone), recrue phare du prochain mercato.

 

La stratégie gagnante du H

L’attaque nantaise est très mobile. La phase offensive du jeu breton repose sur sa puissance d’impact, à vouloir écraser les défenses adverses. Lors des supériorités numériques, le jeu rapide des ailiers permet de concrétiser les montées de balles. De plus, les individualités comme Claire ou Klein dynamisent les phases offensives, permettant de débloquer certaines situations dans les matchs couperets. En outre, la 0-6 nantaise est un défense solide, qui pèse comme la deuxième meilleure défense de France, avec 26,84 buts encaissés par matchs. A la fois hermétique et agressive, elle permet de gérer les supériorités numériques adverses et de relancer le jeu en appui des attaquants. De plus, l’essentiel de la mobilité de cette défense repose sur la complicité du duo Feliho-Gharbi dans le rond central. Par ailleurs, Tournat et Buric, en soutien sur les postes 2 et 3, permettent de mieux négocier la gestion des tirs à neuf mètres. En outre, ce jeu de transition permet ainsi au H de Nantes de se positionner comme un candidat crédible au Final Four de Cologne, en juin prochain. « Le HBC Nantes est devenu le club à battre et à abattre », clame Thierry Anti, le fantasque entraineur de D1. Paris est prévenu ! Rendez-vous pris le 25 mars prochain, en match aller à La Trocardière, la mythique salle du « H », pour connaître l’issue de cette rencontre au sommet du handball français.

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Retrouvez Your Zone sur

Compatible Smartphone & Tablette

Iphone & iPad

Abonnez-vous à la Newsletter