Ne prenez pas votre retraite Mr Entrerrios !
Photo Panoramic

Ne prenez pas votre retraite Mr Entrerrios !

Arrivé au HBC Nantes en 2012, Alberto Entrerrios arrive au terme de son contrat à la fin de la saison et se dirige vers une retraite amplement méritée. L’arrière gauche espagnol est un exemple tant sur le plan sportif qu’humain et l’arrêt de sa carrière va marquer la perte d’un des meilleurs joueurs de tous les temps. Vous allez comprendre pourquoi Alberto Entrerrios ne devrait pas stopper sa fabuleuse épopée Nantaise.

Une carrière époustouflante…

Les personnes qui suivent le Handball de loin ne le connaissent peut-être même pas car il est peu médiatisé (par choix) mais Alberto Entrerrios est un (peut-être le ?) des meilleurs joueurs de l’histoire du handball. Il a gagné une multitude de médailles et de titres tant au niveau international qu’avec ses différents clubs. Il est 2 fois champion du monde, médaillé d’argent au championnat d’Europe et médaillé de Bronze aux championnats d’Europe, du monde et aux Jeux Olympiques. Toutes ces récompenses ont été glanées avec la sélection Espagnole. Il mît un terme à sa carrière internationale après avoir gagné les championnats du monde 2013. Il est actuellement le 5ème joueur le plus capé de l’histoire du handball espagnol (240 sélections dont la 1ère en 1997) et le 3ème meilleur buteur avec 726 buts inscrits. En club, il joua uniquement en Espagne (dont FC Barcelone et Atletico Madrid) et à Nantes. Il remporta ainsi 3 fois la ligue des champions et 5 fois le championnat espagnol (sans citer les Supercoupe, Coupe ASOBAL etc..). Individuellement parlant, il fût nommé 3 fois meilleur joueur du championnat Espagnol et une fois meilleur arrière gauche de l’Euro en 2013.

…dont il fait profiter le HBCNantes !

Alberto Entrerrios signe en 2012 au « H » afin d’encadrer les jeunes et de se lancer un dernier défi. Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il est encore exceptionnel. Il aide son club à se qualifier pour la finale de l’EHF CUP et surtout il gagne avec son compère Valero Rivera le premier titre de l’histoire des Violets (coupe de la ligue l’an dernier). A cause d’absences répétées dues à un corps vieillissant (notamment une longue blessure au mollet), le club de Gaël Pelletier hésite à lui offrir un nouveau contrat. Finalement, après plusieurs semaines de doute, le club décide de le prolonger pour une dernière danse. L’objectif : un nouveau titre et surtout la participation au Final Four de l’EHF CUP de nouveau organisé à Nantes.

Comment a-t-on pu faire attendre un tel joueur avant de le re-signer ?

Cette question est illégitime car n’importe quel observateur comprend l’hésitation due aux blessures de l’espagnol (hésitations aussi du côté du joueur) mais étant donné le niveau de jeu affiché, c’est évident que le natif de Gijón méritait ce dernier contrat. Historique, magique, inoxydable, invincible : les qualificatifs ne manquent pas. Alberto Entrerrios réalise une saison incroyable. Tout d’abord, il apporte son expérience sur et en-dehors du terrain auprès des jeunes comme O’brian Nyateu ou Florian Delecroix. Après chaque action, il parle avec ses coéquipiers des choses à améliorer. Il gère le tempo du match et les temps faibles pour permettre à son équipe de rester concentrée durant 60 minutes. De plus, il ne fait aucun doute qu’il est très important lors des entrainements pour prodiguer des conseils notamment de récupération pour que ses coéquipiers puissent espérer jouer longtemps eux aussi.

Alberto taille patron

Il est le maitre à jouer du « H ». Ce rôle étant renforcé avec les absences de Nicolas Claire, de Théo Derot et plus récemment de Romain Lagarde (il faut aussi additionner la méforme de Vitaly Komogorov qui n’entre pas dans les plans de Thierry Anti). Il annonce toutes les combinaisons et fait briller ses coéquipiers un par un. Nicolas Tournat profite ainsi de nombreuses passes de l’Espagnol, toutes plus spectaculaires les unes que les autres. Cette relation est tellement bénéfique qu’elle a créé une combinaison : le jeune pivot se place entre l’arrière droit et l’ailier droit adverse, Valero Rivera effectue une rentrée vers l’aile opposée. Alberto Entrerrios se positionne alors en tant qu’arrière gauche des Violets et joue le 2 contre 2. Entrerrios est donc une double menace car il peut marquer à tout instant ou libérer le ballon avec une passe magistrale pour Nicolas Tournat.

L’expérience des grands rendez-vous et une envie de revanche

Lors des phases de poule de l’EHF CUP, il a atteint un niveau et une domination sans précédent pour mener le H à des victoires plus que précieuses. Revanchard cette année car blessé lors du Final Four 2013 à Nantes, il est omniprésent dans toutes les rencontres. Dans tous les matchs de coupe d’Europe qu’il a joué cette saison (7 matches à ce jour), il a marqué 1 but au minimum. Sa moyenne est de 4.3 buts par match dont 57 % de ses buts inscrits à l’extérieur. Mais plus que sa capacité à marquer, ce sont ses passes qui sont vitales. Il est tout simplement inarrêtable, un danger permanent pour les défenses adverses. Sa facilité est telle qu’il donne l’impression d’être un adulte qui joue contre des enfants. Redoutable en un contre un, il fait se lever les spectateurs lors d’actions magiques qui aboutissent la plupart du temps par un but.

Une saison et puis s’en va ?

Voici la déclaration d’Alberto Entrerrios après avoir signé son nouveau (dernier ?) contrat le 11 août 2015 : « Rester à Nantes, c’était ma priorité. J’ai pris le temps de réfléchir cet été car je n’étais pas sûr de pouvoir continuer à jouer. Mais j’ai terminé la saison dernière dans un bon état de forme donc je me suis dit, pourquoi ne pas prolonger d’un an? Nous nous sommes rapidement mis d’accord avec le HBC Nantes et c’est une bonne chose ! Je me sens très bien ici, autant dans la ville que dans le club. Je suis vraiment très content de prolonger l’aventure. Ce sera, à 90%, la dernière saison de ma carrière et j’ai envie de tout donner pour le public, prendre un maximum de plaisir pour terminer au plus haut niveau et encadrer mes jeunes partenaires. J’ai hâte de porter de nouveau le maillot aux trois hermines et retrouver le fabuleux public nantais!»

Il y a 90 % de chance que cette saison soit sa dernière, cela veut dire qu’il reste 10% de chance de le revoir sur les terrains encore un an. Cette hypothèse n’est pas si saugrenue qu’elle n’y parait pour plusieurs raisons. Tout d’abord, cette année se passe très bien physiquement. Ceci étant une condition indispensable à un possible dernier contrat. De plus, avec le noyau de jeunes talents que possède le H – comme O’Brian Nyateu, Nicolas Tournat ou encore Romain Lagarde – Entrerrios pourrait jouer le rôle de formateur (rôle qu’il effectue déjà cette année). Enfin, ses performances sont exceptionnelles. L’espagnol rêve de soulever la coupe d’Europe et si le club de Thierry Anti n’y arrive pas cette année alors que le Final Four se joue à Nantes (et que le H est presque qualifié), rien ne l’empêche d’entamer une dernière saison qui s’assimilerai à une quête ultime du titre européen.

Une seule chose est sûre, les supporters de la Trocardière doivent profiter au maximum de son talent car c’est bien un monument du handball qui va peut-être discrètement se retirer et prendre un repos bien mérité. L’ovation qu’il va recevoir lors de son dernier match à domicile sera à la hauteur de sa carrière : longue et splendide. Il n’y aura pas de joueur comme lui avant de nombreuses années mais son exemplarité et son talent ne seront jamais oubliés.

  1. avatar
    25 mars 2016 a 10 h 22 min
    Par Mouloud

    Bein sport

  2. avatar
    15 avril 2016 a 17 h 28 min

    Très bien écrit !
    Il est vrai qu’Entrerrios est un très bon joueur notamment sur un contre un.
    Cependant, depuis quelques années, il n’ose plus aller au tir alors qu’il possède la plus grosse frappe de l’équipe. Entrerrios et Boja Ffernandez restent pour moi les deux joueurs aux meilleurs comportements qui viennent donner des conseils, disent bonjour aux plus jeunes… Ce qui relève un peu le niveau de mentalité du club (je ne parle pas des supporters) qui reste moyen et décevant. Le niveau sportif n’a en effet rien à voir avec la mentalité, mais certains joueurs arrivent à assimiler les deux et il faut les prendre en exemple.
    Nantes devrait employer des gars comme ça au centre de formation.

  3. avatar
    15 avril 2016 a 17 h 29 min

    Boja Fernandez qui jouait au H il y a quelques années…

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Retrouvez Your Zone sur

Compatible Smartphone & Tablette

Iphone & iPad

Abonnez-vous à la Newsletter