Une intensité infernale aura eu raison de Montpellier
Photo Panoramic

Une intensité infernale aura eu raison de Montpellier

Montpellier s'est incliné face à Veszprem 25 à 30, et est éliminé de la Ligue des Champions de Handball.

Dans une position inconfortable mais tout de même raisonnable, le MHB accueillait donc Veszprem, dans un match qui s’annonçait électrique et intense, ce dimanche. Rappelons que les hongrois s’étaient imposés à l’aller 26-23. De ces deux adjectifs, tous ont bien été présents tout au long de ce quart de finale. De l’agressivité positive de la part des deux côtés a donc rythmé les débats, et, au final, c’est Veszprem qui s’est logiquement imposé face à Montpellier sur le score de 30 à 25, dans un palais des sports René Bougnol chauffé à son maximum par plus de 3000 supporters.

Le fil rouge

En début de première mi-temps, les montpelliérains sont parfaitement entrés dans leur partie, en menant le duel face à des hongrois malmenés dans leur propre défense, et démunis de toutes solutions en attaque face au mur du MHB, avec une défense compacte. Durant toute la première période, les héraultais ont gardé la tête de cette rencontre sans jamais être inquiétés par l’équipe de Veszprem et un Laszlo Nagy autant impuissant que ses coéquipiers. Menés par un Simonet avec des jambes de feu, les montpelliérains se sont tous illustrés dans ce premier acte, et ont entamé ce rêve de Cologne dans toutes les têtes des supporters, présents à Bougnol ou non. D’autant plus que les héraultais étaient, virtuellement, qualifiés pour ce Final Four à la mi-temps, grâce à une avance de quatre buts (15-11).

Mais, après un discours assez virulent du coach espagnol à la mi-temps, les hongrois sont revenus avec de bien meilleures intentions dans cette deuxième période. En effet, ils ont réalisé dix premières minutes de folie pour recoller au score (17-17) et faire oublier tout ce qui avait été réalisé lors du premier acte de cette rencontre. Ce match a été marqué par une intensité physique rare, mais, dans ce deuxième acte, c’est bien la défense hongroise qui était imprenable. Lorsque ce n’était pas l’agressivité de cette défense qui arrêtait le MHB, c’était Alilovic, qui a réalisé trente minutes de feu, à la parade dans les cages. Et enfin, les montpelliérains ont touché par trois fois les montants. En attaque, les hongrois se sont montrés beaucoup plus incisifs et les montpelliérains un peu trop laxistes en défense, laissant des intervalles que les visiteurs ne se sont pas privés de prendre pour virer en tête lors du milieu de deuxième période et petit à petit creuser l’écart. Les montpelliérains ne reviendront jamais et Veszprem valide donc son ticket pour les demi-finales de la Ligue des Champions. Du coté de Montpellier, quelques regrets, mais il était terriblement compliqué de tenir 60 minutes d’une telle intensité, comme on l’a vu en première période. C’est aussi à l’expérience que le club de Hongrie a mené cette double confrontation, et, à la différence des matchs contre Kielce, les héraultais ont eu beaucoup de mal à tenir l’intégralité de la partie à un haut rythme.

Les réactions

Javier Sabaté (entraîneur Veszprem) : “Je félicite mon équipe pour cette qualification pour le final four. Ils (les montpelliérains) nous ont mis en difficulté lors de la première période surtout. Montpellier joue un superbe handball mais notre objectif “tait de gagner la rencontre ce dimanche. Leur défense en 5-1 nous a posé des problèmes, mais nos dix premières minutes de la deuxième mi-temps ont tout changé.”

Alilovic (Gardien Veszprem) : “Je me demandais quel était le discours du coach à la mi-temps, car je m’échauffais, puis j’ai joué mon temps à fond, et surtout, je veux féliciter mon équipe. C’est bien qu’on se soit qualifié et c’est dommage pour cette équipe de Montpellier très jeune mais qui joue très rapidement.”

Patrice Canayer (entraîneur Montpellier) : “Je tiens à féliciter l’équipe de Veszprem, c’était un réel plaisir cette double confrontation et j’ai un immense respect pour ce grand club, j’aime chez eux cette envie de persévérance. Felicitations aux arbitres dans ce match engagé également. Il nous manquait des joueurs comme Grigou et ça a joué. En première mi-temps on s’est mis à un niveau qui peut nous permettre de faire de grandes choses, de très haut niveau, mais on n’est pas capable de tenir 60 minutes comme ça.”

Jure Dolonec : “Bien sûr qu’on est déçu, c’était un grosse occasion qui se présentait à nous, mais je suis d’accord avec mon entraîneur quant à ce parcours que nous avons réalisé. Je ne serai plus là l’année prochaine, mais j’espère qu’ils passeront encore un cap.”

 

Quentin Jacquet (@q_jcqt), depuis le palais des sports René Bougnol.

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Retrouvez Your Zone sur

Compatible Smartphone & Tablette

Iphone & iPad

Abonnez-vous à la Newsletter