Paris à terre, Nantes en vainqueur !
Photo Panoramic

Paris à terre, Nantes en vainqueur !

Encore invaincus avant ce match, les parisiens abordaient ce match avec beaucoup de sérieux. Enorme choc opposant le 1er du championnat au 2ème, les nantais ont infligé une véritable correction aux parisiens pour leur première défaite de la saison. Retour sur ce choc incroyable.

Toutes les conditions réunies pour un énorme choc

Tout était prévu pour que le match soit une énorme affiche : la diffusion en prime-time, l’affrontement entre les 2 meilleurs équipes du championnat mais aussi un record d’affluence. Pour cet énorme choc, la ville nantaise a fait les choses en grand en réquisitionnant la « Hall XXL ». Salle accueillant certains matchs de l’équipe de France durant le Mondial 2017, elle a vu défiler 11 019 spectateurs ce jeudi. C’est la plus grande affluence pour un match de championnat français indoor, record qui appartenait déjà à Nantes pour un match contre Paris. Le public de Nantes étant l’un des meilleurs de France, l’ambiance était électrique. Avec une présentation des joueurs du « H » accompagnée de jets de flammes et d’un DJ sur le terrain, on se croirait presque à un Final Four de Champions League à Cologne. Pour couronner le tout, la paire d’arbitre réquisitionnée était la meilleure disponible avec Thierry Dentz et Denis Reibel.

L’écart rapidement fait

Les Nantais agressent les Parisiens dès le début de la partie, mais les débats restent serrés pendant le 1er quart d’heure. La 16ème minute marque le premier écart conséquent, et celui-ci est en faveur dui « H ». Dominik Klein jusque-là sur 2 échecs fusille Thierry Omeyer à 6mètres pour offrir 4 buts d’avance à Nantes (11-7). L’entrée de Gorazd Skof dans les buts ne change rien et l’écart de 4 buts se stabilisant, Serdarusic est obligé de prendre un temps-mort à la 20ème minute. Après un petit retour du PSG à 2 buts d’écart, Nyokas refait l’écart grâce à des tirs incroyables (avec parfois beaucoup de réussite). La 2ème sortie de Feliho pour 2 minutes ne freine pas le HBCNantes qui continue à défendre de manière incroyable. Pendant l’infériorité numérique, aucun but n’est marqué. La pause est atteinte sur le score de 17-13 en faveur des locaux avec un Cyril Dumoulin déjà à 7 arrêts tandis que le meilleur gardien du PSG ne compte que 2 arrêts (Gorazd Skof).

Un début de mi-temps en forme de coup de massue

Le PSG arrive avec de nouvelles intentions symbolisées par l’entrée de William Accambray qui n’a pas joué depuis longtemps. Mais ça ne fonctionne pas du tout et l’attaque cafouille totalement, offrant 2 contre-attaques faciles aux nantais. Paris est abasourdi par un 5-2 d’entrée de jeu qui les relègue à -7. Le 3ème et dernier temps mort du PSG est posé alors qu’il reste 20 minutes à jouer. La scène à laquelle on assiste est invraisemblable. Le PSG, si séduisant depuis le début de saison, n’aligne pas deux passes et se fait totalement dominé dans l’envie par les nantais. Hormis Gensheimer, seuls Nedim Remili et Luka Stepancic se révèlent dangereux. Le « H » s’envole à +10 à un quart d’heure de la fin du match, et on sait que celui-ci est presque plié. Malgré un léger baroud d’honneur des franciliens, Nantes s’impose dans une ambiance de folie.

Les clefs du match

Eduardo Gurbindo a réalisé une performance hors du commun. Comme d’habitude, l’arrière espagnol n’a pas brillé par des gestes « flashy » ou des coups de canon extraordinaire mais il a un rôle prépondérant dans la victoire de Nantes. Coéquipier de Karabatic à Barcelone, celui-ci le décrivait comme un facilitateur de jeu très discret. En plus de provoquer de nombreux jets de 7 mètres ou décalages à l’aile grâce à son intelligence de jeu, il a scoré. Il a été l’auteur de 6 buts sur 6 tentatives. Dès qu’il est sorti pour souffler, le jeu nantais s’est enrayé et il est re-rentré peu de temps après. Mais en plus de fluidifier le jeu nantais en attaque, il défend pendant tout le match, et sur le poste d’arrière. Ce soir, il avait la lourde tâche de garder Mikkel Hansen. Celui-ci connait un coup de moins bien cette saison (cf : http://www.hand-and-co.fr/dossiers-analyses/mikkel-hansen-baisse-de-regime.html ), mais reste un des meilleurs joueurs du monde. Il l’a totalement asphyxié, le privant de ballon. Gurbindo ne possède pas un physique exceptionnel, mais Hansen jouant très peu de près, cela ne lui a pas été défavorable. Il a réussi à l’empêcher de prendre les shoots, grâce à un QI handball exceptionnel, lui permettant de couper toutes les courses du danois comme s’il lisait dans ses pensées. Gurbindo est un des joueurs les plus sous-évalués du championnat, mais sa performance dans ce choc prouve qu’il est déjà un grand joueur.

Avec Balaguer, Claire et Nyokas à 7 buts chacuns, le « H » a pu diversifier ses attaques face à une défense parisienne en grande difficulté (avec Luka Karabatic qui n’a pas joué). Côté parisien, Gensheimer a surnagé en inscrivant 10 unités (un tiers des buts de son équipe). Les ballons perdus (12) ont coûté trop cher aux parisiens en offrant de très nombreuses contre-attaques aux nantais pour inscrire des buts faciles. Les gardiens franciliens n’ont pas du tout été en réussite, que ce soit Omeyer (5 arrêts) ou Skof (2 arrêts). Dumoulin a lui réalisé 7 arrêts pour le « H », tandis que Siffert a sorti un pénalty de Gensheimer.

Sur le plan comptable, c’est une très bonne opération que réalise Nantes. Les violets reviennent à 1 point de Paris, relançant entièrement la course au titre. Il distance aussi Saint Raphaël de 4 points, soit 2 victoires d’écart. C’est donc une très bonne opération pour les hommes de Thierry Anti qui ont aussi battu Montpellier la semaine dernière. On a senti beaucoup de fatigue côté parisien, subissant le calendrier chargé. Engagés dans beaucoup de compétitions (diverses coupes et champions league), les internationaux parisiens souffrent de l’année post-olympique. Ils n’ont presque pas eu de repos entre la préparation, les JO tandis que le Mondial 2017 approche, épuisant encore plus les organismes. Une petite frayeur concernant Nikola Karabatic, qui souffre à la cheville après que Balaguer lui soit retombé dessus. Le colosse n‘est pas rentré en jeu après cette blessure et on espère que cette cheville douloureuse ne le privera pas du Mondial. Les Nantais s’imposent 37-31 face à l’ogre Parisien qui subit sa première défaite de la saison en championnat dans une hall XXL survoltée.

 

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Retrouvez Your Zone sur

Compatible Smartphone & Tablette

Iphone & iPad

Abonnez-vous à la Newsletter