Le Onze de Légende du FC Barcelone
Photo Panoramic

Le Onze de Légende du FC Barcelone

Fans de PlayStation ou non, qui n'a jamais rêvé de pouvoir aligner un onze inter-générationel composé des meilleurs joueurs ayant évolué dans l'une ou l'autre des ses équipes de coeur ? A ce petit jeu, la pléiade de stars passées par le FC Barcelone se prête parfaitement à l'exercice.

Alors que le Barça (qui compte déjà, entre autres, 5 Ligues des Champions, 5 Supercoupes d’Europe, 23 Ligas et 27 Coupes d’Espagne à son actif) vient tout juste de remporter pour la 3e fois le Mondial des Clubs (victoire 3-0 en finale contre les Argentins de River Plate), la formation catalane est encore un peu plus entrée dans la légende du football en devenant l’équipe la plus titrée de l’Histoire de cette jeune compétition (crée en l’an 2000). L’occasion de s’amuser à voir à quoi pourrait ressembler la “dream-team” du FCB toutes générations confondues. Attention, il ne s’agit pas ici de rassembler les joueurs les plus emblématiques du club, mais plutôt les meilleurs (poste par poste) ayant évolué sous la tunique blaugrana.

1. Ricardo ZAMORA (gardien de but espagnol, né le 21/01/1901)

Souvent imité mais encore jamais égalé, Zamora demeure à ce jour le plus grand portier catalan de l’Histoire. Du haut de son mètre 94, le dernier rempart a été l’une des premières légendes du foot ibérique. Vice-champion olympique en 1920, “Le Divin”, barcelonais de naissance, remporta 2 Coupes d’Espagne avec le FCB (en 1920 et 1922) avant de quitter le club suite à un différend avec l’emblématique président Joan Gamper qui lui refusa une augmentation de salaire… Ironie du sort, le dernier match de sa carrière fut la finale de Coupe d’Espagne 1936, une rencontre durant laquelle il signa plusieurs arrêts décisifs, permettant ainsi à son équipe… le Real Madrid, de s’imposer face au… Barça ! En son hommage, le trophée Zamora récompense chaque année le gardien le plus efficace du championnat espagnol. Remplaçants: Zubizarreta, Vitor Baia ou Victor Valdes.

2. Lilian THURAM (défenseur latéral droit français, né le  01/01/1972)

Bien évidemment, on ne parle pas ici du Thuram en fin de carrière que le Barça a connu. En revanche, en termes de qualités intrinsèques et de palmarès, difficile de trouver le nom d’un arrière droit plus prestigieux que celui du Guadeloupéen dans l’effectif historique des Catalans. Champion du monde 1998 avec la France et recordman de sélections chez les Bleus avec 142 capes, “Le Philosophe” n’a malheureusement gagné qu’une seule Supercoupe d’Espagne (en 2006) dans les rangs barcelonais. Remplaçants: Dani Alves, Albert Ferrer, Zambrotta ou Reiziger.

3. Frank DE BOER (défenseur latéral gauche hollandais, né le 15/05/1970)

A cette position, d’autres seraient plus légitimes que le Hollandais d’un point de vue emblématique. Néanmoins, à l’instar de Thuram sur le flanc droit, De Boer est certainement le nom le plus “ronflant” à pouvoir être couché sur cette feuille de match virtuelle au poste d’arrière gauche. Vainqueur du triplé Champions League – Coupe Intercontinentale – Supercoupe d’Europe avec le grand Ajax de 1995, joueur de champs le plus capé de la sélection batave, ce joueur (qui évoluait le plus souvent dans l’axe ou en tant que libéro) possédait une excellente frappe de balle. Chez les Blaugranas, avec lesquels il a été champion d’Espagne en 1999, on le considérait comme le digne successeur d’un autre Néerlandais, un certain Ronald Koeman… Remplaçants: Jordi Alba, Sergi, Abidal ou Sylvinho.

4. Ronald KOEMAN (défenseur central hollandais, né le 21/03/1963)

Champion d’Europe des nations en 1988, ce robuste stoppeur est connu de tous pour sa frappe de balle d’une lourdeur phénoménale. Le Barça lui doit d’ailleurs une ligue des champions, et pas des moindres, la toute première du club ! Le 20 mai 1992 dans l’enceinte “old-school” de Wembley, on jouait en effet la 112e minute d’une finale fermée et pauvre en opportunités de but entre le FC Barcelone et la Sampdoria de Gênes, lorsque Ronald catapulta un coup-franc surpuissant dans les filets de Gianluca Pagliuca (le portier génois). Quadruple vainqueur de la Liga et auteur de 88 buts en 264 parties sous les couleurs catalanes, “Tintin” Koeman figure forcément au sein des “all-stars” historiques du club, et ce, quel que soit le critère de sélection retenu pour composer l’équipe (talent intrinsèque, palmarès et/ou contribution à l’Histoire du club). Remplaçants: Rafael Marquez, Mascherano ou Miguel-Angel Nadal (l’oncle de qui vous savez).

5. Carles PUYOL (défenseur central espagnol, né le 13/04/1978)

Révélé en 2000 au sein de la “Roja-junior” vice-championne olympique lors des Jeux de Sydney, Carles constitue assurément l’un des joueurs les plus représentatifs de l’âme barcelonaise. Figure de proue de l’arrière garde de l’équipe d’Espagne, championne d’Europe (2008) puis du monde (2010), ainsi que de celle du mythique Barça de Guardiola, auteur du légendaire sextuplé: C1 + Mondial des Clubs + Liga + Copa del Rey + Supercoupes d’Europe et d’Espagne en 2009, “Tarzan” est (avec 593 parties au compteur dont 392 en Liga) le 2e homme le plus capé de l’Histoire du FCB. Fan de hard-rock, au style de jeu aussi agressif que la musique qu’il écoute, Puyol est LE capitaine emblématique des Blaugranes, un rôle qu’il a tenu à merveille, avec classe et brio, pendant une décennie de 2004 à 2014. Remplaçants: Piqué, Popescu, Laurent Blanc ou encore Fernando Couto.

6. XAVI Hernandez (milieu défensif espagnol, né le 25/01/1980)

Lui-aussi membre de l’équipe ibérique olympique de 2000, Xavier Hernandez détient le record d’apparitions sous le maillot bleu-grenat toutes compétitions confondues: 767 matchs dont 505 rien qu’en Liga! Milieu défensif ou relayeur, il est le symbole de tous les succès et de toutes les conquêtes de la Roja mais aussi du Barça des années 2000-2010 avec 8 titres de champion et 3 coupes d’Espagne et, bien entendu, 4 Champions Leagues, 2 Euros ainsi que le titre mondial de 2010. Connu, et reconnu à juste titre pour sa vista, sa technique, son sens tactique et son incomparable qualité de passes qui lui vaut le surnom de “Maquina” (la machine), Xavi a frôlé le Ballon d’Or à 3 reprises (3e en 2009, 2010 et 2011). Remplaçants: Neeskens, Guardiola ou Davids.

7. Diego MARADONA (milieu offensif droit argentin, né le 30/10/1960)

Là encore, tout comme pour De Boer et Thuram, la présence de Maradona au sein de ce “onze-majeur” peut être sujette à discussion car le feu-follet argentin n’a certainement pas marqué l’Histoire du club comme il aurait pu le faire… Toutefois, comment ne pas inclure l’un des deux ou trois plus grands génies de ce sport dans une équipe-type de ce genre sans s’en mordre les doigts ? Maradona et le Barça c’est une histoire d’amour avortée ! Débarqué de Boca Juniors en 1982, le fantasque sud-américain fut souvent la cible préférée des défenseurs espagnols lors de son passage en Liga. Le Basque Goikoetxea lui brisa ainsi volontairement la cheville. Une blessure grave qui empêcha le “Pibe de Oro” de jouer pendant plus de 6 mois. Une période de déprime pendant laquelle l’Argentin avouera finalement, des années plus tard, avoir commencer à consommer de la cocaïne… En outre, en 1984, il fut à l’origine d’une bagarre générale lors de la finale de la Coupe du Roi, match où “Maradroga” retrouvait d’ailleurs Goikoetxea (son bourreau de la saison précédente). Même si cet épisode houleux sonna le glas de la relation tumultueuse entre “Dieguito” et le Barça, tout ne fut pas négatif en Catalogne pour le champion du monde 1986 qui inscrivit notamment 38 buts en 58 matchs, tout en remportant la Coupe en 1983 (de surcroit aux dépends du Real) et en étant même (malgré tout) élu meilleur joueur de Liga la même année! Remplaçants: Luis Figo ou Luis Enrique.

8. Andrés INIESTA (milieu relayeur espagnol, né le 11/05/1984)

Mileu relayeur de poche, Iniesta est l’autre visage du parfait tandem qu’il formait avec son compère Xavi au sein de l’entre-jeu catalan. A l’instar de ce dernier, Andrés est également doté d’une fine technique doublée d’une excellente vision du jeu. Plus offensif que Xavi, “El Cerebro” (le cerveau) a marqué de nombreux buts décisifs, notamment celui qui terrassa Chelsea lors de la Ligue des Champions 2009 alors que le Barça était alors à deux doigts de l’élimination, ou encore (bien évidemment) le but du sacre mondial espagnol au bout du suspense de la prolongation lors de la finale de la Coupe du Monde 2010, année où “Don Andrés” passa même à un cheveu du Ballon d’Or (2e). Remplaçants: Schuster, Deco ou Fabregas.

9. RONALDO (avant-centre brésilien, né le 22/09/1976)

Est-ce qu’on peut vraiment marquer l’Histoire d’un club en n’y ayant évolué qu’une seule saison? Ronaldo prouve que oui. Même s’il mériterait de toute façon de figurer dans cette dream-team uniquement du fait de son talent, “O Fenomeno” (le phénomène) a également réussi la prouesse de laisser son emprunte (et quelle emprunte!) au Barça en l’espace de 12 petits mois, de juillet 1996 à juin 1997. Lors de son 1er match, il signa ainsi un doublé en Supercoupe d’Espagne avant de faire ses adieux à l’occasion de la finale de la Coupe des Coupes 1997 contre le PSG, finale durant laquelle il fut l’unique buteur. Entre temps, il avait marqué la bagatelle de 47 buts en 49 matchs dont un, qui restera dans les annales, au terme d’une chevauchée phénoménale (comme son surnom l’indique) après avoir traversé tout le terrain balle au pied ! Remplaçants: Romario, Stoichkov ou Eto’o.

10. Lionel MESSI (meneur de jeu argentin, né le 24/06/1987)

A tout seigneur, tout honneur, le N.10 de cette formation de gala revient fort légitimement au quintuple Ballon d’Or argentin. De fait, parmi les nombreuses pépites issues de la “Masia” (le centre de formation du FCB), “La Pulga” (la puce) est sans aucun doute la plus belle. Dribbleur prodige, buteur prolifique mais aussi passeur au talent incroyable, inutile de vous le présenter en détails. Avec le Barça, Leo Messi a tout gagné. Déjà auteur de 425 buts en 500 rencontres (série en cours) pour le compte de la maison barcelonaise, si le FCB a autant dominé le foot européen sur les 10 dernières années, c’est en grande partie grâce à lui. Champion olympique en 2008, seule la Coupe du Monde manque encore à son fabuleux palmarès pour qu’il soit un jour considéré comme le plus grand footballeur de tous les temps. Remplaçants: Ronaldinho, Neymar, Hagi ou Laudrup.

11. Johan CRUYFF (ailier gauche hollandais, né le 25/04/1947)

Pour compléter ce onze de folie, le Hollandais volant s’impose dans le couloir gauche de l’attaque. Considéré comme le plus grand joueur néerlandais (avec Marco Van Basten) et comme l’un des plus grands de tous les temps (aux côtés de Pelé, Beckenbauer et Maradona), Cruyff relança un Barça qui n’était alors plus que l’ombre de lui-même. En effet, à son arrivée en 1973, les Catalans n’avaient plus remporté le titre de champion depuis plus de 10 ans (1960). Sous son impulsion, le club retrouva le trône espagnol dès le printemps 1974. Pour sa dernière saison au Barça, “El Flaco” (surnommé ainsi en raison de son physique longiligne) remporta également la coupe en 1978. In fine, sur le plan des titres, son bilan barcelonais n’est pas si impressionnant que d’aucuns pourraient le penser. En réalité, c’est surtout son attachement sans faille envers l’institution FCB qui a contribué à forger la fantastique aura du joueur “oranje” (vice-champion du monde 1974) en Catalogne. Remplaçants: Rivaldo, Luis Suarez-Miramontes ou Thierry Henry.

Coach : Pep GUARDIOLA (né le 18/01/1971)

Pour encadrer cette équipe digne d’un jeu vidéo, un nom s’impose: Guardiola, l’homme de l’impensable “grand-chelem” réalisé par le FC Barcelone en 2009. Ancien métronome de l’équipe en tant que joueur dans les années 1990, Pep s’est ensuite mué en un technicien de haut-niveau, aujourd’hui considéré comme l’un des deux ou trois meilleurs de la planète. Actuellement en poste au Bayern de Munich, le fringant entraineur catalan est d’ailleurs pressenti pour prendre les commandes de l’ambitieuse formation de Manchester City dès la saison prochaine. Mais nul doute que, tôt ou tard, il finira par revenir à la maison ;)

Le Onze de Légende du FC Barcelone

 

  1. avatar
    21 décembre 2015 a 14 h 50 min
    Par Guga57

    Je dédicace cet article à mon pote Johann Culianez (un ancien footballeur professionnel de Sochaux, Sedan et Virton), fan inconditionnel du Barça, qui se bat actuellement pour revenir au top après un grave accident. Forza mon Jojo, keep fighting !!! ;)

  2. avatar
    21 décembre 2015 a 17 h 25 min
    Par Cullen

    L’équipe-type pour l’Euro 2016, l’équipe-type du Barça, l’équipe-type du début de saison, y a pas d’autres sujets qui mériteraient d’être développés ? Je dis ça sans aucune agressivité, surtout si c’est une dédicace, mais je trouve assez puéril ce type d’article, et les sujets de fond ne manquent pourtant pas. En plus, ce genre d’exercice est toujours très subjectif ( et quelque part bien inutile ), comparer les époques étant extrêmement difficile au regard de l’évolution des règles, des compétitions, de la technologie ou de la concurrence. D’autres comme Suarez ( celui des années 60′ ), Kocsis, Migueli, Krankl, Bakero, Simonsen ou Ronaldinho auraient pu être cités également, et certains joueurs ne peuvent carrément pas ne pas figurer sur cette liste. Je pense en particulier à Stoïtchkov, Laudrup, Romario, et surtout Kubala que les socios ont élus il y a quelques années meilleur joueur de tous les temps devant Cruyff et Maradona, c’est dire…

    Désolé pour l’auteur, j’ai passé une très mauvaise journée :-)

    • avatar
      22 décembre 2015 a 2 h 13 min
      Par Nicolas

      Sans manquer de respect à Guga que j’admire beaucoup, je dois reconnaître que Cullen a raison il y a tant de sujets à traiter que de parler toujours du passé est quelque chose d’un peu réducteur.

      plus de créativité est la marque d’un blog qui vit car si cela continue cela va devenir ennuyeux.

      Le réal de Madrid a battu le record de but dans un match avec 10 à 2 contre le Rayo vellecano.

      • avatar
        22 décembre 2015 a 10 h 33 min
        Par Cullen

        Ca n’est pas tellement le fait de ressasser le passé qui me gêne, d’ailleurs on dit souvent qu’il faut bien le comprendre pour construire l’avenir, mais pas forcément en l’abordant de cette manière, à travers une simple équipe-type fictive. Désolé malgré tout d’avoir été si véhément, au final c’est bientôt Noël et ce genre d’article très “léger” se prête finalement assez bien à la période des fêtes.

        • avatar
          22 décembre 2015 a 11 h 32 min
          Par Guga57

          Salut Nico, salut Christian (sans rancune, la critique fait logiquement partie du jeu quand on décide de poster ses articles en ligne)
          A ma décharge, c’est la 1ere fois que je m’amuse à faire un article de ce genre… et puis, comme le dit Christian, je trouvais que cela correspondait assez bien à la période actuelle des fêtes de fin d’année:
          à savoir : un sujet léger (mais néanmoins en lien avec l’actualité vu que le Barca a gagné le Mondial des Clubs ce week-end) et une équipe tout simplement hallucinante sur le papier… pour “vendre du rêve” !!! ;)
          Sinon, pas d’inquiétudes messieurs, je prépare d’autres articles, sur d’autres sujets. Ceci-dit, je continuerai à poster (de temps en temps) une ou deux dream-teams par ci par là en fonction de l’actu.
          En attendant, joyeux noël a tous !

        • avatar
          22 décembre 2015 a 11 h 33 min
          Par Guga57

          Merci pour ton commentaire Kamel !

    • avatar
      22 décembre 2015 a 11 h 19 min
      Par Guga57

      Salut Christian, dsl mais je ne suis pas responsable de la publication des articles du site… Comment aurai-je pu savoir que 2 autres articles du même genre allaient paraitre le même jour ?
      Sinon oui, je suis d’accord avec toi quant à la subjectivité de ce genre de dream-team et le côté “puéril” de la chose. J’avoue même avoir pris un plaisir assez enfantin a l’écrire… Mais c’est justement ce qui le charme de ce genre d’exercice, non ?
      Pour ma défense, je dirai juste que j’ai essayé de composer l’équipe disons la plus “clinquante”, voire même la plus “bling-bling” possible avec un maximum de joueurs Ballon d’Or et/ou champion du monde.
      Enfin, j’aurais effectivement pu citer les grands noms que sont Kubala, Kocsis ou Simonsen. Mea culpa… Par contre, Romario, Stoichkov et Laudrup sont bel et bien cités en tant que remplaçants ;)
      PS: j’espère que ta journée d’aujourd’hui sera meilleure que celle d’hier ;)

  3. avatar
    21 décembre 2015 a 17 h 40 min
    Par NZK777

    Felicitation Guga57,tu nous as habitué a un style tres epure,des sujets toujours aussi interressant,avec a chaque fois des tournures de phrases dignent d’un professionnel.Je reitere mes felicitations.
    Je m’associe aussi aussi a la pensee que tu as pour Johann,dont la comabativite et le courage ne cessent de faire reculer son handicap.

    • avatar
      22 décembre 2015 a 11 h 33 min
      Par Guga57

      Merci pour ton commentaire Kamel !

  4. avatar
    23 décembre 2015 a 1 h 19 min
    Par Nicolas

    On a tellement troublé Guga qu’il a fait un doublon sur le site, passe de bonnes fêtes mon pote.

    • avatar
      24 décembre 2015 a 9 h 41 min
      Par Guga57

      Mais non Nico, pas de souci, simple fausse manip ;)
      Joyeux noël à toi aussi fidèle lecteur !

  5. avatar
    23 décembre 2015 a 13 h 44 min

    Salut Guga,

    Très subjectif, moi j’aurais mis cela avec également Pep Guardiola en coach

    Zamora – Alves, Puyol, Koeman, Abidal – Xavi, Iniesta, Kubala – Messi, Cruyff, Ronaldo

    Remplaçants : Zubizarreta, Deco, M. Laudrup, Ronaldinho, Romario, Eto’o, Stoitchkov

    Maradona fut le plus grand talent ayant jamais joué au Barça, mais il a moins marqué le club que Kubala, soleil des Blaugrana entre 1950 et 1961, et meilleur joueur de Liga avant que Di Stefano ne le détrône à partir de 1953.

    • avatar
      24 décembre 2015 a 9 h 38 min
      Par Guga57

      Salut Axel,

      C’est toujours subjectif par essence, je dirai, quand on “compose” une équipe de ce type. Par rapport au onze que tu proposes par exemple :

      D’un côté tu exclus Maradona car il a moins marqué le club que Kubala mais de l’autre tu mets quand même Zamora dans les buts alors que lui-aussi a moins marqué l’Histoire du Barca que Zubizarreta. Paradoxal, non ?

      Après, je me répète, mais comme je le précise d’emblée dans l’article, le critère N.1 était le mix « talent/palmarès », voire même tout simplement le côté « pop » et la renommée des joueurs choisis.

      Le but était simplement d’aligner l’équipe avec les joueurs les plus «VIP» ayant un jour porté le maillot du Barça et non pas forcément ceux qui ont le pluss marqué l’Histoire du club…

      Mais bon, je constate quand même que tu es d’accord avec 80% des joueurs que j’aligne dans le onze de base et 100% de mes remplaçants ! ;)

      Sur ce, joyeux noël a tous :)

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Retrouvez Your Zone sur

Compatible Smartphone & Tablette

Iphone & iPad

Abonnez-vous à la Newsletter