SL Benfica, l’incarnation du « made in Benfica »
Photo Panoramic

SL Benfica, l’incarnation du « made in Benfica »

Le président du Sport Lisboa e Benfica avait promis il y a moins de 2 ans l’incarnation d’un Benfica « made in Benfica ». C’est un processus qui semble aujourd'hui être bien mis en place.

Très souvent critiqué ces dernières années pour ne pas utiliser son centre de formation pourtant très performant, le SL Benfica -le club le plus titré du Portugal- s’est lancé récemment dans une nouvelle ère : celle de la formation. Focus.

Un centre de formation unique

Le 22 septembre 2006, le Sport Lisboa e Benfica inaugure son propre centre de formation à Seixal, une ville située de l’autre côté du Tage à Lisbonne. Ce complexe s’étend sur 19 hectares, dispose de 9 terrains de football. Sept équipes de formations y sont réunies et deux équipes professionnelles s’y entraînent. Il s’appuie sur un hôtel de 62 chambres en plein centre du campus pour les jeunes du centre et regroupe les technologies les plus avancées afin d’améliorer les capacités physiques des joueurs (Benfica Lab et 360s training machine).

Le centre de formation a récemment fêté ses 10 ans. Un constat est à faire, comme le présente le slogan du campus : « Formar a ganhar » (« former à gagner »). Depuis l’inauguration du « Caixa Futebol Campus », 41 titres à l’échelle du district de Lisbonne ont été remportés, 10 titres nationaux par les jeunes de la formation et une équipe est présente dans le dernier carré de l’UEFA Youth League à chaque édition. Au fil des années, 19 jeunes joueurs ont intégré l’équipe principale après avoir été formés au Campus de Seixal. Cependant, seulement 9 joueurs ont réalisé plus de 10 matchs avec l’équipe A du club.

Le centre de formation et d’entraînement est également le lieu où travaillent les équipes de football professionnelles du Sport Lisboa e Benfica. Depuis l’inauguration du Campus, ces dernières ont remporté 4 championnats nationaux, 1 Taça de Portugal (équivalent en France de la Coupe de France), 2 Supertaças (équivalent en France du Trophée des Champions) et 7 Taças da Liga (équivalent en France de la Coupe de la Ligue).

Caixa Futebol Campus a été élue meilleure académie du monde en 2015.

Benfica, sous les ordres de Jorge Jesus (2009-2014)

Les Portugais sont chauvins. Alors lorsque nous possédons un centre de formation unique, performant et à la pointe de la technologie mais que l’entraîneur de l’équipe n’est pas de ceux qui donnent leur chance aux jeunes joueurs du club mais plutôt à des jeunes sud-américains, il se retrouve très critiqué. En l’occurrence, Jorge Jesus, malgré son très beau travail à la tête de l’équipe principale (3 fois vainqueurs du championnat portugais, 5 fois de la Taça da Liga, 1 fois de la Taça de Portugal, 1 fois de la Supertaça et 2 fois finaliste de l’Europa League en 6 saisons), fut durant une longue période vivement discrédité par les Benfiquistas pour ne pas faire progresser les jeunes pépites du centre. Les exemples ne manquent pas avec Bernardo Silva (AS Monaco), Ivan Cavaleiro (AS Monaco), André Gomes (FC Barcelone) et João Cancelo (FC Valence) qui ont dû s’exiler après seulement quelques rencontres de championnat avec leur club de formation…

Les ventes de ces joueurs ainsi que des éléments importants de l’équipe principale (Garay, Di Maria, Javi Garcia, Witsel…) ont rapporté d’énormes sommes d’argent au club. Elles ont permis de le renflouer et d’investir dans la formation. Touchée par la crise et par la fameuse affaire du TPO qui a bouleversé les clubs portugais, l’institution benfiquista se trouvait clairement en danger.

2015, le début d’une nouvelle ère

Lorsque Jorge Jesus part du côté du Sporting Portugal, Luís Filipe Vieira président du SLB depuis 2003 décide de miser sur Rui Vitória, alors entraîneur du Vitória Guimarães et ancien entraîneur de l’équipe B du Benfica Lisbonne entre 2004 et 2006. Avec ce choix, Luís Filipe Vieira, responsable de la construction du Caixa Futebol Campus -« la prunelle de mes yeux » selon ses propos-, lance une nouvelle ère et décide de miser sur la formation.

En 2015, Rui Vitória devient l’entraîneur de l’équipe principale du Sport Lisboa e Benfica. C’est un choix judicieux et pertinent de placer à la tête de l’équipe une personne qui connait le club et ses jeunes joueurs. Surtout avec votre intention de former un Benfica « made in Benfica »… En 2014, Luis Filipe Vieira annonce qu’il a pour objectif que l’équipe principale du Benfica Lisbonne soit composée à 60/70% de joueurs formés au club. C’était la volonté profonde d’Eusébio, décédé quelques jours avant ces déclarations. Il déclare également que « tous seront de la maison », en hommage à Eusébio qui critiquait le fait qu’il y ait peu de joueurs portugais au club. Il assure aussi que « quelque chose est en train de changer à Benfica ». Ces annonces ne sont pas passées inaperçues au Portugal et rejoignaient le désir absolu de bons nombres de Benfiquistas.

Dès son arrivée et comme c’était prévu, Rui Vitória se rend aux matchs de l’équipe B pour y dénicher des pépites à intégrer dans l’équipe principale. L’entraîneur portugais ne perd pas de temps et met en place le processus « made in Benfica » dès le début de la saison. Le coach intègre très rapidement Nelson Semedo (22 ans et jeune pousse de l’équipe B) dans l’équipe principale en raison du départ de Maxi Pereira vers le FC Porto. Le jeune Portugais s’installe confortablement dans le dispositif de Rui Vitória et reste titulaire tout le long de la saison. Gonçalo Guedes, jeune Portugais du centre de formation -qui avait intégré l’équipe A sous Jorge Jesus- gagne du temps de jeu, marque ses premiers buts en championnat et en Ligue des Champions, devenant le plus jeune joueur portugais à marquer dans les phases de groupes de la LDC et le joker de luxe de l’équipe.

Cette même première saison de Rui Vitória est marquée par l’arrivée dans l’équipe principale du très jeune Renato Sanches fin 2015. Il devient rapidement le joueur providentiel de l’équipe, contrôle le milieu de terrain et est le grand artisan de la conquête du 35ème titre de champion du Portugal. Début 2016, en raison des blessures de Luisão et de Lisandro López, Rui Vitória fait appel au jeune Suédois Victor Lindelöf, défenseur central de l’équipe B. Souvent titularisé lors de la fin de saison, il est aujourd’hui le pilier de la défense lisboète. Début 2016 également et à la veille du match très attendu contre le Sporting Portugal, Julio César gardien titulaire se blesse à l’entraînement. Il est remplacé par le jeune gardien brésilien de l’équipe B Ederson Moraes. Ce dernier a disputé toute la fin de saison avant d’être convoqué par Dunga pour la Copa América Centenário.

Semedo, Guedes, Renato, Lindelöf et Ederson sont tous des jeunes joueurs qui ont intégré depuis leur plus jeune âge -ou bien durant leur adolescence- le centre de formation. Ils ont tous porté les couleurs du Benfica en seconde division avec l’équipe B avant d’intégrer l’équipe principale et de participer à la conquête du 35ème titre de champion. Ce sont tous des purs produits de l’académie du Benfica Lisbonne, qui ont prouvé leur talent en première division portugaise et sur la scène européenne. A ce jour, seul Renato Sanches n’est plus présent au club mais à tous sont promis un avenir radieux. Tous sont suivis par les plus grands clubs européens et devraient prochainement quitter la maison.

Après l’éclosion de ces jeunes du centre de formation lors de la saison 2015-2016, Rui Vitória à décider de miser de nouveau sur le Caixa Futebol Campus. André Horta, qui a réalisé toute sa formation à Seixal avant de partir du côté de Vitória Setúbal à l’âge de 17 ans, est revenu cet été au club. Le jeune Portugais a pris la place de Renato Sanches dans le dispositif de Rui Vitória et fait le bonheur du club en ce début de saison. Un début de saison qui fut catastrophique pour la ligne offensive en raison des blessures de Jonas, Mitroglou, Raúl Jimenez et Rafa. Rui Vitória est donc allé chercher dans l’équipe B José Gomes, à peine élu meilleur buteur et meilleur joueur de l’Euro -17 ans remporté par la sélection portugaise. Le jeune est au centre de formation de Benfica depuis l’âge de 13 ans et porte déjà les couleurs du club en seconde division. Il a joué quelques fins de matchs et cet autre produit de la formation Benfiquista, âgé de seulement 17 ans, est considéré comme le futur grand attaquant du club et de la sélection championne d’Europe.

Un mécanisme durable

Le processus est donc bien en place, d’autant plus que la formation du club lisboète n’a pas fini de nous surprendre… Plusieurs joueurs de l’équipe B progressent et pourraient très rapidement frapper à la porte du bureau de Rui Vitória à l’instar de Guga Rodrigues, Gilson Costa, Dálcio Gomes, Ruben Dias, João Carvalho et Diogo Gonçalves. Sans oublier certains jeunes produits de l’académie, partis en prêt cette saison comme Hildeberto Pereira (Nottingham Forest), Nuno Santos (Vitória Setúbal) et João Teixeira (Wolverhampton).

De plus, même si Benfica mise énormément sur la formation, les dirigeants n’ont pas abandonné leurs cellules de recrutement présentes dans le monde entier… Ainsi dernièrement, des jeunes ont intégré directement l’équipe B du club comme le défenseur central croate Branimir Kalaica (ex-Dinamo Zagreb B), âgé de 18 ans et qui pourrait intégrer l’équipe A en cas de départ de Victor Lindelöf. Il y a aussi le jeune attaquant serbe de 18 ans Luka Jović (ex-Etoile Rouge de Belgrade) qui est très attendu. L’autre pépite serbe de 20 ans, Andrija Živković (ex-Partizan Belgrade), a de son côté intégré directement l’équipe principale du club.

Le SL Benfica il y a quelques années était critiqué par ses supporters mais aussi par le Portugal entier. La raison : ne pas s’appuyer sur des joueurs portugais dans son effectif (ou très peu) et donc ne pas garnir la Selecção de nouveaux joueurs, à l’inverse du Sporting Portugal qui mise sur sa formation (Luís Figo, Nani, Quaresma, Cristiano Ronaldo…) et du FC Porto (Ricardo Carvalho…). Grâce à la nouvelle politique du président, ce constat change (les équipes de jeunes de la sélection portugaise sont majoritairement constituées autour des joueurs du centre de formation du Benfica).

Former un Benfica « made in Benfica » est la priorité du président et des dirigeants actuels. Nous ne savons pas combien de temps Rui Vitória restera (Luís Filipe Vieira assure que Rui Vitória est « parfaitement identifié avec Benfica et le projet du club et qu’il va continuer au club pour plusieurs années » tout en étant préparé au départ de l’entraîneur) mais la politique mise en place lors de son arrivée et facilitée par son engagement et son rapport auprès des jeunes du centre de formation semble bien s’ancrer dans l’ADN du club.

La formation du Sport Lisboa e Benfica sortait de véritables pépites mais ne les faisait pas évoluer en équipe principale. Ces dernières ont quitté le club sans avoir démontré leur talent. Cette tendance a donc changé avec la nouvelle politique mise en place par les dirigeants, pour le plus grand bonheur des supporters. Désormais, les jeunes pépites portugaises ou étrangères du Campus de Seixal -dans lequel le club va encore investir d’énormes sommes d’argent pour augmenter sa capacité et l’améliorer- vont pouvoir avoir leur chance en équipe A et compte tenu du vivier important, nous n’avons pas fini d’entendre parler du Benfica Lisbonne sur la scène internationale.

  1. avatar
    30 octobre 2016 a 19 h 52 min
    Par Benfica à vie

    D’accord avec l’article, Jorge Jesus a préféré faire venir des joueurs sud américain que de compter sur la formation benfiquiste.

    Inversement, le rival Sporting à plutôt compter sur sa formation avec un milieu made in Sporting, et le travail porte ses fruits.

  2. Pingback: Gonçalo Guedes et la marche de l’empereur - beIN SPORTS Your Zone - Partagez votre passion et votre expertise du sport

  3. Pingback: Gonçalo Guédes va rejoindre le Paris Saint-Germain – Le Scriptio

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Retrouvez Your Zone sur

Compatible Smartphone & Tablette

Iphone & iPad

Abonnez-vous à la Newsletter