Hector Herrera, la nouvelle merveille du FC Porto
Photo Panoramic

Hector Herrera, la nouvelle merveille du FC Porto

Après avoir réalisé une année 2014 pour le moins réussie, Hector Miguel Herrera Lopez a accompli la saison de la confirmation en 2015. Le milieu de terrain du FC Porto attire l'intérêt de tout les grands clubs européens. Portrait.

Javier « Chicharito » Hernandez, Giovanni Dos Santos, Guillermo Ochoa et autres sont depuis quelques années des représentants du football mexicain en Europe. Mais cette année, Hector Herrera est en train de se faire un nom sur le Vieux Continent. El Zorrillo est devenu aujourd’hui l’un des piliers incontestables du FC Porto en seulement une saison. Son ascension est impressionnante et tuos les cadors européens sont à ses pieds.

L’hésitation entre le football et le cyclisme

Hector Miguel Herrera Lopez naît le 17 avril 1990, à Tijuana, ville située à la frontière américaine. Comme tout joueur ayant une histoire atypique, le jeune prodige est fan de football. Mais, contrairement aux autres enfants, il hésite entre le ballon rond, le cyclisme et l’équitation. En ce qui concerne le vélo, le jeune Hector participe aux courses locales et a pour référence Quintana, une idole du côté de Tijuana. Il a réussi à en remporter quelques-unes avec une particularité, l’état de son vélo comme le rappelle son ami d’enfance, Norberto Pichardo.

Il avait toujours le vélo le plus pourri”  avait-il confié.

Suite à cet essai du cyclisme, Hector décide de choisir le foot. Il améliore sa technique sur les plages paradisiaques de Playas Rosarito et les terrains environnants. Il a pu être remarqué après une journée de détection de Pachuca. Pendant trois ans, il a bénéficié d’un suivi individualisé en améliorant sa condition physique, sa technique et son hygiène de vie pour « polir le diamant ». Le jeune milieu de terrain fait ses débuts en équipe première quelques années plus tard, après avoir été prêté en D2 mexicaine, en juillet 2011 avec à la clé une victoire (4-1) contre Santos Laguna.

Dès son intégration au centre de formation, on a entrevu qu’il serait un joueur de niveau international” se rappelle Andrès Fassi.

L’étape FC Porto

Son talent était trop grand pour pouvoir s’améliorer dans le championnat mexicain. En 2012, le Tournoi de Toulon, compétition pour les jeunes équipes nationales, fut le tournoi de la révélation pour Hector. Sa sélection se révèle en gagnant le tournoi contre la Turquie (2-1), pendant que la France termine 4ème. Il s’illustre aux yeux des mordus de football avec Marco Fabián, auteur de 7 buts en 5 matches. Après avoir remporté ce tournoi prestigieux, les hommes de Luis Fernando Tena se sont offerts un titre encore plus symbolique, le tournoi des Jeux Olympiques contre la Selecao de Neymar et Thiago Silva. Malgré des blessures durant ses JO, le pilier de la Tri a réussi à se révéler aux yeux des plus grands tels que Manchester United, Liverpool, Arsenal,Valence, l‘AC Milan et l’Ajax.

Mais un an plus tard, l’espoir du football mexicain choisit le FC Porto pour 8M€. La politique de recrutement de ce club est importante du coté du championnat mexicain : Diego Reyes a débarqué de Club America pour rejoindre son compatriote. Avant lui, le désormais ex-capitaine des Dragons, Jackson Martínez, qui évoluait à l’époque aux Jaguares Chiapas, ralliait le Portugal. Un excellent choix de rejoindre une équipe de cette envergure étant donné que de nombreux joueurs talentueux avant lui (Anderson, James Rodriguez, Danilo) ont pu s’y développer en ayant un temps de jeu bénéfique à leur progression.

L’international mexicain a confirmé, aux côtés de Julen Lopetegui, toutes les attentes dans une équipe respectée par l’Europe entière et avec un jeu attrayant. Pour sa première saison, son intégration fut discrète en faisant la navette entre l’équipe A et la réserve (17 matches contre 8). En équipe première, l’apprentissage est difficile avec des matchs en Ligue des Champions et en Europa League mais il assume les difficultés et continue son apprentissage.

Je me suis engagé et je dois travailler deux fois plus dur pour justifier les attentes” Hector Herrera durant sa présentation au FC Porto.

L’interlude Mexique

Le natif de Tijiuana fait bien sûr partie du voyage pour le Mondial 2014. La Tri est une habituée des phases finales. Encore mieux, elle fait partie des 3 seules équipes à atteindre à chaque fois les huitièmes depuis l’épisode américain en 1994 avec l’Allemagne et les Auriverdes. En suivant la logique, la sélection du Mexique devait sortir d’une poule difficile comportant le Brésil, la Croatie et le Cameroun.

Les champions olympiques feront un mondial pour le moins impressionnant en ayant résisté au pays hôte, et en sortant victorieux des joutes contre la Croatie et le Cameroun. Le parcours s’arrête en huitième de finale contre le futur 3ème de la compétition, les Pays-Bas. Ce match était époustouflant et fut l’un des matchs de cette Coupe du Monde. Mais si le Mexique a procuré autant de plaisir, c’est en partie grâce au rookie de Porto. Un joueur tel que Rio Ferdinand, devenu consultant pour la BBC, était impressionné par les prouesses de ce joueur de 25 ans.

Un milieu central multi-fonctions comme un four dernier cri. Vision du jeu, créatif, box-to-box et leader naturel, il a tout du joueur complet. Véritable athlète avec une endurance proche de celle de Blaise Matuidi (12 à 13 kilomètres en moyenne pour la saison 2013/14), à l’aise balle au pied, il dispose d’une qualité de passes au-dessus de la moyenne lui permettant de distribuer des caviars à ses partenaires après avoir dribblé quelques joueurs dans le rond central.

C’est un joueur sur lequel on peut se baser en club et en sélection vu son importance en dehors du terrain et sur le terrain, sa condition physique, et les caviars qu’il distille à ses partenaires.

L’Europe à ses pieds

Tous les gros clubs d’Europe étaient à ses pieds lorsqu’il était dans le championnat mexicain. Aujourd’hui, son intérêt a progressé et tous les clubs européens veulent l’avoir. Malgré sa saison d’adaptation, le milieu de terrain mexicain a prouvé par la suite toutes ses compétences. Voilà pourquoi il y a autant d’intérêt. Ses statistiques (42 matches, 7 buts et 10 passes décisives toutes compétitions confondues) et ses prestations en Ligue des champions (contre Bâle et Borisov notamment) ne sont pas passées inaperçues. Cependant, pour devenir une référence mondiale, il doit passer un cap supérieur et garder sa régularité.

Ce cap qu’il doit franchir en club pourrait ne plus se faire sous le maillot bleu et blanc. Selon les presses britannique et portugaise, les sirènes de la Premier League le réclameraient avec en tête Tottenham et Manchester City, à moins que la Bundesliga et Dortmund se montrent plus séduisants… Si jamais il devait partir, le compte en banque des Dragoes devrait fortement gonfler. Cela permettrait à « El Zorrillo » de figurer parmi les meilleures ventes du club aux cotés de Falcao, Hulk ou encore James Rodriguez. Pour l’instant, le prodige de Tijuana est sous contrat jusqu’en 2017 et Lotepegui ne veut pas le perdre. On peut donc penser que les supporters du FC Porto et les habitués de la Liga Sagres pourront sûrement l’admirer encore un peu.

Rédigé par Charafédine Benkerbich

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Retrouvez Your Zone sur

Compatible Smartphone & Tablette

Iphone & iPad

Abonnez-vous à la Newsletter