Les clubs français et la Ligue des Champions : pourquoi ça coince ?
Photo Panoramic

Les clubs français et la Ligue des Champions : pourquoi ça coince ?

Lyon, Monaco, Paris... Chacune a eu sa période, personne n'a réussi. Décryptage d'un blocage.

La Ligue des Champions est le titre majeur pour tout club européen. Elle représente bien plus que de gagner le championnat ou une coupe nationale. En France, un seul club l’a soulevée : Marseille en 93. “A jamais les premiers”, voilà ce qu’ils disent sur la Canebière, mais pour combien de temps ?

Au début des années 2000, Monaco domine la Ligue 1 et possède une véritable dream-team. Le club échouera en finale en 2004 contre Porto, alors petit poucet de la fin de compétition. Treize ans plus tard, Monaco retrouve les sommets de la Ligue 1, mais ne dispose pas d’une dream-team. Pire, ils perdent leurs éléments les uns après les autres. La faute à une politique basée sur la jeunesse et les plus-values. Quand l’argent compte plus que les titres…

Depuis 4 ans, le PSG version QSI se fixe comme objectif la Ligue des Champions, à défaut de rater le coche en Ligue 1. Mais il n’a pas encore fait mieux que l’Olympique Lyonnais, demi-finaliste en 2010. Une demi-finale obtenue grâce à un succès contre les Girondins de Bordeaux après 2 matchs complètement fous, marqués par un arbitrage chaotique. Cette année-là, Bordeaux était la meilleure équipe d’Europe en poules et semblait largement supérieure à la formation lyonnaise. Qui sait ce qu’il serait arrivé si les Girondins avaient rallié le dernier carré qu’ils méritaient.

Lyon, malgré des résultats historiques contre des gros clubs (2-1 face au Bayern et l’Inter, 3-0 et 2-0 face au Real Madrid), a toujours été éliminé par des outsiders… Le mental à la française ? Une incapacité à se sublimer lorsqu’ils sont “favoris” ? C’est un mal récurrent en Europe et, accessoirement, cela se ressent en sélection. La France et les Français ne sont jamais aussi forts que lorsqu’on les annonce perdants… et ce dans quasiment tous les sports. Paradoxal non ?

Pendant ce temps, les envies de Ligue des Champions du PSG ont à chaque fois pris l’eau en huitième ou en quart de finale. Malgré sa constellation de stars, le club n’a jamais franchi le cap mental qui le sépare d’une finale. Mais que va donner ce PSG maintenant que Neymar, Alves et Mbappé sont là ?

Pourquoi Paris peut gagner la Ligue des Champions ?

En concluant les deux transferts les plus chers de l’histoire, Paris a secoué l’Europe. Mieux, aujourd’hui Paris fait peur. Après avoir fait rire la planète en mars dernier, le PSG et ses dirigeants ont pris les devants, sorti le chéquier et payé à prix d’or des joueurs de classe mondiale qui peuvent faire la différence sur une action. Mieux encore, ils ont pris des joueurs dotés d’un mental de guerrier et de vainqueur. Que ce soit Dani Alves, Neymar ou Mbappé, les trois savent ce que c’est que de se battre pour être le meilleur. Et ils ne se fixent aucune limite. Cavani est du même bois. Un point positif donc.

Autre avantage, la hype autour du PSG. Les supporters parisiens n’ont jamais été aussi nombreux en Europe. De l’endroit où j’écris ces lignes, je peux voir à quel point Paris est devenu une place forte du football européen (je n’habite pas en France et aucun club ne participe à la Ligue des Champions ici). Paris s’invite à la table des meilleurs sur le plan du merchandising. Ce marketing influe forcément sur les joueurs…. et inconsciemment sur les arbitres. Car disons le dire franco, l’arbitrage maison et un gros plus en Ligue des Champions pour les grands clubs.

Pourquoi Paris ne va pas gagner la Ligue des Champions ?

Deux raisons sautent aux yeux à l’heure actuelle. La première se situe sur le terrain et dans les vestiaires. Pour gagner un titre, il faut de la solidarité et une bonne ambiance globale. Tout le monde doit être concerné et uni autour du même objectif. Quand Cavani et Neymar s’embrouillent, ce n’est pas un problème. Allez demander à Shaq’ et Kobe. Mais d’autres joueurs de l’effectif ont des attitudes négatives, qui vont forcément nuire dans les grands matchs. Contre Bordeaux, Rennes ou le reste de la Ligue 1, Paris peut gagner à 9 contre 11. Mais contre des équipes qui ont la gnaque, le club devra répondre sur le plan mental. Et aujourd’hui, ceux de Verratti, Thiago Silva ou Thiago Motta posent encore question.

Deuxième raison, le niveau global du championnat de France. Mettre des cartouches tous les week-ends n’est pas la meilleure façon de se préparer pour les grands matchs. En Allemagne, le Bayern a longtemps dominé tout le monde mais il n’a gagné le titre européen que lorsque Dortmund s’est posé comme un sérieux rival en championnat. Jouer au moins 4 gros matchs en championnat par an est un minimum pour savoir où l’on se situe… même si d’un autre côté, les clubs anglais galèrent en Ligue des Champions car ils jouent trop de gros matchs. La Liga apparaît comme un juste milieu. Que ce soit les deux clubs de Madrid ou le Barça, tous disputent 4 gros matchs et ont 3-4 déplacements dans des chaudes et hostiles ambiances (Bilbao, Valence, Séville…).

Pour que Paris soit au niveau le jour J, il faudrait donc que la Ligue 1 se trouve deux autres clubs de stature européenne. Cette saison, aucune équipe ne rivalise avec le PSG et j’ai bien peur qu’en quart de finale, s’il doit tomber contre un autre gros, Paris n’ait finalement plus l’habitude des matchs de très haut niveau. On sera en tout cas prêt à analyser le succès ou l’échec parisien sur les réseaux sociaux…

Nino Moudi : Ultima Collectif

  1. avatar
    6 octobre 2017 a 14 h 08 min
    Par Cullen

    Pas trop d’accord avec cette analyse. L’expérience collective ça s’acquiert. Et même si Ronaldo ou Messi avaient débarqué à Paris en 2012, le PSG n’aurait pas pour autant remporté la Ligue des Champions cette année-là. Il a fallu 10 ans à Chelsea par exemple pour y parvenir malgré les millions d’Abramovitch. Le problème majeur des clubs français sur la scène européenne, c’est l’absence de hiérarchie établie dans la durée, il y a un turn over permanent (pas de clubs institutionnels) qui fait que les équipes qualifiées en coupes d’Europe manquent souvent d’expérience et que nos meilleurs éléments sont répartis dans un trop grand nombre de clubs (sans parler des centaines de joueurs français qui évoluent à l’étranger, le plus gros contingent avec les Brésiliens…).

    Si les clubs anglais ont (un peu) de mal à briller au niveau international c’est que leur championnat est très dense, qu’il n’y a pas (pour des raisons culturelles) de trêve hivernale et, toujours pour des motifs historiques ou traditionnels, que leur championnat a toujours été une priorité sur le reste. Mais à l’inverse, si les clubs portugais ont su rivaliser avec leurs voisins européens toutes ces années (et notamment depuis l’arrêt Bosman), c’est qu’ils ont tout misé sur ces compétitions européennes, leur vitrine, le championnat portugais étant très peu exposé médiatiquement. Du coup, depuis près d’un siècle, 2 titres nationaux seulement ont échappé au trio Benfica-Porto-Sporting, 3 clubs qui grâce à leur énorme expérience et leur concentration de talents, ont su tiré leur épingle du jeu en Europe, sans que la ligue portugaise dans son ensemble ne soit particulièrement élevée. Un petit complément sur le sujet : http://yourzone.beinsports.fr/football-europe-les-limites-du-coefficient-uefa-75718/

    • avatar
      6 octobre 2017 a 15 h 23 min

      Surtout que la Ligue 1 n’a jamais été un “grand” championnat car il n’a que deux Coupes d’Europe (C1 pour l’OM et C2 pour le PSG). Tant que les clubs français ne se bougent pas le cul, surtout en Ligue Europa (que certains médias (sans citer lesquels) ne tiennent pas compte de l’importance de cette compétition majeure du football européen et la majorité des clubs français ne gagneront jamais la Ligue des Champions tel qu’on connaît aujourd’hui. Donc la Ligue Europa c’est également une ligne sur son palmarès, ce qu’on failli faire le SC Bastia en 1978, les Girondins de Bordeaux en 1996 et l’Olympique de Marseille en 1999 et 2004. Pire encore, deux clubs russes ont été capables de gagner cette compétition (CSKA en 2005 et Zénit en 2008) alors que le championnat russe est assez relevé même si certains grands clubs russes sont contrôlés par des milliardaires (ou plus communément appelé “oligarques”) et ils savent qu’ils ne pourront jamais gagner cette compétition. Donc les Russes misent sur la Ligue Europa, comme le font également les Ukrainiens à travers le Shakhtar Donetsk et d’une façon ou d’une autre le Dynamo Kiev. Personnellement, je ne vois pas le PSG gagner la Ligue des Champions avant 2019 (pour bâtir un tel projet il faut minimum 5 ans pour réaliser un truc pareil, Chelsea en est un bel exemple). Franchement, Je vois mal un club français gagner la Ligue Europa cette saison (même si l’OL va tenter de le faire mais ça m’étonnerait), alors qu’en est il de la Ligue des Champions!

      • avatar
        6 octobre 2017 a 16 h 25 min
        Par Cullen

        Le problème c’est que l’effectif des clubs français n’est -bien souvent- pas assez fourni pour jouer en parallèle (et à bloc) le championnat et la Ligue Europa. Aujourd’hui, les intérêts financiers sont plus importants en Ligue 1, du coup les entraineurs n’hésitent pas à aligner leur équipe B en Europa League. Et cette fameuse densité que l’on rencontre en Ligue 1 (et qui n’existe pas au Portugal pour conserver l’exemple pris ci-dessus) fait que le risque de relégation est une réalité pour tous les présidents de clubs, et cette épée de Damoclès les empêche bien souvent de se lâcher en coupes d’Europe. Le seul intérêt qu’ils y trouvent est finalement de s’y qualifier l’année suivante pour mieux la délaisser ensuite… Bien triste.

  2. avatar
    6 octobre 2017 a 17 h 21 min

    Les cas de Lyon, du PSG et de Monaco sont bien différents.

    Pour Lyon, le club n’avait pas le niveau. Alors on peut incriminer le talent de Deco en 2004, la loterie des TAB en 2005 face au PSV et l’arbitrage en 2006 contre l’AC Milan, l’OL était un peu juste car il survolait une Ligue 1 abyssale en France.

    Pour le PSG, probleme de temps pour construire une Dream Team vraiment competitive, le cas de Chelsea le montre, rachat d’Abrahimovitch en 2003, Graal attaint en 2012 seulement meme si frôlé en 2008 face à MU et Ferguson. Zlatan Ibrahimovic était un tueur en L1 mais ce n’est pas Messi ou CR7 en Europe, rarement decisif en matches couperet. Avec Neymar et Mbappé, le PSG va franchir un cap et pour l’instant, aucune équipe ne lui semble supérieur en Europe.
    Mais la vérité de l’automne est rarement celle du printemps, Real, Barça, juventus et meme Bayern ont le temps de se refaire la cerise.
    De plus, il faut être motive et à fond mentalement en C1, ce que Paris n’a su faire ni à l’Ethiad en 2016 ni au Nou Camp en 2017. sans parler d’erreurs de coaching gigantesque à cahque fois, Blanc qui contre City titularise Aurier qui revient de CFA après l’affaire de la “fiotte” ou Emery qui face au Barça laisse jouer Rabiot pourtant invalide médicalement …

    Quant à Monaco, contrairement aux 2 autres, il n’a jamais dominé la L1 sur la durée, ce sont plus des épopées comme en 1998 (elimination de MU), 2004 (scalps du Real et de Chelski) ou 2017 (sorties de City et Dortmund).

    Voilà pourquoi l’OM, qui était le 3e club d’Europe derrière Milan et le Barça en 1993, a pu soulever la C1 à l’époque, car il sortait d’un cycle vertueux de 5 ans en France, avait l’expérience continentale (demie 1990 cobtre Benfica, finale 1991 contre l’Etoile Rouge Belgrade) et un peu de chance (FC Barcelone sorti par le CSKA Moscou en novembre 1992 avant la phase de poules)

  3. avatar
    6 octobre 2017 a 17 h 56 min

    J’aime bcp voir vos debats. Venez nous rejoindre sur le petit f bleu. Ultima collectif.

    Comme je disait cullen. Il y’a du positif et du negatif en vu de cette saison de LDC pour paris. Quoi qu’il en soit. Ils ont un meilleur effectif que la saison derniere…. et deux ans. Ne plus avoir Ibra par exemple est un serieux + .
    La ou collectivement paris doit mieux faire c’est au millieu. Verrati et thiago motta sont largués. Contre le Real ou l’atletico ou les millieux sont soient techniquement soient physiquement au dessus, ils vont souffrir. Et la bascule des gros matchs se jouent souvent ici. Le controle du milieu et le fameux equilibre.

    Paris a un jeu d’attaque et de contre. Si leur 3 millieux recuperent pas de ballons et de se projetent pas vers l’avant en bloc ils sont foutu. Et a l’heure actuelle seul Rabiot a le niveau sur les 3 titulaires en 4-3-3. Et emery et trop con pour passer en 4-2-1-3 avec draxler en 10

Répondre à MarkoPantić Annuler la réponse.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Retrouvez Your Zone sur

Compatible Smartphone & Tablette

Iphone & iPad

Abonnez-vous à la Newsletter