Comme un rêve
Photo Panoramic

Comme un rêve

Il y a trois semaines, auteur d'une prestation prodigieuse, le PSG version Unaï Emery a ratatiné le Barça en huitième de finale aller de la Ligue des Champions. La qualification semble désormais difficilement pouvoir échapper au club de la capitale.

Il y a des soirées que l’on n’oubliera jamais. Dont on gardera longtemps le goût sur les lèvres et le délire dans le coeur. Des soirées que l’on se repassera longtemps en boucle dans la tête. Il y a des matches qui resteront dans l’histoire. Dont on parlera toujours dans vingt, trente, quarante ans. Des matches qui marquent une, plusieurs, tant de vies.

Tout supporter de foot se souviendra de ce 14 février 2017. Du déroulement de cette journée. De l’excitation qui grimpait petit à petit. D’un Parc des Princes bouillant comme jamais, en fusion, en totale communion avec le peuple parisien. D’un ange Di Maria qui a survolé la rencontre comme jamais il ne l’avait fait sous les couleurs rouge et bleue parisiennes. D’un Julian Draxler qui ne se pose pas de questions et inscrit son premier but pour son premier match en Ligue des Champions avec le maillot de la capitale sur le dos. Ligue 1, Coupe de la Ligue, Ligue des Champions, même combat. Rennes, Barça, aucune différence à ses yeux. D’un Messi muselé par le titi parisien Presnel Kimpembé, tout juste issu du centre de formation et déjà l’allure d’un géant sur le carré vert du Parc des Princes ce soir-là. D’une soirée parfaite de pur football, de pur bonheur.

Ce soir-là, le PSG a eu tout bon. Un pressing haut. Une récupération efficace. De la profondeur et une incroyable efficacité. Presque chirurgicale. Et en face, le Barça a eu tout faux. Les Blaugrana ont semblé désorientés. Perdus sur la pelouse. Iniesta et Busquets, piliers du milieu catalan, ont été inexistants. Inquiétants. La défense a coulé sous la pression parisienne. Devant, la MSN a décédé. Décédé, DCD…Draxler, Cavani, Di Maria, qui leur ont, le temps d’une soirée étoilée, volé la vedette.

Certes, si l’on veut définitivement entériner ce qui peut devenir l’un des plus grands exploits du football français sur la scène européenne, il faudra passer, ce soir, par une qualification, sur la pelouse du mythique Camp Nou. Mais ce PSG en est capable. Le match aller l’a prouvé. Ce Paris peut contenir les vagues successives d’attaques catalanes. Ce Paris peut exploiter les moindres possibilités de contre-attaque qui s’offrent à lui. On a tellement envie d’y croire.

A peine le coup final sifflé, So Foot titrait : “Est-ce que tout le monde réalise qu’on vient d’assister à l’un des plus grands matches de l’histoire du foot français en Coupe d’Europe ?”. Même trois semaines après, encore sous le coup de l’émotion, peut-être pas tout à fait. Mais cette soirée va assurément très vite rejoindre le panthéon du football français.

  1. avatar
    9 mars 2017 a 11 h 46 min
    Par Cullen

    Article écrit un chouia trop tôt. Ce matin je l’aurai plutôt titré “Comme un cauchemar”…

  2. avatar
    9 mars 2017 a 19 h 29 min
    Par youps

    pas d’accord avec Cullen.. ils nous ont quand même fait rêver sur le match aller ! après, ça restera une grande soirée (hier soir) quand même…

Répondre à cullen Annuler la réponse.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Retrouvez Your Zone sur

Compatible Smartphone & Tablette

Iphone & iPad

Abonnez-vous à la Newsletter