Naples-Real Madrid (1-3) : la folie n’a pas suffi
Photo Panoramic

Naples-Real Madrid (1-3) : la folie n’a pas suffi

Dans un San Paolo volcanique, le Real Madrid est venu à bout de Naples sur le même score qu’au match aller. Menés 1-0 à la pause, les Madrilènes ont éteint tout suspense grâce à l’irrésistible Sergio Ramos. L’Espagnol a encore une fois fait la différence sur corner en scellant la qualification du Real Madrid pour les quarts de finale.

Après avoir battu l’AS Roma (1-2) ce week-end, Maurizio Sarri a décidé de reconduire 9 joueurs qui ont débuté samedi dans son traditionnel 4-3-3 : Reina aux cages, Ghoulam, Koulibaly, Albiol, Hysaj en défense, au milieu Hamsik est titulaire tandis que Diawara et Allan remplacent Jorginho et Rog. Devant c’est le trio offensif Insigne, Mertens, Callejon (34 buts et 20 passes décisives en Série A à eux trois cette saison) qui est aligné. Coté Real Madrid, Zidane aligne son meilleur onze possible composé de : Navas dans les buts, Marcelo, Ramos, Pepe et Carvajal en défense, Casemiro en sentinelle, Kroos et Modric devant lui et la BBC en attaque.

Épatant Napoli !

Naples débute le match admirablement bien. Les Italiens pressent haut. Chacun des joueurs connait son rôle et applique à la lettre les consignes de l’entraîneur. Callejon se charge de Marcelo : il s’oppose à sa progression lorsqu’il reçoit le ballon et veille sur lui quand il ne l’a pas, quitte à redescendre très bas au niveau de son latéral (Hysaj). Idem de l’autre côté avec Insigne sur Carvajal. Ce pressing tout terrain est efficace : 12 ballons ont été récupérés en première mi-temps dans le camp madrilène (contre 4 seulement récupéré par le Real dans le camp napolitain). Une fois récupéré, l’utilisation du ballon est bonne. Hamsik contribue grandement au jeu de son équipe. Toujours bien placé (souvent entre les lignes), c’est lui qui sert Mertens sur une merveille de remise en une touche de balle pour l’ouverture du score (1-0, 24e). Une action partie de Koulibaly, ce qui en dit long sur les intentions de jeu du Napoli.

Ce but installe petit à petit le doute dans les têtes des Merengues. Leur seul moyen d’action est de lancer en contre Bale et Ronaldo dans la profondeur dans le dos des latéraux adverses. C’est d’ailleurs du quadruple ballon d’or que vient le premier coup de chaud dans les travées du San Paolo avec une frappe sur le poteau de Reina (29e). Mais Naples continue. Et c’est Dries Mertens qui trouve à son tour le poteau juste avant la pause (37e). Lors de cette première période, la débauche d’énergie côté Naples a été énorme : ils ont couru 6 kms de plus que les joueurs du Real !

Ramos encore lui !

Une fatigue qui s’est tout de suite ressentie au retour des vestiaires. Sur leur 3e tir cadré de la partie, Sergio Ramos sur corner vient enterrer les derniers espoirs napolitains sur un excellent service de Toni Kroos (1-1, 51e). Le sang-froid des grandes équipes. Rog remplace Allan (55e) pour essayer de redonner un peu d’air au Napoli mais c’est une nouvelle fois sur un corner de… Kroos et une tête de… Sergio Ramos, déviée par Mertens, qui vient donner l’avantage au Real Madrid (1-2, 57e). Le match est plié. Hamsik est moins en vue, le trio offensif Insigne-Mertens-Callejon pèse nettement moins sur la défense merengue.

Le Real gère la suite de son match et finit même par inscrire un troisième et dernier but grâce à Alvaro Morata, entré quelques instants plus tôt à la place de Benzema (1-3, 91e). Comme au match aller, les Merengues renversent Naples 3 buts à 1 après avoir été menés au score. Ses individualités expérimentées (Sergio Ramos notamment) ont permis au Real de faire la différence sur les deux matchs. Maurizio Sarri l’a confirmé en conférence de presse : « Le Real est formé de grands talents, et avec autant de talents, l’organisation collective est un peu moins nécessaire ». Malgré un collectif impressionnant d’automatismes et un jeu toujours porté vers l’avant peu importe l’adversité, l’aventure s’arrête là pour les hommes de Sarri qui sortent tout de même avec les honneurs.

Un record de plus…

Le tenant du titre sera donc une nouvelle fois de la partie pour les ¼ de finale de la Champion’s League et ce pour la 7e fois d’affilée (la dernière élimination avant les quarts de finale remonte à 2010 face à l’OL). En s’imposant hier soir, le Real Madrid a établi sa plus longue série d’invincibilité en C1 avec un 12e match sans défaite. Pour prolonger cette série, le Real devra sans doute réussir une prestation collective plus aboutie qu’elle ne l’a été face à Naples avec un jeu qui repose moins sur les individualités… Sergio Ramos ne pourra pas tout le temps les sortir de là.

@Tang__S

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Retrouvez Your Zone sur

Compatible Smartphone & Tablette

Iphone & iPad

Abonnez-vous à la Newsletter