Retour sur une soirée embrasée à Lyon
Photo Panoramic

Retour sur une soirée embrasée à Lyon

Lyon s'est imposé face au Besiktas Istanbul 2-1, hier soir, dans un contexte très tendu.

Une colonie turque déferle sur Lyon

L’après midi, le contexte est relativement calme dans la ville lyonnaise. Quelques regroupements d’ultras turcs dans des arrondissements de la ville se forment. C’est là que démarre un véritable cortège accompagné de fumigènes, de pétards et de chants. Mais nous étions prévenus. En effet, pas moins de 15 000 supporters du Besiktas devaient se rendre à Decines-Charpieu selon les forces de l’ordres. La sécurité était donc sur le qui-vive, d’autant plus que ces ultras sont réputés pour être extrêmement violents, notamment lors des derbys face au Galatasaray ou encore Fenerbahce. Mais c’est en début de soirée que les débordements ont démarré.

Les supporters visiteurs ont commencé les hostilités avec des supporters lyonnais et les CRS sur les parvis des virages Nord et Sud du Parc OL. Une scène de violence extrême durant laquelle les spectateurs se sont dépêchés de rentrer dans l’enceinte afin d’être un peu plus en sécurité. Jets de fumigènes et de projectiles ont rythmé cet avant-match, sans forcement inquiéter le déroulement de la partie à cet instant. Il paraitrait même que des ultras de Galatasaray et Fenerbahce se sont rendus à Lyon pour y affronter ceux du Besiktas.

Dans le stade, le chaos total

Une fois la totalité du public rentrée dans le stade, les esprits se sont un peu calmés… mais pas pour longtemps. Les supporters turcs, présents un peu partout dans les tribunes mais majoritairement dans le parcage, ont relancé les débats, face à leurs homologues lyonnais uniquement cette fois-ci. Situés tout en haut du virage Sud, ils ont franchi leurs limites afin de se battre avec les Gones. S’en sont suivis de nombreux jets de bombes agricoles, fumigènes et projectiles émanant de la tribune adverse envers tout le kop Sud. La sécurité était complètement dépassée.

Dès lors, de nombreuses personnes se sont réfugiées sur la pelouse, à seulement quinze minutes du coup d’envoi. Il a même été envisagé d’annuler la rencontre. Jean Michel Aulas est descendu de sa tribune pour prendre le micro du virage et parler aux supporters afin de les calmer. Il a même passé toute la première période avec ses ultras. Une fois les artifices et supporters du Besiktas calmés, le match a pu démarrer, mais avec 45 minutes de retard.

Un résultat important pour Lyon

Les joueurs entrent donc sur la pelouse, dans un contexte tendu à son maximum, tant le parcage turc était prêt à craquer à tout moment (on comptera au final entre 20 000 et 25 000 supporters adverses présents). Les 22 acteurs se sont rendus dans le rond central afin de saluer le public. Le début de la partie est très serré entre les deux formations, ce qui est compréhensible après tous les événements. C’est Babel, à la 15e minute, qui vient refroidir le Parc OL et fait entrer en fusion les supporters du Besiktas, qui célèbrent ce but avec de nombreux pétards et fumigènes, sans débordements (0-1). Ce sera le score à la pause après une première mi temps brouillon des Lyonnais tandis que les visiteurs se sont appliqués dans le jeu pour mettre ce but à l’extérieur si important.

Durant la deuxième période, les locaux sont rentrés dans leur partie et ont haussé le niveau de jeu pour y croire jusqu’au bout. Ils ont été récompensés aux 83e et 84e minutes par des buts de Tolisso et Morel. Un incroyable retournement de situation car la défense turque était en difficulté mais ne craquait pas. Les Lyonnais signent donc une belle victoire en vue du match retour à Istanbul jeudi prochain. A noter également que ce retour pourrait être joué à huis clos…

Quentin Jacquet

  1. avatar
    22 avril 2017 a 21 h 53 min

    Récit synthétique et efficace. Il y a pas mal de renseignements de cet article. Petite question : des supporters de Galatasaray/Fenerbahce présents au Parc OL ou encore des personnes non autorisées dans les gradins (elles n’avaient pas de billet,…) : La municipalité est autant responsable que l’OL pour ces débordements. Le match aurait pu être annulé vu les dégâts causés auparavant à l’extérieur du stade ?

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Retrouvez Your Zone sur

Compatible Smartphone & Tablette

Iphone & iPad

Abonnez-vous à la Newsletter