Nice : un aiglon qui peine à prendre son envol
Photo Panoramic

Nice : un aiglon qui peine à prendre son envol

13 petits points. Voilà le maigre bilan que présente l'OGCN après 12 journées de championnat. Si Nice semblait guéri après son joli succès 4-0 contre Monaco, les Aiglons ont immédiatement rechuté. Déjà très éloigné du podium avec 12 unités de retard, Nice n'arrive pas à recoller aux équipes de tête, la faute à un collectif défaillant et à des individualités trop peu efficaces. Explications.

Attention à ne pas se méprendre. La victoire des Niçois contre Dijon le 5 novembre n’a pas sorti le club de la crise. Ce succès a seulement stoppé l’hémorragie après les six défaites de rang toutes compétitions confondues. Si, sur la forme, les trois points sont venus rassurer Lucien Favre, le fond lui n’a pas dû provoquer le même effet chez le coach suisse, bien au contraire. En grande difficulté pour se créer des occasions, les Rouge et Noir ont peiné à bousculer une valeureuse formation dijonnaise. Des Bourguignons qui ont aussi mis en lumière les carences de l’arrière-garde azuréenne, trop souvent mise en cause depuis le début de la saison.

Une défense en berne, un Cardinale déboussolé

Elle était l’un des points forts du Gym la saison passée. Cette année, la défense est le talon d’Achille du club de Jean-Pierre Rivère. Bien trop friables derrière, les partenaires de Dante ont déjà vu leurs filets trembler à 19 reprises alors qu’ils n’avaient encaissé que 36 buts au cours du précédent exercice. Le Brésilien, infranchissable en 2016, dégage aujourd’hui un gros manque de sérénité, qu’il faut conjuguer à l’incapacité de Maxime Le Marchand et Marlon à suppléer leur capitaine.

La ligne de défense n’est cependant pas la seule à pouvoir être incriminée. Le dernier rempart n’est pas non plus exempt de tout reproche. Pourtant décisif la saison dernière, Yoan Cardinale fait plus parler de lui en mal qu’en bien depuis la reprise. Ses bévues ont pénalisé ses partenaires et coûté chers à son équipe. La dernière en date ? Une sortie plus que douteuse contre la Lazio (défaite 1-3), pas vraiment aidé, il est vrai, par une mauvaise protection de balle de Dante. Une action qui matérialise parfaitement les difficultés rencontrées par les deux joueurs.

Sneijder : symbole d’un mercato raté

Son arrivée en fanfare du côté de la Promenade des Anglais avait réjoui toute la Côte d’Azur. Mais trois mois plus tard, l’international néerlandais n’a pas vraiment convaincu. Manquant de justesse dans ses choix et dans la dernière passe, l’ancien joueur de Galatasaray peine à transfigurer le jeu niçois comme il savait le faire sous les couleurs de l’Inter Milan. Le milieu offensif, souvent à court de forme et donc blessé, n’a en plus pris part qu’à sept petites rencontres avec le maillot rouge et noir. Trop peu pour celui qui doit « compenser » le départ de Younes Belhanda.

Le Marocain a en effet été l’une des grosses pertes du mercato. Sa vision du jeu et sa qualité de passe font nettement défaut au Gym cette année. Mais là ou les Niçois se sont le plus affaiblis durant cette période estivale, c’est bien sur les côtés. Avec les départs successifs des deux latéraux Dalbert et Ricardo Peirera, les couloirs se sont retrouvés orphelins de leurs pistons. Deux joueurs dont l’apport offensif manque aujourd’hui énormément au collectif.

Des cadres trop irréguliers

Son transfert au FC Barcelone semblait acté. Mais il n’en a finalement rien été et Jean-Michael Seri est resté du côté de l’Allianz Riviera. Seul problème, l’Ivoirien est méconnaissable depuis ce départ avorté. Pion essentiel de l’entrejeu niçois depuis deux saisons, le n°6 de Nice ne règne plus en maître au milieu. La faute notamment à des pépins physiques récurrents qui l’empêchent d’enchaîner et de redevenir le métronome du onze azuréen. Autre grande interrogation de ce début de saison : Alassane Plea. Excellent lors de l’exercice 2016-2017, l’ancien Lyonnais peine à retrouver la forme et le chemin des filets (3 buts en 12 matchs de championnat) depuis son retour de blessure.

Tous les voyants sont au rouge pour le Gym. Et rien ne laisse présager que cette tempête est sur le point de s’estomper. Avec dix rencontres prévues jusqu’à la trêve, le calendrier des Aiglons sera très chargé. Seul le retour de Wylan Cyprien peut laisser entrevoir une éclaircie dans ce ciel obscur.

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Retrouvez Your Zone sur

Compatible Smartphone & Tablette

Iphone & iPad

Abonnez-vous à la Newsletter