Ligue 1, Journée 15 : le débrief du vestiaire
Photo Panoramic

Ligue 1, Journée 15 : le débrief du vestiaire

D’habitude, en milieu de semaine, on a le droit au gratin du football avec le Barça de Digne, le Real de Benzema, le Bayern de Tolisso. Du coup, on est un peu désemparé à l’idée de commenter de la Ligue 1. Heureusement, il y a encore le PSG qui permet d’avoir, l’espace de quelques lignes, des étoiles dans les yeux. Le Vestiaire du Sport ne prend pas de vacances avec la Ligue 1 Conforama. Pourquoi ? Parce qu’on l’aime trop mais aussi parce qu’il n'y avait rien d’autre à se mettre sous la dent. C’est parti !

Strasbourg 0 – 0 Caen

Et elle est là la première purge de cette 15ème journée de Ligue 1 ! Dès le premier match, on se tape un match sans saveur. Rien à se mettre sous la dent pendant 90 minutes. Ah si ! Caen a frappé deux fois les montants sans jamais pouvoir ouvrir le score. De son côté, Strasbourg obtient un deuxième match nul en deux matchs, ça n’avance pas sur l’autoroute du nord-est. Caen est toujours sixième alors que son adversaire du soir reste englué dans les bas-fonds du classement (17ème).

Amiens 2 – 1 Dijon

Il ne fallait pas débaucher en retard, ni même aller chercher son pack de bières pendant la mi-temps durant ce match. Amiens a frappé par deux fois au tout début de chaque période. Kakuta à la 3ème minute et Cornette à la 50ème permettent à Amiens d’enregistrer un septième match sans défaite et trois victoires consécutives s’il vous plait. Très fort pour un promu qui se retrouve dans l’incompréhension la plus totale de l’ensemble de l’effectif à la 9ème place de notre bonne vieille Ligue 1. Après deux victoires d’affilée, Dijon marque un coup d’arrêt avant de recevoir les Girondins de Bordeaux, vendredi soir.

Bordeaux 3 – 0 Saint-Etienne

C’était la soupe à la grimace avant d’entrer sur la pelouse pour ces deux équipes qui s’affrontaient au Matmut Atlantique. Deux équipes dans le doute qui n’arrivaient plus à gagner et qui proposaient un jeu qui ne séduirait même pas le plus mauvais footballeur du monde. Entre deux groupes de supporters qui s’aiment comme tu aimes ta femme à l’approche de Noël, c’est Bordeaux qui a fait la bonne opération et qui recolle dans la première partie du classement (10ème) grâce à un doublé de l’ancien Guingampais Alexandre Mendy et une frappe chirurgicale venue tout droit de l’hôpital Pellegrin du Brésilien Malcom. Jocelyn Gourvennec a fait des choix forts en alignant Vada en position de n°10 à la place de Sankharé et en mettant sur le banc Pellenard, remplacé par Sabaly, lui-même remplacé sur son côté droit par Gajic. En attaque, Kamano et De Préville étant suspendus, ce sont Cafu et Mendy qui étaient alignés. Et tous ces joueurs ont marqué des points qui devraient donner quelques maux de tête à l’entraineur bordelais dans les prochains jours pour confectionner son prochain onze. Du côté des Verts, personne se demande encore qui sont les plus forts évidemment. Vu la prestation des hommes de Julien Sablé et Jean-Louis Gasset, on se dit qu’ils ont du boulot mais qu’au moins, en partant de si loin, ils ne peuvent que s’améliorer.

Toulouse 1 – 2 Nice

On donnait pas cher de ce match tant l’affiche laissait à désirer entre deux équipes qui ne sont clairement pas au niveau depuis le début de la saison. Finalement, tout s’est vite emballé avec l’ouverture du score précoce de l’inévitable Andy Delort, qui a marqué hier soir son quatrième but de la saison. Puis Nice a été réduit à 10 après l’exclusion de Dante juste avant la pause. Au retour des vestiaires, Durmaz rate le but du KO sur pénalty. Le tournant du match. Dans les 10 dernières minutes, le match s’emballe pour la deuxième fois. Balotelli égalise d’abord sur pénalty. Sur la faute qui a engendré le face-à-face de l’Italien, les Toulousains sont réduits à 10. Et au bout du bout du temps additionnel, c’est finalement le jeune Niçois Srarfi qui donne la victoire à des Aiglons qui quittent la zone de relégation et se retrouvent 14ème, doublant dans le même temps des Toulousains qui restent englués à une triste 15ème place.

Lyon 1 – 2 Lille

Alors celle-là, on s’y attendait pas du tout. Autant, on pouvait croire à une bonne vieille claque 5-0 comme Lyon a l’habitude de faire depuis quelques temps, mais une victoire de Lille au Groupama Stadium, alors ça non. Mendes a ouvert le score rapidement (21ème) avant que Mariano Diaz égalise un quart d’heure plus tard. C’est finalement Ponce qui, juste avant la pause, redonne l’avantage à son équipe. Lyon n’arrive pas à revenir dans ce match et Lille gagne une place, devenant le nouveau barragiste de notre Ligue 1 Conforama. Coup d’arrêt pour l’OL qui perd sa place de dauphin au profit de l’Olympique de Marseille.

Angers 1 – 2 Rennes

Il a fallu quarante cinq minutes aux Rennais pour rentrer dans le match mais ce réveil leur a permis de glaner une précieuse victoire. D’abord menés par une équipe angevine qui avait fière allure, les Rennais, dès le retour des vestiaires, ont su inverser la tendance par l’intermédiaire de Hunou et André en toute fin de match. Du coup, le Rennes de Sabri Lamouchi est 8ème au classement pendant qu’Angers dégringole à la 19ème place. Pour l’instant, Raymond Kopa et les 16500 places de son stade verront la Ligue 2 l’année prochaine. Pas une grande perte quand on voit le niveau de jeu des hommes de Stéphane Moulin.

Guingamp 0 – 0 Montpellier

Et voilà la deuxième et dernière purge de la 15ème journée de Ligue 1 ! Au stade du Roudourou, les stars n’ont pas été les joueurs mais bel et bien l’arbitre qui a oublié un pénalty pour Guingamp et deux pour Montpellier. Autant vous dire qu’à la prochaine réunion des arbitres, on en connait un qui va se faire taper sur les doigts et cet homme s’appelle Olivier Thual qui a pourtant de la bouteille en foulant chaque week-end depuis plus de dix ans les pelouses de Ligue 1. Montpellier est 7ème tandis que Guingamp est dans le dur avec une très pâle 16ème place.

Metz 0 – 3 Marseille

Et un, et deux, et trois, zéro pour les Marseillais qui collent une baffe au bonnet d’âne de la Ligue 1. Ocampos, Luiz Gustavo et l’inévitable Florian Thauvin qui n’en finit plus de planter (7ème but) sont les buteurs de ce match. Les Marseillais, qui vont jouer tous les trois jours jusqu’à Noël, démarrent de la meilleure des manières leur marathon en chipant la deuxième place du classement à Lyon. En face, on voit mal comment les Messins pourraient se sortir de cette mauvaise passe. Il faudrait un miracle pour voir Metz encore en Ligue 1 l’année prochaine. Mais en même temps, est ce qu’on les veut dans l’élite ? Rien n’est moins sûr tellement on s’ennuie à Saint-Symphorien. Allez, merci les grenats mais la caméra cachée a assez duré. 20ème, 4 points en 15 matchs, ce sketch.

Nantes 1 – 0 Monaco

Qu’on se le dise, on ne s’est pas marré à la Beaujoire hier soir. Alors certes, les Nantais ont gagné au bout du bout du temps additionnel grâce à Lima mais qu’est ce que c’était pauvre techniquement. En face, l’opposition s’apparentait à du néant. Monaco a frappé neuf fois au but mais n’a réussi à cadrer qu’un seul de ses tirs. Ce n’est pas avec ça qu’il fallait espérer ramener quelque chose. Monaco est quatrième de Ligue 1 et ça faisait longtemps qu’on avait pas vu les joueurs de Jardim aussi bas. Seulement trois points séparent les deux équipes puisque Nantes est cinquième avec 26 points. La mayonnaise a pris entre Ranieri et ses hommes.

Paris Saint Germain 2 – 0 Troyes

Unai Emery avait décidé de faire tourner pour ce match de milieu de semaine. Exit Rabiot, Mbappé, Marquinhos, Dani Alves, Draxler et Areola, bonsoir Trapp, Kimpembe, Meunier, Lo Celso, Di Maria et Pastore. En première période, Cavani a voulu se faire justice lui-même suite à une faute sur lui dans la surface mais Samassa a bien stoppé la tentative de l’Uruguayen. En deuxième période, Neymar sur une seule accélération a réussi à faire sauter le verrou troyen puis Cavani a finalement inscrit son 17ème but en 14 matchs de Ligue 1. Les Troyens repartent bredouilles du Parc des Princes mais n’ont pas démérité, loin de là. Les remplaçants parisiens n’ont malheureusement pas été à la hauteur, ce qui ne va pas chambouler le onze-type du PSG. Paris a 10 points d’avance sur Marseille, s’offrant ainsi un matelas confortable en vue des prochaines échéances européennes.

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Retrouvez Your Zone sur

Compatible Smartphone & Tablette

Iphone & iPad

Abonnez-vous à la Newsletter