Ligue 1 : bilan du mois d’août
Photo Panoramic

Ligue 1 : bilan du mois d’août

Son retour était attendu… Et elle n'a pas déçu. La Ligue 1 Conforama a épaté la galerie par ses matches endiablés. Ce premier mois de compétition a offert aux amateurs de l'élite française du jeu, du spectacle et surtout des buts... ainsi que son lot de surprises et de déceptions. Retour sur un début de championnat riche en émotions.

Paris et Monaco : déjà intraitables

12 sur 12. Parisiens et Monégasques ont réalisé un sans-faute en ce début de saison et n’ont pas lâché le moindre point. Rarement mis en difficulté, le champion de France 2017 et son dauphin ont débuté ce nouvel exercice sur les chapeaux de roues, avec 14 buts inscrits en surclassant leurs adversaires. Le PSG et l’ASM sortent déjà du lot et la lutte pour le trône semble déjà être leur unique destinée.
En résumé : tout sauf une surprise.

Le show Neymar

Plus gros transfert dans le monde du football, Neymar débarquait, mine de rien, avec un peu de pression sur les rives de la Seine. Car le Brésilien est plus qu’un joueur, c’est un showman. Mais il n’a pas déçu ses supporters. Avec déjà 3 buts et 3 passes décisives, l’ex-Blaugrana a bluffé le Parc des Princes. Un stade qu’il a déjà fait se lever de nombreuses fois et entrer en transe lors de son festival au cœur de la défense toulousaine.
En résumé : des débuts cinq étoiles pour l’ancien de Santos.

Nice : des barrages mal digérés

Alors que tous les voyants sont au vert pour l’ASM et le PSG, ils sont tous au rouge du côté des Aiglons. Ils pointent en effet très loin du podium, à la 17ème place. Le club du président Jean-Pierre Rivère ne compte qu’une seule petite victoire en championnat depuis le début de la saison. Mais il enregistre surtout déjà 3 défaites (dont 2 contres des promus). Une situation légèrement alarmante vu l’effectif de Lucien Favre, à qui l’élimination en barrage de Ligue des Champions contre Naples a fait du mal (défaite 4-0 sur le cumul des deux matches).
En résumé : il va falloir se réveiller urgemment.

La fraîcheur de l’OL et Bordeaux

L’un a complètement bouleversé son effectif. L’autre l’a gardé intact dans ses grandes lignes. Mais force est de constater que chaque méthode a mené au même résultat : celui d’une équipe pleine de fraîcheur et entreprenante dans le jeu. Cette fraîcheur s’est d’ailleurs illustrée lorsque les deux clubs se sont rencontrés au Parc OL, le match ayant abouti sur un spectaculaire 3-3. Des équipes joueuses qui contribuent pleinement au renouveau de l’image de la Ligue 1, symbolisées par deux joueurs : Nabil Fekir et Malcom.
En résumé : deux équipes qui devraient régaler la Ligue 1 cette saison.

Soulier d’or : duel Cavani-Falcao

Beaucoup d’incertitudes demeuraient quant aux joueurs qui pourraient jouer les trouble-fêtes dans la lutte au soulier d’or, tant convoité par Cavani. Après un mois de compétition, beaucoup de prétendants ne semblent déjà plus dans la course, ou déjà assez loin. La tâche s’annonce en effet compliquée pour Mario Balotelli et Alassane Pléa (OGCN), Mariano Diaz (OL), Valère Germain (OM) ou encore Loïs Diony (ASSE), puisque l’attaquant uruguayen du PSG en est déjà à 5 réalisations. Mais « El Matador » devra cependant faire avec la concurrence de son voisin sud-américain Radamel Falcao. L’avant-centre colombien culmine déjà à 7 buts en seulement 4 petits matches. Un beau duel à distance s’annonce.
En résumé : Ces deux-là sont un ton au dessus des autres

Le Champions Project : des limites déjà atteintes

L’Olympique de Marseille était particulièrement attendu en ce début de saison pour le lancement de l’OM Champions Project. Les deux premières sorties des Phocéens se sont soldées par des victoires (3-0 contre Dijon, 0-1 à Nantes), sans grande satisfaction dans le jeu toutefois. Les deux suivantes se sont avérées bien plus inquiétantes. Si le nul concédé au Vélodrome contre Angers (1-1) apparaissait comme une désillusion pour les supporters, ce n’était rien à côté de ce qui a suivi une semaine plus tard. Les joueurs de Rudi Garcia ont été balayés 6-1 sur la pelouse de Louis-II par des Monégasques bien supérieurs. Une défaite révélatrice du fossé qui sépare l’OM des deux premières places.
En résumé : le club présidé par Jacques-Henri Eyraud ne pourra pas viser plus haut que l’Europa League cette saison.

Nantes, Rennes et Lille : des promesses bafouées

Ces trois clubs avaient de quoi faire saliver la Ligue 1 de par leurs projets ambitieux, d’autant plus que Nantes et Lille, ont vu débarquer sur leur banc deux grands entraîneurs : Claudio Ranieri pour les Canaris, Marcelo Bielsa pour les Dogues. L’espoir de viser les places européennes est en train de virer au statut de chimère pour ces deux coachs. Le même son de cloche résonne au Roazhon Park. L’équipe dirigée par Christian Gourcuff n’a toujours pas remporté le moindre match et ce malgré un mercato intéressant.
En résumé : trois belles déceptions.

Les promus : l’espoir est permis

Après 4 journées, un seul promu est relégable. Il s’agit du SCO d’Amiens. Après avoir enchaîné 3 défaites consécutives, les Picards ont réagi de fort belle manière en battant un triste OGC Nice 3-0. Mais cela ne sera pas suffisant pour se maintenir et il faudra faire plus dans la régularité. Du côté des deux autres nouveaux arrivants, les affaires se portent légèrement mieux. Strasbourg qui monte peu à peu en régime et s’est déjà offert un carton 3-0 contre le LOSC. Le bilan est similaire à Troyes qui, au vu de ses prestations, peut prétendre à un éventuel maintien. Tout dépendra de leur régularité tout au long de la saison.
En résumé : l’optimisme est de mise.

Metz : un maintien qui s’annonce compliqué

Pas le moindre point depuis le début de la saison et un fond de jeu inexistant. Telle est la situation du club messin après un mois de compétition. Les coéquipiers de Nolan Roux ne sont pourtant pas passés loin d’arracher le match nul contre Monaco. Mais à l’image de cette rencontre, la saison des Grenats s’annonce très longue. Chaque secteur de jeu paraît trop tendre et le jeu proposé faible pour figurer encore parmi l’élite l’année prochaine.
En résumé : à moins d’un miracle, le FC Metz risque d’évoluer un étage plus bas en 2018-19. 

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Retrouvez Your Zone sur

Compatible Smartphone & Tablette

Iphone & iPad

Abonnez-vous à la Newsletter