Ils vont manquer à la Ligue 1
Photo Panoramic

Ils vont manquer à la Ligue 1

Ils ont quitté la Ligue 1 pour d'autres cieux. Cette saison, le championnat français a dit au revoir à certains de ses artistes, qui ont éclaboussé les rectangles verts de l'hexagone de par leur talent ou leur personnalité. Ces départs laissent déjà un sentiment de nostalgie. Ils méritaient donc un hommage. Séquence émotion.

Alexandre Lacazette : le serial-buteur

30 Octobre 2010. Le jeune Lyonnais, alors âgé de 19 ans, fait trembler les filets de la Ligue 1 pour la première fois. Sept ans plus tard, son compteur s’élève à 129 buts avec, au passage en 2015, le trophée du meilleur joueur du championnat. Il a marqué la Ligue 1 de son empreinte pour cette deuxième décennie du 21ème siècle. Même si son départ était inéluctable après de nombreuses saisons dans l’élite, il n’en reste pas moins dommageable. Car il était l’une des têtes de gondoles du championnat français, auquel il va manquer, assurément.

Bernardo Silva : le magicien

Il sera resté seulement trois saisons en France. Mais cela aura été largement suffisant pour se mettre tout le championnat dans la poche. Crochet, passement de jambe, double contact, coup de rein… Le Portugais savait tout faire. Sa technique a donné le tournis à bon nombre de défenseurs. Et sa patte gauche a mis à mal beaucoup de gardiens. Capable de déposer des galettes à ses coéquipiers ou bien d’expédier des missiles en pleine lucarne, Bernardo Silva a ébloui la Ligue 1. Il va laisser un grand vide à l’ASM et dans le championnat.

Mathieu Valbuena : le mal-aimé

Dans tous les stades où il se déplaçait, les sifflets retentissaient. Son image de joueur se laissant tomber facilement lui a souvent joué des tours. Mais Mathieu Valbuena a fait partie de ces joueurs que les gens adorent détester. Ce ne sont pas les Marseillais qui diront le contraire. Ils lui en ont d’ailleurs fait voir de toutes les couleurs, mais il en fallait bien plus pour décourager le nouveau joueur de Fenerbahce. L’ancien Marseillais a fait preuve d’un très gros mental tout au long de ses dix années en France. C’est d’ailleurs ce que retiendra de lui la Ligue 1, en plus de l’excellent footballeur qu’il est.

Benjamin Mendy : le comique

Délirant, voilà comment définir Benjamin Mendy. Ses nombreuses vidéos Instagram, où il chambrait son jeune coéquipier Kylian Mbappe, ont fait pleurer de rire toute la Ligue 1. Son fameux « mercé » (lancé par le rappeur JUL) a également beaucoup amusé la galerie. Mais au-delà de cet aspect de sa personnalité, l’ancien Marseillais est monté en puissance au cours de ses quatre saisons au sein de l’élite française. Son immense qualité de centre et sa faculté à répéter les allers-retours dans son couloir ont fait de lui l’un des tous meilleurs latéraux du pays. Un statut qui lui a permis de devenir le défenseur le plus cher de l’histoire (58M€). Il aura véritablement régalé la Ligue 1. Alors, mercé Mendy !

Sylvain Armand : le monument

Lorsqu’il a débuté dans l’élite avec le FC Nantes, le championnat français s’appelait encore la Première Division. Quatre ans plus tard, il a rejoint le Paris-Saint-Germain. Un club dont il va devenir un joueur phare jusqu’à l’arrivée de QSI avant de terminer sa carrière à Rennes. Au cours de ses 17 années en Ligue 1, Sylvain Armand s’est taillé la réputation d’un défenseur solide. Mais la L1 retiendra aussi sa bonne humeur permanente et son accessibilité. Un joueur comme tout le monde les aime : exemplaire. Chapeau l’artiste.

Ryad Boudebouz : le fantaisiste

Il a été l’un des plus grands contributeurs du Total Régal si cher à Smaïd Bouabdellah. Petit pont, grand pont, virgule, roulette et tout autre geste consistant à faire perdre les repères spatio-temporels à ses adversaires… Ryad Boudebouz a émerveillé la Ligue 1 par ses dribbles fantaisistes. Mais Boudebouz, ce n’est pas seulement ça. C’est aussi une patte gauche dotée d’une précision incroyable, celle qui lui servait de télécommande pour guider chaque ballon là où il souhaitait les adresser va terriblement manquer au championnat français… sauf peut-être aux défenseurs.

Cheick Diabaté : l’unique

Souvent moqué pour son style peu académique, ses contrôles approximatifs et ses tentatives de dribbles improbables, Cheick Diabaté est devenu l’une des coqueluches des médias. Il est vrai, que du haut de son mètre 94, le Malien n’est pas un technicien dans l’âme. Mais il reste un bon attaquant. Sa dernière demi-saison à Metz peut en témoigner avec 8 buts en 14 matches. Hormis ses frasques footballistiques, Diabaté est un joueur très simple, comme il n’en existe plus que très peu aujourd’hui : lui-même s’amuse de ses difficultés.

Ils auraient pu paraître dans cette liste : Seube – Carrasso – Tolisso – Sirieix – Bakayoko – Trejo – Mavuba – Gonalons – Erdinç – Maxwell.

  1. avatar
    10 août 2017 a 3 h 59 min
    Par Ait Mokhtar

    je suis un enfant de 15 je vie voire Messi Loi

Répondre à Ait Mokhtar Annuler la réponse.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Retrouvez Your Zone sur

Compatible Smartphone & Tablette

Iphone & iPad

Abonnez-vous à la Newsletter